Lieu : Lyon

A quoi bon ?

Le Nozze di Figaro à Lyon : à quoi bon ?

A quoi bon ? A quoi bon prendre et reprendre cet opéra pour n’en faire qu’une « autre » représentation de la comédie de Beaumarchais ?  A force de démeubler les scènes de leurs décors, de leurs accessoires, de leurs poétiques ambiances, de reconsidérer la caractérisation des personnages, d’occulter les raisons profondes qui ont conduit écrivain, librettiste et compositeur à la création de cette œuvre, Adrian Noble déshumanise l’essence de la farce acide de cette folle ...
Foudre et  tonnerre pour Philip Glass

Foudre et tonnerre pour Philip Glass

Festival Les Nuits de Fourvière Les Nuits de Fourvière accueillaient, pour la 4ème année consécutive, Philip Glass, dans un concert plutôt rare où le compositeur américain a interprété, seul au piano, quelques-unes de ses pages les plus personnelles. Assis dans l’intimité des vieilles pierres du petit théâtre gallo-romain de Fourvière, le public lyonnais, conscient du caractère unique de l’évènement, est venu en masse braver des conditions météorologiques tout sauf clémentes… L’activité ...
Un (presque total) régal

The Rake’s Progress à Lyon, un (presque total) régal

Dans son spectacle en provenance de Bruxelles, Robert Lepage semble avoir pris le parti de ne s’appuyer que très partiellement sur le livret de l’opéra de Stravinsky. Peut-être pour montrer sa propre image d’une Amérique kitch et superficielle en contradiction certaine avec celle que Stravinsky avait à l’époque de la création de son opéra. Opérant par tableaux successifs, il offre une intrigue décousue même si les personnages la suivent tout ...
Embrasement wagnérien !

Embrasement wagnérien !

Orchestre National de Lyon Au lendemain du concert gratuit donné à l’occasion de la présentation de saison 07/08, l’Orchestre National de Lyon revenait à l’Auditorium rendre un puissant hommage à Wagner, avec un programme riche et tonitruant. Finesse, application, parfaite maîtrise des dynamiques et de l’équilibre sonore, pianissimi d’une rare subtilité… Jun Märkl a su tirer le maximum de son orchestre dans le Prélude de Tristan. Par la grâce de ses gestes ...
La trop belle voix de Dame Felicity Lott

La trop belle voix de Dame Felicity Lott

La Voix Humaine et Le Château de Barbe-Bleue Très attendue, cette Voix Humaine déçoit. Incontestable star de l’art lyrique, Dame Felicity Lott n’apparaît pas faite pour ce théâtre d’émotions déchirées et déchirantes. La voix de la soprano britannique est trop belle, trop sophistiquée pour exprimer les tourments de cette femme abandonnée par son amant. Plus qu’un opéra, qu’un chant, c’est du théâtre que ce texte demande. Du théâtre de genre, où ...
Le match Sciarrino contre Zemlinsky

Le match Sciarrino contre Zemlinsky

Luci miei traditrici. Une Tragédie Florentine Avec le compositeur sicilien Salvatore Sciarrino, c’est le dépaysement musical total. Malgré un très bel intermezzo aux étonnants accents baroques, la musique de Sciarrino n’offre aucun repère, aucune mélodie, aucun air auquel le chanteur pourrait se raccrocher. Au début, l’articulation vocale dérange, énerve même. Un chant saccadé d’où sont supprimés les toniques de la langue rendant la prosodie fréquemment incompréhensible. Comme si les protagonistes communiquaient ...
lars_vogt

Mémorable escale autrichienne de l’ONL

Orchestre National de Lyon Lyon a la chance d’être la seule ville de province à posséder deux grands orchestres nationaux, avec l’ONL et l’Orchestre de l’Opéra de Lyon. Et décidément, l’ONL n’a rien à envier aux grands orchestres parisiens, tellement ses musiciens nous ont régalés lors de ce concert, où Manfred Honeck et Lars Vogt étaient les artistes invités. Le chef autrichien Manfred Honeck, habitué des grandes scènes internationales, nous a ...
Puccini dope Laurent Naouri

