Lieu : Opéra Bastille

L'anatomie de la sensationPour Francis Bacon Wayne Mcgregor

Reprise de l’Anatomie de la sensation à l’Opéra Bastille

C'est la dernière chance de voir danser Aurélie Dupont sur la scène de l'opéra Bastille. Son splendide duo avec Alexandre Gasse justifie à lui seul de découvrir ou de redécouvrir L’anatomie de la sensation de Wayne McGregor, créé pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 2011. La reprise de ce spectacle offre en outre l’occasion d’y voir de magnifiques couples de partenaires, entre Aurélie Dupont, Alice Renavand, Dorothée Gilbert, Marie-Agnès ...
Adriana Lecouvreur (Saison 2014-2015)

Le retour d’Adriana Lecouvreur à Paris avec Angela Gheorghiu

Adriana Lecouvreur, l'œuvre-phare de Francesco Cilea, assez rare sur les scènes internationales est de retour à Paris avec dans le rôle-titre la soprano Angela Gheorghiu. Paris l'avait découverte en 1994 avec l'interprétation mémorable de Mirella Freni. Il aura fallu la reprise d'une production créée à Londres en 2010 pour que le public succombe à nouveau au parfum délétère de ce fatal bouquet de violettes. On peine à imaginer cependant que le destin ...
Philippe Jordan

Beethoven Neuvième symphonie, épisode 1 : Philippe Jordan à l’Opéra Bastille

Les "hasards" de la programmation ont mis simultanément à l'affiche parisienne deux exécutions de la Symphonie n°9 de Beethoven. Concluant leur intégrale, Philippe Jordan et les forces de l'Opéra de Paris ouvraient le feu en ce mercredi soir, trente petites minutes avant Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris le lendemain. Il n'y a pas plus proche du célèbre opus 125 que cette Fantaisie créée en 1808, puisqu'on y retrouve en germe ...
Le roi Arthus (Saison 2014-2015)

Le Roi Arthus à Paris, sublime et trahi

On se réjouissait évidemment d'entendre enfin Le Roi Arthus à l'Opéra de Paris. L'ouvrage recèle d'admirables beautés et la noblesse d'inspiration de Chausson force le respect et l'admiration. Musicalement, le résultat dépasse nos espérances. Mais quel dommage qu'une mise en scène malvenue vienne ternir notre plaisir ! A tout seigneur tout honneur: l'orchestre se couvre de gloire, sous la baguette inspirée de Philippe Jordan, qui rend ainsi un digne et touchant ...
Rusalka

La Rusalka de Robert Carsen de retour sur la scène de Bastille

La somptueuse production de Robert Carsen mettant en scène Rusalka d'Antonin Dvořák en 2002 revient à Bastille, après une première reprise en 2005, Turin en 2007 et continue de nous séduire. « Malheur à qui apprend à connaître un humain ». La malédiction est proférée par l'Esprit du lac et s'abat sur l'infortunée Rusalka. Nymphe des eaux et immortelle, elle s'est éprise d'un Prince qui a pris l'habitude de « se baigner entre ses ...
Lac 2

Enfin un Lac des Cygnes de niveau international à Paris

Reprise du Lac des Cygnes à l'Opéra Bastille: enfin, depuis tant d'années d'errance avec des Etoiles à bout de souffle, une distribution de niveau international permet de croire aux lendemains avec les nouvelles forces du corps de ballet. En effet, il a été rarement vu autant d'espoirs vérifiés en la personne d'Héloïse Bourdon, qui a connu les lumières de l'avant-scène en étant Nikiya il y quelques saisons, et, comme cela est ...
faust paris bastille

Un Faust en demi-teintes à Paris

Ce Faust à la Bastille est sauvé de la banalité par le chef d'orchestre Michel Plasson, brillant à la baguette.  Il ne s'agit pas de réduire ce Faust à l'idée banale qu'on ait voulu faire du neuf avec du vieux. On retrouve l'immense bibliothèque imaginée par Johan Engels en 2011 pour la production de Jean-Louis Martinoty. Cette production est expurgée de la débauche d'attirails assez inutile qui peuplait ce décor dans ...
7426_PELLEAS-ET-MELISANDE--c--ELISA-HABERER----OPERA-NATIONAL-DE-PARIS--10-

