Lieu : Opéra Bastille

Une réussite totale !

Siddharta : une réussite totale !

Une réussite totale pour cette commande de l’Opéra national de Paris à Angelin Preljocaj, Bruno Mantovani, Claude Lévêque et Eric Reinhardt sur la jeunesse de celui qui devint Bouddha : le prince Siddharta. C’est une équipe artistique exceptionnelle qui a œuvré de concert pour cette création mondiale, commande de l’Opéra national de Paris pour le Ballet. La chorégraphie a été confiée à Angelin Preljocaj, dont c’est la quatrième pièce pour l’Opéra. Il ...
Art total, nous voilà !

L’Or du Rhin à Paris : Art total, nous voilà !

Première attendue que celle de L’Or du Rhin, prologue à une Tétralogie qui se terminera en juin 2011. Depuis 1957 la «Grande Boutique» n’avait osé programmer L’Anneau du Nibelung dans son intégralité – et encore, seuls les deux premiers volets furent donnés à ce moment. En toute logique, l’ancien assistant de Patrice Chéreau à Bayreuth sur le même cycle et aujourd’hui directeur de la maison s’est empressé de produire un ...
Tout est dans l’austère

Don Carlo à la Bastille : tout est dans l’austère

Austérité, toute la scénographie de ce Don Carlo réside dans ce mot. Des décors réduits à une simplicité efficace, une mise en scène statique à en perdre toute dimension théâtrale – au moins l’œuvre est respectée. Seule entorse au livret original : Don Carlos s’évanouit (meurt ?) sur la pierre tombale de Charles Quint. Pour le reste Graham Vick propose plus des tableaux saisissants qu’une véritable direction d’acteurs, le tout justifié par ...
Enfin!

La Sonnambula entre à l’Opéra de Paris, enfin !

C’est dans la version du Staatsoper de Vienne et la présence tant attendue de Nathalie Dessay que l’Opéra de Paris ajoute la Sonnambula de Bellini à son répertoire. Son intrigue n’attend qu’une chose, qu’on l’interprète et sa musique, qu’on y succombe. La veille de son mariage, Amina, atteinte de somnambulisme, est accusé d’adultère par Elvino, son futur époux. Le conte de fée se dégrade : rien ne lui permet de prouver le ...
Enfin Werther !

Enfin Werther !

 Enfin Werther ! Non que l’œuvre soit peu donnée à Paris – on a pu l’entendre sur la même scène il y a moins d’un an – mais rarement dans un tel souci de cohérence et de vérité de l’œuvre. Enfin un jeune poète beau et élancé – et une Charlotte au diapason, superbement costumée par Christian Gasc –, enfin un ténor sacrifiant les éclats de voix garants d’un succès facile ...
kaija_saariaho-300x4501

Incantations à Bastille avec Kaija Saariaho

Voix, Espace... Kaija Saariaho a une prédilection pour l’utilisation de la voix. Cette soirée fut un bon exemple de cette caractéristique : en effet, les œuvres qui y furent présentées étaient toutes des compositions pour voix (ici les très bons chanteurs de l’ensemble Les Solistes XXI) et électronique. Electronique, un terme générique qui décrivait dans ce cas une bande-son comportant des sons de natures diverses – bruissements, soufflements, ainsi que quelques-uns, percussifs, ...
Où en est-on avec le « style » Noureev ?

Où en est-on avec le « style » Noureev ?

Casse-Noisette Une reprise, pour les fêtes, d’un ballet qui ravit le néophyte ne doit pas faire oublier l’importance pour une compagnie internationale qu’elle a à défendre sa grandeur. Cela se traduit aussi bien par les Étoiles qui la composent que le corps de ballet qui soutient la trame du ballet. En ce qui concerne ce dernier, pour une Première, il est surprenant de constater que tout est très en place, et ...
Schumann lyrique

Schumann lyrique par le Chœur de l’Opéra National de Paris

Le Chœur de l’Opéra National de Paris en concert, seul, voila qui n’est pas courant. Après tout, pourquoi pas ? Le nouveau chef de chœur de la maison Patrick-Marie Aubert confiait dans un récent entretien vouloir défendre avec ses troupes d’autres répertoires de temps à autres que le lyrique. Premier concert test en ce dimanche soir… Test réussi. Comment pouvait-il en être autrement avec un chœur – réduit à 32 musiciens – professionnel ? Mendelssohn ...
En fermant les yeux…

