Mot-clef : François Lis

carmen1_2

Une belle Carmen de salon à l’Opéra Bastille

Carmen fait partie de ces œuvres qui exigent des caractères, des tempéraments, une incarnation. En 2017 nous avions pu constater ces qualités chez un Roberto Alagna pourtant affaibli par une bronchite. Ce soir, Anita Rachvelishvili et Jean-François Borras dont on connait les immenses qualités, sont réunis. Mais le beau chant suffit-il pour faire une Carmen mémorable ? On ne reviendra pas sur la mise en scène de Calixto Bieito déjà ...
Un poétique et tendre Orlando Paladino à Munich

Un poétique et tendre Orlando Paladino à Munich

Méfiez-vous des débutants : pour son quasi-début à l'opéra, le jeune cinéaste Axel Ranisch propose un spectacle formidable. Voilà un spectacle qui prend le spectateur par surprise. C'est dans un cinéma que le cinéaste Axel Ranisch situe l'action (pourquoi pas), un cinéma dirigé par un couple plus très jeune et pas très dynamique, avec sa fille Alcina, la femme de ménage Eurilla, le concierge Licone ; l'ouverture montre avec un prosaïsme ...
bac138-cover-lesindesgalantesrecto-e1506329293169

La modernité atemporelle des Indes galantes par Sidi Larbi Cherkaoui

Pour son premier Rameau, le Bayerische Staastoper s’inscrit dans la veine dépoussiérante de la partition lyrique la plus célèbre de son auteur. Hélas, le plaisir de l’oreille s’avère inversement proportionnel à celui de l’œil, qui erre entre un judicieux foisonnement humaniste et une réalisation scénique problématique. Opéra-ballet à l'origine, Les Indes Galantes abandonne peu à peu son statut de « comédie musicale » pour celui de véritable opéra aux êtres de chair ...
Faire confiance à Berlioz : Béatrice et Bénédict au Palais Garnier

Faire confiance à Berlioz : Béatrice et Bénédict au Palais Garnier

Et si la solution pour mettre en scène Béatrice et Bénédict, œuvre réputée inmontable, était justement de ne pas la mettre en scène ? La mise en espace de Stephen Taylor au Palais Garnier est ce qu'on a vu de plus réussi pour traduire le propos de notre cher Hector ! Au devant de la scène, une rangée de chaises noires accueillent les chœurs, qui ne restent pas toujours benoitement assis, ...
carmen onp pontet

Carmen à l’opéra de Paris, entre miracle et frustrations

Carmen est un opéra populaire mais très difficile à distribuer. En témoigne une abondante discographie, jamais totalement satisfaisante. En mettant notre ténor national au centre de la reprise de la mise en scène réussie de Calixto Bieito, l’Opéra de Paris s’assurait un Don José de grande classe au milieu d’une distribution malheureusement trop hétérogène. Annoncé souffrant, et en difficulté tout au long de la soirée, Roberto Alagna est néanmoins allé ...
platée garnier0915

Platée au Palais Garnier ou l’achèvement d’une symphonie

Avec la reprise de Platée, ballet-éclat de rire pas si bouffon que ça de Jean-Philippe Rameau, les Musiciens du Louvre Grenoble frappent à nouveau et se renouvellent sans cesse. Quelle production scénique peut s'enorgueillir d'enchaîner depuis sa création en 1999 sa cinquième saison avec autant de juvénilité, de fraîcheur et d'esprit si français? Quand bien même avec une équipe vocale nouvelle, très francophone et avec beaucoup de prises de rôles, la mise ...
2014-15-alces-018

Olivier Py rend la vie à Alceste

L'Opéra de Paris reprend avec une distribution de luxe le tableau noir géant sur lequel Olivier Py, en 2013, avait fait revenir d'entre les morts l'Alceste de Gluck. Ce memento mori haletant est déjà un classique. Très en vogue aux époques classique et baroque, le memento mori (méditation sur la mort) n'a guère la cote de nos jours où tout s'active pour faire oublier à l'homme sa condition éphémère. Heureusement l'Art ...
caterina-cornaro10

La résurrection de Caterina Cornaro de Donizetti à Montpellier

Caterina Cornaro, dernier opéra de Donizetti créé de son vivant, était jusqu’à maintenant peu connu même chez les grands mélomanes. Ecrite par un Donizetti malade, l’œuvre essuya des critiques acerbes lors de la création à Naples en janvier 1844 ; le compositeur modifie la partition, et la seconde version fut représentée à Parme en février 1845, avec un succès retentissant. Après quoi il est relégué à l’oubliette, et c’est seulement dans ...
Alceste de Christoph Willibald Gluck , Mise en scène Olivier Py , MARC MINKOWSKI Direction musicaleOLIVIER PY Mise en scène