Le Pelléas de Bob Wilson, entre splendeur et immobilité

Cette reprise du Pelléas de Bob Wilson à Bastille (déjà documentée en DVD) peut se lire comme la démonstration d'une "méthode". Les convaincus adoreront cette combinaison esthétique-extatique, tandis que les sceptiques lui reprocheront son approche "copier-coller". Impossible pour les deux camps de nier cette fabuleuse machine à produire des images à la composition millimétrée et implacable. Saupoudrées d'un halo entre blanc et bleu cobalt, les personnages se découpent avec la précision ...
norbert ernst

Les poésies de Mörike par Hugo Wolf

C'est à peu près la moitié des poèmes de Mörike mis en musique par Hugo Wolf que le ténor Norbert Ernst et Kristin Okerlund ont donnés à l'Amphithéâtre Bastille. Visions fantastiques, méditations pieuses ou humoristiques : à l'exception des mélodies explicitement féminines, le bouquet choisi présente tous les aspects de ce recueil trop riche pour une seule soirée. Comme le souligne Stéphane Goldet dans l'intéressante note de programme, Wolf a su magnifiquement ...
Lafotogràfica 138

L’Opéra de Paris honore enfin Britten

Les cinq Canticles de Britten n’ont pas à se plaindre d’une discographie déficiente, parce que l’œuvre n’a cessé de fasciner les musiciens Outre-Manche et ailleurs, mais leur réception par le public mélomane est toujours restée plus confidentielle : il est heureux que l’Opéra de Paris ait eu l’idée de les faire découvrir au public français. Et aussi en ayant l’audace de programmer un deuxième concert le lendemain de celui auquel nous avons ...
don giovanni onp

Le Don Giovanni de Haneke : entre chien et loup

On saura gré à Stéphane Lissner d'avoir pris la parole au lever de rideau pour commenter la saturation de violence que nous vivons tous depuis les attentats des 7 et 8 janvier dernier. À l'issue d'un discours sobre et touchant, le chœur entonne un Va pensiero tétanisé par l'émotion, que la salle applaudit debout. Quand la barbarie du réel rejoint la fiction… Pour sa troisième reprise, le Don Giovanni dans la ...
la boheme

Une solide Bohème de répertoire à Bastille

Inusable Bohème de Jonathan Miller… Depuis près de vingt ans, que cette mise en scène remporte un indéniable succès public, on finirait presque par s'étonner de cette alchimie gagnante. La cuvée 2014 ajoute à la qualité de la mise en scène un plateau de bonne tenue et une solide direction. En jouant explicitement la carte du néo-réalisme, le décor de Dante Ferretti conserve la nostalgie des bluettes sentimentales imaginées par Henri ...
casse noisette bastille14

Prises de rôle de Mélanie Hurel et Hugo Marchand dans Casse-Noisette

Casse-Noisette. Un air de déjà-vu ? Le ballet est en effet régulièrement donné pendant les fêtes de fin d’année et il a été vu et revu un nombre incalculable de fois. Même la sublime partition de Tchaïkovski pourrait être comparée à un jingle tant on l’a entendue sur les ondes. Et pourtant : la magie opère à chaque fois. Tout semble fait pour émerveiller le spectateur. Et ça marche ! Casse-Noisette est une ode ...
08-02-11165-Tamestit03

Une viole d’amour et un alto pour l’hommage à Luigi Nono

Deux altos et un violon sur la scène de l'Amphithéâtre Bastille et autant d'oeuvres sollicitant ces instruments (huit au total dont deux créations mondiales), s'inscrivaient dans le cycle des concerts en hommage à Luigi Nono initié par le Festival d'Automne 2014. Cinq pièces aussi courtes que contrastées se succédaient dans une première partie invitant les interprètes en soliste ou en duo. Antoine Tamestit et Garth Knox « ouvraient le bal » avec Paraphernalia ...
Concert Philippe Jordan (c) Jean-François Leclercq - Opéra national de=-UTF-8-Q-

Un Beethoven en manque d’héroïsme à Bastille

Deuxième levée de l'intégrale des symphonies de Beethoven que l'Orchestre de l'Opéra entama dans les ors de Garnier et qui se poursuit désormais dans l'immense vaisseau de Bastille, ce concert, dirigé par Philippe Jordan, au sommet duquel se trouvait l'immense « Héroïque » précédée, assez classiquement, par la Symphonie n°1, avait fière allure sur sa partie finale. En formation réduite à quarante cordes, l'orchestre se trouva confronté d'emblée à la première difficulté, ...
2014-15-tosca-020_copier

