Mot-clef : Varduhi Abrahamyan

P1120877 photo Christian DRESSE 2018

Donna del lago à Marseille : un feu d’artifice du bel canto

L'Opéra de Marseille est réputé pour nous proposer les belles voix à entendre. C'est de nouveau le cas avec cette Donna del lago (dame du lac) en version de concert, œuvre de Rossini fort peu donnée à l'intérieur de nos frontières. Autant le dire d'emblée, Karine Deshayes dépasse la distribution de la tête et des épaules. Celle qu'on ne peut plus qualifier de mezzo-soprano, mais plutôt de soprano dramatique d'agilité, impressionne ...
Alcina par Christof Loy au Théâtre des Champs-Élysées

Alcina par Christof Loy au Théâtre des Champs-Élysées

La troisième représentation d’Alcina de Haendel donnée dimanche dernier au Théâtre des Champs-Élysées doit être considérée comme une réussite, d’autant plus que la soprano Julie Fuchs, qui pour les deux premières représentations était présente sur les planches mais muette en raison de troubles de santé, a pu enfin chanter. Donnée pour la première fois à l’Opéra de Zurich en 2014, cette production propose une mise en scène originale (trois actes, trois ...
Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-Un-Bal-masque-17.18---Emilie-Brouchon---OnP--18--1600

À l’Opéra de Paris, Un bal masqué pour Sondra Radvanovsky

Un bal masqué est une œuvre verdienne sinon rare, en tout cas peu donnée et les dernières représentations de cette production n’avaient pas laissé un souvenir impérissable. Pourtant, cette reprise réserve quelques jolies surprises et confirme que Sondra Radvanovsky est peut-être actuellement une des plus grandes chanteuses verdiennes de la scène internationale. Nous ne reviendrons pas sur la mise en scène de Gilbert Deflo dont le travail se résume à ...
Du jeudi 26 octobre 2017 au jeudi 16 novembre 2017

Bryn Terfel reprend avec brio les habits de Falstaff à l’Opéra Bastille

Quelques semaines après Don Carlos, le dernier opéra de Verdi retrouve les planches de l’Opéra Bastille avec la production de Dominique Pitoiset et en têtes d’affiche le trublion Bryn Terfel et la belle Julie Fuchs. Le reste de la distribution mêle bonnes et moins bonnes surprises quand, en fosse, le chef italien Fabio Luisi démontre qu’il connaît son Verdi. La production de Dominique Pitoiset a bientôt vingt ans et, si ses ...
Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille

Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille

Le retour, sur la scène de la Bastille, de la production historique d'Eugène Onéguine de Tchaïkovski, doit son succès à une distribution de grande qualité. En 2008, lorsque Gérard Mortier souhaite remonter Eugène Onéguine, il fait appel à un jeune metteur en scène encore très peu connu, Dmitri Tcherniakov, et récupère sa production récente du Théâtre Bolchoï, plutôt que de réutiliser celle de Willy Decker créée en 1995. Deux ans plus ...
Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Cette année au Rossini Opera Festival de Pesaro, retour de la grande Ewa Podleś dans une reprise réussie de Ciro di Babylonia, et deux nouvelles mises en scène : Le Turc par Davide Livermore et La Donna par Damiano Michieletto. Un Ciro d’époque Versatile, irisée, sombre, luisante, monstrueusement divine et émouvante, la voix monte des tripes et semble venue de l’océan du temps, jade, miel et chocolat. Une voix de trois octaves qui va ...
L'incoronazione Di Poppea (Saison 2013-2014)

Monteverdi par Bob Wilson, la règle et l’épure

Avis aux amateurs (et ils sont nombreux), ce Couronnement de Poppée version Bob Wilson est à la mise en scène ce que le Bauhaus à l'architecture : le produit d'une école (ici, le Watermill Center) et la démonstration d'une pensée esthétique à la rigueur imparable. L'archétype scénique ne cède jamais à l'idée d'un abandon, d'une adhésion au drame musical de Monteverdi. Tout juste si le bleu cobalt (signature illustre du ...
italiana2

L’Italienne à Alger trop clownesque d’Andrei Serban

Genre typiquement italien, l’opera buffa touche avec Rossini une virtuosité sans pareil grâce au pouvoir du compositeur de souligner en musique l’aspect dérisoire des personnages et des situations. La ligne entre le comique et le clownesque est cependant très subtile et une mise en scène insistant sur des clichés et sur une facile hilarité peut rendre l’ensemble assez banal. C’est proprement le résultat du travail d’Andrei Serban qui transforme Mustafà en ...
laurence_equilbey

Equilbey dirige Bach

Comme chaque année à l’approche de Pâques, les églises et les salles de concert proposent des Passions de JS. Bach (en 2013, du moins en Île-de-France, surtout la saint Jean) pour le plus grand plaisir des mélomanes. A Paris, le public était venu en nombre Salle Pleyel écouter la Passion selon saint Jean dirigée par Laurence Equilbey, à la tête de son chœur Accentus et du Concerto Köln. On la ...
Premier plan : Nadja Michael (Médée) ; second plan : Vincent Le Texier (Créon), John Tessier (Jason), Elodie Kimmel (Dircé) © Vincent Pontet-WikiSpectacle

Médée de Cherubini à Paris, pourquoi tant de haine ?