L’Alceste à la craie du Palais Garnier

Quelle intelligence, quelle grâce et quelle légèreté dans cette mise en scène d’Alceste par Olivier Py ! Quand les spectateurs s’installent, ils découvrent cinq « dessinateurs » traçant à la craie sur une paroi coulissante, avec une rapidité et une précision effarantes, une représentation du Palais Garnier. L’exploit est déjà impressionnant, mais l’image à peine vue, presque sitôt effacée avec de grandes éponges, ils s’attellent à d’autres fonds de scène : rues en perspective, ...
Massenet (Thérèse) bruzane

Thérèse de Massenet par Nora Gubisch et Altinoglu, version de référence

Même s’il ne s’agit pas d’un des opéras les plus populaires de Jules Massenet, Thérèse a déjà connu à deux reprises les honneurs du disque, et le public lyricophile a donc déjà eu l’occasion de se familiariser avec cet ouvrage atypique, et pourtant attachant à plus d’un titre. Mettant en scène les amours complexes de Thérèse pour son Girondin de mari et pour le marquis Armand de Clerval, la partition ...
Rideau de scène © Christian Leiber / ONP

Deux visages de l’enfance à l’Opéra de Paris

Deux visions de l'enfance, voilà bien le seul lien entre deux œuvres aussi dissemblables que Der Zwerg (Le Nain) de Zemlinsky et L'Enfant et les sortilèges de Ravel. Encore que l'enfance dans la première œuvre est très relative : si l'infante dans l'originale de Wilde a douze ans, une fois mise en musique elle en a dix-huit. Quant à l'idée de ce couplage improbable, elle remonte à 1998 et est ...
christophe_rousset1

Platée en version de concert

La Cité de la Musique articule sa saison autour de grands cycles thématiques qui se déclinent en concerts, tables rondes et projections. Elle recevait ici Les Talens Lyriques pour une version de concert de Platée, comédie lyrique de Rameau (1745), les déconvenues de la nymphe du marais au physique de batracien s’inscrivant parfaitement dans un cycle intitulé « L’animal ». Même si l’apport d’une mise en scène ou au moins d’une mise ...
forza3_paris

Bilan positif pour La Forza del destino

L'Opéra national de Paris continue son exploration des grosses machines lyriques. Après les monstres véristes que sont Andrea Chénier et Francesca da Rimini, place à un opéra monumental de Verdi. La Forza del destino appartient sans doute au genre d’opéra problématique à mettre en scène. La difficulté d’une telle représentation réside proprement dans la variété des lieux de l’actions, dans la multitude des sentiments à évoquer, dans le changement soudain d’ambiance ...
Une grenouille chez les Yankees

Platée de Rameau : une grenouille chez les Yankees

Authentique OVNI dans la production lyrique de son époque, Platée est l’incroyable ouvrage d’un compositeur de 62 ans, qui s’y amuse à tourner en ridicule les Dieux de l’Olympe et à pasticher les codes de la tragédie lyrique, annonçant avec plus d’un siècle d’avance les chefs-d’œuvre d’Offenbach. Elle bénéficie depuis 1999 d’une version quasiment de référence avec la production abondamment reprise de l’Opéra de Paris, signée Laurent Pelly et Marc ...
Les flèches de l’amour

Dardanus de Rameau, les flèches de l’amour

Jean-Philippe Rameau is back, retour du fils prodigue ! Depuis l’opéra-ballet Les Indes galantes présenté en 1983 par William Christie, aucune œuvre lyrique du musicien dijonnais n’avait été donnée en sa bonne ville. Rendons grâce à cette coproduction associant Caen, Dijon et Lille, où Emmanuelle Haïm est en résidence avec le chœur et l’orchestre du Concert d’Astrée : elle a délicieusement enchanté notre soirée. Il faut pourtant accepter de remonter le temps pour ...
L’art vocal en son sommet : avis aux directeurs d’opéras !

L’art vocal en son sommet : avis aux directeurs d’opéras !