Tosca porte sa croix à Bastille

Evidemment, personne ne se plaindra du remplacement de la production de Werner Schroeter, après 18 ans de bons et loyaux services… mais cette Tosca version Pierre Audi comble t-elle vraiment nos attentes ? Le rideau qui se lève sur ce décor elliptique et conceptuel rappelle inévitablement le symbolisme déjà à l'œuvre chez Schroeter. Peu d'efforts à fournir ici pour comprendre les intentions et les messages… ils nous sont même assénés avec ...
nono2

Luigi Nono mis à l’honneur au Festival d’Automne

Le Festival d'Automne met cette année à l'honneur le compositeur italien Luigi Nono. Le concert-portrait qui invitait le public, dans la même soirée, à se déplacer de l'église Saint-Eustache à l'Amphithéâtre Bastille, semblait mettre en résonance la phrase, relevée par Nono sur le mur d'un cloître de Tolède, qui renvoie à sa propre éthique compositionnelle : « Voyageurs, il n'y a pas de chemins, il faut marcher ». Les deux oeuvres données dans l'immense ...
barbier-49

Un Barbier haut en couleurs

A l'Opéra Bastille, un Barbier grand public qui distrait mais sans combler. Damiano Michieletto déplace l'action dans une Séville populaire et haute en couleurs. Un spectacle bon enfant mais un théâtre davantage visuel que strictement vocaliste. En 2012 déjà, l'esprit movida faisait souffler à Bastille un vent de folie sur Carmen revue et corrigée par Yves Beaunesne. Deux ans plus tard, c'est au tour du Barbier de Séville version Damiano ...
gerhaher

Christian Gerhaher, la lettre et l’épure

Christian Gerhaher et Gerold Huber affrontent un exigeant programme de lieder signé Schubert et Rihm à l'amphithéâtre Bastille. Les poésies de Goethe servent de fil rouge à ce récital en proposant à l'auditeur une véritable réflexion sur la nature profonde du romantisme. Faisant mentir l'annonce qui le faisait porter pâle, Christian Gerhaher n'a pas manqué son rendez-vous avec le public venu l'écouter à l'amphithéâtre Bastille. Plus une place de libre ...
Visuel Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris : une histoire d’amour et de mort à l’Opéra Bastille

Commande de George Auric, alors administrateur de l’Opéra de Paris, le ballet Notre-Dame de Paris marqua le retour fracassant de Roland Petit dans l’institution qu’il avait quittée en 1944 pour monter ses propres créations au théâtre des Champs-Élysées. Le livret de Petit convie sur scène des personnages librement inspirés du roman éponyme de Victor Hugo. Petit signe ici un ballet novateur. L’ensemble s’avère globalement réussi, même s’il manque ce « je-ne-sais-quoi » qui ...
10 mois d'école et d'opéraprégénérale 14+18

14+18 Dix mois d’Ecole et d’Opéra

Cette année encore, le projet Dix Mois d'Ecole et d'Opéra surprend par les ambitions affichées et l'enthousiasme des équipes pédagogiques et artistiques. Pour la première fois depuis 1991, ce partenariat entre l'Opéra National de Paris et l'Education Nationale se déplace hors de l'Île-de-France pour aller combattre idées reçues et préjugés autour de l'utilisation de l'art lyrique utilisé dans des milieux scolaires dits "difficiles". L'an dernier, ce programme célébrait son dixième anniversaire en ...
LA TRAVIATA. Opera National de Paris

La Traviata à l’Opéra de Paris, Diana Damrau impériale

Pour sa 432ème représentation, l'Opéra National de Paris met en scène La Traviata, un des classiques du mélodrame italien. Le livret de Piave peint des portraits de la vie quotidienne avec un regard insistant sur l'aspect psychologique des personnages représentés. Leurs états d'âme et leurs émotions sont le moteur de l'intrigue et de la dramaturgie sonore qui mêle le tragique et le sublime. Les sentiments exacerbés de l'amour, de la ...
millepied balanchine

