Mot-clef : Piotr Ilitch Tchaïkovski

PARIS, SALLE PLEYELTHE CLEVELAND ORCHESTRA AND FRANZ WELSER-M…ST

Le Cleveland « Atomic » de Franz Welser-Möst en visite à Paris

En tournée européenne, le Cleveland Orchestra offrait aux spectateurs de la salle Pleyel deux concerts d’œuvres très classiques du répertoire symphonique, auxquelles se joignaient le plus rare Agon de Stravinsky et l’inévitable pièce américaine, en l’occurrence la Doctor Atomic Symphony de John Adams. Ce programme, assez typique des orchestres américains, avait quand même un air de patchwork, la logique rapprochant ces œuvres semblant difficile à percevoir. Toutefois la réputation d’excellence ...
oneguine2_quebec1011_une

Québec : Eugène Onéguine, une grande réussite

Eugène Onéguine est assurément l’une des œuvres phares parmi les opéras de Tchaïkovski. Les passions qui traversent et transpercent les personnages sont pareils aux grands vents froids qui balaient la steppe sibérienne en rendant les cœurs glacials. Il y a, certes, des affinités à établir d’une part, entre le « climatique » et le psychologique et d’autre part, les paysages et les âmes tourmentés. En d’autres termes, l’œuvre n’aurait pu naître ...
exton_honeck_tchaikovski

Manfred Honeck rate son Tchaïkovsky

Après avoir particulièrement convaincu dans Mahler, le chef d’orchestre autrichien se lance dans la Symphonie n°5 de Tchaïkovski. Cette partition fait partie des pages les plus enregistrées de l’histoire du disque et voici que, pour une raison qui nous échappe, le label Exton décide d’immortaliser l’indéfendable interprétation donnée par Manfred Honeck lors d’un concert à la tête du Pittsburgh Symphony Orchestra il y a cinq ans… Captée pour la radio, ...
ica-mahler_Tennstedt

ICA, fournée d’automne

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n°10 en mi mineur, Op.93 ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Melodrama extrait de la fille des neiges ; Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) : La légende de la ville invisible de Kitège (extraits). Orchestre symphonique d’Etat de l’URSS, direction : Evgeny Svetlanov. 1 CD ICA. Référence : ICAC 5036. Enregistré en 1968 à Londres. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 62’17 Au soir du 21 aout 1968, les armées du Pacte ...
Hindoyan_liege1011

Hindoyan dirige à Liège

Domingo Hindoyan, jeune chef d'orchestre originaire du Venezuela était l'invité de l'Orchestre Philharmonique Royal de Liège pour diriger un programme qui, entièrement voué au répertoire romantique, a su convaincre un public venu en nombre. Il faut reconnaître que l'orchestre avait fait un effort important en terme de communication pour présenter au public Domingo Hindoyan, jeune baguette issue du programme social d'éducation musicale El Sistema. Si le nom de ce programme ...
leonidas_kavrakos_2010

Leonidas Kavakos, la consécration parisienne

C'est un violoniste grec, Leonidas Kavakos, qui a rempli la salle Pleyel ce soir. Directeur musical de la Camerata Salzburg,  ses fulgurances sont celles d'un Paganini et son intériorité, celle d'un ascète. Résultat? Un Concerto de Tchaïkovski magistral. Les confidentielles symphonies de Tubin et Rott n'ont toutefois pas été moins captivantes. Parce que, ce que le chef Paavo Järvi touche, semble gagner en noblesse. Dans la Symphonie n°11 de Tubin c'est ...
Photo Lib/Alain Wicht

Saint-Céré, Un Onéguine sans Eugène

Cet Eugène Onéguine est la nouvelle production du Festival de Saint-Céré, au côté de reprises de Rigoletto et du Roi Carotte d'Offenbach. Plusieurs tables, des tabourets, et six parois amovibles plantent le décor. La compagnie Opéra Éclaté voyage léger afin de pouvoir proposer son spectacle un peu partout en France (pour les parisiens, à Massy en mars 2012). C'est largement suffisant à Eric Perez pour développer une mise en scène claire ...
Wang_Temirkanov.01w (1)

