Mot-clef : Orchestre de Paris

ondine_roussel_eschenbach

Etape d’intégrale Roussel par Eschenbach

Après un excellent premier titre couplant la Symphonie n°2 aux Suites de Bacchus et Ariane, l’Orchestre de Paris et son chef Christoph Eschenbach nous offrent un volume consacré aux Symphonies n°1 et n°4. Il est amusant de constater que les trois récentes intégrales des symphonies d’Albert Roussel sont l’œuvre des trois orchestres symphoniques parisiens : le National de France sous la baguette de Charles Dutoit (Erato), le Philharmonique de Radio-France et ...
Michel Plasson et Thierry Escaich nous en mettent plein les oreilles

Michel Plasson et Thierry Escaich nous en mettent plein les oreilles

Saint-Saëns, Dutilleux et Ravel à la salle Pleyel A la toute nouvelle Salle Pleyel, Michel Plasson et l’Orchestre de Paris nous ont proposé une heure et demi de pur bonheur en compagnie de Saint-Saëns, Dutilleux et Ravel. Au programme, l’impressionnante quoique parfois pompière Symphonie n°3 avec orgue de Saint-Saëns, interprétée avec beaucoup de conviction par l’Orchestre de Paris, notamment dans l’Adagio (un contrebassiste dansait presque pendant le dernier mouvement). Thierry Escaich, quant ...
Requiem sans âme pour un XXXe anniversaire

Requiem sans âme pour un XXXe anniversaire

Orchestre de Paris Une fois n’est pas coutume, ce concert consacré au Requiem de Verdi a débuté par le bis, puisque le Chœur de l’Orchestre de Paris en a profité pour fêter ses 30 ans en offrant au public, sous la direction de Didier Bouture, le rare Pater Noster pour chœur a cappella, que Verdi composa en 1873, soit un an avant la création du Requiem. Cette œuvre a permis de ...
A programme varié, réussite variée …

A programme varié, réussite variée …

Orchestre de Paris - Jacques Taddéi – Gilbert Varga Les musiques de Schumann et celle de Ravel sont bien différentes et le concert de ce 7 février en a été une bonne illustration. Moins tourmentée, plus facilement illustrative et évocatrice que d’autres œuvres de Schumann, la Symphonie « Rhénane » n’en demeure pas moins une œuvre difficile à réaliser, si on veut trouver le ton juste dans chaque mouvement, très différents entre eux, ...
Une symphonie qui se livre

Une symphonie qui se livre

Orchestre de Paris - Christoph Eschenbach Le souffle est coupé et la verve avec lui s’estompe. Que dire après tant d’intensité, de force, de puissance et de vérité ? Mahler peut laisser perplexe, pantois. Hors des cadres traditionnels, d’aucuns cherchent en lui un peu de Wagner, de Richard Strauss et évidemment de Beethoven tandis que d’autres y voient un souffle berliozien. Incontestablement il n’est aucun d’entre eux, mais il en hérite ou les ...
Vision (trop ?) objective d’œuvres (trop ?) romantiques

Vision (trop ?) objective d’œuvres (trop ?) romantiques

Marek Janowski - Orchestre de Paris En attendant les concerts Schumann de l’Orchestre National et son chef Kurt Masur, c’est l’Orchestre de Paris et Marek Janowski qui ont donné leur vision de trois œuvres symphoniques importantes de Schumann. Deux chef-d’œuvres de premier ordre encadraient ce soir le moins connu Concerto pour violon en ré mineur. Comme il se doit, le concert a débuté par l’ouverture de la musique de scène ...
Œuvres de jeunesse plus ou moins en V.O

Œuvres de jeunesse plus ou moins en V.O

Jaap van Zweden pour un Mahler in extenso Suivant une direction intelligible, si claire que la Symphonie concertante pour hautbois, clarinette, cor et basson semble imposer une sorte de doxa timbrique relativement serrée. De telle sorte que les phrases, enjambées, donnent à l’effilement de la partition une vitalité paradoxale et tellurique. Les articulations sont plus que modérées, cependant violentes, tant l’ambiance est voulue aérienne, dans l’Adagio. La capacité des interprètes à ...
Trois correspondances symphoniques