Balanchine Millepied à l’Opéra Bastille : un festival de couleurs

Festival de couleurs et musiques éblouissantes pour le double programme Balanchine – Millepied du Ballet de l’Opéra à l’Opéra Bastille. De nouveaux costumes étincelants signés Christian Lacroix pour la reprise du Palais de Cristal, créé par George Balanchine en 1947 pour la compagnie. Une création lumineuse et colorée sur la symphonie chorégraphie de Ravel, Daphnis et Chloé, par Benjamin Millepied avec des décors de Daniel Buren. Entre jeunes pousses et ...
Les Capulets et les Montaigus (saison 2007/2008)

Les Capulets et les Montaigus à Bastille

Quel extra-terrestre n'a-t-il jamais entendu parler des Capulet et des Montaigus de l'Opéra Bastille, dont voici la cinquième reprise ? Qui n'a au moins lu, faute de l'avoir vue, l'accueil favorable réservée chaque fois à la jolie mise en scène de Robert Carsen, qui n'a pas pris une ride en dix huit ans ? Et que va-t-on pouvoir écrire de neuf à son sujet, si ce n'est répéter que, toujours un peu ...
tristan sellars paris

Le rituel Tristan de Sellars à Paris

Wagner a écrit Tristan et Isolde comme une cérémonie d’initiation : action scénique réduite au minimum, quasiment pas de choeurs (mais quels !) pour 5 chanteurs (voire deux !) qui parlent pendant 4 heures du voyage humain de l’Amour à la Mort. L’opéra wagnérien a toujours été le miroir des avancées en matière de mise en scène. Nul doute, alors, que Wagner, qui rêvait de l’oeuvre d’art totale (le fameux ...
La Bohème (Saison 2013-2014)

À Bastille, la Bohème cherche encore la petite étincelle

Mettre en scène La Bohème, c'est un peu être en permanence sur la corde raide. Face à une partition déjà extrêmement expressive et un livret qui, avouons-le, n'a pas très bien vieilli (comme chez Maeterlinck, la limite entre le désuet et le ridicule est parfois ténue), comment ne pas sombrer dans l'overdose de bons sentiments ? Nul Scarpia ou autres Pinkerton pour venir épicer la sauce : pendant ces deux heures où l'on ...
lionel-bringuier

Simon Trpčeski et Lionel Bringuier, un duo gagnant de jeunes prodiges

Quand un des meilleurs orchestres du monde rencontre un jeune prodige de la baguette, le résultat est réellement bluffant. Démonstration. Dans Une nuit sur le Mont Chauve, Lionel Bringuier a réussi à obtenir très belles couleurs : malgré une orchestration fournie, il est parvenu à conserver une certaine volubilité (qui n'est pas sans évoquer la Symphonie Fantastique de Berlioz) ; ainsi, évitant avec succès l'aspect parfois massif de l’œuvre, les accents « russes », bien ...
fluteparis14

A l’Opéra Bastille, une Flûte Enchantée dégoulinante de bon sentiments

On a perdu le compte. Combien de nouvelles productions de La Flûte Enchantée avons-nous vu depuis l’ouverture de l’Opéra Bastille ? Trois, si notre mémoire est bonne, plus une à l’Opéra Garnier. Celle-ci, signée Robert Carsen, paraît en tout cas faite pour durer bien plus longtemps que les éphémères précédentes. Tout est joli, sensé, voire consensuel dans cette mise en scène, qui manque pourtant de souffle et d’envergure. On se prend ...
mme butterfly bastille

Madame Butterfly bouleverse Bastille

C'est la production de 1993 -date à laquelle Madame Butterfly a fait son entrée dans le répertoire de l'Opéra de Paris- qui nous avons redécouvert lors de cette première très applaudie, et force est de constater que plus de vingt ans après, la mise en scène sobre et épurée du célèbre Bob Wilson n'a pas pris une ride. Les superbes costumes de Frida Parmeggiani et de subtiles jeux de lumières (diverses ...
fanciulla2

La Fanciulla de Disneyland Paris

Quand l'Opéra national de Paris décide d'acheter une production au Nederlandse Opera d'Amsterdam, scène connue pour sa qualité, il faut que ce soit la plus mauvaise. Le Regietheater à l'allemande a aussi ses seconds couteaux et ses maîtres à bout de souffle. Nikolaus Lehnhoff, dans La Fanciulla del West de Puccini, a voulu dénoncer l'argent roi et la décadence de l'Amérique triomphante. Les mineurs du Far West à la recherche ...