Mot-clef : Maîtrise des Hauts-de-Seine

top-left

Harteros et Grigolo pour une ardente Tosca à l’opéra de Paris

Une énième reprise de la Tosca de Pierre Audi n’avait pas de quoi faire déplacer les foules, sauf la promesse du duo déjà quasi légendaire Kaufmann/Harteros. Las, Jonas Kaufmann a déclaré forfait pour les trois premières représentations. Cependant, la confrontation au sommet de Vittorio Grigolo et Anja Harteros fascine par leurs différences d’approche. On ne reviendra pas sur la mise en scène de Pierre Audi déjà souvent chroniquée, et un peu ...
bac145-cover-iolantacassenoisetterecto

Iolanta et Casse-noisette, la formidable réussite de Tcherniakov

BelAir classiques publie ce qui restera comme une des productions les plus marquantes de l’ère Lissner. Pour le diptyque testamentaire de Tchaïkovski, l’Opéra de Paris a mis ses talents entre les mains du metteur en scène Dmitri Tcherniakov. Iolanta et Casse-noisette ont été composés et créés en même temps, et ce DVD restitue les représentations à Garnier du printemps 2016. Si Tchaïkovski a d’abord douté du second avant de finir par ...
Boris Godounov   / Ivo van Hove

Alexander Tsymbaliuk sort Boris de la grisaille à l’Opéra Bastille

En choisissant la version initiale de Boris Godounov, l’Opéra de Paris laisse la direction artistique aux directeurs musicaux et scéniques de la production, Vladimir Jurowski et Ivo van Hove, au risque de renier une histoire pourtant défendue à grand renfort de communication en début d’année pour Don Carlos. D’une proposition grise ne ressort alors plus que le Boris d’Alexander Tsymbalyuk. En remontant quelques décennies plus tôt, entendre le chef d’œuvre de ...
Boheme

Bohème sur la Lune mais sans étoiles à l’Opéra de Paris

En transposant l’action de La Bohème dans l’espace, Claus Guth prend le risque du concept qui ne fonctionne pas et s’écrase dès le premier tableau dans un décor somptueux mais inutile, surtout fait pour masquer l’absence totale d’idées. Gustavo Dudamel, encore peu habitué à l’opéra, apporte sa touche glaciale à la soirée, sans permettre à une distribution en manque d’air de s’épanouir. À son arrivée à l’Opéra de Paris, l’équipe Lissner ...
Requiem1

Envolées équestres pour le Requiem de Mozart à la Seine Musicale

Le Requiem de Mozart métamorphosé en un somptueux ballet équestre : dans cette mise en scène (en selle !) stupéfiante, Bartabas et Marc Minkowski font communier musiciens et cavaliers sur fond de poésie et de transcendance. Un spectacle total et envoûtant. 150 choristes, 42 musiciens, 13 chevaux et 8 cavaliers. Bartabas, l’homme qui fait de l’équitation un art total, s’attaque une nouvelle fois à Mozart en s’adjoignant la direction musicale de ...
Moise-et-Aaron-Bastille-Jordan-Castellucci_DVD

Moses und Aron par Romeo Castellucci ou le triomphe de l’image

La transposition en DVD du Moses und Aron signé par le remuant Romeo Castellucci à l'Opéra de Paris en 2015 souligne la difficulté qu'il y a à rendre justice à une mise en scène dont les aspects radicaux sont conçus pour être vus de loin et dans le feu de l'action. Une captation vidéo pour les inconditionnels du metteur en scène. Lors des représentations données à Bastille en octobre 2015, nous avions souligné la ...
Werther-3_Chantal-Droller

Un Werther bien encadré mais surtout bien entouré à Massy

Avec cette nouvelle production créée à Metz au début du mois, nous rejoignons Werther dans une salle de musée. Plaisante sans être originale, la mise en scène de Paul-Emile Fourny tourne autour d’un Sébastien Guèze ne paraissant malheureusement pas à la hauteur du rôle alors qu’il est admirablement soutenu par le talent du chef David T. Heusel, par Mireille Lebel qui incarne une élégante et raffinée Charlotte et par la ...
cs3sb7vwaaaop0i

La cité musicale de l’île Seguin s’appellera La Seine Musicale, ouverture prévue au printemps 2017

La Seine Musicale est le nom choisi pour le complexe musical de l'île Seguin. L'annonce a été faite aujourd'hui par Patrick Devedjian, député et président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, lors d'une conférence de presse sur les lieux. Le bâtiment étant encore en travaux, il n'a pas été possible de visiter l'auditorium et la grande salle qui doivent ouvrir leurs portes au printemps 2017. Le projet est issu d'un contrat de ...
Wernicke-couv

