Mot-clef : Daniel Oren

Un Andrea Chénier d’anthologie avec Roberto Alagna à Londres

Un Andrea Chénier d’anthologie avec Roberto Alagna à Londres

Avec cette  production, désormais classique, d’Andrea Chénier d’Umberto Giordano, dans la mise en scène de David McVicar, Roberto Alagna, associé à Sondra Radvanovsky et Dimitri Platanias, fête somptueusement sa 100e représentation au Royal Opera House de Covent Garden. Compositeur de la jeune école vériste Umberto Giordano, restera pour la postérité comme le compositeur d’un seul opéra, Andrea Chénier, qui nous conte les amours malheureuses du téméraire poète et de la rêveuse Madeleine ...
nabucco verone bel air

Nabucco aux arènes de Vérone : une captation de plus

Nabucco dispose d’une belle discographie et de nombreux DVD ont déjà été édités, y compris pour les arènes de Vérone. Alors, qu’apporte cette nouvelle captation à la discographie de l’œuvre ? Il faut être honnête, pas grand-chose : le grand spectacle proposé par une mise en scène qualitative d'Arnaud Bernard permet de passer une bonne soirée, mais cette représentation ne restera pas gravée dans les annales faute de voix adaptées et/ou ...
Du lundi 13 juin 2016 au samedi 16 juillet 2016

Aida par Olivier Py : magistrale leçon d’Histoire en or massif

La mise en scène qu'Olivier Py a conçue en 2013 pour Aida sort grandie d'une reprise pourtant malmenée par une distribution hétérogène et une direction musicale désordonnée. On a beaucoup écrit sur le retour, après 50 ans d'absence à l'Opéra de Paris, de cette Aida confiée à Olivier Py au cours du trimestre probablement le plus chargé de sa vie (la veille Alceste, le lendemain Dialogues des carmélites). On a surtout ...
Capture d’écran 2015-11-26 à 17.52.26

A Toulouse, Ludovic Tézier illumine un Rigoletto très classique

Reprise du très "classique" Rigoletto de Nicolas Joel au Théâtre du Capitole de Toulouse. Les qualités du plateau vocal rattrapent en grande partie les conventions de la mise en scène et la direction enthousiaste et désordonnée de Daniel Oren. Habillé à la mode "Renaissance" par un Nicolas Joël alors directeur du Théâtre du Capitole, ce Rigoletto est une valeur sûre. Évidemment, le réalisme et la convention des toiles peintes vouent aux ...
Adriana Lecouvreur (Saison 2014-2015)

Le retour d’Adriana Lecouvreur à Paris avec Angela Gheorghiu

Adriana Lecouvreur, l'œuvre-phare de Francesco Cilea, assez rare sur les scènes internationales est de retour à Paris avec dans le rôle-titre la soprano Angela Gheorghiu. Paris l'avait découverte en 1994 avec l'interprétation mémorable de Mirella Freni. Il aura fallu la reprise d'une production créée à Londres en 2010 pour que le public succombe à nouveau au parfum délétère de ce fatal bouquet de violettes. On peine à imaginer cependant que le destin ...
2014-15-tosca-020_copier

Tosca porte sa croix à Bastille

Evidemment, personne ne se plaindra du remplacement de la production de Werner Schroeter, après 18 ans de bons et loyaux services… mais cette Tosca version Pierre Audi comble t-elle vraiment nos attentes ? Le rideau qui se lève sur ce décor elliptique et conceptuel rappelle inévitablement le symbolisme déjà à l'œuvre chez Schroeter. Peu d'efforts à fournir ici pour comprendre les intentions et les messages… ils nous sont même assénés avec ...
La Bohème (Saison 2013-2014)

À Bastille, la Bohème cherche encore la petite étincelle

Mettre en scène La Bohème, c'est un peu être en permanence sur la corde raide. Face à une partition déjà extrêmement expressive et un livret qui, avouons-le, n'a pas très bien vieilli (comme chez Maeterlinck, la limite entre le désuet et le ridicule est parfois ténue), comment ne pas sombrer dans l'overdose de bons sentiments ? Nul Scarpia ou autres Pinkerton pour venir épicer la sauce : pendant ces deux heures où l'on ...
meyerbeer_robert le diable opusarte

