Mot-clef : Antonín Dvořák

Quatuor Prazak

Quatuor Pražák, un petit air de Bohème aux Bouffes du Nord

Cela fait un certain temps que le Quatuor Pražák a pris pour habitude d’établir ses quartiers parisiens dans le théâtre des Bouffes du Nord. La rencontre de ce lieu fascinant et de ces interprètes d’exception fait merveille à chaque fois, et il semble qu’une relation intime se soit créée entre le public et les artistes. Conquise d’avance, l’audience accueille avec recueillement et enthousiasme leur magistrale leçon de musique. Les Pražák forment ...
Ah ces russes, ils prennent tout au tragique !

Duo Kniazev Fedoseiev : ah ces Russes, ils prennent tout au tragique !

Orchestre Symphonique Tchaïkovski de Moscou Passant par Paris au milieu d’une tournée européenne, le duo russe Kniazev Fedoseiev nous a offert ce soir un bon bain de romantisme slave, que l’on pourra d’ailleurs retrouver très bientôt dans les bacs des disquaires (chez Lontano/Warner Classics), et dès le 12 mars à 14h30 lors de la diffusion de ce concert sur France Musique. Dvorák d’abord avec le plus célèbre concerto pour violoncelle du ...
Un Stabat Mater inoubliable

Le Stabat Mater de Dvořák par Harnoncourt, inoubliable

Une musique qui nous laisserait tel quel mériterait-t-elle quelque considération appuyée ? Rien à craindre à cet égard après l’écoute du Stabat Mater op. 58, pour quatre solistes vocaux, chœur mixte et orchestre, que le Tchèque Antonín Dvořák écrivit au cours d’une période douloureuse de sa vie, marquée par plusieurs deuils insupportables. Nous avions gardé un splendide souvenir d’une version du Stabat Mater gravé par Rafael Kubelik (DG) il y a une trentaine ...
Le rêve d’une sirène de la rue

Le rêve d’une sirène de la rue

Rusalka Ce vendredi 5 décembre 2008, la Monnaie donnait en première représentation Rusalka (1900), dixième des onze opéras de Dvorák. L’histoire d’une ondine, slave, une petite sirène, plus démoniaque que le personnage d’Andersen. Un «conte lyrique», merveilleux, qui révèle un rôle-titre audacieusement muet au cœur du récit. Un conte métamorphosé par les visions complices de Stefan Herheim et Heike Scheele. Plongés dans une scénographie somptueuse, les nymphes deviennent prostituées, le prince ...
Tout est bien qui finit bien

Tout est bien qui finit bien

Orchestre Pasdeloup «Tourbillon de folie» annonçait le programme du concert. Malgré un choix de pièces courtes et connues, si bien écrites qu’elles paraissaient adaptées à un public d’après-midi, le concert ne fût pas des plus convaincants. La fameuse Moldau ouvre le concert. Après un départ bancal dans l’introduction bucolique des flûtes, les cordes exposent le célèbre thème principal. Par son interprétation réservée, la pièce manque de cet élan, celui de la vague ...
Charles Münch, dans la plus pure tradition romantique

Charles Münch, dans la plus pure tradition romantique

Après un programme entièrement dévolu à Beethoven, West Hill Radio Archives nous offre cette fois, toujours avec Charles Munch à la tête du Boston Symphony Orchestra, une série d’enregistrements de concerts s’étalant d’octobre 1951 à décembre 1957, et consacré essentiellement à des compositeurs romantiques et post-romantique allemands : Johannes Brahms, Robert Schumann et Richard Strauss ; la Symphonie n°9 « du Nouveau Monde » du Tchèque Antonín Dvořák tant admiré et soutenu ...
Sous le signe de l’efficacité…

Sous le signe de l’efficacité…

Elève de Leonard Bernstein, Marin Alsop mène une carrière qui la conduit à la tête des plus grands orchestres du monde. Le label Naxos lui offre l’opportunité d’enregistrer le grand répertoire avec les deux orchestres auprès desquels elle assure une fonction de direction musicale : l’orchestre anglais de Bournemouth et l’orchestre étasunien de Baltimore que l’on a connu très brillant sous la conduite de David Zinman. Avec cette dernière phalange, Marin ...
Le doux réconfort offert par Dvořák aux plus malheureux.

Le doux réconfort offert par Dvořák aux plus malheureux.

