Mot-clef : Eric Ruf

Le Comte Ory à l’Opéra Comique : cadeau de fin d’année

Le Comte Ory à l’Opéra Comique : cadeau de fin d’année

Limpidité et qualité pour Le Comte Ory à Paris. Que ce soit la mise en scène de Denis Podalydès, la musique ou la distribution (Philippe Talbot, Julie Fuchs, Gaëlle Arquez), l’Opéra Comique offre un beau cadeau de fin d'année à son public. Souvent traité comme une comédie un peu simpliste voire potache, ou bien comme un pastiche, Le Comte Ory de Rossini présente le risque de tomber dans le grossier. Mais ...
cenerentola garnier17

La Cenerentola à Garnier, une nouveauté déjà démodée

Pas de pantoufle ni de marâtre pour La Cenerentola de Rossini, mais sous la mise en scène de Guillaume Gallienne et la direction musicale d’Ottavio Dantone, la citrouille ne se transforme pas non plus en carrosse. La distribution vocale fraîche et pétillante, dominée par un charismatique Roberto Tagliavini suscitant les applaudissements les plus nourris en fin de représentation, semble tout de même manquer d’envergure dans cette salle si prestigieuse qu’est ...
Patricia Petibon, muse klimtienne dans un ténébreux Pelléas et Mélisande

Patricia Petibon, muse klimtienne dans un ténébreux Pelléas et Mélisande

La généreuse incarnation d’une héroïne entourée de mystère par Patricia Petibon, la simplicité efficace et le symbolisme de la direction musicale de Louis Langrée, la vision ténébreuse et oppressante du metteur en scène Eric Ruf… Alors que l’envoûtement de Pelléas et Mélisande est pour beaucoup difficile à s'approprier, cette nouvelle production du Théâtre des Champs-Élysées donne véritablement les moyens de traverser cette forêt obscure afin d'accéder à l’expression enchanteresse de l’opéra ...
Mitridate TCE

Mithridate de Mozart : un génie hors convention

Annonçant un génie en devenir, Mithridate n'est pas l'opéra seria le plus monté de Mozart ; sa forme parfaite dans la composition et dans l'esprit a connu plusieurs versions et les typologies vocales de l'œuvre en font un opéra assez difficile à mettre en scène. Le Théâtre des Champs-Élysées s'est attelé à cette tâche en relevant le défi avec brio. La mise en scène de Clément Hervieu-Léger qui devient coutumier des ...
didone1

Anna Bonitatibus, tragédienne d’exception dans La Didone

Depuis le début de cette année, Francesco Cavalli a avantageusement posé ses valises à Paris. Après Egisto à l'Opéra-Comique en février dernier, voici La Didone. Oserait-on dire que, entre ces deux ouvrages, un saut qualitatif est évident, dont les librettistes sont responsables. Non que Giovanni Faustini, avec lequel Cavalli œuvra souvent, ait livré, avec Egisto, un médiocre livret, loin s'en faut. Mais Francesco-Maria Busenello (1598-1659) est d'une trempe supérieure. Également ...
lasource_une1011

Le Ballet de l’Opéra fait rejaillir La Source

La Source a tout pour devenir un ballet mythique ! Des noms de personnages impossible à mémoriser, une intrigue mêlant orientalisme et mystérieux, des costumes splendides, un argument limpide, une scénographie claire et dégagée. Ajoutons enfin à cette liste d’ingrédients un zeste de danses de caractères, d’amours contrariées et une fin tragique… L’Orient, ses voiles et ses odalisques, a toujours fait à la fois rêver les artistes (Ingres, Delacroix…) et ...
J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé

Fortunio d’André Messager à l’Opéra-Comique

J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé André Messager, dont on cite spontanément le «duo de l’escarpolette», n’est pas seulement le compositeur de Véronique (1898). L’œuvre légère qu’est la «comédie lyrique» n’était pas selon lui la simple opérette à la Lecocq ou l’opéra-bouffe parodique où triomphait un Offenbach mais un genre issu de l’opéra-comique français, dans la tradition des Dalayrac, Boieldieu et Auber, même si elle abandonne ...
Un auditorium des cimes

Festival des Arcs 2008, un auditorium des cimes

Force est de constater que musique et altitude font bon ménage. L’équipe du Festival des Arcs confirme. Rien de tel que ce coup de frais qui vous saisit à 2000 mètres, au plus fort de l’été, pour stimuler l’enthousiasme et exalter les énergies des musiciens. Du plus jeune au plus chevronné – et durant plus de deux semaines – ils enchantent les oreilles d’un public mélomane et passionné - vacanciers ...
Procès de Jeanne d’Arc, procès toujours bien actuel du fanatisme

Procès de Jeanne d’Arc, procès toujours bien actuel du fanatisme

Cela n’a pas dû être évident pour le talentueux réalisateur vidéo Don Kent de convertir en images, de manière optimale, ce sombre spectacle qui part de ténèbres profondes pour ne les quitter que rarement. Le DVD résultant nous offre ainsi idéalement la représentation du 13 juillet 2006 à l’Opéra Berlioz / le Corum de Montpellier, sous la direction inspirée d’Alain Altinoglu. En fait, il s’agit d’une reprise d’une superbe production ...
La Vérité de Jeanne vol II

La Vérité de Jeanne vol II

Festival de Radio France et Montpellier 2006 Excellente initiative de la part de René Kœring que de nous redonner à voir et à entendre Jeanne d’Arc au bûcher d’Arthur Honegger dans la très belle mise en scène de Jean-Paul Scarpitta, une production qui, lors du dernier Festival, avait fait l’objet de trois représentations sous la baguette d’Emmanuel Krivine (lire la chronique de Maxime Kapriélian). C’est Alain Altinoglu, cette année, qui était ...
De Profundis clamavi ad te

Jeanne d’Arc au Bûcher à Montpellier : De Profundis clamavi ad te

« Ténèbres, ténèbres, et la France était inane et vide… ». Jean-PaulScarpitta a pris au mot le début du texte de Claudel : le sombre, l’obscurité vont dominer la scène de bout en bout. Le noir est de mise, la seule note de couleur étant la robe rouge vif mise par Jeanne au moment de son embrasement. Le metteur en scène – qui a effectué plutôt une mise en espace - opte pour ...