Festival de Lagraulet 2009 L’insaisissable Sylvia Sass, qui fit une carrière aussi brillante que controversée, a créé une grande impression en débutant ce récital lyrique. Habitée par la scène, ne pouvant s’empêcher de vivre avec tout son corps chaque note de musique, elle a, en trois airs, prouvé combien un tel tempérament ne peut changer. La voix est certes très assombrie mais garde ses couleurs cuivrées, une fermeté de structure sur ...
La quintessence de l’âge classique

Hippolyte et Aricie, quintessence de l’âge classique

Rendons hommage à Ivan Alexandre pour l’extraordinaire travail de recréation historique entrepris en parfaite harmonie avec décors, costumes, lumières et ballets. Si les gestes des acteurs sont codifiés avec pondération, il sait créer avec peu de véritables personnages qui vivent. L’élégance est partout maîtresse de cérémonie. Tout est beau, délicat et subtil, même le royaume de Pluton a des séductions venimeuses irrésistibles. Peu de lumière à la manière de bougies mais ...
Requiem

Requiem

Mezzo Dans la cathédrale de Chartres, où Henri IV fut couronné roi de France, le Chœur de l’Orchestre de Paris, accompagné par l’Ensemble Prométhée, fête le 250ème anniversaire de la naissance de Mozart, dans une distribution qui réunit quatre des meilleurs chanteurs mozartiens actuels : la mezzo-soprano Stephanie D’Oustrac, le ténor Yann Beuron, la basse François Lis et la soprano Diana Higbee qui interprète la Betulia liberata et l’Exsultate, jubilate, suivis ...
A quoi bon ?

Le Nozze di Figaro à Lyon : à quoi bon ?

A quoi bon ? A quoi bon prendre et reprendre cet opéra pour n’en faire qu’une « autre » représentation de la comédie de Beaumarchais ?  A force de démeubler les scènes de leurs décors, de leurs accessoires, de leurs poétiques ambiances, de reconsidérer la caractérisation des personnages, d’occulter les raisons profondes qui ont conduit écrivain, librettiste et compositeur à la création de cette œuvre, Adrian Noble déshumanise l’essence de la farce acide de cette folle ...
Pour deux grandes tragédiennes

Les Troyens à l’Opéra du Rhin : pour Sylvie Brunet et Béatrice Uria-Monzon, grandes tragédiennes

Les Troyens d'Hector Berlioz sont-ils enfin sortis du purgatoire, où les cantonnait leur réputation de chef d’œuvre trop long, trop lourd à monter et trop difficile à distribuer ? On peut l’espérer puisque, après la production événement de 2003 au Théâtre du Châtelet et alors que l’Opéra de Paris reprend la production salzbourgeoise de Herbert Wernicke, la plus modeste scène de l’Opéra du Rhin tente courageusement l’aventure dans le cadre de son ...
Hector Cellini dell’ arte

Hector Cellini dell’ arte

Après Béatrice et Bénédict l’an dernier et avant Les Troyens de 2007, l’Opéra de Strasbourg poursuit sa série d’opéras d’Hector Berlioz, avec Benvenuto Cellini. Cette œuvre foisonnante est délicate à mettre en place, à la fois par son inventivité musicale et par son livret grouillant, mélangeant allègrement passages comiques et moments héroïques. Le pari est parfaitement réussi, grâce à l’excellent Orchestre Philharmonique de Strasbourg et aux excellents chœurs de ...
Vingt ans déjà !

Festival de Montpellier et Radio France, vingt ans déjà !

Pour sa vingtième édition, le Festival de Radio France et Montpellier dirigé par René Kœring débutait ce dimanche 11 Juillet en la cathédrale Saint Pierre par une messe d’ouverture et un premier rendez-vous de musique de Chambre piano/ violon au Corum, avec Piotr Anderszewski et Dorota Anderszewska. Comme chaque année, les journées du Festival seront rythmées par quatre rendez-vous : A douze heures trente, le concert des jeunes solistes, gratuit et ...
Vents, debout ! Vents, arrière !

Vents, debout ! Vents, arrière !

Les Boréades Lorsqu’en 1982, John Eliot Gardiner — loué soit-il — exhume la partition des Boréades (mémorable création au festival d’Aix), le public, stupéfait et ravi, découvre enfin à la scène l’un des chefs-d’œuvre (le dernier) de Jean-Philippe Rameau. Et rappelons, pour mémoire, que c’est l’Opéra de Lyon, déjà, en coproduction, qui présentait à son tour la pièce, l’année suivante, avec la même distribution qu’à Aix et les mêmes artisans-directeurs : Gardiner ...
Scènes de la vie de Thrace

L’Orfeo de Monteverdi à l’Opéra National de Lyon

Le spectacle était bien évidemment à la hauteur des espérances et du travail investi, chapeauté par le nouvel enfant terrible du théâtre italien Antonio Latella. La Musique, bien que présente uniquement dans le prologue, est présentée comme la maîtresse du drame à venir pas ses apparitions constantes et silencieuses sur le plateau. Orphée, Eurydice, les nymphes et les bergers sont des jeunes gens de l’Ottocento s’égayant dans une partie de ...