Mot-clef : Stephen Gould

Centenaire de La Femme sans ombre avec Thielemann à Vienne

Centenaire de La Femme sans ombre avec Thielemann à Vienne

Pour marquer le jubilé de ses 150 ans, la Wiener Staatsoper propose une nouvelle production de l’un des opéras les plus marquants, créé à Vienne un siècle plus tôt. Soutenue dans sa version intégrale par Christian Thielemann et l’Orchester der Wiener Staatsoper, Die Frau ohne Schatten de Richard Strauss profite d’une solide distribution. Le 10 octobre 1919, Franz Schalk crée au Wiener Staatsoper le nouvel opéra de Richard Strauss sur un ...
Wa_170718_407_EnricoNawrath_presse - light

Walkyrie solitaire pour Bayreuth en 2018

Reprise seule avec une dramaturgie moins travaillée, la production de Die Walküre de Frank Castorf devient une simple scène de répertoire pour une distribution qualitative, livrée à elle-même par la direction leste et décalée de Plácido Domingo. Créée en 2013 pour le bicentenaire de la naissance de Wagner, la production de Der Ring des Nibelungen de Frank Castorf a passionné une partie du public et de la critique, pour en abandonner ...

L’âge d’or de Bayreuth est un mythe

Après l'autorisation de réouverture en 1951, le Festival de Bayreuth des deux décennies suivantes est aujourd’hui largement considéré comme un âge d’or wagnérien. Cette perfection tant scénique que vocale, théoriquement impossible à retrouver depuis, se révèle pourtant plus mythifiée qu’étudiée. De même que Stefan Zweig évoque dans Le Monde d’Hier une société viennoise nostalgique du demi-siècle précédent, une partie non négligeable de wagnériens invoque à présent un passé révolu pour Wagner ...
Parsifal (BadenBaden18)_1

Parsifal à Baden-Baden : du beau son mais pas seulement

Avec ses sonorités ensorcelantes et la direction amoureuse de Simon Rattle, le Philharmonique de Berlin est la véritable star de Parsifal à Baden-Baden et offre un écrin de rêve à une distribution internationale presque parfaite et de très haut niveau. Seule la mise en scène de Dieter Dorn, avare d’idées et terne de scénographie, n’est pas tout à fait à la hauteur de l’événement. Pour la cinquième année, l’Orchestre Philharmonique ...
Tristan 2017 2. Akt

Tristan et Isolde à Bayreuth : Marke et Isolde

An III pour le Nô wagnérien revu et corrigé par la très originale vision de Katharina Wagner. Une Isolde vindicative, un Tristan de première classe et un Marke bien noir disent la triste histoire du triangle amoureux selon Wagner. Tristan et Isolde sans philtre. C’est l’intérêt principal de cette production créée en 2015 et éditée en DVD (DG) : Katharina Wagner, au plus près du livret, a bien lu que ces deux-là ...
bayreuth16_tristan1

Reprise en demi-teintes pour le Tristan de Katharina Wagner

Pour sa deuxième année à Bayreuth, le Tristan signé Katharina Wagner peine à imposer sa rhétorique laborieuse de l'amour absolu et impossible. Certes, on ne saurait reprocher à Katharina Wagner d'avoir pris de court ses détracteurs avec ce Tristan und Isolde (voir notre compte-rendu 2015) mais la question qui se pose à présent est de savoir comment se présente la reprise d'une production, si monotone au premier abord. Le regard bute toujours ...
Gurre-Lieder répétition

À l’Opéra de Munich, Zubin Mehta endort les Gurre-Lieder

Une direction trop placide, un chœur placé trop loin, des solistes inégaux, cette soirée consacrée au Gurre-Lieder de Schoenberg ne restera pas dans les mémoires. Même si l’œuvre n'est plus si rare au concert, les Gurre-Lieder de Schoenberg suscitent toujours de grandes attentes, et le public a désormais compris à quelle fête on le conviait en programmant cette œuvre : il ne reste donc plus une seule place pour les trois ...
Capture d’écran 2015-08-26 à 10.02.48