Trois correspondances symphoniques par Marek Janowski

Comme en octobre 2006, l’Orchestre de Paris mêle dans le même concert Mozart et Dutilleux, suivi cette fois par Bruckner qui succède donc à Chostakovitch en seconde partie. Les trois œuvres ainsi réunies n’ont pas d’affinités particulières les liant, sinon la volonté de prolonger les hommages à Mozart et Dutilleux de l’année 2006. La Serenata notturna composée de trois mouvements relativement brefs d’à peu près 4 minutes chacun, utilise un ...
Mozart et Chostakovitch : L’Année 2007

Mozart et Chostakovitch, l’Année 2007

Si l’année anniversaire fêtant Mozart et Chostakovitch est désormais écoulée, la saison à Pleyel, quant à elle, continue sur sa lancée puisque les deux compositeurs étaient encore à l’affiche, ce mercredi 10 janvier, conviant sur la scène deux musiciens qui se connaissent bien ; ils ont déjà enregistré ensemble une intégrale des concertos de Mozart chez Pentatone : Il s’agit de la sémillante violoniste Julia Fischer qui était au côté de Yakov ...
Mozart pour tous les effectifs

Mozart pour tous les effectifs

Et 1, et 2, et 3 pianos ! Pour finir l’année Mozart et pour son dernier concert à Pleyel en 2006, l’Orchestre de Paris a présenté une programmation exclusivement mozartienne, en proposant des effectifs les plus variés : une sérénade pour instruments à vent en première partie, des concertos pour piano (avec orchestre exclusivement de cordes, à deux cors près) en seconde partie. Même si cela ne veut probablement pas dire grand-chose ...
Le Faust enchanté

Le Faust enchanté

Orchestre de Paris Enfin un oratorio de Schumann donné en concert dans cette année de cent-cinquantenaire. Et pas n’importe lequel : Scènes de Faust est l’œuvre la plus complexe et la plus longue de son auteur, à mi-chemin entre l’opéra et la cantate, dont la gestation s’étale sur près de dix ans. Composé à rebours, Scènes de Faust commence sur une tortueuse première partie dans laquelle est exclue le pacte de Faust ...
Curieux et frustrant concert Schumann Mozart

Curieux et frustrant concert Schumann Mozart

Curieux concert plein de paradoxes que celui donné Salle Pleyel par le contesté Tzimon Barto et l’Orchestre de Paris. D’abord en regroupant deux compositeurs que l’on n’associe pas forcément au premier abord, Schumann et Mozart. Puis dans l’association des œuvres elles-mêmes : un Schumann poétique tout en nuance et subtilité, joué par un pianiste aux allures de Superman bodybuildé - autre paradoxe, pour l’anecdote -, et Mozart, dans sa symphonie la plus ...
Tambour battant

Ilan Volkov, tambour battant

L’orchestre de Paris et son jeune chef ont été acclamés par le public de l’Auditorium de Dijon pour ce programme séduisant et ambitieux. En entrée le poème symphonique de Sibelius opus 26, Finlandia, pièce romantique épique qui symbolise l’éveil du sentiment national de la Finlande en 1899. La fougue et la jeunesse de Ilan Volkov, qui remplace Esa-Pekka Salonen initialement prévu, ont fait merveille : on reçoit cette œuvre en plein ...
Bartok -Volkov, ça c’est de la musique !

Bartok -Volkov, ça c’est de la musique !

Sibelius-Bartok-Berlioz Mercredi soir Ilan Volkov a révélé au public de la Salle Pleyel son sens aigu de la nuance et de l’équilibre. Béla Bartòk n’est pas un compositeur toujours facile à saisir. Entrer dans l’intelligence de sa musique n’est pas immédiat pour un public, comme pour un musicien à qui n’est pas familier avec son écriture. Le Mandarin Merveilleux ne fait pas exception, bien au contraire. Une œuvre scandale qui mit ...
L’âme russe

Rostro dirige Chosta avec l’Orchestre de Paris

A la tête de l’Orchestre de Paris, Mstislav Rostropovitch revenait sur la scène de Pleyel pour deux concerts les 22 et 23 novembre, dans un deuxième programme Chostakovitch (lire le compte-rendu du 15 novembre) - et non des moindres - affichant la Symphonie n°10, le Concerto n°1 pour piano et trompette et les cinq interludes de son opéra Lady Macbeth de Mzensk regroupés sous forme de suite par Dimitri Chostakovitch ...
Tatjana Vassilieva irradie Pleyel

