Mot-clef : Eric Vignau

LecouronnementdePoppe¦üe-2_preview.jpeg

Couronnement de Poppée de souffrance et de sang à Nantes

Avec treize ouvrages présentés sur les scènes d'Angers Nantes Opéra depuis 2004, Patrice Caurier et Moshe Leiser ont profondément marqué le mandat de Jean-Paul Davois. Ils concluent cette collaboration avec une vision très pessimiste du Couronnement de Poppée placée sous le signe du tourment, de l'érotisme et de la violence. Cette production met remarquablement en valeur la modernité musicale et dramatique de l'ultime opéra de Claudio Monteverdi. Dans un cadre contemporain ...
unspecified

La face sombre des Noces de Figaro à Nantes

Après Don Giovanni la saison passée, Patrice Caurier et Moshe Leiser poursuivent leur exploration de la trilogie Mozart / da Ponte avec Les Noces de Figaro et affrontent un double défi : faire oublier la séduisante production signée ici-même en 2006 par Stephan Grögler, et tenter de renouveler l’imagerie d’un des piliers du répertoire lyrique les plus rétifs à la relecture. De fait, le point de vue adopté est des plus classiques, ...
Lucia---Marc-Bissières-3

Reprise du Lucia di Lammermoor de Saint-Céré à Massy

On avait plutôt bien aimé cette Lucia créée en 2014 au festival de Saint-Céré, dans la cour du château médiéval de Castelnau. Sa reprise à Massy permet de la revoir sous un angle différent. En premier lieu, sans la magie du cadre et des remparts, les décors sans imagination de Ruth Gross sont laissés à nu. Un praticable incliné en forme de losange occupe la majeure partie de la scène, un ...
DUG_8338RDugovic

Les Noces de la Co(opéra)tive à Besançon : Mariage heureux

Époque oblige : le 15 avril 2014, Besançon, Quimper, Dunkerque et Compiègne ont fondé la bien nommée Co(opéra)tive, collectif de théâtres s'engageant à initier dès 2015 une programmation lyrique. Les Noces de Figaro est le premier titre. Le cahier des charges de la Co(opéra)tive préconise entre autres le choix de metteurs en scène venus du théâtre sans nécessaire grande expérience de l'opéra. C'est le cas du metteur en scène bulgare Galin Stoev, ...
Oneguine-67840

Eugène Onéguine de gala à Nantes

Incontestable succès de cette représentation nantaise d’Eugène Onéguine, très bien préparée musicalement, avec une distribution homogène et de haut niveau, et une mise en scène qui n’a pas pris une ride. La réussite doit beaucoup à Lukasz Borowicz, chef polonais de trente-huit ans, directeur artistique de l’Orchestre de la Radio Polonaise et déjà signataire d’une abondante discographie : ses affinités avec ce répertoire sont évidentes. Il mène en effet la matinée ...
lost_rennes

Lost in the stars à Rennes

Saison après saison, Alain Surrans parvient à nous faire oublier la faiblesse des moyens financiers de l’Opéra de Rennes à coups de flair et d’audace. Il confirme ce fait en ouvrant la saison avec une production bâtie par Opéra Eclaté de Lost in the stars, le testament lyrique de Kurt Weill. Comédie musicale ? Peut-être par la forme : un théâtre interrompu par des numéros lyriques s’inscrivant dans la pure ...
De la passion du massacre

Eric Vignau et Eric Perez, de la passion du massacre

Jeu de massacre Avant d'être intégré à la programmation du Festival de Saint-Céré, le spectacle a été créé le 18 mai 2010. Et le programme précise que c'était expressément organisé pour le jour de la Saint-Eric. Sa facture ne fait aucun doute là-dessus : il a été conçu par et pour les deux Eric (Perez et Vignau), en intimité avec le trio Triphase, dont les musiciens ont notamment fait les arrangements des ...
C’est dans l’air

