Mot-clef : Susan Graham

ades-opera-the-exterminating-angel-opera-dvd-review-critique-opera-dvd-par-classiquenews-erato-2017

Un dîner en Enfer avec l’Ange Exterminateur de Thomas Adès

Commande du festival de Salzbourg, The Exterminating Angel est le troisième ouvrage lyrique du compositeur britannique Thomas Adès. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y montre un sacré métier. L'Ange Exterminateur est inspiré par le film du surréaliste Luis Buñuel (1962). L'histoire en est simple, bête, stupide, absurde, ironique, funèbre et tragique : de retour d'une soirée à l'opéra où ils assistaient à une représentation de Lucia di Lamermoor, une ...

Vente aux enchères de costumes au Théâtre du Capitole de Toulouse

Comme d’autres maisons d’opéra avant lui (Opéra national de Paris, Opéra Comique, Opéra de Lyon, Opéra national de Lorraine…), le Théâtre du Capitole de Toulouse propose le dimanche 17 mars 2019 à partir de 10h30 en son sein et sur Internet une vente aux enchères de costumes d’opéras et ballets, faits mains, et datant de 1972 à 2001. Parmi eux, des costumes ayant été portés par Annick Massis, Susan Graham, ...
Concert Gustav Mahler, Symphonie n°3, à la Philharmonie de Paris, dirigé par Andris Nelson, le 15 septembre 2018

Superbes sonorités du Boston Symphony Orchestra dans Mahler

Après Cleveland et Los Angeles, chacun avec leur directeur musical respectif, le Boston Symphony Orchestra et son chef Andris Nelsons offrent en cette rentrée leur propre proposition de la Symphonie n°3 de Gustav Mahler, dans une acoustique de la Philharmonie de Paris maintenant mature pour permettre de bénéficier à plein des timbres et de l’énergie de l’orchestre. En introduction de la Symphonie n°3 en ré mineur de Gustav Mahler, la première ...

À Genève, une Susan Graham kaléidoscopique

Avec sa première venue à Genève, la mezzo américaine offre un récital complexe qui met en valeur sa connaissance des langues et sa belle mémoire des mélodies sans déranger le fil des émotions. Cassant les habitudes des récitals de ses consœurs, la mezzo-soprano américaine Susan Graham offre un récital kaléidoscopique qu’elle présente elle-même dans un petit préambule explicatif énoncé dans un très bon français. Un récital en huit chapitres, les huit ...
RH8

The King and I au Châtelet, voyage au royaume de Siam

63 ans après sa création, l’une des plus célèbres comédies musicales du duo Rodgers et Hammerstein, The King and I, fait l’objet d’une nouvelle production du Théâtre du Châtelet. Décors et costumes somptueux, chœur d’enfant pléthorique, premiers rôles à la hauteur mais une mise en scène académique qui plombe un spectacle trop long reposant sur un livret daté et une partition inégale. Les spectateurs français connaissent Le Roi et moi à ...
Lutte contre « l’oubli »

Première collaboration de Bertrand de Billy avec l’Orchestre de Paris

Pour sa première collaboration avec l’Orchestre de Paris, Bertrand de Billy, jeune chef français dont la carrière s’épanouit surtout dans la sphère germanique, a voulu frapper un grand coup. Il n’est qu’à voir l’éclectisme autant que l’exigence du programme pour s’en convaincre : deux siècles de musique en une heure et demie, entre valeurs sûres et œuvres plus discrètes. Moins connu que la fameuse Passacaille op. 1, Im Sommerwind concourt à tordre ...
Une équipe de choc

Adler Fellows du San Francisco Opera, une équipe de choc

Le soutien à la jeune génération de chanteurs n’est pas une moindre préoccupation des opéras américains comme le prouvent ceux de Los Angeles et Washington qui accueillent les programmes initiés par Placido Domingo, ou encore celui San Francisco. Ce dernier accueille deux de ces prestigieux viviers que sont les résidences Merola et Adler, la seconde conclusion naturelle du premier. Susan Graham, Rolando Villazon, Deborah Voigt ou Joyce DiDonato sont quelques ...
Ecorché vif