Le Tristan de Katharina Wagner, entre sophistication et dépouillement

Surprenante Katharina Wagner. De 2007 à 2011, elle avait su contre vents et marées imposer à Bayreuth une production audacieuse des Meistersinger - tenant tête aux huées d'une partie du public interloquée par tant de matériel intellectuel à digérer… Son très attendu Tristan accouche d'une souris, comme si elle avait opté pour une lénifiante digression sur l'amour absolu qui unit ces deux personnages légendaires. Témoin d'un univers angoissant et de ...
ring6

Le Crépuscule à Munich, enfin les voix

Pour ce dernier volet du Ring, Kirill Petrenko bénéficie enfin d'une distribution de haut niveau. Si les volets précédents de ce cru 2015 du Ring de l’Opéra de Munich avaient présenté des distributions inégales qui limitaient un peu le plaisir né de la direction de Kirill Petrenko, ce Crépuscule des Dieux est d’une toute autre trempe - sans compter que le spectacle d'Andreas Kriegenburg nous a beaucoup plus convaincu qu'en 2012. ...
Siegfried BSO 2015

Siegfried à Munich, Kirill Petrenko toujours

Retour de Siegfried à l'Opéra de Munich, où une distribution inégale ne parvient pas à gâcher le plaisir issu de l'orchestre L'avant-dernier volet de la production du Ring créée à Munich en 2012 et reprise ici pour ce qui est déjà le 6e cycle complet (pour une douzaine de représentations en tout pour chaque opéra) confirme les qualités et les limites des volets précédents, dans une mise en scène toujours soucieuse ...
bayreuth2014

Retour de Bayreuth 2014 (3)

Là où certains esprits étroits ont cru percevoir l’occasion de vilipender un énième avatar du Regietheater, il faut reconnaître l’évidence d’un travail d’orfèvre qui fait jaillir toujours plus de détails à chaque représentation. Cette prolifération bouillonnante irrite et bouscule – n’oublions pas que la proposition de Castorf vient après le très pâle et anecdotique Torsten Dorst… L’ironie triomphante dont se réclame le metteur en scène est-allemand est à puiser dans ...
hollandais-turin

A Turin, un Hollandais de haut vol

Avec cette reprise de la production de l’Opéra Bastille 2010, le Teatro Regio réussit un « Hollandais » de haut vol. Haut vol musical avec un prise en main de la partition en lui insufflant une énergie et une intensité interprétative formidables. Survolté, Gianandrea Noseda entraîne un orchestre du Teatro Regio en pleine forme dans un déferlant feu d’artifice aux couleurs et aux rythmes chargés d’une puissance peu commune. Dès les premières ...
opus arte strauss frosch

La Femme sans ombre Salzbourg 2011, sans l’ombre de son intrigue originelle

On ne sait pas comment présenter au lecteur le spectacle proposé ici par Opus Arte et enregistré lors du festival de Salzburg 2011, car on aimerait bien dire qu’on peut y voir La Femme sans ombre du duo Strauss Hofmannsthal, mais même en se forçant on n’y arrivera pas car on n’y voit rien d’autre qu’une troupe de chanteurs réunis dans les années 50 dans ce qui, à l’évidence, est ...
Götterdämmerung Munich 2012 - Gabler, Gould, Paterson

Fin de Ring à Munich

Götterdämmerung est sans doute le plus périlleux des opéras de Wagner pour les metteurs en scène, et la dernière étape du cycle monté par Andreas Kriegenburg à Munich n’est sans doute pas la plus aboutie. Kriegenburg n’y abandonne pas son parti-pris narratif et ses jeux avec l’illusion théâtrale, mais il les ancre dans une époque plus nettement contemporaine : le premier acte, en particulier, ancre le monde des Gibichungen dans le ...
Nelsons Andris_12_vign

Le Tristan plein de fougue d’Andris Nelsons

C’est à peine éteints les derniers accords du Parsifal dirigé par Daniele Gatti, qu’un nouveau drame wagnérien venait emplir de son flux musical continu le Théâtre des Champs Elysées, puisque le jeune Andris Nelsons allait prendre les commandes d’un Tristan tout à son image à la tête de son orchestre de Birmingham. A l’évidence les deux chefs offrirent des visions bien distinctes. Le premier tout en rigueur et sobriété, dirigeant ...
daniellegatti_2011A

