Mot-clef : Lawrence Brownlee

Des Puritains de feu à l’Opéra Royal de Wallonie

Des Puritains de feu à l’Opéra Royal de Wallonie

La nouvelle production d’I Puritani de l’Opéra royal de Wallonie à Liège est à marquer d’une pierre blanche. I Puritani furent créés triomphalement à Paris moins d’un an avant la mort prématurée de Vincenzo Bellini. Cet anti-parallèlisme entre parcours glorieux de l’œuvre et sombre trajet de l’auteur sert de point d’ancrage à la réflexion de Vincent Boussard. Plutôt que de recourir à un arsenal historié et romantique alla Walter Scott, le ...
Un Don Pasquale finalement émouvant au Palais Garnier

Un Don Pasquale finalement émouvant au Palais Garnier

Don Pasquale est l’un des opéras les plus populaires de Donizetti, et pourtant, il aura fallu attendre 2018 pour que la vénérable institution se penche sur lui. Une entrée au répertoire toutefois réussie, notamment grâce à un plateau homogène et de très haute volée au service du regard neuf et émouvant de Damiano Michieletto qui donne du relief à une œuvre plus profonde qu’il n’y paraît. Un opéra bouffe ? Certainement. ...
SEMIRAMIDE_ROH Covent Garden,

Semiramide; Joyce DiDonato,
Assur; Michele Pertusi,
Arsace; Daniela Barcellona,
Idreno; Lawrence Brownlee,
Azema; Jacquelyn Stucker,
Oroe ; Balint Szabo,
Mitrane ; Konu Kim,
Nino's Ghost; Simon Shibambu

Music; Gioachino Rossini,
Conductor; Antonio Pappano,
Libretto; Gaetano Rossi,
Director; David Alden,
Set designer; Paul Steinberg,
Costume designer; Buki Shiff,
Lighting designer;  Michael Bauer
Choreographer; Beate Vollack,

Semiramide des grands soirs avec Joyce DiDonato au Royal Opera House

Neuf mois après la Bayerische Staatsoper, le Royal Opera House accueille la production de Semiramide de David Alden : discutable par sa modernisation de l’action mais avec une distribution portée par Joyce DiDonato et Daniela Barcellona, et une direction musicale exceptionnelle d'Antonio Pappano. Semiramide aura mis moins de temps que d’autres ouvrages de Rossini pour renaître au siècle dernier, le premier retour en grâce étant dû à Joan Sutherland dans les ...

L’Opéra de Lyon, Bernard Foccroulle et Philippe Jordan primés aux International Opera Awards

Lors de la cérémonie des International Opera Awards 2017 au Coliseum de Londres le dimanche 7 mai ont été récompensés : Le chef d'orchestre Philippe Jordan, directeur musical de l'Opéra national de Paris ; Anna Netrebko et Lawrence Brownlee, meilleurs chanteurs ; Juan Diego Flórez (Prix des lecteurs du magazine Opera) ; Renata Scotto (Lifetime Achievement) ; le metteur en scène Christof Loy, le scénographe Klaus Grünberg  ; le jeune chef d'orchestre Lorenzo Viotti (Découverte), le Choeur Arnold ...
Semiramide Alex_Esposito_Daniela_Barcellona

Semiramide à Munich, musique sans théâtre

À défaut de théâtre, Munich offre au Rossini sérieux un orchestre somptueux et une distribution solide. Dans Semiramide, le personnage principal est au fond Azema, l'objet du désir des trois protagonistes masculins. Mais ni Rossini, ni son librettiste ne font d'elle autre chose que cela : un objet qui n'a guère le droit à la parole. David Alden a bien saisi ce paradoxe et l'illustre de façon frappante : on retrouve ...
BPhil_BB_Rosenkavalier_002 (bis)

Le Philharmonique de Berlin au Festival de Pâques de Baden-Baden

Pour la troisième année, l’Orchestre philharmonique de Berlin envahit la ville de Baden-Baden pour une véritable cure de musique. En ouverture de ce Festival de Pâques 2015, les 2500 places du Festspielhaus affichaient complet pour une nouvelle production du Chevalier à la Rose de Richard Strauss avec une affiche de stars sous la houlette de Brigitte Fassbaender, mezzo-soprano reconvertie dans la mise en scène et la direction de maisons d’opéra et ...
PURI_1158a-M

I Puritani, vous en avez rêvé, le Met l’a fait

Si vous avez un jour rêvé de voir un des vos opéras romantiques fétiches dans une mise en scène conforme à la production originale, telle qu’on peut s’en faire une idée à partir des maquettes de décors qui sont restées jusqu’à nous, courez vite voir cette production des Puritains telle que le Met continue à l’afficher depuis 1976. Vous n’en croirez pas vos yeux ! Les décors sont constitués sur ...
1966774_10152240932213794_897365608_n