Werther écorché vif à l’Opéra de Paris

L’Opéra de Paris avait pour cette production de Werther de Jules Massenet (qui nous vient du Bayerische Staatsoper de Munich) prévu de donner en alternance les deux versions, pour ténor (1892) et pour baryton (1900). Le forfait de Rolando Villazón était à prévoir. C’est donc Ludovic Tézier qui a assuré la première de cette série. Autant dire que les spectateurs n’ont absolument rien perdu. Werther baryton ajoute à la profondeur et ...
La musique est un art qui les contient tous

La musique est un art qui les contient tous

Susan Graham / Tugan Sokhiev Ce concert devait consacrer l’art de Susan Graham tant aimée des Toulousains et servir de test concernant la variété stylistique de Tugan Sokhiev. Certes ce magnifique cycle des nuits d’été a été un moment de grâce intense, mais le concert en son entier a atteint des sommets d’expressivité et de musicalité. L’ouverture de Béatrice et Bénédicte a été ciselée avec esprit et élégance par le jeune ...
Le jeune et l’ancien jeune face à Berlioz

Dudamel et Rattle, le jeune et l’ancien jeune face à Berlioz

Les hasards des parutions Les hasards des parutions confrontent simultanément deux talents de la baguette dans la même Symphonie fantastique de Berlioz. D’un côté, l’actuel directeur de la Philharmonie de Berlin, longtemps présenté, comme l’un des «jeunes» chefs les plus inventifs de la planète avant d’accéder à la magistrature suprême du monde de musique classique et de l’autre le prodige actuel des pupitres, le très jeune, Gustavo Dudamel. Simon Rattle, comme tout ...
Féeries nocturnes

Féeries nocturnes

Orchestre de Paris Ce mercredi soir à la salle Pleyel, il semblait que tous les éléments d’une riche et belle soirée musicale étaient réunis de façon presque miraculeuse. En premier lieu par la programmation d’œuvres majeures de deux très grands compositeurs français présentant la particularité d’être bien plus populaires au-delà de nos frontières qu’en leur ingrate patrie, Hector Berlioz et Maurice Ravel. Ensuite par la certitude d’une prestation orchestrale de très ...
Un monde en noir pour une sombre Iphigénie

Un monde en noir pour une sombre Iphigénie

Iphigénie en Tauride Dès le levé de rideau, le ton est donné. Le décor de Tobias Hoheisel angoisse, oppresse et entraîne le spectateur aux frontières de la claustrophobie. La scène, rétrécie en une improbable boîte couleur ébène, est habillée de plaques d’ardoises aussi sombres que les robes et costumes noirs des personnages, tous uniformes. Seules éclaircies dans cet environnement obscur, les graffitis «Agamemnon» et «Clytemnestre» tracés à la craie blanche sur ...
Grave et déchirant

Iphigénie en Tauride, grave et déchirant

Au risque de choquer les bonnes consciences, de faire grincer quelques dents, il faut bien reconnaître que cette Iphigénie en Tauride fait mouche. Et ceci, malgré l’absence totale de décors, l’absence de costumes, de machines, malgré ce modernisme outrancier, foncièrement eurotrash. Ces trois murs noirs couverts de sang (noir), de graffiti évoquant Agamemnon ou Clytemnestre, délimitent tout simplement l’espace scénique, lieu mythique - bien sûr - de tous les dangers, ...
Susan Graham : Ne manquez pas le bonus !

Susan Graham : Ne manquez pas le bonus !

Susan Graham est certainement l’une des chanteuses les plus accomplies du moment. Née au Texas, loin des hauts lieux de la musique classique, la beauté exceptionnelle de son timbre et ses dons d’interprète lui ont pourtant vite ouvert les salles les plus prestigieuses du monde. Et néanmoins, sincère, joyeuse et passionnée, elle n’a jamais caché son côté « fille de l’Ouest ». La fille de l’Ouest, c’est précisément le titre d’un documentaire réalisé ...
Gustav Mahler L’élan vers l’infini