À Bastille, le Chevalier à la Rose sans une ride

Pour ce Chevalier à la Rose, la mise en scène de Wernicke, présentée pour la première fois à Salzbourg en 1995, et peu après à Paris, fait son retour à l'opéra Bastille. Herbert Wernicke, trop tôt disparu, jouit déjà de par le monde de l'aura d'un géant de la mise en scène. C'est donc avec plaisir que l'on voit revenir sur la scène parisienne son Rosenkavalier, qui a rencontré pendant ces ...
566577340000000000000000_BIG

Une Damnation de Faust très controversée à l’Opéra Bastille

On avoue que les rumeurs de la bronca qui avait accueilli la générale et la première de cette Damnation de Faust avaient refroidi notre ardeur à y assister. On a, malgré tout, passé une plutôt bonne soirée. L'idée de base du metteur en scène Alvis Hermanis, est que le scientifique Stephen Hawking, totalement paralysé à la suite d'une maladie neurodégénérative, et dont le rêve est de quitter la terre pour coloniser ...
5620f47e0000000000000000_BIG

Moses und Aron : le Style et l’Idée sur la scène de Bastille

Rare, très rare, le troisième ouvrage lyrique d'Arnold Schoenberg Moses und Aron n'avait pas reparu sur la scène parisienne depuis 1995, année de la production d'Herbert Wernicke au Théâtre du Châtelet. Chef d'œuvre de la maturité, l'opéra inachevé du compositeur viennois, donné à Bastille en deux actes, scelle la collaboration féconde du metteur en scène Romeo Castellucci et du très schoenbergien Philippe Jordan. Schoenberg ne parviendra jamais à terminer son opéra, dont ...
La Bohème (Saison 2013-2014)

À Bastille, la Bohème cherche encore la petite étincelle

Mettre en scène La Bohème, c'est un peu être en permanence sur la corde raide. Face à une partition déjà extrêmement expressive et un livret qui, avouons-le, n'a pas très bien vieilli (comme chez Maeterlinck, la limite entre le désuet et le ridicule est parfois ténue), comment ne pas sombrer dans l'overdose de bons sentiments ? Nul Scarpia ou autres Pinkerton pour venir épicer la sauce : pendant ces deux heures où l'on ...
Opéra national de Paris

Werther sans Alagna

Lorsqu’on propose la reprise d’un spectacle qui a déjà enchanté le public lors d’une saison antérieure, comme cela a été le cas de ce Werther donné à Bastille en 2010, l’intérêt de ladite reprise repose évidemment sur le choix de la nouvelle distribution que l’on espère au moins égale, sinon supérieure, à la première. Avec ce spectacle qui a fait date, toutes les garanties semblaient avoir été prises pour que ...
haensel et gretel

Hänsel et Gretel à l’Opéra : comment ça va avec la névrose ?

Hänsel et Gretel n'avait jamais été donné à l'Opéra, alors que c'est le pain (d'épices !) quotidien du public allemand et américain. C'est chose faite, dans une nouvelle production qui restera certainement parmi les éléments positifs du bilan de Nicolas Joël. On connaît la répugnance de ce dernier pour les mises en scène choquantes, et pourtant, Mariame Clément propose une lecture quelque peu radicale. Il n'y a pas de force surnaturelle, ce ...
hansel et gretel

Hänsel et Gretel : le spectacle de Noël

Quoi de plus simple, en apparence, que de proposer en période de fêtes le classique Hänsel et Gretel ? Alors qu’un peu partout à Paris, les spectacles proposés ne participent pas franchement à l’esprit de Noël, Mireille Larroche, dans la petite salle de l’Espace Cardin, offre une soirée féerique, capable de ravir petits et grands. Sa mise en scène, bourrée d’intelligence, replace l’action de nos jours, dans une cité HLM puis ...
carmen2012

Décevante Carmen à l’Opéra de Paris

La dernière Carmen à l’Opéra de Paris remontait à 1997 (reprise jusqu’en 2002), c’est dire si cette nouvelle production confiée au metteur en scène (essentiellement de théâtre) Yves Beaunesne était attendue. Donné à guichet fermé jusqu’à la fin de cette année 2012, l’opéra de Bizet est présenté dans sa version avec dialogues, une adaptation du texte ayant néanmoins été confiée à la dramaturge Marion Bernède. Dans un décor unique assez terne, ...
Vladimir Galouzine (Canio), Brigitta Kele (Nedda), Florian Laconi (Beppe) & Sergey Murzaev (Tonio) © Opéra national de Paris / Mirco Magliocca

CavPag, entre fiction et réalité à Bastille

Cavalleria rusticana et I Pagliacci sont deux opéras qui occupent une place à part dans le répertoire italien ne serait-ce que par leur construction dramaturgique basée sur une solution de méta-théâtre (théâtre dans le théâtre). S’appuyant sur cette logique de représentation, la mise en scène a été caractérisée par un élément nouveau et tout à fait atypique : le prologue de Pagliacci infiltré dans le Prélude de Cavalleria a ouvert le ...
4890_-DSC6594

