Archives de l’auteur : Alexandra Diaconu

avatar

À propos de Alexandra Diaconu

Née en 1982 en Roumanie dans une famille de musiciens, Alexandra Diaconu débute le violon avec son père avant de travailler avec Mihaëla Martin en France et en Allemagne et d’obtenir un Prix de Perfectionnement au Conservatoire National de Lille en 2000, dans la classe de Fernand Iaciu. Autant passionnée par l’histoire de la création artistique que par la musique, elle obtient une maîtrise d’Histoire de l’Art à l’Université Lille III en 2005, qu’elle consacre à l’image de la musique dans la peinture baroque. Parallèlement à ses études universitaires, elle intègre en 2004 une maison d’Edition parisienne où elle prend aujourd’hui plaisir à faire connaître les auteurs et leurs œuvres.
Nathan Milstein, le portrait indispensable

Nathan Milstein, le portrait indispensable

Nathan Milstein (1903- 1992) n’a légué à la postérité que peu de choses sur sa personne. Un livre, aujourd’hui épuisé, et ce portrait réalisé par Christopher Nupen, qu’il a accordé à la fin de sa vie après une réticence farouche. Le documentaire a été gardé dans sa forme initiale (deux parties destinées à la télévision) et assorti, dans ce copieux double DVD, d’un extrait du dernier récital du maître à Stockholm ...
Ravel, le jardin des délices

Ravel et le Trio Dali, le jardin des délices

Ce premier disque du Trio Dali vient ponctuer une carrière déjà bien entamée, couronnée de prix internationaux (Premier Prix du Concours International d’Osaka, Premier Prix du Concours International de Francfort, …) qui, loin d’apaiser son appétit de perfection, l’ont aiguisé. Il se révèle ici dans un répertoire exigeant, chambriste et soliste, dont il est un interprète de premier ordre. C’est avec une imagination et une autorité redoutables que Dali aborde Ravel ...
Oser le sublime

Janine Jansen, oser le sublime

Ses concerts dans l’hexagone, aussi rares que remarquables, sont de l’ordre de la révélation. Année après année, Janine Jansen, est passée de “star montante” du violon à bien plus… Après un programme contemporain à Paris en décembre, c’est auprès de l’Orchestre National de Lille qu’elle revient en France avec le Concerto de Tchaïkovski, enregistré tout récemment. Si, dès l’ouverture, le Finale de Bruno Mantovani (compositeur en résidence) a conquis le public ...
Nécessité versus curiosité

Riccardo Chailly & Lang Lang, Nécessité versus curiosité

Gewandhausorchester Leipzig La venue du Gewandhausorchester de Leipzig et de Riccardo Chailly est un incontournable de la saison parisienne. Cette année, l’événement est d’autant plus grand que leur passage dans la capitale, pour deux concerts, dédie une soirée à l’un de ses plus prestigieux chefs (1835 à 1843 puis 1845-1847) dont on fête cette année le bicentenaire de la naissance : Mendelssohn. Essentiellement symphonique, le premier programme est le plus grandiose. La Symphonie ...
La revanche du théâtre sur l’opéra

La Périchole à Lille, la revanche du théâtre sur l’opéra

Après des Noces de Figaro exceptionnelles, l’Opéra de Lille remet le couvert avec une comédie qui fait la part belle au théâtre : la Périchole. Souvent donné pour sa conjugaison singulière du burlesque et du tragique, le sujet socio-politico-romanesque n’en demeure pas moins un prétexte. En effet, les projecteurs ne semblent tournés ni vers la musique, ni vers l’intrigue, mais vers les acteurs. Dans un Pérou onirique, où le drame commence aussi ...
L’aristocrate du violoncelle

Antonio Meneses, l’aristocrate du violoncelle

Sous la baguette de Daniele Gatti ce soir, Antonio Meneses, le violoncelliste du Beaux- Arts trio, réinvente le soliste. Il y a d’abord un Tombeau de Couperin méditatif, presque grave où le son s’approprie patiemment l’espace, où les dialogues sont attentifs (vents), même recherchés (cor anglais) et les cordes rigoureuses mais timides. Une vision qui a quelque chose d’une nature morte : l’équilibre, le piqué, mais aussi l’absence de vie intérieure. ...
Olivier Charlier joue Mozart