Verbier, Rachmaninov trop grand pour Yuja Wang

Salle comble au Verbier Festival pour le concert de la jeune et médiatique pianiste Yuja Wang. Du haut de ses vingt-quatre ans, la souvent phénoménale pianiste chinoise s’attaquait au Concerto n°2 de Rachmaninov, l’une des œuvres parmi les plus exigeantes du grand répertoire pianistique. Avant ce grand rendez-vous, le Verbier Festival Orchestra offre un délicieux apéritif musical avec le conte fantastique russe de Kikimora mis en musique par Anatoli Liadov. Dix ...
avi_tchaikowski

Musique russe à la centrale

Placé sous la direction artistique du pianiste Lars Vogt, le festival de musique de chambre Spannungen [Tensions] se déroule chaque année à Heimbach, petite ville du district de Cologne. Les concerts y sont donnés dans un endroit plutôt inhabituel puisqu’il s’agit d’une centrale hydraulique (Wasserkraftwerk) dont, à en juger par le résultat discographique, l’acoustique est excellente pour ce genre d’activité. Existant depuis 1997, la manifestation a pris l’habitude d’immortaliser quelques ...
Tereza Podarilova and Jiri Kodym as Tatjana and Onegin in Onegin

Eugène Onéguine par John Cranko

Le système de troupe, toujours très favorisé dans les planifications théâtrales des pays d’Europe Centrale, permet de conserver un niveau homogène (ne présageant toutefois pas du niveau de l’ensemble), et d’alterner, que ce soit en lyrique ou en ballet, incontournables du répertoire et nouveautés. Le ballet de Cranko Eugène Onéguine est à la croisée de ces chemins, ayant fait son entrée en novembre 2005, et repris depuis régulièrement par le ...
Svetlanov

Svetlanov, le vieil homme et l’âme russe

Ce disque du label Ica est artistiquement intéressant car il documente le dernier Svetlanov. Captée quelques semaines avant son décès, en 2002, la Symphonie n°1 de Tchaïkovski témoigne des options interprétatives d’un musicien gagné par une certaine nostalgie bonhomme alliée à une lenteur souvent propre au grand âge. Fuyant les interprétations fougueuses qui firent sa légende, le vieux chef prend son temps et se laisse aller à une rêverie d’hiver, ...
Une certaine manière d’appréhender l’art théâtral

Le Lac des Cygnes, une certaine manière d’appréhender l’art théâtral

Le territoire russe comporte de nombreuses troupes dont plusieurs se situent dans les mêmes villes, et Moscou, à l’instar de Saint-Pétersbourg, n’est pas sans posséder la compagnie internationale qui fait des tournées à l’étranger et une compagnie locale, assez bien pourvue en effectif, qui utilise beaucoup le répertoire pour vivre financièrement, mais qui ne se dépareille d’un grand intérêt alors que la routine pourrait guetter. Ainsi, la version du Lac ...
L’étonnant Tchaikovsky de Neeme Järvi

L’étonnant Tchaïkovski de Neeme Järvi

À peine terminée, l’intégrale des œuvres orchestrales de Tchaïkovski, sous la conduite du vénérable Neeme Järvi, se retrouve en coffret ultra-économique. Editorialement, l’intérêt est de compléter les symphonies n°1 à n°6, des partitions orchestrales du compositeur. On retrouve donc les archi-tubes que sont Roméo et Juliette ou le Capriccio Italien mais aussi des raretés comme la superbe suite de la Fille des Neiges avec sa sémillante « danse des bouffons ». Qui ...
Remise à plat par Temirkanov ?

Remise à plat par Temirkanov ?

Les choix éditoriaux du label autoproduit, mais hébergé par les Anglais de Signum, de la philharmonie de Saint-Petersbourg laissent, de prime abord, assez dubitatif. A l’inverse du théâtre Mariinsky voisin qui poursuit, sous la houlette de Valery Gergiev des projets éditoriaux réfléchis et novateurs, l’autre grand orchestre russe se contente d’approfondir le répertoire qu’il fréquente, avec assiduité, en concert, sous la direction de Yuri Temirkanov. Ce présent disque ne fait exception ! ...
Jansons en SACD, le flacon et l’ivresse

Jansons/Tchaïkovski en SACD, le flacon et l’ivresse

ResMusica en rêvait à la sortie d’un concert donné par Mariss Jansons à Paris le 10 octobre 2009, le label BK Klassik l’a réalisé : voici la publication de la Symphonie n°5 de Tchaïkovski dirigée par le chef letton à la tête de «son» Orchestre de la Radio bavaroise. Il ne s’agit pas de l’enregistrement du concert parisien mais d’un autre concert réalisé la veille à Munich. On y retrouve les qualités ...
Andris Nelsons, la symphonie du démiurge !