Cette version du Stabat Mater d'Antonín Dvořák n’est en rien une ébauche, ou un travail préparatoire à la version orchestrale crée en 1881. Rien ne permet de dire que la version avec piano de 1876 ait été donnée du vivant du compositeur. Pourtant il s’agit bien d’une version pensée avec et pour le piano. La qualité de l’écriture (l’introduction du premier morceau) et le détail des indications de tempo et ...
Le sens de la respiration !

Dvoràk par Jakub Hrůša, le sens de la respiration !

Le jeune chef Jakub Hrůša nous avait fait très forte impression lors d’un concert avec l’orchestre de La Monnaie (2006) dans un programme bigarré : Schœnberg, Dallapiccola, Stravinski et Dvoràk, assez sidérant de maîtrise. On le retrouve donc avec grand intérêt dans des pages tchèques dont les deux magnifiques sérénades de Dvoràk. D’apparence simple, ces deux pièces sont pourtant assez redoutables à interpréter car il faut garder un sens de la ...
Talent….à dompter ?

Tomáš Netopil, talent….à dompter ?

Dans la grande famille des jeunes chefs prometteurs, Supraphon nous offre simultanément deux galettes de prodiges tchèques des pupitres : Tomáš Netopil et Jakub Hrůša. Ce premier disque est consacré au premier des deux espoirs. Lancé lors du festival de Salzbourg 2006 dans Lucio Silla de Mozart (enregistré ensuite à Venise), le musicien affiche un palmarès déjà assez impressionnant de grandes phalanges ! C’est lui qui assurera la conduite d’une nouvelle ...
Vol. 2 : son oeuvre

Centenaire Herbert von Karajan : son oeuvre

Comme Beethoven, Karajan eu trois périodes stylistiques dans sa longue carrière. La première, qu’on peut qualifier de « classique » va de ses débuts jusqu’à peu près la création du Philharmonia de Londres. La seconde, correspondant aux années 50, sera celle du murissement et de l’approfondissement de son style, et la troisième prendra ses racines dans les années 60, lorsque le style typique et caractéristique du chef sera définitivement établi, ...
Dvořák Cap sur l’Amérique !

La Symphonie du Nouveau Monde d’Antonín Dvořák : cap sur l’Amérique

Créée en décembre 1893 au Carnergie Hall de New York, la Symphonie n°9 en mi mineur dite du "Nouveau monde" d'Antonín Dvořák est comme la Rhapsody in Blue de Gershwin, le tube d’un compositeur. Jouée par tous les orchestres, des phalanges de prestige aux formations d’étudiants, elle est également sur toutes les lèvres des amateurs de musique. 1. Présentation de l’œuvre Composée entre janvier et mai 1893, la partition remporte d’emblée un ...
Krivine : quand le chef est la musique

Krivine : quand le chef est la musique

Le choix des œuvres est intéressant par son originalité : il allie deux œuvres de Schumann relativement peu connues à un « tube » de la musique classique. Mais s’il est toujours intéressant, au moins d’un point de vue historique, de découvrir ou redécouvrir des œuvres, surtout lorsqu’elles sont servies par des interprètes hors pair, c’est parfois pour constater que l’on ne perdait pas grand chose en ne les connaissant pas ...
Belles rencontres…

Belles rencontres à Liège…

L’affiche de ce concert de l’Orchestre Philharmonique de Liège faisait (comme souvent dans cette salle) l’éloge d’une nouvelle génération de musiciens. Kirill Karabits, futur chef principal de l’Orchestre de Bournemouth, se voyait confier la direction de la formation tandis que Valery Sokolov avait pour tâche de défendre le Concerto pour violon n°3 de Saint-Saëns. En ouverture du concert, l’orchestre confirme son intérêt pour les compositeurs belges avec le poème symphonique inspiré ...
Václav Talich et la gloire des cordes tchèques

Václav Talich et la gloire des cordes tchèques

L’imposante « Václav Talich Special Edition » en dix-sept volumes s’achève, et nous disposons actuellement du seizième dont la particularité et l’intérêt est de regrouper les enregistrements de Václav Talich pour orchestre à cordes réalisés dans les années 50 et comportant des œuvres de Benda, Dvořák, Suk et Tchaïkovski. L’essentiel de ces gravures est constitué des Sérénades pour cordes de deux musiciens tchèques que Talich a personnellement connus : Antonín Dvořák (1841-1904) ...
SWF : Les premiers enregistrements Polydor - Grammophon

