Mot-clef : Myung-Whun Chung

stravinsky sacre decca

Les Sacres du Printemps

En prélude à l’année Centenaire du Sacre du printemps, Decca plonge dans les archives d’Universal pour nous offrir un coffret, très conceptuel, mais éditorialement unique, avec 38 interprétations différentes du Sacre du Printemps, autant dans ses versions orchestrales (1913, 1921 ou 1947) que dans sa transcription pour deux pianos (1913). Certainement réservé aux collectionneurs émérites et aux fans de la partition, ce coffret n’en n’est pas moins passionnant à travers les évolutions ...
2801

Le sémillant hommage de Myung-Whun Chung à Ravel

En conclusion du cycle « Hommages », programmé à la Cité de la Musique pour la deuxième moitié du mois d'octobre, un concert entier est consacré au compositeur Maurice Ravel et à ses divers coups de chapeaux : à la musique française du XVIIIe siècle dans Le Tombeau de Couperin, à la musique de ses contemporains dans les orchestrations d'œuvres de Claude Debussy, ou à la sonorité orchestrale elle-même dans ...
Debussy-Chung-DGG

Myung-Whun Chung ou la mondialisation heureuse

Au printemps 2011, la nouvelle avait fait du bruit dans le landerneau (compassé) de la musique classique : le légendaire label jaune Deutsche Grammophon, la firme de disques de Furtwängler et de Karajan, signait un vaste contrat d’enregistrements avec l’Orchestre philharmonique de Séoul. 10 disques, rien de moins, sont au programme de ce partenariat stratégique car il s’agissait du premier orchestre asiatique à rejoindre l’écurie de DGG, en porte drapeau des ...
garrick_ohlsson

Chung en technicolor

C'est une rentrée fracassante pour  l'Orchestre philharmonique de Radio-France et son chef principal, Myung -Whun Chung. L'orchestre s'illustre dans un programme virtuose, mi-hongrois, mi-américain avec, après Hilary Hahn, le pianiste américain Garrick Ohlsson. Cet ensemble a du panache, une technique brillante, une sonorité généreuse et des solistes hors-pair qui viennent à bout des challenges que sont les Danses de Galanta de Kodaly et le Concerto pour orchestre de Bartok et qui ...
Sans grande surprise mais de bonne tenue

Myung-Whun Chung et Roger Muraro, sans grande surprise mais de bonne tenue

À la veille d’une tournée en Chine et à Taiwan, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France proposait au public de la salle Pleyel (et aux internautes d’Arte Live Web, le concert étant filmé) un programme de musique en grande partie française, qui tournait essentiellement autour de Maurice Ravel. Le concert débutait par la Rhapsodie espagnole (1907), une des nombreuses pièces de Ravel qui regarde vers la péninsule Ibérique par ses rythmes et ...
Tout l’esprit romantique

Tout l’esprit romantique avec Evgeny Kissin et Chopin

Le sentiment d’errance et le goût pour le surnaturel de Weber, l’élégance et l’intimité des confessions pianistiques de Chopin, la fascination de la folie et l’aspiration au sublime de Schumann, affichent la diversité des thématiques et des inspirations de la musique romantique. Le tout évoqué par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France qui animé par la passion de son directeur, s’est imposé avec des sonorités à la fois délicates et puissantes «à ...
asvon_otter

Anne Sofie von Otter féérique

Orchestre Philharmonique de Radio-France Myung-Whun Chung nous présentait ce soir un programme comportant uniquement des œuvres de Ravel. Certaines d’entre elles étaient à consonances orientales, comme Laideronnette, impératrice des pagodes issu de Ma Mère l’Oye, ou Shéhérazade. Et ce fut une réussite totale. De la douceur de la Pavane de la Belle au bois dormant à l’éclat de la Danse générale de Daphnis et Chloé en passant par la brillance du ...
Concert école

Concert école de Myung-Whun Chung

Orchestre Philharmonique de Radio France Cent trente six instrumentistes sur scène, certes pour une des plus colossales symphonies du répertoire, n’était ce pas quand même un peu plus que normalement prévu par la partition ? Car nous pouvions compter quatre vingt cordes basées sur douze contrebasses, cinquante instruments à vents dont douze cors au lieu de huit, flutes, hautbois, bassons et clarinettes doublés. Il fallait chercher l’explication de ce pléthorique effectif dans le ...
Lentississimo