Puccini dope Laurent Naouri

Djamileh et Il Tabarro Si l’écrivain italien Alessandro Baricco s’offre la liberté de réinventer l’intrigue de Die Zauberflöte en réécrivant les dialogues d’Emmanuel Schikaneder dans la production turinoise de cette saison, pourquoi le metteur en scène Christopher Alden ne s’arrogerait-il pas le droit de changer l’épilogue du Djamileh de Georges Bizet ? L’art, ce doit être cela. Changer ce qui existe déjà. En totale dénégation du livret de Louis Gallet, au lieu d’un sultan ...
Comme on n’ose plus

Eugène Onéguine comme on n’ose plus

Autant Peter Stein avait enthousiasmé dans ses précédents spectacles lyonnais de Pélleas et Mélisande et de Falstaff, autant son Eugène Onéguine passe à côté du propos. Dans le décor scolaire d’un plancher en pente flanqué de deux murs latéraux, la scène n’est habitée que de dérisoires accessoires. C’est un inutile fourneau dans lequel mijote une hypothétique soupe, qu’on débarrasse bientôt (sans brûler les mains de celui qui l’empoigne) pour laisser place ...
Mahler 3 : explosif !

Mahler 3 : explosif !

Jun Märkl - Orchestre National de Lyon Après la Symphonie n°2 de la saison passée, Jun Märkl et l’Orchestre National de Lyon se sont attaqués en ce début d’année 2007 à la gigantesque n°3 de Mahler, avec le renfort des Chœurs de Lyon-Bernard Tétu, des Petits Chanteurs de Lyon et de la soliste Ewa Marciniec. Et c’est à une exécution absolument explosive que nous avons assisté, au Grand Auditorium de Lyon, avec ...
Il martirio di Sant’Orsola, oratorio inédit d’Alessandro Scarlatti

Il martirio di Sant’Orsola, oratorio inédit d’Alessandro Scarlatti

Concert de l’Hostel Dieu La magnifique Abbaye d’Ainay de Lyon, fraîchement rénovée, a vu ses mosaïques murales plus resplendissantes que jamais en ce mardi enneigé, sous l’effet d’une musique inédite d’Alessandro Scarlatti, et un Concert de l’Hostel Dieu particulièrement éblouissant. Lorsqu’on est passionné de musique classique au sens large, il est rare qu’on ait la chance d’éprouver cette excitation de la nouveauté, à l’égard d’une partition inédite d’un compositeur connu… Il martirio ...
La Valse des millions

La Valse des millions

Opéra National de Lyon Drôle et pleinement divertissante que cette Veuve Joyeuse de Léhar, actuellement donnée à l’Opéra de Lyon dans une version entièrement adaptée en français, avec des dialogues revisités pour l’occasion par la metteuse en scène Macha Makeïeff, également créatrice des décors et des costumes. Sous la baguette d’un chef précis et nerveux, les musiciens de l’Orchestre de l’Opéra ont ouvert le bal mardi soir avec dynamisme et vivacité, laissant ...
L’ONL s’offre une soirée étudiante

L’ONL s’offre une soirée étudiante

Orchestre National de Lyon Ambiance bouillonnante dans le Grand Auditorium de Lyon pour l’habituel concert gratuit de l’ONL offert chaque année aux étudiants… Ils étaient plus de 2000 jeudi soir, venus assister à ce qui était sans doute pour beaucoup d’entre eux leur première expérience symphonique. L’excitation première (qui a donné lieu à quelques « olas » et à de chaleureux applaudissements d’encouragement aux musiciens) s’est vite transformée en admiration silencieuse dès les ...
Phénoménale Ortrud

Phénoménale Ortrud d’Evelyn Herlitzius

Lohengrin À l’opéra, quatre chanteurs jouissant d’une certaine unité vocale suffisent souvent à assurer la réussite d’une production lyrique. Sans la soprano allemande Evelyn Herlitzius (Ortrud), la production du Lohengrin lyonnais de Richard Wagner aurait été bien notée et classée dans la catégorie sans grand relief des «spectacles pas mal ». Le critique consciencieux se serait alors attardé sur les très belles lumières de Duane Schuler qui soulignent avec talent les majestueux ...
Cygne grippé?

Cygne grippé?

