Lieu : Dijon

À quelque chose…Mahler est bon !

À quelque chose…Mahler est bon !

Michael Gielen et le Südwestrundfunk C’est en effet « quelque chose » et même plus, que le Südwestrundfunk Sinfonie Orchester de Baden-Baden / Freiburg a offert ce 11 décembre 2003, à l’Auditorium de Dijon : un concert que l’auditoire n’oubliera pas de sitôt. Ce remarquable ensemble — notoirement voué à la musique contemporaine — ne méprise pas pour autant la tradition classique : Haydn, Mozart, Beethoven. Il s’est efforcé, bien avant la tendance « réhabilitation » ou ...
Le Diable et le bon Dieu

Le Diable et le bon Dieu

Auditorium, Alexander Dmitriev, Vladislav TchernouchenkoPour ce programme réunissant trois grands noms de la musique russe, auxquels viennent s’ajouter ceux des interprètes communément associés à ce répertoire, l’Auditorium de Dijon retrouve le plein d’affluence. De Moussorgski, cette Nuit de la Saint-Jean n’est autre que la version originale (1867) – et rarement jouée — d’une Nuit sur le Mont Chauve. Nous citons, là, l’œuvre instrumentale la plus connue et la plus populaire ...
Dvořák et son temps

Dvořák et son temps

Le cycle « Dvořák et son temps », programmé à l’auditorium de Dijon, verra, jusqu’en mars 2004 — année du centenaire oblige — se succéder les quatuors : Takacs (décembre), Parkany( janvier), Belcea (février), Kocian, ainsi que le trio Guarneri de Prague (mars) : rien que « du beau monde », en somme… Ce n’est cependant pas la foule des grands soirs — celle des grands rendez-vous symphoniques — pour ce premier concert du cycle. Mais n’en ...
Le maestro aux mains nues et le clavier bien inspiré

Le maestro aux mains nues et le clavier bien inspiré

Kurt Masur La venue, en mai dernier, des Berliner Philharmoniker, qui consacra s’il en était besoin l’Auditorium de Dijon, confère à cet « espace symphonique qualitativement privilégié » une sorte de label étoilé. Aussi, les mélomanes dijonnais, comme bien d’autres venus d’ailleurs, ne ressentent-ils plus automatiquement comme un événement la présence en la cité des Ducs d’un orchestre de quelque renom que ce soit. Oui, mais voilà : le National de France qui présida, ...

Festival « Why Note », piano à tous vents

Thierry Rosbach est un pianiste comme on en découvre rarement par décennie. Un artiste qui a pris le temps de mûrir avant de s’imposer au grand jour. Un pianiste comme il en est peu, tant il « vit » le piano, les oreilles dans le coffre de l’instrument, tant il sait en exalter le son, un piano qui, sous ses doigts féeriques, semble doué d’harmoniques infinis. De plus, ce musicien ...