Lentississimo

Festival d'automne à Paris 2009 Peut-être ne fallait-il pas brusquer les abonnés du «Philhar» ou les fans de Natalie Dessay pour ce concert d’ouverture de la saison de l’OPRF, qui ouvrait aussi la partie musique du Festival d’automne : un chouïa de musique contemporaine, Das Lesen der Schrift de Wolfgang Rihm (était-ce en création française ?) était intercalé entre les mouvements du monumental Deutsches Requiem de Brahms. Certes, on faisait de même au ...
L’impressionnant Sunwook Kim

L’impressionnant Sunwook Kim

Klara Festival En prélude à la rentrée des classes, la vie musicale bruxelloise reprenait le chemin des salles de concerts avec l’ouverture officielle du Klara festival. Le septembre musical belge sera un feu d’artifice d’évènements avec une floraison de noms prestigieux (Argerich, Dutoit, Harding, Salonen, Gergiev, Rousset, Minkowski, Dudamel, Yo-Yo Ma…) digne des grands festivals internationaux. On espère tout de même que cette multiplication des évènements «hauts de gamme» ne détournera ...
Non, la Traviata n’est pas la Star Ac’

Non, la Traviata n’est pas la Star Ac’

La Traviata Non, La Traviata n’est pas la Star Ac’. Certes le genre opéra n’est pas sacré, et il est agréable que le public manifeste son admiration. Mais lorsque des milliers de spectateurs applaudissent de façon mécanique dès qu’un aria se termine, ou même couvrent les dernières mesures ; et que de surcroît certains commentent à haute voix, alors là non, l’opéra n’est pas la Star Ac’! C’est la fête, pas la ...
West Side Story gagne toujours à la fin

West Side Story gagne toujours à la fin

Orchestre Philharmonique de Radio France Encadrer le Poème de l’amour et de la mer de Chausson par deux œuvres de Leonard Bernstein est plutôt étonnant au premier abord, tant diffère le style des deux compositeurs. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher la cohérence du programme de ce concert, dans la thématique des œuvres choisies, toute orientée sur l’illustration de l’Amour. Eloge de l’amour pour commencer, avec la Sérénade basée sur Le ...
Roméo et Juliette pour les enfants

Roméo et Juliette pour les enfants

Roméo et Juliette. Un couple mythique qui fait rêver et qui a su inspirer un grand nombre d’artistes à toutes les époques, aussi bien des littéraires, comme Shakespeare évidemment, des peintres, à l’instar de Delacroix, des musiciens dont Gounod ou encore Tchaïkovski et aujourd’hui Pascal Dusapin. C’est la version de Prokofiev (qu’on écrit également Prokofieff) qui est retenue ici pour la musique. Le texte, inspiré de Shakespeare, a été écrit ...
Les compositeurs français à l’honneur

Saint-Saëns par un extraordinaire Mischa Maisky

Le programme présenté par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Myung-Whun Chung, a porté à l’honneur trois compositeurs français parmi les plus acclamés dont la filiation artistique en ligne directe est reconnue et évidente dans les œuvres exécutées. Peu jouée et probablement moins connue par le grand public l’ouverture de Benvenuto Cellini inspiré de la vie du maître ciseleur de la Renaissance italienne, met en avant la prodigieuse invention ...
Hommage aux Ballets Russes

Hommage aux Ballets Russes

Orchestre Philharmonique de Radio France Il devait y avoir deux concerts en hommage au centenaire de la création des Ballets Russes. Les mouvements sociaux du jeudi 19 mars ont fait qu’il n’y en a eu qu’un seul. Qu’à cela ne tienne, Daphnis et Chloé est un «cheval de bataille» de Myung-Whun Chung que ce dernier proposera de nouveau certainement prochainement. Quant aux Danses Polovstiennes du Prince Igor de Borodine, on ne ...
Messiaen magnifié par Chung

Olivier Messiaen magnifié par Myung-Whun Chung

Les Trois Petites Liturgies de la présence divine pour piano et ondes Martenot solos, chœur d’enfants et orchestre, partition écrite au cours des années 1943-44, furent créées avec sensation, le 21 avril 1945, grâce aux figures historiques suivantes : Roger Désormière à la direction, Yvonne Loriot au piano et Ginette Martenot aux ondes du même nom. Le traitement des voix domine l’ensemble. Ici le chœur de femmes initialement choisi par le ...
L’extase hors du temps