Lohengrin Sans doute avions-nous trop espéré du retour de Wagner à Lyon après des décennies de purgatoire! Avouons-le sans ambages, ce Lohengrin s’est révélé décevant. L’Opéra avait pourtant mis les petits plats dans les grands, en s’associant avec le Festpielhaus de Baden-Baden et la Scala de Milan, pour commander un spectacle digne de ce nom à Nikolaus Lehnhoff, acclamé in loco grâce à ses brillants Janáček. Pour mener à bien son projet, ...
Märkl et Chouinard au top

Jun Märkl et Marie Chouinard au top

Les concerts d’ouverture réservent toujours des surprises à leurs invités. Un auditorium archi-comble et complètement enfumé nous empêchait presque de trouver notre place. Un couplage Debussy-Stravinsky assez insolite -joué avec ballet- nous attendait dans une salle noire type opéra, les pupitres des musiciens étant très légèrement éclairés. Jun Märkl, quant à lui dirigeant dans l’obscurité quasi totale. Une danseuse au look bestial, vêtue très légèrement, entra sur scène pour le prélude, ...
alcina_lyon_2006

Alcina de Haendel, reflets dans un oeil d’or

Ce salon miteux, avec papier peint défraîchi et objets rouillés entreposés, on le dirait tout droit sorti d’une mise en scène de Christophe Marthaler, genre Kátia Kabanová ou les Noces. Il ne s’agit pourtant que du décor unique de l’Alcina lyonnaise, directement importée de Stuttgart où elle avait été créée avec succès en 1998. A l’époque, les presses nationale et anglo-américaine saluèrent l’originalité, la cohérence et la beauté du travail ...
cosi_lyon_2006

Feux de l’amour à Palm Beach

Così fan tutte rencontre William Christie Il est des soirs d’avril, où l’on se surprendrait presque à jalouser ceux et celles qui foulent le sol de l’enceinte sacrée pour la première fois... 19h55 : dévoré d’impatience, nous embrassons du regard la salle qui finit de se remplir. Des myriades de jeunes (lycéens?) papillonnent entre les sièges en cuir noir de l’Opéra de Lyon. L’excitation, l’enthousiasme, l’étonnement sont palpables ; on entend des sachets de ...
lyon_faustus-300x3711

Faustus, the last night de Pascal Dusapin : Méphisto fêlé?

Point fort de la biennale Musiques en scène, la création française de l’ouvrage a bénéficié d’une couverture médiatique importante, voire surabondante, tant les articles ont fleuri comme les primevères au printemps, dans les gazettes locales et les grands quotidiens nationaux. Le compositeur, que l’on dit volontiers taciturne, a accordé lui-même plusieurs interviews, très éclairantes pour le spectateur se préparant à découvrir cette nouvelle variation sur le thème de Faust. A ...
cnsmd_lyon_nuit

Nuit de l’improvisation(s)

25 ans du CNSMD de Lyon L’introduction parfaite d’Henry Fourès, directeur du Conservatoire, rappelle que l’improvisation est historiquement la première pratique musicale, et que l’improvisation se nourrit de l’écrit, comme l’écrit se nourrit de l’improvisation. Il faut une grande connaissance de l’écrit pour produire une grande impro... Et on évoque de plus en plus une « écriture » jazzistique... 1 – Jacques Di Donato, clarinette ; Henry Fourès, piano ; Eric Echampart, batterie ; Dominique Genevois, danse. Il ...
Le roi s’amuse ...

Emmanuel Chabrier à Lyon : le roi s’amuse…

Le rideau s'ouvre sur une scène quasiment nue. Les personnages, en costume de ville, apparaissent tour à tour, stupéfaits. Visiblement, ils ont oublié que c'était le jour de la représentation. Trois appariteurs en blouse grise vont s'affairer et s'employer à mettre tout ce petit monde en place, apportant accessoires et costumes, faisant entrer et sortir les choristes, indiquant les gestes à faire aux protagonistes. On s'inquiète, Laurent Pelly aurait-il décidé ...
Chut !! Aldo Ciccolini enregistre …

Chut !! Aldo Ciccolini enregistre …

Ambiance studio Non pas concert, non pas (encore) disque, non plus répétition : c’est autre chose qu’on vient voir. Une ambiance, l’artiste au travail… La musique, pour l’observateur de deux séances parmi six annoncées, est en arrière plan. Aldo Ciccolini : on est plus clairement en face d’un homme, et pas seulement devant un artiste. Inoubliable, forcément. On ne peut seulement écouter, on observe. On songe, on laisse son esprit vagabonder. C’est un « vieux ...
L’intranquilité bienvenue aux Subsistances