Andrea Chénier à Paris : en fermant les yeux…

Andrea Chénier enfin au répertoire de l’Opéra National de Paris ! Dans la capitale, seul l’Opéra-Comique avait osé programmer cette œuvre dans un passé lointain – et en français. A l’instar d’Adriana Lecouvreur de Cilea, donnée in loco pour la première fois en 1996, il y a des absences de titres dans la «Grande Boutique» qui laissent interrogateur. On sait que l’ère Jœl à l’ONP sera celle du bel canto romantique ...
Ascension alpestre

Intronisation de Philippe Jordan à l’Opéra National de Paris

Pour son intronisation à l’Opéra National de Paris, Philippe Jordan, nouveau directeur musical de l’institution, a décidé, tel Hannibal, de franchir les Alpes… par une œuvre qui puisse réunir la totalité des musiciens de l’orchestre de la maison. Pour faire opposition, et prouver à son futur public son éclectisme musical, le chef avait choisi le tardif Concerto pour violon de György Ligeti. Choix judicieux, devant une salle comble dont ce devait ...
Fade Salomé

Fade Salomé

En 1905 Freud avait déjà écrit l’Etude sur l’hystérie, L’interprétation des rêves et Trois essais sur la théorie sexuelle. Le terme de psychanalyse est créé. Comment ne pas en prendre compte face à Salomé d’Oscar Wilde / Richard Strauss ? Une jeune fille érotomane, une vieille dame aigrie, un vieil homme impuissant et pédéraste, un mystique halluciné, … Non, Lev Dodin prend tout au premier degré. Salomé est une jeune fille capricieuse, Jokanaan ...
Charmante Bohème

Charmante Bohème avec Natalie Dessay

La mise en scène de Jonathan Miller de la Bohème va fêter ses quinze ans et ne semble pas vieillir pour autant. Transposée au Paris des années 30, elle s’adapte parfaitement au drame de Puccini : la pauvreté ne tombe pas dans le sentimentalisme et respecte avec justesse les didascalies qui nuancent la partition du maître de Lucques. La Mimi de Tamar Iveri est très timide vocalement dans le premier tableau (mais ...
Symbolisme, quand tu nous tiens

Die Tote Stadt de Korngold : Symbolisme, quand tu nous tiens

Roman considéré comme fondateur du mouvement symboliste, Bruges la morte de l’écrivain belge d’expression francophone Georges Rodenbach a connu une fortune diverse, devenue Le Mirage dans son adaptation théâtrale (par Rodenbach lui-même) puis La Ville morte en 1920, mis en musique par le tout jeune Erich Wolfgang Korngold. Et cette musique, qui combine une facilité mélodique digne de Puccini aux déchaînements orchestraux de Richard Strauss, ne pouvait que mieux convenir ...
Ouverture de saison en demi-teinte

Wozzeck à Bastille, ouverture de saison en demi-teinte

Ouverture palote à l’ONP, après une Mireille étrillée par les confrères, la reprise de la production Marthaler de Wozzeck – un héritage de la période Mortier – souffre d’une distribution déséquilibrée. En effet, Vincent Le Texier est un Wozzeck honnête, bon acteur, qui a compris le rôle. Une prestation qui ne démérite pas, mais la voix ne suit pas toujours, l’émission est raide dans les aigus, la fatigue se fait sentir ...
Envoûtant sortilège !

Envoûtant sortilège à Bastille!