Olivier Charlier joue Mozart

L’enregistrement live est à double tranchant. Celui proposé par Olivier Charlier, figure de proue de l’école française de violon, dans trois concertos de Mozart accompagnés par l’Orchestre de Chambre de Prague est un exercice de haute voltige. Capté aux Flâneries de Reims en 2006, on y décèle l’émotion du concert et l’émulation in vivo. Celles d’un orchestre (sans chef) remarquable d’homogénéité, d’écoute et de musicalité et un violoniste tendu vers un ...
L’opéra bouffe selon Haydn

L’Infedeltà delusa, l’opéra bouffe selon Haydn

Bicentenaire de la mort de Joseph Haydn, la nouvelle année devrait être propice à la mise en valeur d’une partie de sa création encore méconnue : ses opéras. Ainsi, le théâtre de Sceaux remonte L’Infedeltà delusa (l‘Infidélité déjouée) donnée au Festival d’Aix-en-Provence en juillet dernier. Plantée dans un cadre champêtre, cette burletta per musica créée en 1773, met en scène un paysan (Filippo) imposant à sa fille (Sandrina) un mariage d’argent (Nanni) ...
Ainsi parlait Rozhdestvensky

Ainsi parlait Rojdestvenski

L’Orchestre Philharmonique de Radio-France est soudé, présent et appliqué comme dans les occasions exceptionnelles. En effet, le remplaçant ce soir de Mikko Frank, 29 ans, n’est autre que Gennady Rozhdestvensky. Le dernier des grands chefs de l’ère soviétique prend aujourd’hui les rennes d’un programme romantique avec un enthousiasme de jeune homme. De sa gestuelle économe, précise, le chef tire le meilleur de l’orchestre. Une sonorité pleine et soutenue, des violons saisissants ...
De la suite dans les idées

Quatuor Ebène, de la suite dans les idées

A voir les poses languides et les regards épars de la jaquette sans esprit choisie par leur nouveau label, on s’attendrait presque à un disque morose. Mais rien n’est plus loin de la réalité. Le quatuor Ebène, créé en 1999, livre ici toutes ses promesses et va même au-delà. Fauré, Debussy, Ravel c’est dans un monde de finesse, de lyrisme et d’atmosphères qu’il se lance après Bartók. L’intensité qu’ils déploient est ...
Superflu, toi-même

Superflu, toi-même

Le Castor Astral Peut-on parler de musique classique avec humour ? Un titre à la Desproges et quelques augmentations plus loin (première édition en 2004), ce Dictionnaire superflu de la musique classique réussit le pari. Agrégat baroque d’histoire, d’anecdotes et de citations, il allie le sérieux des sources (riche bibliographie en fin d’ouvrage) à l’esprit déjanté du Canard enchaîné. Les entrées les plus improbables (Superman, Staying Alive, morue, imbécile heureux, dictée de Pivot, ...
Une gare pour cathédrale

Bruckner au Musée d’Orsay, une gare pour cathédrale

Démocratisation de la musique classique, tentative d’éveil des sens, le concept de concert dans la nef du Musée d’Orsay est une trouvaille de la fête de la musique. Aujourd’hui, cette idée mène une vie autonome et s’avère être un moment rafraîchissant de la vie musicale parisienne. A voir ce monde ainsi massé, tendu vers la source du son, parfois assis, surtout debout dans un confort précaire, on se dit que la ...
Le retour du maître

Le retour du maître Masur

Kurt Masur, de retour à la tête de l’Orchestre National de France en cette fin d’année, a mis ce soir Liszt et Bruckner face à face. Un dialogue qui tient une place de choix dans la programmation de l’Orchestre National de France. Dirigé par le maestro dans un excellent Mozart l’année dernière, le pianiste canadien Louis Lortie a confirmé son intimité avec la verve poétique et malicieuse de Liszt. La richesse ...
Henning Kraggerud joue Ysaÿe

Henning Kraggerud joue Ysaÿe

Ce jeune violoniste norvégien est habité. Pour preuve, cet enregistrement des sonates d’Eugène Ysaÿe qui ne manque ni de tempérament, ni d’imagination. Ce n’est pas un hasard s’il joue avec Martha Argerich, Leif Ove Andsnes ou Truls Mørk. Il s’est fait sien le langage de tous ces mondes que les sonates traversent : l’indignation volcanique, la terreur souterraine, l’émerveillement ou la confiance angélique, … A tout effet technique, il donne une portée ...
David Fray illumine Bach