L’intranquilité bienvenue aux Subsistances

Le Passage des Heures, Ode sensationniste D’abord le contexte. Parce qu’ici, et ailleurs, on a bien le droit de ne pas trop savoir situer Fernando Pessoa (droit d’ignorance soumis à condition : celle d’y remédier bientôt !) : il est avec Camœs, et quelques autres, l’un des très grands écrivains portugais (un poète philosophe ?), du début XXe. Son cas est peut-être unique dans la littérature universelle : il utilisait, au grand jour, de multiples hétéronymes : ...
Die Zauberflöte

Die Zauberflöte par Stéphane Braunschweig

Pour l’ouverture de la saison 2004/2005 de l’Opéra de Lyon, Serge Dorny nous propose une reprise de Die Zauberflöte dans la production de l’Académie Européenne de Musique d’Aix en Provence, créée en 1999 au théâtre du Grand St Jean d’après un « work-shop » de jeunes artistes lyriques en formation. Depuis 5 ans ce spectacle a fait le tour de l’Europe et certains des artistes engagés dans l’aventure ont commencé de belles ...
La musique qui cherche

Benoît Delbecq, la musique qui cherche

Acousmatique au Conservatoire et piano préparé à la MLIS Le même soir, le riche hasard lyonnais programmait deux concerts, à 19h et 20h30, séparés de 15 minutes de trajet, et tous deux emblématiques de la « musique savante » d’aujourd’hui. Toutefois, deux emblèmes bien différents. Antagonistes ? A 19h, à la verticale du puits de lumière de l’extraordinaire Maison du Livre, de l’Image et du Son à Villeurbanne, Benoît Delbecq explorait un piano, sous les ...
11e biennale danse lyon

11ème Biennale de la Danse sous le signe de l’Europe

Depuis 1984, la Biennale de la Danse à Lyon est, une année sur deux, l’événement chorégraphique international de la rentrée. Avec un thème organisateur, elle réunit pendant trois semaines des compagnies mondialement célèbres ou jusqu’alors inconnues en France sous la direction artistique de Guy Darmet, patron de la Maison de la Danse à Lyon. Cette année, placée sous le signe de l’Europe, la programmation n’avait pas la tâche particulièrement facile. ...
Vents, debout ! Vents, arrière !

Vents, debout ! Vents, arrière !

Les Boréades Lorsqu’en 1982, John Eliot Gardiner — loué soit-il — exhume la partition des Boréades (mémorable création au festival d’Aix), le public, stupéfait et ravi, découvre enfin à la scène l’un des chefs-d’œuvre (le dernier) de Jean-Philippe Rameau. Et rappelons, pour mémoire, que c’est l’Opéra de Lyon, déjà, en coproduction, qui présentait à son tour la pièce, l’année suivante, avec la même distribution qu’à Aix et les mêmes artisans-directeurs : Gardiner ...
Scènes de la vie de Thrace

L’Orfeo de Monteverdi à l’Opéra National de Lyon

Le spectacle était bien évidemment à la hauteur des espérances et du travail investi, chapeauté par le nouvel enfant terrible du théâtre italien Antonio Latella. La Musique, bien que présente uniquement dans le prologue, est présentée comme la maîtresse du drame à venir pas ses apparitions constantes et silencieuses sur le plateau. Orphée, Eurydice, les nymphes et les bergers sont des jeunes gens de l’Ottocento s’égayant dans une partie de ...
Au château de Barbe-Bleue

Au château de Barbe-Bleue

Pelléas et Mélisande Le drame lyrique de Maeterlinck / Debussy évoque, pour beaucoup d’entre nous, aujourd’hui, par la douceur même de sa poésie, les harmonies secrètes par lesquelles on accède à un monde mystérieux. Pour d’autres, il demeure un univers auquel se refuse leur sensibilité. C’est que la formule musicale voulue par le compositeur illustre un monde de prétérition, de non-dit, voire de silence quasi absolu : une musique tout en jeux ...
Une messe noire pour nègres blancs

Les Nègres de Michaël Levinas, messe noire pour nègres blancs

Si l’on pense aux créations d’opéras nouveaux de ces quinze dernières années, on ne peut qu’être frappé du nombre croissant d’arguments — voire de livrets — issus tout droit de la littérature, du théâtre ou même de la poésie, avec la création de Matthias Pintscher à la Bastille en Février dernier… fondant et confondant pour longtemps sans doute les frontières entre action et réaction, scénographie et mise en scène. Comme ...