Oui, pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de huées, tant de sifflets ? Ah oui, les dialogues réactualisés par Christian Longchamps contiennent les mots "sperme" et "bordel". Et puis l'action est actualisée dans un milieu bourgeois décadent. Sans parler de ces images de films des années 50 d'une noce de campagne ou d'une récréation scolaire diffusées en continu ou de cet intermède sur fond de cha-cha-cha italien. Krzysztof Warlikowski ...
Jonathan Guyonnet © Alexandra Berger

L’épopée de Giustino… en version concert

Le Théâtre des Champs-Elysées proposait une version concert de Giustino, dramma per musica délaissé de longue date par les salles de concerts françaises depuis la Représentation d’Alan Curtis (Opéra Royal de Versailles, 1985). L’épopée du jeune paysan sauveur de l’Empire d’Orient a pourtant plus d’un atout pour séduire : pour mettre en musique l’enchevêtrement d’intrigues amoureuses, de batailles, de jalousies et autres trahisons, Vivaldi mêle à une instrumentation originale -solo de ...
Haendel remisé dans les caves !

Giulio Cesare à Paris : Haendel remisé dans les caves!

Avec le ticket gagnant «Pelly-Dessay», nombreux étaient les spectateurs à miser leurs attentes sur une affiche pour le moins prometteuse. Et pourtant, c’est bien de ces deux stars du monde lyrique qu’est venue la relative déception occasionnée par cette nouvelle production de Giulio Cesare, un des opéras les plus accomplis de Haendel. Si le concept scénique retenu par Laurent Pelly aurait peut-être été original il y a une dizaine d’années, il ...
Une ouverture tout en Bel Canto

Zaira de Bellini, ouverture toute en bel canto à Montpellier

Ouverture tout en Bel Canto pour cette 25ème édition du Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon ! Fidèle à ses affinités sélectives, son directeur René Kœring nous faisait découvrir en version de concert et en création française, la Zaira (1829) de Vincenzo Bellini, une tragédie lyrique commandée au compositeur italien pour l’inauguration du Teatro Massimo de Parme. Pierre Brunel, auteur d’un Vincenzo Bellini aux éditions Fayard, évoquait, dans sa conférence ...
Mantoue sur la Spree

Rigoletto à Nancy : Mantoue sur la Spree

Après plus de trente ans d’absence, la scène nancéienne remontait enfin le premier-né des succès qui constituent ce qu’il est convenu d’appeler la «trilogie populaire» de Giuseppe Verdi. Rigoletto inaugure en effet, en ces années 1851-1853, la pleine maturité artistique du compositeur italien et, bourré de «tubes», reçut un succès public immédiat qui ne s’est jamais démenti depuis. Soucieuse de renouveler la vision de ce chef d’œuvre archi-représenté, l’Opéra national de ...
Andrea Chénier : tutta forza vers l’échafaud !

Andrea Chénier : tutta forza vers l’échafaud !

Andrea Chenier Etrange ouvrage que cet Andrea Chénier assez mal aimé et peu représenté en France ! Le sujet de la Terreur y est certainement pour quelque chose, dans l’horreur qu’elle impose. Mais le drame d’Illica a aussi ses faiblesses, mêlant peu harmonieusement un contexte historique complexe et des drames intimes. Le public met beaucoup de temps à s’attacher aux personnages et ce n’est que dans les deux derniers tableaux que l’émotion ...
Reprise de routine

Reprise de routine du Rigoletto par Jérôme Savary à la Bastille

Peut-être autant critiquées que les relectures, les mises en scène traditionnelles (et celle-ci en particulier) tombent fréquemment sous le coup de la critique. Si l’on peut comprendre la lassitude de voir donner encore une fois à l’Opéra-Bastille cette même production de Jérôme Savary, rendons-lui justice en évoquant les sompteux costumes historiques, un grand dispositif scénique rotatif qui permet d’évoquer une ville et un palais en ruine – en symbole, peut-être, ...
Seconde étape d’un Ring qui fera date

Seconde étape du Ring par David McVicar qui fera date

La Walkyrie Après un prologue enthousiasmant la saison dernière, l’Opéra du Rhin poursuit sa Tétralogie wagnérienne répartie sur quatre années avec la Walkyrie, le plus facile d’accès et le plus souvent joué des quatre opéras constituant le Ring des Nibelungen. Etaient très attendus dans cette production la suite de la vision du metteur en scène David McVicar et la présence de la somptueuse Jeanne-Michèle Charbonnet en Brünnhilde. A l’issue de la première ...
Spectacle total, grandiose et fascinant

La Dame de Pique à Toulouse, spectacle total, grandiose et fascinant

C’est entendu La dame de Pique est le chef-d’œuvre de Tchaïkovski. Cet opéra dense, complexe et long demande des moyens considérables. Il semble qu’une nouvelle fois au Capitole de Toulouse, l’excellence ait été au rendez-vous. Ce spectacle affiché complet avant la première était très attendu. Dans la fosse Tugan, Sokhiev dirigeait son premier opéra in loco. Pari gagné, nous tenons là un « Maestro di scena ». Il dirige solistes, orchestre ...
Un gâchis rageant

Ariodante à Genève, un gâchis rageant

Dans une interview parue dans un journal romand quelques jours avant la première représentation d’Ariodante, Pierre Strosser déclarait qu’une « mise en scène qui ne s’oublie pas n’est pas une mise en scène ». N’en déplaise aux affirmations du metteur en scène, on se souviendra avec bonheur de son récent Meistersinger von Nürmberg de Wagner, comme de De la Maison des Morts de Janáček. Aujourd’hui pourtant, il est difficile d’accepter les ...