Les premiers enregistrements Polydor de Furtwängler

La belle présentation de ce splendide coffret SWF associe quelques photos de Wilhelm Furtwängler à ce véritable anachronisme technique que représente le curieux montage photographique d’un microsillon à pas variable affublé d’une étiquette Polydor 78 tours ! Il est vrai cependant que si la carrière de Furtwängler fut essentiellement centrée sur l’époque du 78 tours, l’immense chef a connu non seulement les débuts de la bande magnétique, mais aussi les balbutiements ...
Yo-Yo Ma fait son Dvořák

Yo-Yo Ma fait son Dvořák

Après son passage au TCE il y a quelques mois où il interprétait, avec l’Orchestre National de France et Kurt Masur, l’électrisant Concerto n°1 de Chostakovitch, Yo-Yo Ma se produisait ce mercredi 17 Octobre à la Salle Pleyel dans le mythique Concerto d'Antonín Dvořák, cheval de bataille de tous les violoncellistes. Et c’est bien le soliste, hier au soir, qui « tenait les rennes » de l’Orchestre de Paris, modelant à son ...
Dans l’esprit de la dumka

Dans l’esprit de la dumka

C’est son ami Leoš Janáček qui fait découvrir le caractère particulier de la duma ou dumka (« chanson ukrainienne ») à Antonín Dvořák. Ce dernier en reprend l’esprit, mais l’adapte à sa façon : ce ne sont plus seulement des rêveries nostalgiques, mais parfois des mélodies au caractère joyeux et exubérant. Concrètement, il est possible de trouver chez lui des danses endiablées à côté de méditations nostalgiques, de même que l’alternance entre des ...
A un final près !

Dvořák par Dausgaard, à un final près !

Avec près d’une dizaine de disques en un an pour les labels : CPO, Simax, Da Capo, Chandos et Bis, le chef Thomas Dausgaard est l’une des baguettes les plus actives du moment. Après avoir revisité Beethoven et Schumann à la tête de son orchestre de chambre de Suède, le musicien se lance à l’assaut d'Antonín Dvořák. Bien évidement, le texte est passé aux rayons X et les textures sont allégées ...
Václav Talich dans son élément

Václav Talich dans son élément

Ce remarquable CD est le tout premier consacré par Naxos Historical aux gravures 78 tours/min His Master’s Voice du chef tchèque Václav Talich dans un répertoire qu’il affectionnait tout particulièrement : l’œuvre de Dvořák qu’il eut l’occasion de côtoyer lorsqu’il était étudiant au Conservatoire de Prague sous le directorat de l’illustre compositeur. Les enregistrements Supraphon que Talich accomplit à la fin de sa vie sont à juste titre célèbres, mais on connaît ...
Suzanne Ramon

Concerto de Dvořák flamboyant par Suzanne Ramon

Après un enregistrement live du Concerto de Schumann avec l’Orchestre Symphonique de Budapest (1 CD Arkès AMDG037), Suzanne Ramon et l’Orchestre Philharmonique de Russie dirigé par Constantin Orbélian nous offrent dans un nouvel album une version flamboyante du Concerto d'Antonín Dvořák complété par quelques pièces pour violoncelle et orchestre destinées à mettre en valeur les qualités molto cantabile de son instrument – un magnifique Guarnerius de 1690 – dont l’interprète ...
II. Alain Chotil-Fani : Antonín Dvořák

Antonín Dvořák par Alain Chotil-Fani

A l’occasion de la sortie du livre Antonín Dvořák, Un musicien par-delà les frontières, ResMusica s’est entretenu avec Alain Chotil-Fani, chercheur indépendant, auteur du site musicabohemica.org consacré aux musiciens tchèques et co-auteur du présent ouvrage. « A mon insu, j’étais devenu mélomane, mais Dvořák et les musiciens tchèques resteront à tout jamais les premiers. » ResMusica : D’ou vous vient votre passion pour la musique tchèque ? Alain Chotil-Fani : Cela restera à jamais un mystère ! ...
Antonín Dvořák : Un musicien par-delà les frontières