Un Robert le Diable pour le chant et l’orchestre

L’opéra de Giacomo Meyerbeer, Robert le Diable, d’après un livret de Scribe et Delavigne, fut présenté en création à l’Opéra de Paris le 21 novembre 1831. L’histoire est celle de Robert, un fier chevalier qui, en compagnie de son écuyer Bertam, mauvais conseiller, se retrouve  en Sicile. S’ensuit une série d’épisodes plus ou moins emberlificotés qu’il vaut mieux ne pas rattacher à la logique de notre temps. Tout cela se ...
Vue d'ensemble avec Orlin Anastassov (Alvise Badoero) de dos au premier plan Crédit : Opéra national de Paris/ Andrea Messana

Le sourire de La Gioconda sied à l’Opéra Bastille

Il aura fallu presque un siècle et demi pour que La Gioconda d’Amilcare Ponchielli entre au répertoire de l’Opéra de Paris. C’est assurément une date à marquer d’une pierre blanche. Cependant, l’événement, annoncé en grande pompe, en est-il vraiment un ? Assurément oui, s’il s’agit de présenter au public de la capitale cette oeuvre composite, italianissime par son livret extravagant, sa musique dans laquelle la mélodie prime tout, mais pourtant redevable ...
5927_-ND39996 Marie-Nicole Lemieux (Mrs Quickly), Gaëlle Arquez (Mrs Meg Page), Svetla Vassileva (Mrs Alice Ford) et Elena Tsallagova (Nannetta) Opéra nat

Un Falstaff plaisamment mené à Bastille

Présenté la première fois en 1999, ce Falstaff nous revient après quelques années de sommeil sur la scène sans doute un peu trop vaste de l'Opéra Bastille, avec une toute nouvelle distribution sous la direction du chef israélien Daniel Oren. Dernier opéra de Verdi, obéissant aux règles de l'art de la comédie, abandonnant quasi complètement la notion d'air chère à l'opéra italien au profit d'un chant continu plus que porté ...
Vladimir Galouzine (Canio), Brigitta Kele (Nedda), Florian Laconi (Beppe) & Sergey Murzaev (Tonio) © Opéra national de Paris / Mirco Magliocca

CavPag, entre fiction et réalité à Bastille

Cavalleria rusticana et I Pagliacci sont deux opéras qui occupent une place à part dans le répertoire italien ne serait-ce que par leur construction dramaturgique basée sur une solution de méta-théâtre (théâtre dans le théâtre). S’appuyant sur cette logique de représentation, la mise en scène a été caractérisée par un élément nouveau et tout à fait atypique : le prologue de Pagliacci infiltré dans le Prélude de Cavalleria a ouvert le ...
orchestra_senato_roma

Le concert de Noël au Sénat de la République italienne

Comme d’habitude, depuis désormais dix ans, la chambre du Sénat de la République italienne a fêté Noël avec un concert de solidarité. Sous le slogan « C’est la passion qui nous pousse » (ci muove la passione) l’Orchestre de Salerno a offert la recette d’une heure de musique aux enfants de l’hôpital Umberto I de Rome. Directeur de cet événement de solidarité Daniel Oren, qui en quatre ans de direction artistique a ...
En fermant les yeux III

Francesca da Rimini à Bastille : En fermant les yeux III

Francesca da Rimini, issue du romantisme finissant, est une œuvre fragile. La musique délivre d’innombrables beautés, étincelant au milieu de moments plus convenus et d’indéniables longueurs. On n’y sent pas vraiment de personnalité marquante, plutôt un mélange de Wagner et de Puccini mâtiné de Debussy, les références insistantes à Tristan se situant plus du côté du pastiche que de celui de l’hommage. Le livret peine pendant deux actes et demi ...
Dov’è Paolo ?

Francesca da Rimini de Riccardo Zandonai : Dov’è Paolo ?

