Mot-clef : Orchestre de Paris

Concerts Golijov/Chostakovitch/Tchaïkovsky des 28 et 29 septembre 2005.

Concerts Golijov/Chostakovitch/Tchaïkovsky des 28 et 29 septembre 2005

Pour inaugurer notre rubrique « travail d’orchestre », nous avons choisi les concerts des 28 et 29 septembre prochains au théâtre Mogador où le chef d’orchestre péruvien, Miguel Harth-Bedoya dirige l’Orchestre de Paris dans un programme dense. Le premier compositeur à l’affiche n’est pas le plus connu. Mais il est familier du chef qui a dirigé son opéra en un acte Ainadamar au Walt Disney Hall. Osvaldo Golijov est un compositeur ...
Du gâteau pour Minkowski

Du gâteau pour Minkowski

Orchestre de Paris L’Orchestre de Paris rend un hommage à ce très grand compositeur qu’est Mendelssohn avec des concerts symphoniques, un grand projet pour le jeune public (Le Cadeau d’anniversaire), un oratorio et une série de concerts de musique de chambre en partenariat avec le Musée d’Orsay et les Concerts de midi en Sorbonne. Ce concert achève brillamment la saison de l’Orchestre sur le thème « Mendelssohn et le romantisme ». C’est en ...
Richard Hickox

Richard Hickox : Sous le soleil de Londres

Un vaillant chevalier qui meurt au XIVe siècle, au désarroi de son contemporain Jean Froissart, chroniqueur français de son état, puis un demi-millénaire plus tard de celui d’Elgar, compositeur anglais. Brahms, le cœur brisé par son amour impossible pour Clara Schumann confie à Gœthe le soin d’exprimer son état dépressif : « Ah, qui saura apaiser la douleur / de celui pour qui le baume est devenu poison / et qui a ...
La Traviata

La Traviata magistrale de Mireille Delunsch et Peter Mussbach

Sur une autoroute abandonnée, une ombre erre très tard dans la nuit. Comme choquée après un premier accident, Traviata comateuse, bras bandés, tente de se relever sous la pluie…(on ne compte plus le nombre de fois où l’actrice tombe sur scène). Sale temps pour Violetta… Le metteur en scène Peter Mussbach signe une approche très aboutie du chef-d’œuvre verdien grâce entre autres à une chanteuse-actrice idéale pour sa vision : Mireille ...
Merveilleux français…

Merveilleux français…

Avant sa prometteuse tournée japonaise, l’Orchestre de Paris, sous la baguette de Michel Plasson, tant admiré mais trop peu entendu sur les scènes parisiennes, nous a révélé une partie du programme qu’il emmènera dans ses bagages. De riches valises qui ne pourront que réjouir les publics de Tokyo, Osaka, Nagoya et Kuamamoto ! Certains reprocheront à Michel Plasson son "entêtement" à ne cesser de revendiquer la musique française ou encore la volonté ...
Julia Fischer

Festival Brahms à l’Orchestre de Paris avec Julia Fischer

Festivités brahmsiennes L’Orchestre de Paris convie les Parisiens à un festival Brahms d’une grande richesse. Les chefs-d’œuvre vont se succéder après le concert d’ouverture de ce 16 février avec le célèbre Concerto pour violon et orchestre et la Symphonie n°4. C’est en 1878 que Brahms écrit son Concerto pour violon et orchestre à l’intention de son ami Josef Joachim, le grand violoniste hongrois. Il est créé le 1er janvier 1879 à ...
La musique spectrale et ses lendemains

Marc-André Dalbavie, la musique spectrale et ses lendemains

Présences 2005 Pour clore la quinzième édition du Festival de création musicale Présences, son directeur René Bosc invitait pour la première fois l’orchestre de Paris et son chef Christoph Eschenbach pour un troisième concert monographique consacré au compositeur fêté cette année à Radio France, Marc-André Dalbavie. Rappelons que le compositeur est en résidence jusqu’en 2005 à l’orchestre de Paris et que les trois œuvres au programme de la soirée ont fait ...
Pour trouver la grande lumière ...