Excellente, hilarante, envoûtante, la représentation de L’enfant et les sortilèges de Maurice Ravel, présenté à l’Amphithéâtre Bastille en version de chambre. Dans une ambiance plutôt intime, les jeunes professionnels de l’Atelier lyrique de l’Opéra national de Paris, ont mis en scène un spectacle de haut niveau artistique. Les Histoires naturelles qui ont précédé l’opéra ont tout de suite plongé le public dans une atmosphère de bonheur. Exécutées avec justesse et élégance ...
Faites l’amour, pas la guerre

Faites l’amour, pas la guerre

Certains metteurs en scène ont leurs marottes : le lit (Robert Carsen), les néons (Olivier Py), la couleur bleu (Bob Wilson), … Pour Krzysztof Warlikowski ce sont les salles d’eau, les vieux, les enfants et les chefs d’œuvres du cinéma. Pour le second opéra de Karol Szymanowski, donné enfin en création scénique et ultime production de l’ère Mortier, nous avons eu droit à un ballet de cacochymes faisant de l’aquagym dans ...
L’alchimiste Warlikowski

L’alchimiste Warlikowski

L’affaire Makropoulos La reprise de L’affaire Makropoulos (mise en scène par Krzysztof Warlikowski et créée à l’Opéra-Bastille en avril 2007) pouvait laisser craindre un relâchement du plateau, comme il en arrive parfois, dans de telles circonstances. C’était sans compter sur la présence à Paris du metteur en scène polonais, (il prépare sa nouvelle production, Le roi Roger de Karol Szymanowski, pour le mois de juin prochain), qui est intervenu pour maîtriser ...
Réunion de copropriétaires

Macbeth de Tcherniakov : réunion de copropriétaires

Les mises en scène «décapantes», marque de l’ère Mortier de l’ONP, ne sont valables qu’avec un propos dramatique sûr et une exécution musicale irréprochable. Ce soir, pour cette production de Macbeth de Verdi, en provenance directe de l’Opéra de Novossibirsk, nous avons eu droit à une transposition hasardeuse, charcutant allègrement la partition. Macbeth, chez Dmitri Tcherniakov, est un parvenu, un nouveau riche comme la Russie actuelle en compte tant, pantin aux ...
Ode tchèque à la nature

Ode tchèque à la nature

Une Petite Renarde rusée Avec l’appui hyperréaliste d’un montage vidéo, cette mise en scène pour jeune public d’Une petite renarde rusée ouvre habilement une fenêtre sur la nature et le rythme des saisons. Pour cette nouvelle adaptation d’Alexander Krampe et Ronny Dietrich, le chef d’orchestre Denis Comtet a choisi de faire chanter les personnages humains (Le Forestier, sa femme et ses enfants) en français et les animaux en tchèque. Si ce système ...
Le Riche prodigieux dans Neumeier

Nicolas Le Riche prodigieux dans Neumeier

Troisième Symphonie de Gustav Mahler Pari gagné avec l’entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra National de Paris de l’une des premières chorégraphies de Neumeier sur la musique de Gustav Mahler. Nicolas Le Riche est prodigieux de présence dans ce ballet fleuve, emblématique des années 70. De prime abord, le pari n’était pas gagné ! Quelle mouche avait piqué Brigitte Lefèvre, directrice du Ballet de l’Opéra national de Paris, de faire entrer au ...
Ecorché vif

Werther écorché vif à l’Opéra de Paris

L’Opéra de Paris avait pour cette production de Werther de Jules Massenet (qui nous vient du Bayerische Staatsoper de Munich) prévu de donner en alternance les deux versions, pour ténor (1892) et pour baryton (1900). Le forfait de Rolando Villazón était à prévoir. C’est donc Ludovic Tézier qui a assuré la première de cette série. Autant dire que les spectateurs n’ont absolument rien perdu. Werther baryton ajoute à la profondeur et ...
Des interprètes trop loin de leur base

Des interprètes trop loin de leur base

Orchestre de l’Opéra National de Paris Réunir au même programme Haydn et Bruckner fonctionne bien en général, les (toute proportion gardée) courtes symphonies du premier trouvant assez naturellement leur place en première partie d’un concert complété ensuite par un des monuments brucknériens. Mais une bonne idée ne suffit pas à faire un grand concert, l’essentiel reste la réussite musicale due, entre autre, au talent des instrumentistes et à l’inspiration du chef. ...
Voyage au pays du lyrique