À Munich, le fantôme de Ponnelle joue toujours contre La Cenerentola

C’est mardi gras, et en cet étrange jour semi-férié sur lequel on ne plaisante pas en Bavière, l’Opéra de Munich affiche non sans pertinence un ouvrage du maître du comique lyrique. Une reprise de routine, certes, vendue à un prix modeste pour attirer un public qui ne vient sans doute pas souvent. Il y avait une bonne raison, pourtant, de se déplacer : Lawrence Brownlee est sans nul doute non seulement ...
Magic Flute_Orchestra Tech 1 _November 18, 2013

Los Angeles : The Magic Flute in silent film style

This Flute, which first we watch, with ever-widening eyes, for we proceed from good to excellent surprises, then we hear…is especially noteworthy, as you may have guessed, because of the unique, often staggering reinterpretation by the Berlin theatre troupe, “1927,” (Suzanne Andrade) and Barrie Kosky, the Australian director, in the throes of euphoria. An audacious reinterpretation, embellished by the breathtaking animation of Paul Barritt. Of course, Mozart suffers a bit…but ...
Magic Flute_Orchestra Tech 1 _November 18, 2013

Une Flûte enchantée version cinéma muet à Los Angeles

Cette Flûte qui d' abord se regarde, les  yeux de plus en plus écarquillés, car nous allons de (bonnes) surprises en (excellentes) surprises, … puis s'écoute, vaut surtout, on l'aura déjà compris, par la relecture insolite, souvent ahurissante, qu' en  donne l' équipe du « 127 », groupe théâtral berlinois (Suzanne Andrade, Barrie Kosky) en mal d' euphorie. Relecture audacieuse, agrémentée des époustouflantes animations de Paul Barritt. Bien sûr, Mozart en pâtit ...
Il-Barbiere-di-Siviglia-02w

Il Barbiere di Siviglia, le temps des reprises à Genève

Il est de retour, le temps des reprises (sur un air connu). Voici deux ans le Grand Théâtre de Genève présentait une production assez inventive mais scéniquement agitée du Barbiere di Siviglia de Rossini dirigée par Damiano Michieletto. Le public avait chaleureusement reçu cette production. Impressionné par le gigantisme du décor et la mise en scène débridée favorisant le comique de situations, ce Barbier moderne avait fait mouche malgré quelques réserves de ...
decca_armida_fleming_vign

Armida au Met, un show à l’américaine

On se souvient, en 1993, d’une discussion sur les marches du Teatro Rossini de Pesaro, avec des festivaliers qui se demandaient ce que valait cette inconnue distribuée dans l’un des rôles rossiniensles plus exigeants. On se rappelle les avoir rassurés sur les qualités vocales de la dame, entendue l’année précédente à Covent Garden, en marquise de Folleville d’Il Viaggio a Reims. Dix-sept ans après, cette débutante est devenue une star ...
Grandiose !

Stabat Mater de Rossini version Pappano : Grandiose !

S’il a souvent connu les studios d’enregistrements, le Stabat Mater de Gioachino Rossini, n’avait jusqu’ici jamais fait l’unanimité des interprétations. Que ce soit par la direction d’orchestre ou le quatuor des solistes en présence, jamais on avait obtenu l’unité musicale de l’œuvre. Pourtant les plus grands chefs (Giulini, Muti ou Chailly) et les meilleurs chanteurs (Pavarotti, Ricciarelli, Bartoli, etc. ) ont souvent été réunis pour enregistrer cette œuvre magistrale sans ...
Anna Bonitabus, une vraie mezzo

Anna Bonitabus, une vraie mezzo

L’Italiana in Algeri Avec cette Italiana in Algeri, la production lausannoise offre un spectacle croustillant, brillant, agréablement burlesque, totalement dans la veine de ce qu’on attend d’une farce rossinienne. Tous les excès de la comédie sont présents sans que jamais ils ne laissent le pas à une quelconque vulgarité. Un plein de vivacité sans excitation inutile. Dans cet Enlèvement au Sérail à l’envers où l’Italienne Isabella vient libérer Lindoro, prisonnier du bey ...
Sur les traces de la Callas

Joyce DiDonato sur les traces de la Callas

Whaou ! Dès les premières notes de ce nouvel enregistrement, l’explosion vocale que nous offre Joyce DiDonato dans son « D’Amor al dolce impero » soulève le souvenir de la version que Maria Callas donnait au public du Teatro Communale de Florence en avril 1952. Malgré la qualité désastreuse de la prise de son, Callas crevait l’écran. Jamais depuis on avait entendu une telle fougue, une telle projection vocale. Avec son interprétation, Joyce ...
Le Met en Forêt-Noire