Mahler par Gatti : saison III

Avec cette soirée, Daniele Gatti entamait la fin de son périple mahlérien, accompagné par un public nombreux, signe s'il en fallait que les auditeurs parisiens sont pleins de bonne volonté, et savent retenir leur quinte de toux avec déférence devant un monument qui s'érige. Le Chant de la Terre, centre du rituel, était précédé par le Concerto de Berg, visiblement moins attendu si l'on en croit les rumeurs du foyer. Qu'importe ...
Le Chant de la terre à Liège

Le Chant de la terre à Liège

Orchestre Philharmonique de Liège Après deux grands concerts donnés en plein air au cœur de Liège dans le cadre des fêtes de Wallonie, l’OPL ouvrait réellement sa saison ce vendredi à travers un programme aux accents germaniques prononcés. La première pièce, Siefried-Ydill, nous invite dans l’intimité du couple Wagner. L’œuvre de 1870 a en effet été composée par l’auteur du Ring comme un cadeau d’anniversaire à l’attention des trente-trois ans ...
Le Schoenberg tellurique de David Zinman !

Le Schoenberg tellurique de David Zinman !

Festival de Montreux Toute exécution des Gurrelieder, chef d’œuvre du romantisme aux dimensions monumentales, reste un évènement tant les effectifs requis sont hors du commun : grand orchestre symphonique, large chœur mixte, six solistes, soit près de trois cents personnes sur la scène, qui peut se permettre un tel investissement pour satisfaire à ce désir fou ? C’est pourtant le pari que le Festival de Musique Classique Montreux/Vevey et son directeur Tobias Richter ...
Le bouleversant Peter Grimes de Stephen Gould

Le bouleversant Peter Grimes de Stephen Gould

Avec Peter Grimes, Benjamin Britten compose incontestablement l’œuvre la plus accomplie et la plus puissante de son catalogue. La montrer dans ce qu’elle enserre de sentiments diffus et confus, de folie, d’humanité, d’amour et de haine, d’indifférence humaine, d’incompréhension et de rejet de l’autre n’est pas à la portée de tous. A Genève, ce kaléidoscope trouble d’une société sans pitié trouve la voie de son apothéose théâtrale grâce à la ...
Une ère nouvelle à La Monnaie, première partie

Une ère nouvelle à La Monnaie, première partie

Changement d’ère à La Monnaie. Après les quinze ans du mandat de Bernard Foccroulle parti à Aix-en-Provence, le théâtre lyrique national belge débute une nouvelle période sous la houlette de Peter de Caluwe. Ancien assistant de Gérard Mortier dans ces mêmes murs, Peter de Caluwe s’est surtout fait connaître comme chef des castings à l’opéra d’Amsterdam. Comme tout passage de relais, son arrivée s’effectue avec un changement dans la communication : ...
Une vision de Tannhäuser ...

Olivier Py au Grand Théâtre, une vision de Tannhäuser …

Tout le monde a entendu parler de la mise en scène d’Olivier Py bien avant le soir de la première. Le maître d’œuvre se distingue une nouvelle fois par certains aspects provocateurs de son travail. Le Venusberg et son cortège de bacchantes délurées et de personnages mythologiques l’ont incité à engager un acteur de l’industrie du porno pour le bref rôle muet de Zeus afin que ce dernier apparaisse nu ...
L’Ineffable ici devient acte

Huitième de Mahler par Chung, l’Ineffable ici devient acte

Festival de Saint-Denis L’affaire s’annonçait risquée : quand on programme une intégrale Mahler, il faut bien « caser » quelque part la symphonie n°8, appartenant au genre « mastodonte symphonique » avec son orchestre pléthorique (auquel se rajoute un piano, un célesta, une mandoline et un orgue), son chœur d’enfants, son double chœur mixte et ses huit solistes. Mais où le faire à Paris? Aucune salle ne peut engloutir un tel effectif. Il y a quelques saisons ...