Tatjana Vassilieva irradie Pleyel

Hommage à Chostakovitch, façon Rostropovitch Attendu comme un moment fort des hommages organisés dans le cadre du centenaire de la naissance de Dimitri Chostakovitch, l’Orchestre de Paris accueillait, à sa direction, Mstislav Rostropovitch et, en soliste, la violoncelliste Tatjana Vassilieva. Passée l’émotion d’entendre le Concerto pour violoncelle n°1 sous la direction de son dédicataire, le public se laisse prendre par l’élégance de la lauréate 2001 du Concours Rostropovitch. Soutenu par un ...
Eschenbach dirige Berlioz

La Fantastique et un Harold de très haut vols par Eschenbach

Alors que l’on célèbre en cette rentrée la réouverture de la salle Pleyel, c’est dans l’ancienne salle qu’a été filmé ce concert Berlioz donné, en 2001, par Christoph Eschenbach dans le cadre du cycle Berlioz qu’il dirigeait alors. Christoph Eschenbach est l’auteur au début de son mandat d’un enregistrement de la Symphonie fantastique (Naïve). Si l’orchestre témoignait de belles qualités, en dépit d’une totale disparition des timbres « français » si particuliers, ...
Anniversaires 2006

Yutaka Sado à la tête de l’Orchestre de Paris

Concert anniversaire, ce jeudi 5 octobre, pour l’Orchestre de Paris qui fêtait dans la même soirée les trois compositeurs honorés tout au long de cette année 2006, Mozart, Dutilleux et Chostakovitch. On retrouvait aussi avec un immense plaisir à la tête de la phalange parisienne le chef Yutaka Sado dont l’enthousiasme communicatif et l’investissement personnel dans la direction réservent toujours au concert des moments privilégiés. L’attente était d’ailleurs comblée dès ...
Résurrection !

Soirée de réouverture de la Salle Pleyel : Résurrection !

Retour à la maison pour l’Orchestre de Paris. Après 4 ans d’exil dans l’inapproprié Théâtre Mogador, « l’orchestre-capitale » revient chez lui avec une partition on ne peut plus symbolique : la Symphonie « Résurrection ». Au-delà de son titre évocateur, cette œuvre avait été créée il y a presque un siècle à Paris dans l’indifférence, sinon l’indignation du milieu musical de l’époque, menée par Debussy qui la comparait à une réclame publicitaire pour ...
Dans la cour des grands

Jessye Norman, dans la cour des grands

Tout comme György Ligeti à qui Pierre Boulez rendait un dernier hommage public, ce mardi 13 juin, au théâtre du Châtelet, en lui dédiant son interprétation du Château de Barbe-Bleue, le maître français s’est fait l’ennemi du pathos, préférant à tout autre répertoire celui du XXe siècle qu’il aborde avec une sobriété et une précision conférant à la musique son véritable pouvoir de suggestion. On a pris l’habitude, depuis quelques années, ...
La fascination Roussel

Eschenbach et l’Orchestre de Paris : La fascination Roussel

Après un superbe album consacré à la Symphonie lyrique de Zemlinsky, Christoph Eschenbach et ses forces parisiennes nous livrent un album Albert Roussel de la même eau. Composée entre 1919 et 1921, la Symphonie n°2 laissa de bois le public de sa création. André Caplet reconnut tout de même qu’il y avait dans cette partition : « un message d’une qualité rare… ». On ne peut que rejoindre cet avis tant la veine ...
Concert Bartok et Ravel les 10, 13 et 16 juin 2006

Concert Boulez avec Jessye Norman & Peter Fried

Quand les monstres sacrés rencontrent les monstres sacrés… Pour Daphnis et Chloé de Maurice Ravel et le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartok, l’Orchestre de Paris ne s’offre rien de moins que trois concerts au Théâtre du Châtelet, avec Peter Fried, Jessye Norman et Pierre Boulez ! Une venue de Pierre Boulez à Paris est toujours un évènement. Après un remarquable concert avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, le grand Maître revient dans ...
C’est le temps de l’oiseau

Roger Muraro, c’est le temps de l’oiseau

Le nom de Roger Muraro est désormais associé à la musique de Messiaen qu’il étudia dès son plus jeune âge avec la spécialiste en titre et épouse du compositeur, Yvonne Loriot. Son intégrale lumineuse des Vingt Regards sur l’Enfant Jésus et du Catalogue d’oiseaux qu’il n’hésite pas à donner en public lors de concerts-marathon inoubliables lui vaudront l’admiration sans borne du vieux maître louant « sa technique éblouissante, ses qualités sonores, ...
orchestre_paris