Andris Nelsons, la symphonie du démiurge !

Le jeune chef letton Andris Nelsons continue sa relecture des grands classiques du répertoire avec une galette Tchaikovsky qui frappe un grand coup. La partie n’était pas gagnée, car le premier disque du musicien avec son orchestre anglais, consacré à la symphonie n°5 du même Tchaikovsky était assez décevant. Mais le charisme du chef et sa totale entente avec l’orchestre emportent ces passions orchestrales dans un tourbillon tempétueux. L’ouverture Roméo et ...
Sucrerie pétersbourgeoise

La Belle au Bois Dormant au TCE, sucrerie pétersbourgeoise

Ballet féerique à souhait, la Belle au Bois Dormant aurait pu être un écrin parfait pour la troupe du Ballet-Théâtre de Saint-Pétersbourg, qui se produisait cette année encore sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées. Un choix qui s’est malheureusement avéré trop ambitieux, puisqu’il a laissé transparaître les limites techniques de la compagnie. Le ballet, qui bénéficie d’une mise en scène soignée (un grand bravo en particulier à la costumière Galina ...
EMI met Furtwängler en boite

EMI met Furtwängler en boite

Bayreuth, 29 juillet 1951, concert de réouverture. Quelques pas résonnent sur un parquet, soudain un crépitement d’applaudissements, secs comme une décharge électrique, saluent le chef. Le silence rapidement. Wilhelm Furtwängler, fidèle à sa manière, fait émerger des nimbes la musique de la Neuvième Symphonie de Beethoven pour, en quelques mesures, lui faire déclencher des éclairs jupitériens. Moment historique, enregistré par EMI par l’incontournable producteur anglais Walter Legge, celui-là même qui ...
Bartók et Tchaïkovski vus par Barenboim

Bartók et Tchaïkovski vus par Barenboim

Staatskapelle Berlin Lorsqu’il est à la tête de la Staatskapelle de Berlin, Daniel Barenboim peut donner libre cours à son talent de direction : les musiciens suivront. Ils le connaissent bien puisqu’il est leur chef depuis 2000. À vie. De fait, l’osmose entre les instruments et le pupitre est évidente. Loin de rompre cette harmonie, Yefim Bronfman, le soliste de la soirée, témoigne d’une parfaite entente avec Barenboim. Un chef charismatique, un ...
En fermant les yeux III

Francesca da Rimini à Bastille : En fermant les yeux III

Francesca da Rimini, issue du romantisme finissant, est une œuvre fragile. La musique délivre d’innombrables beautés, étincelant au milieu de moments plus convenus et d’indéniables longueurs. On n’y sent pas vraiment de personnalité marquante, plutôt un mélange de Wagner et de Puccini mâtiné de Debussy, les références insistantes à Tristan se situant plus du côté du pastiche que de celui de l’hommage. Le livret peine pendant deux actes et demi ...
Les yeux des aveugles

Iolanta version soviétique

Voici un étrange opéra : en un seul acte, il formait à l’origine, en 1892, un diptyque avec le ballet Casse-noisette, qui a pris depuis son indépendance. Iolanta ne s’est jamais installée sur les scènes occidentales, sans doute en raison de son caractère inclassable : cette histoire de princesse aveugle guérie par l’amour est une sorte de conte moral sans grande profondeur. Moins immédiatement frappante que les grands opéras de Tchaïkovski, la ...
Eugène Onéguine

Eugène Onéguine, production polonaise à Valence

Cette production polonaise, présentée dans le cadre majestueux et intimidant du Palau de Les Arts de Valencia, œuvre de l’architecte Santiago Calatrava, était l’occasion pour le futur directeur musical de la maison de se confronter à un cheval de bataille du répertoire lyrique. Né en 1981, le jeune chef israélien Omer Meir Wellber a été désigné, par l’intendante Helga Schmidt pour succéder à Lorin Maazel ! Choix risqué car remplacer une ...
Sous le signe de la valse

Kurt Masur sous le signe de la valse

À l’instar du Concert du Nouvel An de l’Orchestre Philharmonique de Vienne, l’Orchestre National de France proposait en ce mois de janvier un programme festif consacré à la valse, sous la baguette de son cher Kurt Masur, directeur musical honoraire de la formation depuis 2008. Pas de Strauss, mais du Tchaïkovski, un quasi copier-coller d’un disque que Teldec avait publié en 1995 (Masur était alors à New-York), composé d’extraits de ...
De bonnes intentions pas vraiment convaincantes   !

