megabanniere72890

Dossiers

VII. Violon et sexualité

Petites histoires du violon : Violon et sexualité

De la même manière que nous avons étudié le sentiment du sacré que peut générer le violon, nous allons nous intéresser à son rapport à la sexualité. Le potentiel érotique de cet instrument a par exemple été décrit par Tolstoï dans son roman La sonate à Kreutzer où il est tenu pour responsable de l’infidélité d’une femme. Dans un autre genre, Dominique Hoppenot, violoniste et pédagogue, parle du « violon et ...
IV La fiancée du désert

Jules Massenet : La fiancée du désert

Thaïs « Puis la solitude lui apprit à déployer les trésors de la rêverie » La Passion dans le désert. Honoré de Balzac   Méditation d’une courtisane Thaïs est sans doute la plus massenétienne de toutes les figures féminines. C’est un aboutissement après Manon et Werther. En instaurant un ordre musical nouveau, Massenet propose avec cet opéra, des solutions aussi éloignées de la tradition italienne que des principes wagnériens. C’est la fusion réussie des genres, l’idéal ...
Réformateurs du Monde et de la Scène

Le Barbier de Séville : Réformateurs du Monde et de la Scène

Figaro y Beaumarchais L’actualité lyrique de ce mois de mai porte l’accent sur le Barbier de Séville (mis en musique par Gioachino Rossini). Par son sujet et le choix des personnages, (un vieux barbon égoïste – Bartholo –, une beauté séquestrée – Rosine –, un amoureux conquérant-Lindor/Almaviva-) ; par la vitalité de sa musique, la partition offre l’aboutissement du genre buffa, spécialité des « grands » Napolitains, du XVIIe (Vinci) et du XVIIIe siècle : Pergolèse ...
III Werther, Un drame romantique noir

Jules Massenet : Werther, un drame romantique noir

L’œuvre au noir «Pourquoi tardez-vous à mourir ? » Antisthène Glorification de la nuit et affirmation de l’individu telles qu’on les voie dans la peinture de Caspar David Friedrich, Lever de lune sur la mer. Le romantisme, c’est la puissance des ténèbres, les forces occultes, l’évangile de la nature. Il n’y a pas de style romantique, c’est un état d’esprit, un état d’âme mais d’une âme inquiète, toujours en quête de l’âme sœur. En ...
VI. Le cri des violons aphones

Petites histoires du violon : Le cri des violons aphones

Dans les articles précédents nous avons observé le violon sous divers aspects. Nous vous proposons d’étendre notre réflexion aux instruments de musique en général pour mieux revenir ensuite à notre sujet. Commençons par cette question : La raison d’être de l’instrument de musique est-elle de produire des sons? La définition du dictionnaire semble aller dans ce sens : « Objet utilisé pour produire des sons à des fins musicales ». Or il existe des instruments ...
Don Giovanni et les femmes

Don Giovanni et les femmes

Voies de la séduction, voix du diable ABSENCE ET SÉDUCTION Étrange paradoxe que ce Don Giovanni insaisissable et rayonnant de vitalité, omniprésent et qui chante pourtant si peu : pas de grand air, seulement quelques courtes séquences éparses qui ne nous livrent rien de sa psychologie ; pas de profession de foi ; pas même un type vocal bien déterminé — on l’a vu chanté tour à tour par des ténors graves, des barytons ou ...
II Les Sources de Manon

Jules Massenet : Les Sources de Manon

Le Chevalier, la femme et le prêtre (1) « Personne n’est plus persuadé que moi de la réalité d’un premier crime qui a rendu tous les hommes coupables, faibles et malheureux » Les sources de Manon Le siècle des Lumières prend une place considérable dans l’œuvre de Massenet. Après Manon et le Portrait de Manon qui constitue une sorte d’épilogue, Chérubin, Thérèse et Werther renouent avec le siècle philosophique. Faut-il rappeler que le XVIIIe siecle ...

Les opéras de Massenet : Introduction de l’esthétique pour quatre opéras

De la passion narcissique à la femme transfigurée « Il est difficile de parler de M. Massenet sans passion. De tous les musiciens d’aujourd’hui, il est celui qui aura connu les plus hyperboliques louanges et les plus acerbes dénigrements. » Octave Séré Massenet et l’opéra Les opéras de Massenet ont suscité dès leur création de vives réactions qu’il est difficile d’imaginer aujourd’hui. Aucun autre musicien n’a eu à se maintenir aussi longtemps en équilibre entre ...
Pour un jour de fête op. 115

Les Ouvertures de Beethoven : Pour un jour de fête op.115

Il nous faut, à présent, aborder deux ouvertures que d’aucuns rangent parmi les œuvres les moins intéressantes de Beethoven, même si un tel jugement doit bien sûr être nuancé. Commencée en 1814 en l’honneur de la fête de l’Empereur François I°, l’ouverture Zur Namensfeier (Pour un jour de fête) op. 115 est achevée en 1815 et créée le 25 décembre de la même année. La première édition, en 1825, contient une ...
« C’est cette voix du cœur qui seule au cœur arrive »

Le chant : « C’est cette voix du cœur qui seule au cœur arrive »

Il est de beaux instruments comme le violon de Crémone sous le frémissement de l’archet. Sa sonorité révèle les humeurs harmonieuses ou discordantes. On le dit parfois enchanté ou tenu par la main du diable. Inutile de vouloir en décrypter les arcanes, le corps et l’âme sont affaire de luthier, tout comme l’esprit et le cœur appartiennent au tempérament de l’artiste. Quant à l’instrument du chanteur, c’est tout son corps. Il ...
V. Magie, religion ou croyance ?