Voyage au pays du lyrique

L'Opéra de quatre notes Savoureux voyage au pays du chant lyrique destiné aux enfants, L’opéra de quatre notes séduit autant par sa forme que par son contenu. Comment initier les plus jeunes aux subtilités de l’opéra ? Non pas en leur racontant une histoire, mais en mettant en scène des chanteurs qui expliquent prosaïquement ce qu’ils font. Ainsi, ni vu, ni connu, les petits comprennent ce qu’est un air, un récitatif, un duo ou ...
semyon_bychkov

Pour Leningrad seulement

Orchestre de l’Opéra National de Paris Est-ce le changement de programme dû au forfait de Ben Heppner, avec la substitution d’extraits wagnériens par les Métamorphoses de Strauss, mais la vaste salle de l’Opéra Bastille n’était pas comble pour ce concert où la pièce principale était la Symphonie «Leningrad» de Chostakovitch. Ainsi l’Orchestre de l’Opéra National de Paris est-il sorti plus complètement que prévu de son répertoire de fosse habituel, avec une ...
Mise à nu

Mise à nu de Lady Macbeth de Mzensk

Connue par le DVD, cette production de Lady Macbeth de Mzensk de Dimitri Chostakovitch du Nederlandse Opera d’Amsterdam créée en 2006 fait escale à Paris, et restera comme un moment fort de la saison 2008/09. Le spectateur a intérêt à mettre sa ceinture de sécurité : Martin Kušej n’y va pas de main morte. Le livret est pris au pied de la lettre, sans approfondissement psychologique. Les personnages sont livrés crus, directs, ...
Béjart célébré

Maurice Béjart célébré par l’Opéra de Paris

Un an après la mort du chorégraphe, l’Opéra national de Paris lui rend hommage dans ce programme en trois ballets, emblématiques de la symbolique béjartienne. Serait-ce la mort ? créé en 1970 par le Ballet du XXe siècle, mais entré au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris neuf années plus tard, n’est pas une œuvre majeure de Maurice Béjart, mais elle permet de mettre en valeur cinq très beaux interprètes. A ...
De l’enchantement au cauchemar

La Flûte à Bastille, de l’enchantement au cauchemar

Ennuyante, monotone et incompréhensible a été la représentation de La flûte enchantée de Mozart, à l’affiche jusqu’à fin décembre à l’Opéra Bastille. Pas d’enchantement, ni de musique, ni de chant, ni de mise en scène, mais plutôt un cauchemar. L’œuvre presque méconnaissable a été complètement (ré)interprétée selon une lecture psychologique du livret. L’espace scénique est une reproduction idéale d’un cerveau à entendre comme foyer de la connaissance, créé à l’aide de ...
Karlheinz Stockhausen dans la musique à grande diffusion

L’hommage lumineux fait à Stockhausen

Festival d’Automne « Nous écoutons parce que nous appartenons à cet appel, musical, spirituel, sinon cosmique, qui nous est lancé ». Ainsi s’exprimait Karlheinz Stockhausen en 1948 dans une nouvelle récemment retrouvée (C’était comme un appel) que Laurent Feneyrou cite dans ses remarquables notices de programme du Festival d’Automne. Trois rendez-vous comprenant des créations et une représentation scénique avec la Fura del Baus et Musik Fabrik à la MC93 de Bobigny (l’acte central ...
Reprise de routine

Reprise de routine du Rigoletto par Jérôme Savary à la Bastille

Peut-être autant critiquées que les relectures, les mises en scène traditionnelles (et celle-ci en particulier) tombent fréquemment sous le coup de la critique. Si l’on peut comprendre la lassitude de voir donner encore une fois à l’Opéra-Bastille cette même production de Jérôme Savary, rendons-lui justice en évoquant les sompteux costumes historiques, un grand dispositif scénique rotatif qui permet d’évoquer une ville et un palais en ruine – en symbole, peut-être, ...
Rusons sur la production

Rusons sur la production

La petite renarde rusée Un champ de tournesols sortis d’un magasin d’ameublement, une voie de chemin de fer qui traverse la scène, des enfants en tenue stylisée d’insectes… Nous avions déjà vu ça quelque part : au Théâtre des Champs-Elysées il y a exactement six ans. André Engel a repris sa mise en scène produite par Lyon et le TCE pour la servir à Bastille, moyennant quelques aménagements et surtout la mention ...