Programme hexagonal par Pascal Rophé et Roger Muraro

Programme purement hexagonal par des interprètes « du cru » pour ce deuxième volet de « travail d’orchestre ». L’Orchestre de Paris n’oublie pas lors de ses tournées qu’il est l’ambassadeur de notre culture (sa première prestation salzbourgeoise, première apparition d’un ensemble français dans le mythique festival de la ville de Mozart, était consacrée aux Troyens d’Hector Berlioz) et la musique française reste son pain (presque quotidien). Malgré une succession de directeurs musicaux de ...
Jouer ou conduire, il faut choisir

Jouer ou conduire, il faut choisir

L’Orchestre de Paris sous la direction d’Heinrich Schiff On ne peut dénier à Heinrich Schiff, violoncelliste autrichien dont la carrière prestigieuse a débuté en 1971 à Vienne et à Londres, une véritable grâce sonore et un goût du jeu qui paraît intact malgré sa déjà longue carrière. Sur son fameux « Mara » (un Stradivarius de 1711) il a semblé survoler les difficultés techniques impressionnantes du concerto pourtant galant de Haydn, comme un ...
Puissance mille ! Zemlinsky transcendé

Puissance mille ! Zemlinsky transcendé par Eschenbach

Si le public et les commentateurs saluent le niveau atteint par l’Orchestre de Paris sous la direction de Christoph Eschenbach, l’observateur international continuait de faire la moue devant les témoignages discographiques de cette collaboration. Après des essais convenables mais peu déterminants dans Berlioz, Bruckner et Ravel, le chef allemand frappe un grand coup avec cette Symphonie lyrique qui séduit et enchante. Longtemps oublié, Alexander von Zemlinsky s’impose de plus en plus ...
Marielle Nordmann : Les cordes au cœur/Les cordes du cœur ???

Marielle Nordmann : Les cordes au cœur/Les cordes du cœur ???

La harpe demeure un instrument trop méconnu du grand public, même mélomane. Trop mystérieux, trop souvent relégué aux profondeurs des fosses d’orchestre, le son délicat des cordes pincées demeure noyé, perdu dans la masse orchestrale. Dans de nombreuses partitions pourtant, la harpe joue un rôle primordial ou d’exceptionnelle mise en valeur de moments éloquents d’une œuvre (comme Le lac des cygnes de Tchaïkovski ). Isolé, l’instrument reste objet de fantasme ...
Standardisation de l’interprétation

Standardisation de l’interprétation

Natalia Gutman/Orchestre de Paris Osvaldo Golijov se présente comme un successeur d’Astor Piazzolla par sa volonté d’unifier musiques populaire et savante. Last Round, composé en 1992 en hommage au maître du Nuevo Tango qui venait de décéder n’est qu’une pâle copie de l’esthétique du génial bandéoniste argentin… la remarquable exécution de l’Orchestre de Paris, réglée au millimètre près par Miguel Harth-Bedoya, ancien assistant d’Esa-Pekka Saalonen au Los Angeles Philharmonica, ne sauve ...
Lang Lang et l’Orchestre de Paris

Lang Lang et l’Orchestre de Paris, une rentrée fracassante

Renouvelant une année encore son contrat avec le Théâtre Mogador, l’Orchestre de Paris sous la direction de son chef Christoph Eschenbach donnait en ouverture de sa saison 2005-2006 et pour deux soirées consécutives, un programme des plus ambitieux réunissant deux œuvres magistrales du répertoire, le deuxième Concerto pour piano de Rachmaninov et la cinquième Symphonie de Mahler. Jamais le compositeur viennois n’aura été aussi présent à l’affiche parisienne que ces ...
Concerts Golijov/Chostakovitch/Tchaïkovsky des 28 et 29 septembre 2005.

Concerts Golijov/Chostakovitch/Tchaïkovsky des 28 et 29 septembre 2005

Pour inaugurer notre rubrique « travail d’orchestre », nous avons choisi les concerts des 28 et 29 septembre prochains au théâtre Mogador où le chef d’orchestre péruvien, Miguel Harth-Bedoya dirige l’Orchestre de Paris dans un programme dense. Le premier compositeur à l’affiche n’est pas le plus connu. Mais il est familier du chef qui a dirigé son opéra en un acte Ainadamar au Walt Disney Hall. Osvaldo Golijov est un compositeur ...