David Fray illumine Bach

David Fray est un des jeunes phénomènes français dont la renommée outrepasse déjà l’Hexagone. A seulement 27 ans, avec ce deuxième disque, il dépasse cette étiquette facile. Choix de cœur, choix d’artiste mature, quatre œuvres concertantes de Bach y sont abordées avec une fraîcheur et une révérence qui force l’admiration. Accompagné par la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, formation dont la technicité baroqueuse l’emporte parfois sur la musicalité, le pianiste adopte une attitude ...
Bach, secrets de jeunesse

Bach par David Fray, secrets de jeunesse

Quelque chose en lui nous rappelle Glenn Gould. Peut-être son attirance, si jeune, pour Bach ou la clarté de ses convictions sur le sujet. Ou encore sa posture recroquevillée et le chant sous-jacent. Ou serait-ce cette singulière extravagance qui chez lui transparaît sur le visage et qui le placerait parmi les illuminés. Oui, on comprend pourquoi ce documentaire, empreinte visuelle du disque, est signé Bruno Monsaingeon. En fait Swing, sing and ...
vadim_rapin

Vadim Repin & Itamar Golan : Non multa sed multum

Le public était venu applaudir un virtuose, il a applaudit ce soir un musicien. Deux musiciens. Vadim Repin et son fidèle partenaire, Itamar Golan, au Théâtre des Champs Elysées. Si son âge l’inscrit dans l’une des générations les plus abondamment médiatiques, la profondeur, l’intériorité et la prestance hiératique du violoniste sont d’une autre époque. Celle où l’on donne du temps au temps. Le temps de s’approprier un répertoire au point de ...
Transfiguré

L’Orchestre de Paris transfiguré par Paavo Järvi

Il suffit de peu finalement pour trouver le chemin de l’excellence. Juste un homme. Après la rencontre de l’Orchestre de Paris avec Rafaël Frühbeck de Burgos qui n’avait pas porté toutes ses promesses, ce soir, avec Paavo Järvi, son chef promis, c’est plus qu’une entente : une alchimie. Du Prélude à l’après-midi d’un faune, Järvi ose un poème, façonnant la matière brute avec délicatesse. Celle-ci se pare d’ombres et de lumières, colorée ...
La comédie mais en sourdine

La comédie mais en sourdine

La fiancée vendue, depuis longtemps déjà au répertoire des grandes maisons telles que le Met (Mahler la dirigeait en 1909), Milan (1905) ou encore Londres (1907), entre cette saison à l’Opéra de Paris. Mais en version originale, s’il vous plaît. Opéra comique ou, plus justement, drama giocoso, le plus populaire des neufs opéras de Smetana (1866) s’intéresse au très sérieux problème du mariage forcé à la campagne. Aussi rigide dans ses ...
Début et fin d’une ère

Début et fin d’une ère pour l’Orchestre de Chambre de Cologne

De passage l’année dernière dans une majestueuse Passion selon Saint-Matthieu l’Orchestre de Chambre de Cologne change de chef après quarante-quatre ans de collaboration. C’est avec Mozart et Haydn qu’il retrouve aujourd’hui la scène parisienne sous la direction de Christian Ludwig, trente ans. Successeur de Helmut Müller-Brühl, le jeune chef allemand semble, à la lumière de ce premier programme, avoir le talent pour entretenir le potentiel et le niveau musical auquel ...
Dove sono i bei momenti …

Dove sono i bei momenti…

Pour que la rencontre de deux grandes entités fasse des étincelles, il faut que toutes deux soient à leur faîte. Si l’Orchestre de Paris, n’a pas eu à rougir de sa performance ce soir sous la baguette de Rafael Frühbeck de Burgos (ancien directeur de l’Orchestre de Vienne et du Deutsche Oper de Berlin, aujourd’hui à Dresde), il n’a pas apporté à ce rendez-vous sa meilleure forme. Le timing n’était ...
Rencontre au sommet

Rencontre au sommet

Fiez-vous à la sobriété teintée d’humour de la jaquette : la performance qu’offrent le pianiste Yefim Bronfman et les Zukerman ChamberPlayers (Pinchas Zukerman et trois de ses protégés canadiens) dans Schubert et Mozart vaut le détour. D’une technique irréprochable, la prise de son joue un rôle important dans l’expérience. Elle allie une définition exemplaire à un spectre large et une proximité inouïe. Un rendu d’un naturel exceptionnel. Immergé de cette manière dans ...
Autobiographie (trop ?) précoce