Berlin, années 20 ! C’est dans l’air

Allemagne 1929, France 2009 ; c’est avant, pendant ou après la crise, peu importe : le parallèle s’impose entre ces deux époques. Olivier Desbordes nous fait découvrir cette revue berlinoise décapante, déjà présentée au Festival de Saint-Céré à l’été 2009. La chanson Es liegt in der Luft, qui a révélé Marlène Dietrich lors de la création de ce spectacle, rappelle étrangement le «c’est dans l’air du temps» que nous serinent les médias ...
Un cabaret post-dada, de la crise de 1929 à nos jours…

Un cabaret post-dada, de la crise de 1929 à nos jours…

Berlin, années 20 ! En présentant le spectacle au public, le metteur en scène Olivier Desbordes insiste sur le fait qu’il s’agit de la première revue dans laquelle a joué Marlène Dietrich. Il insiste aussi sur le fait que les textes ont été traduits en français pour l’occasion, mais que rien n’a été modifié sur le fond. En fait, c’est en préparant Neues vom Tage (1929) de Paul Hindemith sur un ...
Minimum syndical orchestral ...

Minimum syndical orchestral …

Les Contes d'Hoffmann Habituellement une partie du public quitte la salle par mécontentement pendant le spectacle ou disparaît à l’entracte. Mais aujourd’hui, à Dijon, les choses sont bien différentes. Environ un quart des spectateurs se lève et part avant que l’opéra ait commencé, laissant quelques trous béants pour un spectacle qui devait tourner initialement à guichet fermé. Pourquoi ? Pour comprendre, il faut revenir à l’entrée du théâtre, là où tout commence. Des ...
Tchicatchicatchic !

Tchicatchicatchic !

La Belle de Cadix Les madeleines se dégustent avec impertinence… Avec cet aphorisme digne des messages de Radio Londres, nous touchons au vif du sujet, car dans la mise en scène Olivier Desbordes ne craint pas de manier le cliché, voire le kitsch, avec une certaine tendresse. Ce livret n’est certes pas un ouvrage à thèse, il apparaît comme gentillet, même «cucul», avec un texte qui ne craint pas de faire ...
La politique en chantant

La politique en chantant

Festival de Saint-Céré 2008 Rien ne va plus à Krokodine, où le prince Fridolin doit se marier pour capter une dot bien nécessaire aux caisses de l’Etat… Autour de lui s’activent une nuée de courtisans, du mystérieux Pipertrunck, grimé par Pascale Fau comme les Lindorf, Coppelius, Dr Miracle et Capitaine Dapertutto des Contes, au trésorier véreux. Ajoutez à cela un usurpateur qui n’est autre qu’une… carotte, un bon lutin et une ...
Les Contes d’Offenbach

Les Contes d’Offenbach

Festival de Saint-Céré 2008 C’est dans le cadre enchanteur du Château de Castelnau qu’est donnée cet été, avant de partir pour une grande tournée nationale, une production subtile des Contes d’Hoffman, signée Olivier Desbordes. Cette production refuse de se contenter de la version la plus courante avec les récitatifs ajoutés et pose ainsi d’emblée de nombreuses questions. Monter les Contes, c’est d’abord se poser la question de la version de cet ...
Une charge sabre au clair ?

Une charge sabre au clair ?

La Grande-duchesse de Gerolstein Selon Olivier Desbordes, les œuvres de Jacques Offenbach n’ont « pas pris une ride ». En campant des personnages qui présentent des travers humains universels, le musicien rejoint le camp de ceux qui, comme Molière, tentent de châtier les mœurs par le rire ; mais chacun peut sans honte s’esclaffer devant les aventures des protagonistes de La Grande-duchesse, car il n’y a que peu de méchanceté dans ...
Offenbach : la carotte et le bâton.