Le Met en Forêt-Noire

Le Barbier de Séville Rossini est le bienvenu en Forêt-Noire. Le festival de Bad-Wildbad explore le répertoire du Maître de Pesaro tous les étés depuis deux décennies. Et voici que, à moins de vingt kilomètres à vol d’oiseau, le festival d’automne de Baden-Baden programme son plus grand succès, le Barbier de Séville, avec le soin et le luxe coutumiers de ce théâtre. Le luxe, c’est d’avoir importé la production du Metropolitan Opera, ...
Norah Amsellem, celle que l’on cache aux Français

Norah Amsellem, soprano

ResMusica : Ces Puritains sont une vraie réussite (lire notre critique), avec une standing ovation pour toute la distribution et particulièrement pour vous et Lawrence Brownlee. Vous devez être satisfaite? Norah Amsellem : Oui bien sûr. J’ai été étonnée par cette standing ovation, le public du mercredi soir est d’ordinaire plus réservé. RM : Comment s’est passée cette prise de rôle ? Avez-vous rencontré des difficultés imprévues ? NA : Le plus délicat dans I Puritani ...
Roman futuriste, opéra passéiste

1984, roman futuriste, opéra passéiste

Opéra à grand spectacle, 1984 d’après George Orwell de Lorin Maazel est avant tout l’œuvre d’un chef d’orchestre. La partition est très riche, opulente. L’orchestration est somptueuse et brillante. L’écriture vocale toujours très respectueuse de l’instrument. Le tout ressemble à Stravinsky mélangé avec Britten, Berg, Mahler, Puccini et Ravel. Le répertoire de Lorin Maazel donc en tant que chef d’orchestre. Or il officie ici en tant que compositeur, une sorte ...
Une diva française chez les Puritains

Une diva française chez les Puritains

Orchestration insignifiante, histoire invraisemblable, livret bâclé, mais des airs sublimes généreusement attribués à un ténor, un baryton et une basse, tous trois viscéralement aimantés autour d’Elvira, une jeune et belle soprano à la raison fragile, voilà I Puritani, le dernier opéra de Bellini créé à Paris en 1835. Ajoutez à cela que Wagner se pâmait devant les mélodies belliniennes, que l’opéra fut sorti de l’oubli par la Callas, et que ...
header+8

Lawrence Brownlee, ténor rossinien de l’autre côté de l’Atlantique

Jeune ténor américain, remarqué dans Tancredi à Pleyel la saison passée, Lawrence Brownlee revient bientôt en France, au Capitole de Toulouse, pour l’Italiana in Algieri. Et si les nouveaux ténors rossiniens continuaient de venir de l’autre coté de l’Atlantique ? "Ma voix correspond à la musique de Rossini. J’ai l’impression qu’elle a été composée pour moi." ResMusica : Maintenant que les grands ténors rossiniens se sont retirés de ce répertoire, une large voie ...
Une étoile est née !

Lawrence Brownlee, une étoile est née !

Tancredi à Pleyel Il serait logique que les mélomanes parisiens se rendent dans la première salle d’opéra de France pour entendre les voix nouvelles, les stars de demain et d’aujourd’hui. Or, tandis qu’à l’ONP on peut entendre l’inusable Christine Schäfer en Traviata ou la sempiternelle Mireille Delunsch en Elsa, c’est salle Pleyel qu’il faut aller pour assister dans la même semaine aux débuts parisiens de Janice Baird ou du ténor rossinien ...
Elina Garanca, rusée Rosina

Elīna Garanča, rusée Rosina

La longue ouverture du Barbier donne bien souvent le ton de la direction musicale. Point trop précipitée, celle de Miguel Gomez-Martinez pour ce nouvel enregistrement d’un des chefs-d’œuvre de Rossini, est équilibrée, énergique quand il le faut mais aussi mœlleuse, langoureuse, lyrique. Et elle est bien servie par la prise de son qui fait ressortir distinctement les différents instruments. Les enregistrements du Barbier sont certes déjà nombreux mais celui-là ne semble ...
Voix sacrées et sacrées voix !

Voix sacrées et sacrées voix !

Stabat Mater de Rossini Prouvant une fois de plus ses grandes qualités d’adaptation aux œuvres qu’il joue et aux chefs qui le dirigent, l’Orchestre de Chambre de Lausanne réaffirme sa prédominance dans la hiérarchie des orchestres de Suisse romande. Offrant sa flexibilité au pathos et à l’emphase que Corrado Rovaris donne à cette superbe page d’un Rossini empreint de l’intensité du texte religieux, il enveloppe le son de ses pupitres dans ...
A mi-chemin

A mi-chemin

Il Viaggio à Reims Alors que le Festival de Pesaro a créé cet été une nouvelle production du Viaggio a Reims, l’ancienne, qui a déjà beaucoup voyagé depuis ses débuts sous la baguette de Claudio Abbado en 1984, fait escale à la Monnaie. La mise en scène, classique et brillante, n’a pas pris une ride et continue de faire rire le public, et elle a été intelligemment mise à la sauce ...