Gustav Mahler et Myung-Whun Chung, l’élan vers l’infini

Pour le troisième concert de l’intégrale des symphonies de Mahler entreprise au début de la saison par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la baguette de son chef Myung Whun Chung, le Théâtre des Champs-Élysées donnait à guichet fermé ce vendredi la troisième symphonie en ré mineur, la plus longue de toutes que le compositeur termine le 6 août 1896 après deux étés d’un travail exalté dans son « Haüschen », une cabane ...
Des Troyens conquérants

Des Troyens conquérants

« Un aigle irrité auquel on a refusé son essor » : le portrait que brosse Théophile Gautier du « Grand Hector », nous rappelle combien furent sombres les dernières années parisiennes du musicien. Refus, malédiction : autant d’obstacles conspirant contre sa reconnaissance dont la vaine « Panthéonisation » annoncée, remise, abandonnée, fut l’an dernier, un nouvel avatar. A défaut des honneurs de la pierre, le dvd (et le disque : lire la critique du Benvenuto Cellini par notre ...
Sokhiev et la musique française

Sokhiev et la musique française

Halle aux Grains Où l’on retrouve Tugan Sokhiev, très jeune chef qui avait fait si forte impression la saison dernière dans le répertoire russe, annoncé comme l’un des successeurs possibles de Michel Plasson. Et la question, bien sûr, qui brûle les lèvres à la lecture du programme : le succès sera-t-il aussi au rendez-vous dans un répertoire « bien de chez nous » ? La réponse est à la fois oui et non. On s’en voudrait ...
Ultime Werther

Ultime Werther

Jules Massenet Non, non, rassurez-vous, Thomas Hampson n’a pas décidé de se reconvertir en ténor, il s’agit bien d’une adaptation pour baryton de Werther, écrite à l’intention de Mattia Battistini (1856-1928), « La Gloria d’Italia, Il Re dei Baritoni. » Thomas Hampson avait d’ailleurs enregistré cette version à la suite des représentations au Met en 1999, toujours avec la Charlotte de Susan Graham. Devant la difficulté à trouver un ténor acceptable pour ...
Au nom des pères

Les Troyens par Gardiner au Châtelet : Au nom des pères

Fêté dans toute l’Europe musicale, c’est à Paris que Berlioz rêvait de voir Les Troyens triompher. Cent quarante années après la création de la deuxième partie, John Eliot Gardiner les dirige pour la première fois dans la capitale en intégralité. Une série de représentations honorée d’une diffusion télévisée nationale – et en direct –, qui restera comme un jalon de l’épopée de cet Opéra ; autant par la qualité de l’interprétation ...

Requiem de la reine de Carthage, Didon veuve d’Enée

Emmanuelle Haïm / Susan Graham Clin d’œil à l’année Berlioz, le Théâtre des Champs-Elysées a proposé début mars les Troyens vus par Henry Purcell. A la différence de l’épopée fleuve du compositeur français à la durée parsifalienne, l’opéra de son aîné britannique est un drame concis au souffle continu. Il n’en est pas moins dense, riche d’un expressionnisme radieux. Bien plus, Purcell invente avant Wagner l’opéra moderne, la mélodie continue héritée ...

Berlioz et Shakespeare : Rencontre au Sommet

Bicentenaire oblige, Mogador affrète une « Berlioziade » de première grandeur en offrant deux raretés relatives avec, pour Deus ex machina, le prolifique dramaturge anglais. Ce dernier peut se flatter d’avoir inspiré des compositeurs aux esthétiques aussi antagoniques que Mendelssohn, Britten, Korngold ; en passant par l’incontournable Verdi, Reimann - écouter son Roi Lear. Voire Bœsmans et Le Conte d’hiver. Ce ne sont là que de très épars exemples marqués du ...

Povero Idomeneo

Idomeneo Premier authentique chef-d’œuvre scénique de Mozart, longtemps négligé, Idomeneo n’a guère de chance avec l’Opéra de Paris. Pour sa troisième production en quinze ans présentée dans autant de salles (Salle Favart en 1987, Opéra Bastille en 1991, Palais Garnier cette année), l’ouvrage n’aura jamais connu pire lecture que celle-ci. L’on a le sentiment, face à cette scénographie et cette mise en scène plates et laissant les chanteurs désemparés, de se ...