Voici un opéra peu représenté qui se situe dans un contexte culturel très particulier de l’histoire de la musique italienne, celui du début XXe où les idées et expérimentations européennes commencent à se diffuser dans le Pays. Francesca da Rimini, mélange des différentes tendances de l’époque, se place entre le vérisme de Mascagni et le décadentisme de D’Annunzio évoquant l’histoire d’amour et de trahison chantée par Dante dans la Divine ...
Marcelo, le grand

Marcelo Álvarez, le grand

Malgré un petit enrouement, «Marcelo, le grand», comme l’appelle Maestro Daniel Oren, n’a pas déçu son public. Physique du rôle, grande présence scénique, personnalité imposante et voix chaude sont les caractéristiques qui font de ce ténor l’un des plus grands chanteurs lyrique de cette décennie. Accompagné par l’orchestre, sa performance a touché aux arias les plus connus du répertoire, de E lucevan le stelle à Celeste Aida, tout en passant ...
Une dramaturgie cinématographique

Une dramaturgie cinématographique pour Tosca

Malgré la profonde crise économique qui touche le domaine du spectacle et de la culture en Italie (beaucoup de théâtres ont dû réduire leur programmation), le Politeama de Catanzaro n’a pas renoncé à mettre en scène un des chefs-d’œuvre de Puccini faisant appel à un casting et à une mise en scène spectaculaire. La scène s’ouvre sur une très belle reproduction de l’église de Sant’Andrea della Valle à Rome, lieu de ...
Vilaine Carmen!

Vilaine Carmen à Salerne !

Un tableau figurant un taureau à l’épée saignante inaugure Carmen préfigurant l’épilogue dramatique. Malgré le succès auprès du public (toutes les représentations ont été faites à guichets fermés) et une critique favorable, la mise en scène traditionnaliste ne fait place à aucune innovation ni audace. Le moment le plus remarquable est sans doute le deuxième tableau du dernier acte : la procession de la quadrilla des toréros qui passe parmi le ...
Un concert pour la paix

Un concert pour la paix par un admirable Saleem Abboud Ashkar

Une admirable exécution du Concerto n°2 pour piano et orchestre par Saleem Abboud Ashkar, a inauguré cette soirée dédiée à la paix. Le programme monographique choisi par le directeur artistique Daniel Oren se prête bien à célébrer les idéaux d’égalité de liberté et de fraternité. La présence du pianiste originaire de Nazareth charge la soirée d’une valeur supplémentaire. Doué d’une grande technique, il exécute les passages les plus hardis du ...
Péplum en décors réels

Nabucco à Massada, péplum en décors réels

Chaque année l’Opéra d’Israël, unique scène lyrique du pays basée à Tel Aviv, fait sa dernière production scénique de l’année au Parc Hayarkon, au nord de la ville (Carmen pour 2010). A partir de cette année une production supplémentaire est proposée dans un des grands lieux du pays. Pour cette première édition, la très symbolique forteresse de Massada, face à la Mer Morte, dernier bastion juif à résister à l’envahisseur ...
En fermant les yeux…

Andrea Chénier à Paris : en fermant les yeux…

Andrea Chénier enfin au répertoire de l’Opéra National de Paris ! Dans la capitale, seul l’Opéra-Comique avait osé programmer cette œuvre dans un passé lointain – et en français. A l’instar d’Adriana Lecouvreur de Cilea, donnée in loco pour la première fois en 1996, il y a des absences de titres dans la «Grande Boutique» qui laissent interrogateur. On sait que l’ère Jœl à l’ONP sera celle du bel canto romantique ...
Charmante Bohème

Charmante Bohème avec Natalie Dessay

La mise en scène de Jonathan Miller de la Bohème va fêter ses quinze ans et ne semble pas vieillir pour autant. Transposée au Paris des années 30, elle s’adapte parfaitement au drame de Puccini : la pauvreté ne tombe pas dans le sentimentalisme et respecte avec justesse les didascalies qui nuancent la partition du maître de Lucques. La Mimi de Tamar Iveri est très timide vocalement dans le premier tableau (mais ...
Un Rigoletto décevant

Un Rigoletto décevant à Gênes

Décidément décevante cette dernière production de Rigoletto. Le décès du ténor Sung Kyu Park a obligé la production à un remplacement de dernière minute avec Valter Borin qui a compromis, malgré lui, la bonne réussite de cet opéra magnifique. Le mélodrame verdien caractérisé par une exceptionnelle flexibilité musicale et une forte introspection des personnages, demande au chanteurs une haute capacité de s’identifier à leur rôle. Cela non seulement à travers ...
Marcelo Àlvarez s’immerge chez Verdi

Marcelo Álvarez s’immerge chez Verdi

Alors que Renée Fleming enregistrait son superbe album d’airs véristes, les mêmes studios, le même orchestre recevaient le ténor argentin Marcelo Álvarez invité à graver son premier disque pour Decca. Une belle retrouvaille après une éclipse discographique de près de cinq ans chez Sony. Marcelo Álvarez malheureusement quelque peu éclipsé par les vedettes que sont Rolando Villazón, Jonas Kaufmann n’est pourtant pas un inconnu au bataillon des ténors. À quarante-sept ans, ...
Juan Diego Florez and friends : tous superbes !