Saint François d’Assise, l’extase hors du temps

Messiaen 2008 Enfin le voila, ce sommet tant attendu d'Olivier Messiaen. Hélas pas dans toute sa splendeur : l’unique production scénique a eu lieu en juin dernier à Amsterdam. En version de concert, seulement à Paris ce 31 octobre et à Montréal en décembre, avec Marc Barrard en Saint François, l’Orchestre Symphonique de Montréal et Kent Nagano. Dommage que l’Opéra National de Paris, unique scène de l’Hexagone apte à produire cette œuvre, ...
mains_valerie_hartmannclaverie

Turangalîlâ-symphonie, la fleur s’étiole à l’ombre de la statue

Messiaen 2008 On ne présente plus la Turangalîlâ-symphonie, déjà analysée ici et critiquée plusieurs fois depuis le début de cette année Olivier Messiaen (par exemple salle Pleyel et à Dijon). C’est une pièce toujours aussi étonnante à entendre, notamment parce qu’elle relie Messiaen aux courants artistiques d’avant-guerre, tout en montrant déjà de façon éclatante l’originalité qu’il conservera jusque dans ses dernières œuvres, quarante ans plus tard. Myung-Whun Chung, Roger Muraro et Valérie ...
Hommage à Messiaen

Hommage à Messiaen

Messiaen 2008 Hymne, œuvre de jeunesse que Olivier Messiaen écrivit en 1932, puis réécrivit en 1946 après la perte du manuscrit pendant la Seconde Guerre Mondiale ouvre le concert. Avec une direction agréablement calme Myung-Whun Chung met habilement en valeur le caractère contrastant de la pièce. La première partie continue avec le Concert à quatre, ultime œuvre de Messiaen. Le compositeur rend hommage à Mozart, Scarlatti et Rameau, avec des titres ...
Brillant, mais vain ?

Brillant, mais vain ?

Staatskapelle de Dresde En cette année du centenaire d’Olivier Messiaen, il n’est pas étonnant qu’un de se plus fidèles interprètes, en l’occurrence le chef Myung-Whun Chung, ait inscrit une de ses œuvres au programme de ce soir. En revanche, il est plus rare d’entendre la Staatskapelle de Dresde dans ce répertoire. Cela constituait sans aucun doute la curiosité du concert, d’autant plus qu’il s’agissait d’une œuvre d’un Messiaen de vingt deux ...
Le « Philar » fête Messiaen

Le « Philar » et Myung-Whun Chung fêtent Messiaen

Messiaen 2008 A l’affiche de l’orchestre Philharmonique de Radio France en ce mois d’Avril 2008, trois concerts associeront les grandes pages symphoniques d’inspiration religieuse d’Olivier Messiaen à quelques uns des chefs-d’œuvre de celui qu’il considérait comme « le plus grand rythmicien de la musique classique », Wolfgang Amadeus Mozart. Myung-Whun Chung, un des principaux protagonistes de cette « année Messiaen » - il donnera notamment l’intégralité du Saint François d’Assise en version ...
Infatigable Cecilia

Journée en hommage à Maria Malibran, infatigable Cecilia

Le soleil aura brillé en vain en cette matinée de lundi de Pâques pour les mélomanes qui avaient choisi de découvrir le personnage de Maria Malibran en compagnie de Cecilia Bartoli. La cantatrice avait préparé cette unique journée d’hommage à la diva en ce jour anniversaire de sa naissance (24 mars 1808). La mezzo romaine partage avec son illustre modèle bien des caractéristiques. Si elle n’a pas l’intégralité du registre ...
Une magnifique Staatskapelle accompagne un prometteur violoniste Daishin Kashimoto

Une magnifique Staatskapelle accompagne un prometteur violoniste Daishin Kashimoto