Antonín Dvořák : Un musicien par-delà les frontières

Après les sorties des livres Antonín Dvořák par Guy Erismann aux éditions Fayard ou Antonín Dvořák ou l’effusion lyrique par Philippe Simon aux Editions Papillon en 2004 – centenaire de la mort du compositeur –, on peut se demander pourquoi éditer en 2007 un nième ouvrage sur le musicien tchèque. Le livre d’Alain Chotil-Fani et Éric Baude n’est cependant pas une simple biographie. Il a pour ambition de donner à ...
Václav Talich dans l’éternité

Václav Talich dans l’éternité

Après la superbe et monumentale « Karel Ančerl Gold Edition » en quarante-deux CDs, voici que le célèbre label tchèque Supraphon nous gratifie d’une « Václav Talich Special Edition » en dix-sept volumes, certes plus modeste que celle de son confrère Ančerl (Talich ayant moins enregistré) mais d’une importance tout aussi capitale. Cette édition en cours comprend déjà onze publications, dont cette dixième parution nous semble particulièrement révélatrice. Lorsque Václav Talich décida, à ...
Une mécanique bien rodée II ?

Le LSO, Gardiner et Andsness, une mécanique bien rodée ?

Quelques semaines après le London Philharmonic Orchestra (lire ici la chronique de ce concert), c’est au tour du prestigieux London Symphony Orchestra de faire l’une de ses fréquentes visites à Bruxelles. Force est de constater que si le LPO ne possède aucune personnalité sonore particulière, il existe une griffe LSO : une palette de nuances qui commence au mezzo-forte pour exploser dans les forte, une dynamique impressionnante, une perfection technique dans ...
Dvorak par le trio Smetana

Les trios de Dvořák par le trio Smetana

Les trios de Dvořák - au nombre de quatre si l’on ne tient pas compte d’essais de jeunesse qui n’ont pas été conservés - datent pour l’essentiel de la maturité de sa carrière : composés respectivement en 1875, 1876, 1883 et 1890, ils constituent autant de commodes repères dans l’évolution d’un compositeur bien moins monolithique qu’il n’est d’usage de le prétendre. Si les deux premiers relèvent du schéma classique légué par ...
Beaucoup de bruit pour rien

Beaucoup de bruit pour rien

Chef charismatique et enthousiaste, Sir John Barbirolli (1899-1970) jouit en Angleterre d’une popularité toujours vive, largement due à son rôle dans la renommée de l’orchestre Hallé de Manchester et à son engagement pour la création contemporaine, mais quelque peu écornée en France. Et il est vrai que, si ses magnifiques enregistrements de Mahler (Symphonies N° 5 et N° 9) ou de musique anglaise le montrent interprète bouillonnant, sensible et engagé, ...
Compositeurs tchèques modernes dirigés par Karel Ančerl

Compositeurs tchèques modernes dirigés par Karel Ančerl

Supraphon « Karel Ančerl Gold Edition » L’un des bienfaits de la vaste « Karel Ančerl Gold Edition » en quarante-deux volumes est d’avoir remis à l’honneur des enregistrements du répertoire courant du XVIIIe au XXe siècle, gravures qui, souvent associées à des solistes du plus haut niveau, font la plupart du temps figure de références. Mais il ne faut pas oublier qu’une des politiques essentielles de la firme tchèque Supraphon fut de ...
Václav Talich, ou l’Assurance et l’Humilité

Václav Talich, ou l’Assurance et l’Humilité

Si l’enregistrement Supraphon en juillet 1950 des deux cycles de Danses slaves d’Antonín Dvořák par Václav Talich est le plus connu et célèbre à juste titre, il convient de ne pas oublier qu’il est le témoignage médian de l’évolution de l’illustre chef d’orchestre tchèque dans ce répertoire : déjà auparavant en novembre 1935, il léguait à la firme « His Master’s Voice – Electrola » sa toute première vision, fulgurante et vitale, de ...
Le grand Rudolf Kempe

Respighi et Strauss par le grand Rudolf Kempe

Le legs discographique de Rudolf Kempe est quantitativement assez faible par rapport à son immense répertoire qui comptait près de 700 partitions. Dès lors toute édition d’enregistrements inédits ou rares est la bienvenue. Le label Scribendum est tombé sur quelques pépites que l’on est heureux de retrouver disponibles : les faces Reader’s Digest et Chesky que le chef allemand grava lors de son passage à la tête du Royal Philharmonic Orchestra ...