Lieu : Lyon

Les Petits Chanteurs de Saint Marc

Noël baroque avec les Petits Chanteurs de Saint-Marc et les Musiciens de Saint-Julien

Des noëls baroques, oui, mais de France et de la Nouvelle France d’alors… en compagnie d’un des chœurs d’enfants les plus connus du grand public, les Petits Chanteurs de Saint-Marc. Tel était le programme du concert proposé au public lyonnais en cette veille de Noël. Reprenant, presque intégralement, le programme du disque paru récemment chez Alpha, François Lazarevitch a donné une couleur lyonnaise au concert avec les Petits Chanteurs de Saint-Marc. Créé ...
La réjouissante Nuit à Venise de Johann Strauss à l’Opéra de Lyon

La réjouissante Nuit à Venise de Johann Strauss à l’Opéra de Lyon

Rarement jouée en raison d'un livret bien mal ficelée, la Nuit à Venise de Johann Strauss est pourtant pleine de charme. Revue et corrigée par Erich Wolfgang Korngold pour l'orchestration et par le metteur en scène Peter Langdal pour les dialogues, dans une production pleine de fantaisie et de couleurs, elle enchante le public lyonnais de cette fin d'année. Tradition oblige, l'Opéra de Lyon programme une opérette pour la période des ...
slatkin_by_cindy_mctee_3a

Symphonies de Tchaïkovski : suite et fin de l’intégrale à Lyon

Intelligemment appariées et interprétées, les symphonies de Tchaïkovski sont encore et toujours un triomphe. C'est le volet central du Festival Russe que propose, à l'orée de l'hiver, l'Orchestre National de Lyon : sous la baguette de Leonard Slatkin, son directeur musical, une relecture complète des symphonies de Tchaïkovski. Après le début prometteur consacré aux symphonies n° 1 et 4, la série se conclut avec la Troisième et la Sixième. Le public, fidèle ...
slatkin-onl

Symphonies de Tchaïkovski par l’Orchestre national de Lyon

Dans le cadre de son festival russe, l’Auditorium de Lyon programme les six symphonies de Tchaïkovski par l’Orchestre national de Lyon, réunissant judicieusement la Symphonie n°1  et la Symphonie n°4 en ouverture de ce cycle. Sous la direction de Leonard Slatkin, l’ONL parvient à un beau résultat d’ensemble, malgré des imperfections individuelles. Le chef d’orchestre américain, au style pour le moins sobre, propose une version plutôt dépouillée de ces œuvres où ...
lucinda-childs-grande-fugue

À Lyon, Première mondiale de la Grande Fugue de Lucinda Childs

À l'Opéra de Lyon, trois chorégraphes pour des méditations physiques sur la Grande Fugue de Beethoven : danser en majesté (Lucinda Childs), investir le cœur de la musique (Anne Teresa de Keersmaeker), s’ouvrir au monde (Maguy Marin). Beethoven qualifiait ainsi la Grande Fugue : « tantôt libre, tantôt recherchée ». Un profond cheminement dans l’écriture musicale que trois reines de la danse contemporaines ont tenté d’explorer au plus près des corps méditatifs : les corps dansants, ...
temirkanov

Une fièvre finnoise et russe illumine novembre à l’Auditorium de Lyon

Pour l’Orchestre national de Lyon, l’Auditorium de Lyon nourrit un compagnonnage avec d’excellents chefs, tel Alain Altinoglu, également sollicité en qualité de chambriste. Et il convie de prestigieux orchestres et chefs étrangers : ce furent le Philharmonique de Saint-Petersbourg et son directeur musical, Iouri Temirkanov. Mullova et Altinoglu : Sibelius autrement Le lien que, depuis plusieurs années, l’Orchestre national de Lyon tisse avec Alain Altinoglu se densifie avec chaque nouvelle invitation. Témoin une Symphonie ...
enfant1

Sortilèges 2.0 : Ravel à l’Opéra de Lyon

La nouvelle production de l'Enfant et les Sortilèges à l'Opéra de Lyon, quoique pleine d'originalité, demeure accessible à tout public. Dans la musique de Ravel comme dans le livret de Colette, les fantaisies se succèdent à un rythme si effréné, qu'il est difficile à un metteur en scène de prêter attention à toutes. Puisqu'il ne se passe pas vingt secondes, féerie oblige, sans qu'un nouveau personnage ne fasse irruption sur scène ...
agastinel