Petites histoires du violon : Magie, religion ou croyance ?

L’étude de notre comportement face au violon nous fait entrevoir en quoi les situations assumées par les hommes des sociétés primitives ont laissées des traces dans notre inconscient et ont ainsi générées des attitudes et des sentiments que l’on retrouve autour de cet instrument. Si l’on regarde le violon avec l’œil d’un enfant, on découvre un objet fermé avec deux petites fenêtres et un système de cordes au dessus. Cette boîte ...
IV. Le mythe du violon

Petites histoires du violon : Le mythe du violon

Dans l’article précédent, nous suggérions que le violon et en particulier son étalon, « le Stradivarius », véhicule un mythe. Dans l’imaginaire collectif ainsi que dans de nombreux ouvrages sur le sujet, il est souvent présenté comme « le roi des instruments », le plus parfait, le plus beau, le plus expressif et le plus représentatif de l’humain, tant par sa forme que par les sons qui s’en dégagent. Dès l’antiquité, l’instrument à cordes a ...
III. Du Son au Sens

Petites histoires du violon : du son au sens

Ferdinand de Saussure, au XIXe siècle, définit « le signe - en l’occurrence le mot - comme une entité à deux faces : la face signifiante est la suite phonique qui constitue sa réalité physique. La face signifiée, c’est à dire l’idée, est le concept que ce signifiant évoque » De nombreux chercheurs ont appliqués les théories de la linguistique aux arts en général, à la musique en l’occurrence. On parle ainsi de ...
Le Roi Étienne op. 117 et Les Ruines d’Athènes op. 113

Les Ouvertures de Beethoven : Le Roi Étienne op. 117 et Les Ruines d’Athènes op. 113

Pour l’inauguration du théâtre allemand de Pest, dont François I voulait faire le plus grand théâtre allemand du monde, prévue en octobre 1811 mais retardée jusqu’au 10 février 1812 après quatre ans de travaux, on avait demandé à Heinrich von Collin (1772-1811), auteur du Coriolan que Beethoven avait illustré avec son ouverture op. 62, puis après son refus à August von Kotzebue (1761-1819), auteur alors fameux, d’écrire deux pièces nationalistes ...

Petites histoires du violon : Analyse sociale et économique

Dans notre petite histoire du violon, proposons maintenant une analyse sociale et économique de l’instrument — à travers les quatre siècles de son existence. Les notions de son, de musique, de musiciens, ont beaucoup évolué depuis le XVIe siècle. L’appréciation du phénomène sonore lui-même a également évolué en même temps que tous les autres paramètres — sociaux, économiques, politiques et scientifiques. Dans l’article précédent « le violon, projet politique », nous avons ...
Ouverture des Créatures de Prométhée op.43

Les Ouvertures de Beethoven : Créatures de Prométhée op.43

Souvent négligées au profit des symphonies, considérées comme mineures à l’exception des plus célèbres, les onze ouvertures de Beethoven sont rarement vues comme formant un tout cohérent. Pourtant, leur analyse détaillée et l’étude des sujets choisis, même pour les œuvres dites « de circonstance », peuvent nous apprendre beaucoup sur l’évolution du langage et de la forme comme sur le parcours artistique, intellectuel et humain du compositeur. Les ouvertures semblent en effet ...
Un compositeur new-yorkais fasciné de culture française

Philip Glass, un compositeur new-yorkais fasciné de culture française

Né à Chicago le 31 janvier 1937, Philip Glass est de ceux qui, avec La Monte Young et Terry Riley, ont initié la musique dite « minimaliste » ou « répétitive », qui, née aux Etats-Unis en rebondissant sur la vague de la pop’ music, allait très rapidement faire florès jusqu’en France. Si d’aucuns le vouent aux gémonies, entre autres pour avoir introduit le vers dans le fruit, allant jusqu’à ...

Petites histoires du violon : Le violon, projet politique

Les organologues sont assez d’accords sur les faits suivants : Le violon ou son prototype apparaît au début du XVIe siècle et est utilisé presque uniquement par les pauvres, les riches jouant eux sur des instruments à cordes tels que les violes ou le luth. Plusieurs textes servent de références, tel celui de Philibert Jambe-de-fer en 1556 : « Le violon est fort contraire à la viole … beaucoup plus rude en son ...