Cherevichki à Covent Garden, de bonnes intentions pas vraiment convaincantes !

Le Royal Opera House de Covent Garden propose en DVD une rareté lyrique et hybride de Tchaïkovski : ces Souliers de la Tsarine telle est la traduction proposée par cette production, on trouve aussi mention de cette partition sous le nom de Vakoula le Forgeron/Les Souliers de la Reine. Si l’histoire de la musique et les saisons d’opéras retiennent essentiellement La Dame de pique, Eugène Onéguine et parfois Mazeppa, il ne ...
D’un Tchaïkovski brillant aux rêveries d’Harold

D’un Tchaïkovski brillant aux rêveries d’Harold

Les premières pages du Concerto de Tchaïkovski ont installé d’emblée une atmosphère énergique et vigoureuse. Paavo Järvi a su conserver une sonorité ample jusque dans les éclats ou climax orchestraux, avec une plénitude rare. Il a laissé s’épanouir chaque individualité dans l’orchestre, sans nuire en rien à l’homogénéité. Denis Matsuev quant à lui a tout de suite imposé sa «patte» : son entrée n’est pas passée inaperçue, avec les couleurs brillantes ...
Le joueur et le rigoriste : Krylov et Jurowski

Le joueur et le rigoriste : Krylov et Jurowski

Le Théâtre des Champs-Elysées a fait salle quasi comble pour accueillir l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde emmené pour l’occasion par le chef russe Vladimir Jurowski, encore jeune trentenaire mais bien connu des scènes parisiennes où il se produit régulièrement plusieurs fois par an. Déjà entendu ici même en novembre 2009 lors du cycle Ballets russes dirigé par Temirkanov, le violoniste moscovite Sergej Krylov allait se «charger» de la partie ...
Voir Lopatkina

Voir Lopatkina dans le le Lac des Cygnes

Un énième rapport du Lac ? Comment témoigner du plus juste intérêt que celui de voir le même ballet avec la même distribution qui s’exerce depuis de si nombreuses années ? On mesure la pieuse rareté de chacune des représentations d’Ulyana Lopatkina comme autant de nécessité de se reconstituer suffisamment de vigueur et de force intérieure pour la suivante. Dans une temporalité autre, dans la ville magnifiée et méconnaissable de Baden-Baden, on ne peut ...
Un conte comme un autre

Casse-Noisette, un conte comme un autre

Il faut inévitablement un Casse-Noisette pour Noël... Mais quelle version retenir? Quand il subsiste des embryons de chorégraphie de Petipa, comme pour le Lac, ou la Bayadère, il y a un consensus autour des ballets. En revanche, pour ce ballet que l’on a trop vite fait de mettre dans la hotte du Père Noël, le conservatisme s’oppose au néo-réalisme. Le Mariinsky reprend donc pour la ville balnéaire de Baden-Baden la version ...
Le bon Tchaikovsky de Daniele Gatti

Le bon Tchaïkovski de Daniele Gatti

Il faut avouer que l’on peinait à se souvenir que Daniele Gatti avait enregistré les trois dernières symphonies et des tubes orchestraux de Tchaïkovski à la fin de son mandat auprès du Royal Philharmonic de Londres ! Harmonia Mundi, via sa filiale aux USA, réédite ce trio de CD, dans un fort beau coffret à la fois esthétique et enrichit par une notice de présentation exhaustive et passionnante ! L’idée est doublement ...
Simplicité impériale

La Belle au Bois Dormant par le Mariinsky, simplicité impériale

Alors que Baden-Baden se couvre d’un manteau neigeux, le Festspielhaus, bien chanceux d’avoir le Mariinsky pour les fêtes de fin d’année, se donne des airs du prestigieux Théâtre de Saint Pétersbourg. Pour un Noël en règle, la Belle en Bois Dormant dans la version de Sergeyev de 1952. La scénographie est simple, lisible, sans encombres ni fioritures narratives. Les costumes sont d’une simplicité désarmante, voire même assez rustiques : les couleurs ...