Juan Diego Florez and friends : tous superbes !

Ce CD est certainement le plus beau récital de Juan Diego Flórez. Pourtant ce n’est pas le titre ridicule et ringard et à contre sens qui permettra de s’en rendre compte. La magie vocale qui distille tout au long de cette grande heure de musique vient de l’indéniable très bon goût du ténor dans le choix de ses amis. Les duos qui s’intercalent entre les airs permettent une variété et une ...
Reprise de routine

Reprise de routine du Rigoletto par Jérôme Savary à la Bastille

Peut-être autant critiquées que les relectures, les mises en scène traditionnelles (et celle-ci en particulier) tombent fréquemment sous le coup de la critique. Si l’on peut comprendre la lassitude de voir donner encore une fois à l’Opéra-Bastille cette même production de Jérôme Savary, rendons-lui justice en évoquant les sompteux costumes historiques, un grand dispositif scénique rotatif qui permet d’évoquer une ville et un palais en ruine – en symbole, peut-être, ...
Dans le respect de la tradition

Tosca à Salerne, dans le respect de la tradition

Le théâtre Verdi de Salerne a inauguré avec un chef-d’œuvre de l’opéra italien, sa deuxième saison artistique sous la direction de Daniel Oren. Une saison qui verra sur scène des grands artistes internationaux comme Mischa Maisky, Roberto Bolle, Juan Diego Florez, pour n’en citer que quelques uns et des chefs d’orchestre invités tels que Salvatore Accardo et Lorin Maazel. Premier des cinq opéras à l’affiche, Tosca, déjà présenté l’été dernier ...
Les Arènes de Vérone…à domicile !

Les Arènes de Vérone…à domicile !

Représenté pour la première fois le 9 mars 1842 à La Scala, le triomphal Nabucco (titre que finalement Verdi préfèrera à Nabuchodonosor) marque le début de la fulgurante carrière du compositeur, qui eut la chance de connaître de son vivant le succès et la gloire. Devenu extrêmement populaire par son Chœur des Hébreux, cette œuvre révèle des trésors de composition dont le public semble ne pas devoir se lasser. Par son ...
Tosca en chair et os

Fiorenza Cedolins, Tosca en chair et os

Que l’on ne dise plus jamais qu’une direction d’acteur nuancée et variée soit impossible aux Arènes de Vérone ! Car cette Tosca, enregistrée sur le vif en juillet 2006, prouve le contraire. Pour une fois, on ne voit pas de choristes immobiles ni de solistes ouvrant les bras sans raison apparente. On voit au contraire des caractères en chair et os, interprétés par de véritables chanteurs acteurs. Leur jeu à la ...
Au pied du Vésuve, Daniel Oren fait trembler Naples

Au pied du Vésuve, Daniel Oren fait trembler Naples

Teatro Giuseppe Verdi di Salerno « E avanti a lui tremava tutta Napoli! » (Et devant lui tout Naples tremblait !). Cette paraphrase de Tosca peut bien résumer l’atmosphère de la première représentation de l’opéra de Puccini, dirigée par Daniel Oren à la tète de l’orchestre du Théâtre Municipal Giuseppe Verdi de Salerne. Une production rendue spectaculaire par les harmoniques de He Hui, Piero Giuliacci et Renato Bruson. Tosca, l’un des plus grand ...
Une Somnambule somnolente

Une Somnambule somnolente avec Annick Massis et Juan-Diego Florez

Cette production de la Sonnambula date de mars 2006. John Dew joue sur un kitch décalé : au lever de rideau nous découvrons une grosse vache peinte sur le sol et plusieurs de ses congénères peintes sur les murs. Une montagne de bande dessinée constitue l’arrière plan, tandis qu’une vache postiche attend que Lisa vienne la traire, ce que la soprano fait en marquant la mesure du chœur d’entrée. Les personnages ...