Création du concerto pour alto « les rayons du jour » d’Edith Canat de Chizy

Insérée entre les deux symphonies de Beethoven – il faut bien que l’intégrale débutée par l’orchestre de Paris s’accomplisse ! – la création du concerto pour alto « les rayons du jour » d’Edith Canat de Chizy fait l’effet d’un joyau enchâssé dans son écrin : vingt minutes de pur bonheur sonore sur la scène de Mogador qui, pour l’occasion, a offert une acoustique idéale. C’était le deuxième concert de l’Orchestre de Paris pour ...
Tradition et renouveau

Eschenbach et l’Orchestre de Paris, tradition et renouveau

Après l’intégrale de l’Orchestre National sous la baguette de Kurt Masur en 2003, les neuf symphonies de Beethoven sont de nouveau à l’affiche de la saison 2004-2005 de l’Orchestre de Paris qui les interprétera d’après la nouvelle édition urtext de Jonathan Delmar parue aux éditions Bärenreiter. Plusieurs chefs invités se succéderont au pupitre (Marek Janowsky, John Axelrod, Guennadi Rojdestvenski, André Prévin) en alternance avec Christoph Eschenbach. Le retour aux sources ...
musica_2004

Ouverture de Musica 2004 avec l’Orchestre de Paris

Pour sa vingt quatrième édition, Musica, le Festival International des Musiques d’Aujourd’hui de Strasbourg, rend hommage au compositeur Luigi Nono disparu en 1990 et accueille deux personnalités de la musique d’aujourd’hui, la compositrice autrichienne Olga Neuwirth née en 1960 et Wollfgang Rhim (1952), l’une des figures majeures de la musique allemande qui était déjà l’invité d’honneur en 2000 . Sous la baguette du chef australien Alexandre Briger, l’Orchestre de Paris faisait ...
La Nuit, Ariane, Bacchus, et le lettré chinois....

La Nuit, Ariane, Bacchus, et le lettré chinois….

Lang Lang Le programme préparé par l’orchestre de Paris et son chef permanent, Christoph Eschenbach, avait à la fois de quoi surprendre et séduire, tant par la variété des trois œuvres proposées que par la présence du pianiste chinois Lang Lang, star montante de Deutsche Grammophon et artiste fort diversement apprécié : porté aux nues par certains, très critiqué par d’autres : la grande Martha Argerich ne dit-elle pas de lui : « Je ...
Rimsky-Korsakov, un aristophane moderne

Rimsky-Korsakov, un aristophane moderne

Le Coq d’Or, quinzième et dernier opéra de Nikolaï Rimski-Korsakov, fut composé entre octobre 1906 et août 1907. La Russie commençait lentement à se remettre de deux événements tragiques : la répression sanglante de 1905 et l’humiliante défaite militaire face au Japon en 1906. La création de l’œuvre, comportant de nombreuses coupures exigées par la censure auxquelles Rimski-Korsakov s’était opposé avec force, eut lieu en 1909, soit après la mort du ...
Nikolaï Lugansky pianote sans fin

Zemlinsky et Beethoven, la Sirène et l’Empereur …

Ce concert au programme alléchant, qui réunissait le très célèbre Concerto n°5 de Beethoven dit « L’Empereur », inscrit au répertoire des pianistes et orchestres les plus renommés, et une oeuvre de Zemlinsky, « La petite Sirène » une fantaisie orchestrale inspirée du conte d’Andersen, que l’on a rarement l’occasion d’entendre, promettait une soirée mémorable. L’un de ses autres atouts était la présence d’Armin Jordan au pupitre et — last but not least ...
Pascal Dusapin : Un Maître chez nous

Pascal Dusapin : Un Maître chez nous

Bien que Pascal Dusapin bénéficie déjà d’une véritable reconnaissance parmi les mélomanes les plus sensibles à la musique contemporaine, il reste encore du chemin à parcourir pour développer un plus large auditoire à cette expression musicale de notre temps. Sorti en février 2004, ce coffret Naïve présente alors sous une forme assez originale et innovante — deux CD et un DVD — deux œuvres majeures du compositeur. L’ensemble permet d’apprécier non ...
michaela_kaune-250x6631

Eschenbach et Michaela Kaune grimpent au ciel

La Quatrième Symphonie de Gustav Mahler (1860-1911) était pour le compositeur un « tableau primitif sur fond d’or », qui tranchait avec l’ambition philosophique et les dimensions de ses deux immenses symphonies précédentes. Il confiait avoir essayé de peindre dans toute l’œuvre le « bleu uniforme du ciel ». Un quart de siècle plus tard, en 1925, Karol Szymanowski (1882-1937) poursuivait ce même idéal de simplicité, renonçant à la sensualité raffinée de sa période ...
Trois Viennois … s’il vous plaît !