« Le bel été » de Suzanne Giraud

Le sonnet Le bel été d’Yves Bonnefoy a inspiré à Suzanne Giraud son premier cycle de mélodies pour voix et piano*. Si, pour cette compositrice éprise de littérature et qui hésita un moment entre musique et littérature, la poésie est une fidèle compagne, elle ne l’avait jusqu’à présent mise en musique que dans des œuvres échappant au cadre mélodique classique. Cela dès son premier opus qu’est Voici la lune (1982/1986) ...

L’art lyrique en France des origines à la Querelle des Bouffons

Quelle que soit l’importance du rôle joué par Florence dans la naissance de l’opéra, il ne faudrait cependant pas croire que l’Italie seule s’est penchée sur le drame lyrique. La Renaissance a vu, en effet, fleurir un peu partout en Europe des cercles intellectuels qui, sur le modèle de la Camera Bardi, s’intéressent à ces questions de restauration de la tragédie antique. À Paris, le poète Antoine de Baïf (1532-1589) fonde ...
II. L’Opéra en Italie après Monteverdi

L’Opéra en Italie après Monteverdi

C’est à Rome que le genre va connaître un premier développement sous l’impulsion des princes Barberini, neveux du pape Urbain VIII qui font construire dans leur palais un théâtre privé de 3 000 places où ils donnent de fastueux spectacles faisant appel à de multiples machines. Domenico Mazzocchi (1592-1665) l’inaugure en 1624 avec la Catena d’Adone. Suivront d’autres créations, de Luigi Rossi (1597-1653) ou Stefano Landi (1590-1655), notamment Sant’Alessio, premier ...
I. Naissance de l’Opéra

Naissance de l’Opéra

On pourrait croire, à lecture de certains ouvrages, que la Renaissance a véritablement « inventé » le concept de drame lyrique avec l’opéra. Il n’en est rien, bien sûr, et l’on trouve déjà les prémices de cette forme dans les « mystères » médiévaux puis dans les Sacre Rappresentazioni, Canti carnascialeschi et autres grandes fêtes princières mises en vogue à Florence par Laurent de Médicis vers la fin du XV° siècle. D’autre part, fleurit ...
Wilhelm Furtwängler en 1951

La direction d’orchestre, origines, chefs, et écoles nationales

I. ORIGINE On sait que, dès l’Antiquité, les chœurs sont dirigés par l’un des chanteurs qui marque les mouvements de la mélodie avec la main, tandis que le coryphée scande la mesure du texte avec ses pieds chaussés de bois ou de fer. Au Moyen âge, les chefs de chœur, pour se distinguer, tiennent un bâton, signe de leur fonction, dans la main gauche tandis qu’ils marquent les temps de la ...
Beethoven (van) Ludwig [1770 - 1827]

Les Ouvertures de Beethoven : Ouverture d’Egmont, op.84

Dans son drame Egmont (1787), Gœthe retrace la lutte du comte d’Egmont (1522-1568), célèbre homme de guerre hollandais, contre l’envahisseur espagnol, personnifié par le despotique duc d’Albe. Menacé d’arrestation, Egmont refuse de fuir devant la menace et de renoncer à son idéal de liberté. Emprisonné, abandonné par la lâcheté de son peuple, il est condamné à mort malgré les efforts désespérés de son amante Klärchen, qui se suicide devant son ...

Richard Strauss : Sinfonia domestica op. 53

C’est le 20 avril 1902 que Richard Strauss fait allusion pour la toute première fois à la Sinfonia domestica, sa première symphonie depuis la « fantaisie » Aus Italien, écrite quinze ans plus tôt. Il faut cependant remonter jusque 1883 pour trouver dans le catalogue straussien le terme « symphonie », avec la Symphonie en fa majeur op. 12. « Je commence à écrire un petit morceau, une ballade pour solistes et orchestre (Taillefer ...
Schubert-xlarge

Frantz Schubert : Symphonie n°5 D485, une symphonie inspirée du génie Mozartien

Il ne fait pas ou plus de doute que la symphonie n°5 en si bémol majeur (D485) fut inspirée de la superbe symphonie n°40 en sol mineur (K550) de Mozart. Il suffit d’écouter les deux œuvres à suivre pour comprendre, malgré la différence de tonalité, toute l’influence du génie Mozartien sur le travail de composition du jeune Schubert alors âgé de 19 ans (octobre 1816). La particularité de cette symphonie est ...
Bernard Herrmann [1911 - 1975]

Bernard Herrmann (1911-1975), compositeur

On pourra s’étonner dans un site principalement consacré aux compositeurs romantiques de la présence de Bernard Herrmann, ce dernier étant passé à la postérité essentiellement, pour ne pas dire uniquement, que par quelques célèbres musiques de film. C’est oublier que Herrmann fut aussi un compositeur de musique de concert de première importance. Il laisse une œuvre certes peu abondante mais qui aborde tous les genres, de l’opéra à la musique ...