Offenbach : la carotte et le bâton

Le Roi Carotte : quel est ce titre loufoque qui nous promet une soirée déjantée ? Quel est ce monarque peu banal, usurpateur du trône imaginaire de Fridolin XXIV ? Quelle est cette carotte maîtresse des racines, qui ne se déplace qu’en compagnie d’une aubergine et d’un radis par la magie de la sorcière Coloquinte, qui a un vieux compte à régler avec Fridolin ? Il va remplacer ce prince bambocheur dilapidateur de la fortune de son ...
De la gravité des Caprices …

De la gravité des Caprices

Festival de Saint Céré 2007 Coproduit par Duo-Dijon (cf. chronique du 28/01/2007) dont Olivier Desbordes avait, jusqu’en Juin 2007, la direction générale, l’opéra-comique d’Henri Sauguet, Les Caprices de Marianne, faisait l’événement de cette vingt septième édition du Festival de Saint Céré. C’était, pour le public, l’occasion de renouer avec la musique du compositeur « des Forains », le ballet qui a contribué, en son temps, à la célébrité d’Henri Sauguet. Le Festival de ...
Une tragédie à l’antique

Une tragédie à l’antique

Madame Butterfly Pour parler comme le Michelin, on pourrait dire sans hésitation : vaut le voyage ! En effet, que ce soit sur le plan de la distribution, de la mise en scène ou de la direction musicale de cette nouvelle production, pas un bémol ne viendrait assombrir l’appréciation. Certes le rôle de Madame Butterfly est un rôle écrasant, tant sur le plan de la performance physique que sur celui de la vocalité. Mais ...
C’est l’Pérou !

C’est l’Pérou !

Offenbach : La Périchole Donnée dans le contexte des fêtes dites « de fin d’année » - et de leur prolongement en janvier - cette Périchole répond à une tradition solidement installée, depuis maintenant des années, dans bien des maisons d’opéra : offrir au public un divertissement de qualité, générant autant que possible bonne humeur et plaisir des sens. On ne s’étonne donc pas que, dans cette perspective, Offenbach soit souvent au programme. Les librettistes ...
¿ Ole ? Si, ma non troppo !

¿ Ole ? Si, ma non troppo !

Carmen « C’est sur la place brûlée de soleil, reflétée par les murs blanchis, que commence notre histoire… A la fin, c’est sur la place qu’au printemps l’on assistera à la corrida sanglante… » C’est ainsi qu’Olivier Desbordes explique son choix du décor unique pour les quatre actes, décor parfois agrémenté d’un tapis rouge ou bien des ballots des contrebandiers. Depuis trente ans on a tendance à faire des mises en scène dépouillées, ...
Un Messie rétro

Un Messie rétro

Festival de Saint-Céré et du Haut Quercy Ce Messie est une récompense, celle de quelques centaines de choristes amateurs venus de toute la France, voire d’Europe, pour participer au stage de chant choral de Martel. A l’issue de plusieurs semaines de répétition, ils sont fins prêts pour interpréter l’œuvre choisie devant le public du Festival de Saint-Céré. Anniversaire Mozart oblige, c’est sa version réorchestrée en 1789 de l’œuvre de Haendel qui a ...
Turqueries mozartiennes à la française

Turqueries mozartiennes à la française

Festival de Saint-Céré et du Haut Quercy Durant les célébrations de cette année Mozart, des dizaines de Don Giovanni et de Noces de Figaro ingurgitées avec plus ou moins de bonheur, des raretés de jeunesse exhumées du placard pour l’occasion, c’est peut-être l’Enlèvement au sérail qu’on a le moins entendu. La négligence est réparée par le Festival de Saint-Céré. Cependant, dans un but didactique, c’est une version de l’œuvre en français ...
Le songe de trois pions…

Eugène Oneguine, le songe de trois pions…

Se référant à un chapitre du roman en vers de Pouchkine, où celui-ci « raconte le rêve étrange de Tatiana, peuplé de monstres », Michel Fau nous dit que sa mise en scène se veut « un témoignage des songes et des cauchemars de l’humain ». Dans cette optique, il s’assure le concours d’un accessoire privilégié : le lit. Ce lit cher à Maupassant (celui des Nouvelles), qui le définit comme « couche de mollesse et ...