Les nouveaux mondes de l’Orchestre national de Lyon

L'Orchestre national de Lyon poursuit sa saison avec bonheur, et explore des rivages lointains. Voilà un plaisant rapprochement que celui de trois œuvres d'esthétiques si contrastées : trois peintures, espacées d'un siècle, de l'inconnu qui se dévoile. Chez Haydn, c'est la raison, à peine plus divine qu'humaine, qui permet que triomphe l'ordre sur les dissonances, et que l'informe devienne mélodie ; chez Dvořák, au contraire, c'est de façon toute intérieure et sensible, ...
biennale1

Du néo-classicisme au tableau mouvant, la danse en majesté à Lyon

Un parcours dans la Biennale de la danse de Lyon qui a fait œuvre de diversité pour cette 17e édition. La Biennale n’a pas boudé le néoclassicisme, comme l’atteste la nouvelle création de Thierry Malandain (le 17 septembre), mettant en pas de deux, élans, chutes et arabesques, le beau conte qui a bercé notre enfance, et dont l’interprétation de Cocteau a terrorisé nos nuits des plus beaux cauchemars : La Belle ...
jennifer-johnston

Le Requiem de Verdi à Lyon, des limbes au paradis

Quelques regrets, mais surtout de belles impressions, dans le Requiem de Verdi que dirige Leonard Slatkin. Des solistes d'envergure, des chœurs solides, un chef expérimenté, ont tous besoin d'échauffement. Qu'elles sont redoutables, ces premières mesures sotto voce d'un Requiem que l'on associe plus volontiers aux déferlements furieux du « Dies irae » ! La ligne introductive des violoncelles est splendide de tristesse austère, mais le chœur – effet pervers de la pléthore de chanteurs ...
r12008001-q85-8648ee

DFS, la dernière création mystique trash de Cecilia Bengolea et François Chaignaud

Quand les créateurs les plus détonants de la Biennale de la Danse de Lyon font se télescoper les polyphonies médiévales de Guillaume de Machaut et le dancehall jamaïcain, cela donne DFS, des fesses qui se dandinent techniquement au top, sous le regard attentif d’un chien que ni la polyphonie a cappella ni la techno ne semblent surprendre. Nous, si ! Le dialogue entre les deux chorégraphes est audacieux certes et dure depuis ...
Deux créations mondiales en ouverture de la Biennale de la Danse de Lyon

Deux créations mondiales en ouverture de la Biennale de la Danse de Lyon

La 17e Biennale de la danse de Lyon s’est ouvert à l’Opéra sur deux Premières mondiales pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, féministes et hypnotiques. Dans un premier temps, la création de Marina Mascarell offre une trame engagée. « Le diable bat sa femme et marie sa fille » fait surgir sous les pas de huit danseurs (toujours fabuleux ces danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon), une recherche au ...
Mouawad-couv

À Lyon, le sérail aseptisé de Wajdi Mouawad

À l'Opéra de Lyon, L'Enlèvement au Sérail, dans son nouvel écrin façon XXIe siècle, laisse de marbre. Faut-il avoir peur de L'Enlèvement au Sérail ? Oui, répond sans hésitation le metteur en scène Wajdi Mouawad. « La confusion est si grande dans l'opinion, indique-t-il dans la note de programme, que si je ne tiens pas compte de ce que notre époque vit, je risque, à travers cet opéra, de donner raison à ceux ...
Peter Sellars exalte deux raretés, Iolanta et Perséphone

Peter Sellars exalte deux raretés, Iolanta et Perséphone

En associant Iolanta de Tchaïkovski et Perséphone de Stravinsky, cette production aixoise, reprise à Lyon, ose deux défis : apparier deux opéras en un acte, exercice toujours délicat ; et puiser des ouvrages inhabituels, voire adjacents, dans le corpus des compositeurs. Peter Sellars, au talent décidément exceptionnel, les a merveilleusement relevés. Dans l’œuvre de Tchaïkovski, Iolanta n’est pas le plus fréquenté. Assurément, il s’agit d’un conte : Iolanta narre moins qu’il ne chante et ...
A Lyon, sombre Merce Cunningham et lumineux Lucinda Childs

A Lyon, sombre Merce Cunningham et lumineux Lucinda Childs

« Made in America » célèbre l'entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra de Lyon de deux pièces majeures de la danse contemporaine, minimalistes, avant-gardistes même pour le Winterbranch de Merce Cunningham, mais aux tonalités opposées, l'une noire, l'autre lumineuse. La pureté du mouvement saisi dans son dépouillement et le croisement des arts, ici danse, arts plastiques et musique répétitive, créent des tableaux hauts en contraste. Dans le silence, sur une ...
la-juive-web-8