C’est à Dresde et en concert qu’a été enregistré ce disque somme toute assez court, puisqu’il ne contient que les 43 minutes du Concerto pour violon de Brahms. Ce minutage, classique du temps des 33 tours, mais un peu limite pour un CD, peut surprendre, surtout pour une œuvre très largement enregistrée et parfois plusieurs fois, par les plus grands violonistes. Le couplage « idéal » serait sans doute avec le Double ...
Triomphe de la jeunesse dans Beethoven et Bruckner

Triomphe de la jeunesse avec les frères Capuçon et le Gustav Mahler Jungendorchester

Formidable surprise que ce concert au programme conséquent, alliant concerto de Beethoven et symphonie de Bruckner, et qui a fait un triomphe, bien mérité, auprès du public du Théâtre des Champs-Élysées en cette fraîche soirée d’avril. Vedette de la première partie de soirée, les frères Capuçon ont joué le Triple Concerto de Beethoven avec le renfort du chef qui a donc dirigé l’orchestre de son piano. Habitués à jouer ensemble ...
Ben Heppner incarne trois chevaliers en une soirée

Ben Heppner incarne trois chevaliers en une soirée

Ben Heppner et l' Orchestre Philharmonique de Radio-France Si le programme de ce concert alternait extraits symphoniques et extraits vocaux, ce sont bien ces derniers qui en constituaient le sommet, manifestement attendu par une salle Pleyel quasi-comble. A cinquante ans et en pleine maturité, Ben Heppner est aujourd’hui un des plus réputés ténors wagnériens en activité. Applaudi chaleureusement par l’orchestre entier dès son entrée en scène, il s’est montré digne de ...
VI. Ludovic Tézier

Haydn, Fauré, une blague… de mauvais goût !

« Nous prenons un risque, celui de vous émerveiller ». Tel est le slogan actuel de Radio France. Et bien ce dimanche 15 octobre au Châtelet, l’émerveillement se fit attendre et tel Godot, ce fut l’incompréhension voire la consternation qui furent au rendez-vous. Comment un chef salué maintes et maintes fois pour son œuvre, notamment par le prix Toscanini, a-t-il pu nous donner une interprétation aussi plate ? De la technique, de l’électrique, du ...
Myung Whun Chung dirige une distribution de rêve

Myung-Whun Chung dirige une distribution de rêve

Festival de Saint Denis Requiem de Verdi C’est un magnifique et émouvant concert que nous a offert le festival avec quatre voix descendues du ciel, un orchestre et des chœurs sublimes sous la baguette fervente de Myung Whun Chung. En 1874, à l’occasion du premier l’anniversaire de la mort de l’écrivain Alessandro Manzoni Verdi écrivit cette bouleversante et magnifique méditation sur l’éternité. Le compositeur voue une immense admiration à l’auteur d’I ...
Un grand enfant joue du violon

Gil Shaham, un grand enfant joue du violon

Le Concerto pour violon et la Symphonie n°4 … On imagine l’enthousiasme des thuriféraires de Brahms devant une telle affiche de concert... Et en tête d’affiche : Gil Shaham. Si on l’entend souvent en sonate à Paris - au Théâtre de la Ville en particulier - ses apparitions avec orchestre restent rares dans la capitale. D’emblée le soliste démontre son aisance. La sonorité est belle, la maîtrise instrumentale indéniable, le tout est ...
Dernières symphonies de Schubert

Dernières symphonies de Schubert

Le Philharmonique de Radio France a eu la belle idée de consacrer un cycle passionnant aux dernières symphonies de trois grands maîtres du XIXe siècle avec les Huitième et Neuvième Symphonies de Schubert, la Quatrième de Brahms et le Neuvième de Beethoven, quatre chefs d’œuvres qui témoignent du génie de leurs auteurs. La Huitième dite Inachevée fut composée en 1822 et créée le 17 décembre à Vienne sous la direction de ...
L’Ineffable ici devient acte

Huitième de Mahler par Chung, l’Ineffable ici devient acte

Festival de Saint-Denis L’affaire s’annonçait risquée : quand on programme une intégrale Mahler, il faut bien « caser » quelque part la symphonie n°8, appartenant au genre « mastodonte symphonique » avec son orchestre pléthorique (auquel se rajoute un piano, un célesta, une mandoline et un orgue), son chœur d’enfants, son double chœur mixte et ses huit solistes. Mais où le faire à Paris? Aucune salle ne peut engloutir un tel effectif. Il y a quelques saisons ...