Trois Viennois … s’il vous plaît !

Théâtre Mogador L’Orchestre de Paris et son chef Allemand Christoph Eschenbach proposaient au Théâtre Mogador une programmation à la fois évidente et rare autour des Trois Viennois. Dans leurs œuvres de jeunesse des années 1900, Anton Webern et Arnold Schoenberg atteignent les limites de l’expression romantique avec des fresques orchestrales à la tessiture gigantesque. Trente ans plus tard, à l’apogée de l’atonalité, du dodécaphonisme et du sérialisme, Alban Berg revient dans ...
Paavo Järvi et Charlotte Hellekant au Théâtre Mogador

Paavo Järvi et Charlotte Hellekant au Théâtre Mogador

Sibelius, Berg, Nielsen Magnifique concert à Mogador ce jeudi mettant à l’honneur deux des principaux compositeurs nordiques du XXe siècle : le Finlandais Jean Sibelius et le Danois Carl Nielsen. Hélas on se demande bien pourquoi la salle était loin d’être pleine lorsque que l’on connaît la qualité intrinsèque des œuvres proposées au public. En tout cas, ceux qui étaient présents ont largement applaudi chacune des trois compositions inscrites au programme ainsi ...
Eloge de la Sagesse

Le Fou de Marcel Landowski, éloge de la Sagesse

Marcel Landowski est le fondateur de l’orchestre de Paris et l’initiateur du Théâtre Musical de Paris-le Châtelet. Il allait donc de soi que ces deux institutions s’unissent pour lui rendre hommage. La scène du Châtelet étant monopolisée par le spectacle « Fosse-the Musical » le spectacle a été « décentré » à Mogador. Ce Fou était l’occasion de découvrir un des rares rescapés de la création lyrique française de la seconde moitié du XXe siècle. ...
Trois interprètes et une Ouverture

Trois interprètes et une Ouverture

Beethoven-Chostakovitch-Zemlinsky Dans un programme qui justifiait par lui-même le déplacement le théâtre Mogador donnait, le 12 février dernier, un concert aux allures inégales mais dont la qualité allait toutefois croître tout au long de la soirée. Donnée en préambule, l’ouverture d’Egmont de Beethoven nous laissait en effet sur notre faim et l’on ne pouvait que constater — encore une fois ! — combien il est difficile d’entendre — de nos jours — une ...
Parce que Dusapin !

À Quia, pour piano et orchestre : parce que Dusapin !

Pascal Dusapin est à quarante-neuf ans le compositeur français le plus apprécié de sa génération. Que ce soit par la critique ou le public, ses œuvres sont largement applaudies. Les salles n’hésitent pas à le programmer, et les éditeurs lui font confiance en l’enregistrant régulièrement ; puis en le diffusant par les réseaux les plus porteurs. Si le musicien a atteint cette notoriété en France, il ne le doit pas seulement ...
La quête du sublime

Christoph Eschenbach et Mahler, La quête du sublime

Pour son premier concert de l’année 2004, l’Orchestre de Paris, sous la direction de son chef permanent Christoph Eschenbach, donnait les 7 et 8 Janvier la troisième symphonie en ré mineur de Gustav Mahler, monument du répertoire orchestral que le chef d’orchestre aborde avec une aisance de grand seigneur. Il dirige par cœur sur une durée de près de deux heures en laissant à peine le temps au public de ...

Deux compositeurs allemands en bords de Seine

L’Orchestre de Paris joue Wolfgang Rihm et Matthias Pintscher Programme a priori sans unité autre qu’une communauté de durée (quatre œuvres de moins de vingt-cinq minutes) que celui proposé mercredi par l’Orchestre de Paris. Pourtant, au fur et à mesure de l’écoute, le lien, même ténu, s’est imposé clairement. Deux partitions du passé, l’une classique et originale, écrite par l’Autrichien Joseph Haydn, l’autre d’un romantisme exacerbé signée du Russe Piotr Ilyitch ...
Etranges juxtapositions

Etranges juxtapositions

Moussorgski, Tchaïkovski et Poulenc L’Orchestre de Paris, dirigé par Jean-Claude Casadesus, a offert un programme hétéroclite aux mélomanes de la salle Pleyel. Moussorgski, Tchaïkovski et Poulenc, qui se distingue nettement de ses confrères, étaient les trois compositeurs-clef de ce concert. L’originalité de ce choix a fait entendre une grande palette sonore ainsi qu’une multitude de couleurs, grâce à la diversité de style des trois hommes, originalité pour laquelle le public a ...