La Juive d’Halévy, entre opéra et symptôme

Dans le cadre de son festival lyrique annuel, cette année intitulé “Pour l’Humanité” (et après Benjamin, dernière nuit de Michel Tabachnik), l’Opéra de Lyon présente La Juive d’Halévy et Scribe. Olivier Py a fait le choix d’une sobre noirceur Produire La Juive (opéra créé en 1835) demeure un double défi. Tout d’abord, faute de pouvoir proposer l’ouvrage intégral, dont les cinq heures épuisent les forces de chacun, chanteurs et spectateurs, ...
Benjamin dernière nuit de Michel Tabachnik à l’Opéra de Lyon

Benjamin dernière nuit de Michel Tabachnik à l’Opéra de Lyon

Pour l'humanité : c'est la thématique qu'affiche l'Opéra de Lyon pour son festival annuel de printemps. Benjamin dernière nuit, le premier opéra de Michel Tabachnik sur un livret de Régis Debray en fait l'ouverture. En écrivant sa pièce de théâtre sur le philosophe Walter Benjamin - un texte en plusieurs langues avec des assonances et des rimes - Régis Debray vise une dimension expressionniste en mode cabaret. Michel Tabachnik, qui lui ...
Michel van der Aa

Biennale Musiques en scène à Lyon : le divertissement en question

Qu'il soit envisagé dans le contexte de notre monde numérique ou dans des temps plus reculés, le divertissement, que Damien Pousset (directeur artistique de la manifestation) érige en thématique de la Biennale Musiques en scène 2016, passe, quoiqu'il arrive, par le jeu, l'amusement voire le rire : retour aux sources avec Erik Satie et Mauricio Kagel et projection dans le présent avec deux créations mondiales pour une soirée fort divertissante ...
Tea Dub au Moi de la danse à Lyon

Tea Dub au Moi de la danse à Lyon

A Lyon, Le Moi de la danse, tout nouveau festival présenté par Les Subsistances (Laboratoire international de création artistique) s'est achevé sur un TEA-DUB, une fête de clôture, dans le Hangar, pour danser à en perdre le souffle. Cette première édition a également été le cadre de rencontres lors de conférences passionnantes « Grands témoins ». Mathilde Monnier en majesté Nous avons particulièrement goûté le charme discret de Mathilde Monnier, interrogée par ...
Bouleversante Lady Macbeth à l’Opéra de Lyon

Bouleversante Lady Macbeth à l’Opéra de Lyon

Reprenant l'essentiel de la mise en scène et des décors de la production de 2008   montée au Stadttheater de Duisburg de Lady Macbeth de Mzensk de Dimitri Chostakovitch,  le metteur en scène Dmitri Tcherniakov parvient à sublimer une œuvre victime de la censure politique et des poncifs esthétiques. Au premier abord, on pourrait se croire chez Christoph Marthaler ou Jacques Tati : cet intérieur de bureau éclairé par la lumière agressive ...
ASA NISI MASA  (Jose Montalvo 2014)

Du rire et des bêtes par José Montalvo

Un conte chorégraphique au mystérieux titre Asa nisi masa à la Maison de la danse de Lyon. Un bestiaire classe et une enfance retrouvée à volonté chez José Montalvo. La formule est empruntée à un souvenir d’enfance du personnage de Mastroianni dans Huit et demi de Federico Fellini. Elle renvoie au rituel du jeune Guido et d’une petite fille, telle une incantation magique, accompagnée d’une gestuelle, que le public est invité ...
Philippe Herreweghe

Philippe Herreweghe, poète accompli des cantates de Bach

Quatre cantates de Bach pour le temps de Noël, autant d’atmosphères différentes. Et un interprète majeur, Philippe Herreweghe, en son jardin dans ce répertoire, pourtant dans le vaste espace qu’offre l’Auditorium de Lyon. Depuis quarante ans (et autant d’années avant la Philharmonie de Paris), l’Auditorium de Lyon combine un large spectre d’activités : l’accueil d’un orchestre résident (pour tous ses répétitions et concerts), en l’occurrence l’Orchestre national de Lyon ; une pleine saison ...
Capture d’écran 2015-12-16 à 23.35.46