Lang Lang, autobiographie (trop ?) précoce

Cette année, il ouvre les J. O. de Pékin, il est célébré par un documentaire et un livre et tout cela avec un battage marketing époustouflant. Mais quel homme n’aimerait-il pas, avant trente ans, se voir écrire une autobiographie ? Dire qu’avant même l’âge où certains commencent à vivre, d’autres dressent un bilan. C’est le cas de Lang Lang, vingt six ans. Comme toute autobiographie de pop star ou d’homme politique, c’est avec ...
Nos jeunes

Nos jeunes

Festival Européen Jeunes Talents 2008 Au cœur du Paris historique, le festival Jeunes Talents s’évertue depuis huit ans à distinguer ceux qui compteront demain sur la scène nationale et internationale. Porté par une vocation européenne, le festival a vu se succéder des artistes d’horizons culturels divers (Shanghaï, Belgrade, Moscou, Vienne, Munich…), en solistes ou en formation de chambre. A en juger par le concert de ce soir, cette manifestation n’a rien à ...
Le violon en bonne voix

Le violon en bonne voix

Festival d’Auberive Aux portes de la Bourgogne, dans la Haute-Marne, cette région où la population au mètre carré équivaudrait à celle de la Sibérie, l’abbaye d’Auberive accueille depuis quatre ans un festival de violon. Chaque année, ce rendez-vous confirme la qualité et la pertinence de sa programmation. Autour de ses maîtres d’œuvre, Marianne Piketty et Pierre-Michel Durand, se rassemblent des têtes d’affiches telles que Frédéric Lodéon, Xavier Philips, David Grimal, Nemanja ...
cd_mozart_clarinette1

Bienheureuses transcriptions pour clarinette

Voici la rencontre d’un clarinettiste raffiné, Florent Héau, et d’un quatuor qui témoigne ici d’une incontestable affinité avec Mozart, le quatuor Manfred. Dans le répertoire pour clarinette, si le célèbre Quintette (1789) est de la main- même de Mozart, les deux quatuors présentés ici sont des versions arrangées et publiées en 1799 d’après deux sonates pour piano et violon (K378 et K 380). A la suite d’une comparaison scrupuleuse des deux ...
cd_lenert_tiberghien1

L’alto français dans (presque tous) ses états

L’alto, rarement mis à l’honneur, n’a cependant pas été délaissé par les compositeurs du XXe siècle. Enesco, Françaix, Milhaud sont les têtes d’affiches du récital de Pierre Lénert, soliste et alto solo de l’Opéra National de Paris, accompagné de Cédric Tiberghien. Cet enregistrement nous ouvre autant à la richesse d’un ambitus que d’un répertoire. Français (à la quasi non-exception d’Enesco), ce dernier est aussi le témoin d’une époque et d’une sensibilité. ...
soumm_paganini1

Alexandra Soumm, une violoniste sous surveillance

A 19 ans, Alexandra Soumm fait partie des violonistes incontournables de la nouvelle génération. Avec ce premier enregistrement, le choix des concertos de Bruch et Paganini assouvissent son inclination pour le lyrisme et la virtuosité. Le Concerto n°1 de Bruch (1864) ne jouit pas de la même aura que ses contemporains mais il a l’absolue faveur des plus grands violonistes (Repin, Perlman, Grumiaux, Stern, Oistrakh, …). C’est avec cet héritage que ...
L’enfance d’un chef d’œuvre

ONF-Masur : Intégrale Beethoven I – L’enfance d’un chef d’œuvre

L’Orchestre National de France clos la saison avec un cycle Beethoven au Théâtre des Champs Elysées, en huit temps. Six ans après l’intégrale des symphonies donnés dans ce même lieu, Kurt Masur reprend l’idée, augmentée des concertos. Unifié par la tonalité de do majeur, le concert d’ouverture a proposé quelques premiers opus du compositeur avec, au piano, Katia Skanavi. L’ouverture Léonore I (1806-07) est une découverte posthume, longtemps considérée comme une ...
Janine Jansen

Janine Jansen et Itamar Golan, tout feu, tout flamme

Le cadre superbe et intimiste de la Légion d’Honneur investi par le Festival de Saint-Denis a accueilli la violoniste hollandaise Janine Jansen et le pianiste Itamar Golan dans un petit récital en forme de bijou. Comme pour prendre le pouls, c’est avec la plus imposante des deux pièces présentées que débute le concert : Chostakovitch. L’univers installé par les deux solistes oscille avec intelligence entre l’éther et les enfers. Ils savourent un ...