Magie et banalité

Orchestre de Paris et Tabea Zimmermann Le Hongrois Béla Bartok (1881-1945) et le Russe Serge Rachmaninov (1873-1943), deux contemporains que huit ans séparent, mais assurément à des années lumières l’un de l’autre. Le premier, qui appuie sa création sur les traditions les plus anciennes, les musiques ethniques, n’a eu de cesse, sa vie durant, d’élaborer un univers qui lui était propre mais qui fut en vérité particulièrement porteur d’avenir. Le second, ...
La revanche de Berlioz

La revanche de Berlioz

Année Berlioz à l’Orchestre de Paris L’on sait combien Benvenuto Cellini d’Hector Berlioz a été injustement boudé par le public dès sa création à l’Opéra de Paris le 10 septembre 1838. Cette création reste aujourd’hui encore l’un des «fours» les plus notoires de l’histoire du théâtre lyrique. Malgré le soutien de la presse, l’œuvre a été condamnée dès avant sa naissance sous la direction d’un chef célébré mais «maladroit», François Antoine ...

Berlioz et Shakespeare : Rencontre au Sommet

Bicentenaire oblige, Mogador affrète une « Berlioziade » de première grandeur en offrant deux raretés relatives avec, pour Deus ex machina, le prolifique dramaturge anglais. Ce dernier peut se flatter d’avoir inspiré des compositeurs aux esthétiques aussi antagoniques que Mendelssohn, Britten, Korngold ; en passant par l’incontournable Verdi, Reimann - écouter son Roi Lear. Voire Bœsmans et Le Conte d’hiver. Ce ne sont là que de très épars exemples marqués du ...

Rien que pour nos yeux !

N. Rimski-Korsakov, Le Coq d’or Voilà dix-huit ans, le Théâtre du Châtelet, qui portait alors le nom de Théâtre Musical de Paris, programmait une Saison Russe sur le modèle de celle que la même salle avait connu en 1909 sous les auspices de Serge de Diaghilev. Les deux rendez-vous phares avaient été La Khovanstchina de Moussorgski mise en scène par Pier Luigi Pizzi et Le Coq d’or de Rimski-Korsakov mis en ...
Wilhelm Furtwängler en 1951

La direction d’orchestre, origines, chefs, et écoles nationales

I. ORIGINE On sait que, dès l’Antiquité, les chœurs sont dirigés par l’un des chanteurs qui marque les mouvements de la mélodie avec la main, tandis que le coryphée scande la mesure du texte avec ses pieds chaussés de bois ou de fer. Au Moyen âge, les chefs de chœur, pour se distinguer, tiennent un bâton, signe de leur fonction, dans la main gauche tandis qu’ils marquent les temps de la ...

Giuseppe Verdi, Fastaff trop classe

Production réalisée dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence 2001 par Herbert Wernicke, qui avait déjà monté dans l’enceinte du Théâtre de l’Archevêché une Belle Hélène d’Offenbach qui suscita quelque remous, ce Falstaff est le dernier ouvrage proposé en France par le metteur en scène scénographe allemand, mort brutalement le 16 avril dernier à l’âge de cinquante-cinq ans alors qu’il travaillait sur une nouvelle production d’Israël en Egypte de Haendel pour ...

Les multiples visages de la flibuste

Il Pirata Paris. Théâtre du Châtelet. 23-V-2002. Mozart, Air de Concert KV 505 «Ch’io mi scordi di te ?» - Verdi, Air du Saule et Ave Maria, extraits d’Otello - Strauss, Scène finale de Capriccio - Charpentier, «Depuis le jour», extrait de Louise. Orchestre de Paris, piano et direction : Christoph Eschenbach. Et aussi : Mozart, Ouverture de Don Giovanni - Verdi, Ouverture de La Forza del Destino - Strauss, Don Juan, poème symphonique. Truisme : ...