Si le Roi Carotte m’était conté… à l’Opéra de Lyon

Attention chef d'œuvre. Ce Roi Carotte d'Offenbach débarque pour la première fois depuis un siècle sur une scène lyrique. Au-delà de l'effet de curiosité, on découvre une oeuvre débordant d'imagination et d'allusions au contexte socio-politique du moment. Plateau et direction orchestrale sont au rendez-vous pour signer un des plus beaux succès de cette fin d'année. Nous sommes en 1872 et, sur les cendres du Second Empire, ces mauvais farceurs que sont ...
carmencjaimeroquedelacruz0437_3

A l’Opéra de Lyon, de Carmen et l’Arlésienne

 Carmen et L’Arlésienne par le Ballet de l'Opéra de Lyon. Roland Petit affirmait que la danse avait tout sanctifié sur son chemin, ce que donne à apercevoir à l’Opéra de Lyon, le duo passionné, tout en pas de deux et en dedans, de Carmen et Don José, incarnés ce soir par Noëllie Conjeaud et Edi Blloshmi. La chorégraphie de Roland Petit, révolutionnaire en son temps, n’a pas vieilli, toujours tonitruante, enlevant de ...
pan pot petit travers

Pan-Pot ou modérément chantant

On danse en famille à la maison de la Danse de Lyon. Le collectif circassien Petit Travers met tous ses œufs dans le même piano pour le bonheur des plus petits et des grands. Neuf paniers en osier, « négligemment » posés là sont remplis d’œufs blancs : des balles rebondissantes, sautillantes, primesautières qui passent d’une main à l’autre, d’un bras à un dos, de l’un à l’autre ou vers les ...
ono-800

De Brahms à Sibelius à l’Opéra de Lyon

Deux solistes très moyens et mal appariés ont déséquilibré le délicat double concerto de Brahms. En revanche Kazushi Ono  a donné une lecture de haut vol de la Symphonie n°2 de Sibelius. C'est toujours une bonne idée pour un opéra que de permettre à son orchestre de sortir de la fosse. Le 17 octobre, l'Opéra de Lyon avait programmé le Double concerto de Brahms, une page que l'on n'entend guère au ...
539w

Leonard Slatkin et Nicholas Angelich à l’Auditorium de Lyon

Sous la baguette de Leonard Slatkin, l’Orchestre National de Lyon était à l’affiche de l’Auditorium de Lyon avec le pianiste Nicholas Angelich remplaçant de Hélène Grimaud, souffrante, dans le répertoire brahmsien, un univers vers lequel ses affinités le ramènent constamment. La première partie fut inversée et débute ainsi par le Cycle des gris de Bruno Mantovani, une commande du Fonds d'Action de la Sacem dans laquelle il s'est attaché à écrire ...
pelleas et melissande lyon

Pelléas et Mélisande, entre cruauté et désespoir : la bande à Golaud

Porté par sa pensée et par son exercice du cinéma, Christophe Honoré a écarté les oripeaux de l’étouffant drame symboliste et de ses frêles personnages. Lisant, enfin, le drame de Maeterlinck, il en a questionné le cœur. Si Maeterlinck devient, enfin, à l’opéra, l’égal d’Ibsen et de Strindberg (les comédiens le savent depuis longtemps), le tandem Ono-Honoré rappelle que Pelléas et Mélisande est un théâtre où la cruauté le dispute ...
AAltinoglu

Altinoglu dirige l’ONL dans un programme ravélien

L'Orchestre national de Lyon donne un programme grand public, centré sur le Boléro de Ravel. Ravel est toujours le bienvenu dans la salle lyonnaise qui porte son nom. Lorsqu'il s'agit de plaire aussi bien aux néophytes qu'aux mélomanes les plus blasés, ou de captiver le jeune public, en temps de vacances scolaires, c'est au Boléro que l'on pense d'abord. L'orchestre n'en est pas à sa première interprétation, et l'on sait d'avance ...
balletdrumminglive07_copyrightstofleth

Drumming live d’Anne Teresa De Keersmaeker : transe sublime

L’entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra de Lyon de l’étourdissant Drumming d’Anne Teresa de Keersmaeker, créé en 1998, sur la musique répétitive envoutante de Steve Reich est un nouveau pas vers l’excellence jubilatoire. La chorégraphe flamande s’est ingéniée depuis sa première pièce en 1982, Fase, déjà de Steve Reich, à « trouver des équivalences chorégraphiques aux lignes mélodiques », en lovant son vocabulaire dans l’univers minimaliste du compositeur américain, tout ...