À emporter, Opéra, Vidéo, Vidéo Musique

Le At Home Gala du Met : « the Voice must be heard »

Plus de détails

Divers lieux de résidence privés. 25-IV-2020. Chants populaires et extraits d’opéra. Ildar Abdrazakov, Roberto Alagna, Fabio Armiliato, Jamie Barton, Piotr Beczała, Angel Blue, Lawrence Brownlee, Joseph Calleja, Javier Camarena, Nicole Car, David Chan, Anthony Roth Costanzo, Stephen Costello, Diana Damrau, Etienne Dupuis, Yusif Eyvazov, Michael Fabiano, Renée Fleming, Elina Garanča, Günther Groissböck, Solomon Howard, Jonas Kaufmann, Quinn Kelsey, Aleksandra Kurzak, Isabel Leonard, Ambrogio Maestri, Peter Mattei, Erin Morley, Anna Netrebko, Lisette Oropesa, René Pape, Ailyn Pérez, Matthew Polenzani, Anita Rachvelishvili, Nadine Sierra, Elza van den Heever, Golda Schultz, Hannah Stone, Bryn Terfel, Nicolas Testé, Michael Volle, Sonya Yoncheva. Divers accompagnateurs au piano. Chœur et Orchestre du Metropolitan Opera de New York, direction : Yannick Nézet-Séguin

Tout le gratin lyrique était réuni pour ce concert mémorable organisé par le . Depuis leur lieu de confinement les plus grands artistes ont répété inlassablement ce même message : vivez, chantez, et résistez !

at home gal met operaPour tous ceux qui ont assisté en direct à ces quatre heures de retransmission, le « At Home Gala » du Met restera évidemment un moment mémorable. Moins sans doute pour sa valeur artistique ou l’originalité de sa programmation que pour la dimension historique de l’événement. Dans certains cas, la piètre qualité sonore des captations internet aura presque fini par rappeler les vieux 78 tours d’autrefois. D’inévitables difficultés de connexion ont en effet rendu parfois à la limite du supportable des accompagnements pianistiques aux sonorités désagréablement métalliques. Si a eu droit pour son air de La Juive au luxe du piano de , d’autres se sont contentés de prestations pré-enregistrées de qualité plus que moyenne. Les joies du karaoké ! Certains accompagnements ont révélé en revanche des trésors de créativité et d’inventivité : chantant la sérénade de Don Giovanni sur fond d’accordéon, interprétant avec la harpe de son épouse Hannah Stone la chanson traditionnelle « If I can help somebody ». Certains de nos chanteurs se sont eux-mêmes installés à leur piano : pour un rare extrait de La Femme silencieuse de Strauss, pour un « Danny Boy » qui lui a valu les applaudissements de sa famille dissimulée dans les tréfonds de l’appartement new-yorkais, chantant un duo de Thaïs en compagnie de son épouse . Si Isobel Leonard et ont opté pour la formule « a cappella », la colorature , brillante pianiste, a déployé des trésors d’humour pour son air de La Fille du régiment. L’arrangement instrumental de l’« Ombra mai fu » de Serse, divinement interprété par , était l’occasion pour le pupitre des altos de l’orchestre du Met de rendre hommage à leur collègue Vincent Lionti, tout récemment décédé des suites d’une infection au coronavirus. Le moment également de rappeler que New York est pour le moment la ville au monde la plus touchée par l’épidémie ! Tous les chanteurs n’étaient pas non plus avantagés par les effets de saturation acoustique causés par l’espace réduit où ils se produisaient, et sans doute les grandes voix dramatiques sont celles qui en ont souffert le plus. Ceux qui ont pu s’enregistrer dans un vrai studio professionnel – Eyvazov, Netrebko – tirent évidemment leur épingle du jeu. Parmi les séquences pré-enregistrées, on saluera tout particulièrement la remarquable performance technologique qui a permis à , depuis son domicile familial de Montréal, de diriger à distance ses musiciens du chœur et de l’orchestre de Met, chacun confiné chez soi. Dans un tel contexte, le message d’espoir du « Va pensiero » de Nabucco prend évidemment tout son sens.

Quoi qu’il en soit, tous les chanteurs que nous aimons et chérissons étaient fidèles au rendez-vous : entourée de sa famille depuis sa cuisine provençale, soucieux de ses voisins zürichois à une heure déjà tardive, Alagna et Kurzak s’amusant comme des petits fous dans leur banlieue parisienne, tâchant de régler les problèmes de connexion depuis son « fernem Land » polonais, Sonia Yoncheva dont l’élégance vestimentaire contrastait quelque peu avec les jeans, polos, chemisettes et autres tee-shirts arborés sans complexe d’un bout de la planète à l’autre. On ne pourra malheureusement pas citer toutes nos stars préférées, dont certaines semblaient soucieuses de retrouver leurs marques dans les rôles qu’ils ont marqués à travers le monde : Pape en Sarastro, Garanča en Carmen, Calleja en Roméo. Le concert était l’occasion aussi de faire connaître nombreux chanteurs américains qui font tous les soirs les bonheurs du Met. Si nos scènes nationales ont déjà découvert , , , , Isabel Leonard, , on connait moins pour le moment Jamie Barton, Solomon Howard ou Ailyn Pérez. Des futurs rendez-vous, on l’espère vivement, pour les années à venir.

Pour tous ces moments lyriques, le message était le même. Soutenez l’opéra et soutenez le Met, car il faut qu’on puisse continuer à entendre les voix : « the voice must be heard ». Derrière l’appel aux dons inlassablement répété, avec une insistance qui pourrait presque paraître excessive à nos oreilles européennes, nous entendons également ce message plus universel qui nous rappelle que l’art et la musique sont le fondement de notre humanité. Dans toutes ces prestations, parfois réalisées dans des conditions proches de l’amateurisme, nous avons vu, peut-être comme une préfiguration à la lueur d’espoir qui finira bien par jaillir au but du tunnel, un véritable acte de résistance. Saluons donc la prouesse technique, et réjouissons-nous pour les rendez-vous à venir.

Ce gala est visible sur le site de Met jusqu’au 26/04, à 18h30 heure de Paris.

Crédit photographiques : © Metropolitan Opera

Plus de détails

Divers lieux de résidence privés. 25-IV-2020. Chants populaires et extraits d’opéra. Ildar Abdrazakov, Roberto Alagna, Fabio Armiliato, Jamie Barton, Piotr Beczała, Angel Blue, Lawrence Brownlee, Joseph Calleja, Javier Camarena, Nicole Car, David Chan, Anthony Roth Costanzo, Stephen Costello, Diana Damrau, Etienne Dupuis, Yusif Eyvazov, Michael Fabiano, Renée Fleming, Elina Garanča, Günther Groissböck, Solomon Howard, Jonas Kaufmann, Quinn Kelsey, Aleksandra Kurzak, Isabel Leonard, Ambrogio Maestri, Peter Mattei, Erin Morley, Anna Netrebko, Lisette Oropesa, René Pape, Ailyn Pérez, Matthew Polenzani, Anita Rachvelishvili, Nadine Sierra, Elza van den Heever, Golda Schultz, Hannah Stone, Bryn Terfel, Nicolas Testé, Michael Volle, Sonya Yoncheva. Divers accompagnateurs au piano. Chœur et Orchestre du Metropolitan Opera de New York, direction : Yannick Nézet-Séguin

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.