Paris, un Wagner de haut niveau

Cette reprise de la production de Robert Carsen du Tannhäuser de Wagner dans sa version de Paris, avait l’avantage de présenter une nouvelle distribution, et on n’eut pas à s’en plaindre tant le cast réuni ici, avec en vedette Christopher Ventris en rôle titre encadré par la Vénus de Sophie Koch et l’Elisabeth de Nina Stemme, se montra, au moins pour cette troisième représentation de la saison, d’une qualité et ...
Macbeth agent immobilier

Macbeth agent immobilier

Ce Macbeth, importé de Novossibirsk, avait été très fortement hué et critiqué lors de sa présentation à Paris. La vision de Dmitri Tcherniakov, loin d’investir l’immense plateau de Bastille, avait de quoi déconcerter. Curieusement, une fois fixé sur vidéo, avec l’aide de l’inusable Andy Sommer, ce drame shakespearien passé à la moulinette romantique gagne en grandeur. Effet des micros ou prise faite en fin de série de représentations, la voix de ...
L’irrésistible Werther de Jonas Kaufmann

L’irrésistible Werther de Jonas Kaufmann

Voici l’un des grands succès, sinon «le» succès, de la saison 2009-2010 de l’Opéra de Paris. Dès le début, la position des caméras nous frappe. Certaines d’entre elles, soigneusement installées par le cinéaste derrière les décors et dans les coulisses, filment les chanteurs attendant avec plus ou moins de tension leur entrée sur scène, entourés parfois d’une partie du personnel du back stage. Ce caractère «live» (le DVD est basé ...
Carmen pour Antonacci avant tout

Carmen pour Antonacci avant tout

Cette production de Carmen, qui fut un des évènements de la saison lyrique parisienne en 2008/2009, eut droit à une diffusion télévisée et même à une retransmission sur grand écran dans une cinquantaine de salles (France, Suisse…). De par la taille de la fosse, du plateau, de la salle, on peut parler d’une version chambriste qui correspond à peu près à ce qu’ont pu écouter et voir les spectateurs à ...
Le péril jeune

Albert Herring, le péril jeune

Derrière ce nom un peu curieux (Albert Le Hareng... ) se cache une célèbre nouvelle de Maupassant, Le rosier de Madame Husson, transposée par Britten dans son Suffolk natal. Dans son troisième opéra, créé au festival de Glyndebourne en 1947, Britten reprend la figure de l’individu isolé face à la société, comme dans Peter Grimes, et aborde le thème de l’innocence soumise à la tentation, qu’il développera dans Le tour ...
« Paris, Paris, splendeur de mes désirs »

« Paris, Paris, splendeur de mes désirs »

Louise Aujourd’hui disparue de notre paysage culturel, Louise fut un des piliers du répertoire d’opéra-comique dans la première moitié du XXe siècle où elle atteignit le millier de représentations. L’ouvrage, par-delà certains aspects datés, est particulièrement intéressant en ce qu’il illustre le naturalisme en musique. « C’est Zola en musique », résumait Paul Morand. L’argument était particulièrement audacieux pour l’époque (la jeune Louise et le poète Julien s’aiment sans la légitimation ...
Richard Strauss à l’orientale

Richard Strauss à l’orientale

La femme sans ombre Reprise triomphale à l’Opéra-Bastille de la production de la Femme sans ombre de Richard Strauss, que Robert Wilson avait monté lors de la saison 2002/03. On y retrouve la même esthétique japonisante devenue marque de fabrication du metteur en scène - quel que soit le spectacle, avec ses codes de couleurs, ses gestes symboliques et ses lignes épurées. Pour La femme sans ombre, opéra qui possède plusieurs ...
La Dame de Pique sur le carreau

La Dame de Pique par Gennady Rozhdestvensky : sur le carreau

Quand Gennady Rozhdestvensky suit Lev Dodin qui prend la main pour La Dame de Pique, le spectateur est en droit d’espérer un spectacle de qualité, original et enlevé. D’autant que le plateau de chanteurs ne peut que retenir l’attention et inciter à la curiosité. Pourtant, dès les premières minutes, musiciens et chanteurs-acteurs vont globalement décevoir les attentes et espérances. D’abord, la mise en scène. Originale, certes. Qui part d’un concept intéressant : ...
Deux Stabat Mater inaboutis

Deux Stabat Mater inaboutis

Le Stabat Mater de Pergolèse souffre des gros problèmes justesse et d’intonation. De plus les voix ne s’associent pas très bien ce qui donne un manque d’homogénéité sonore. Les deux chanteuses ont un joli timbre mais le choix de voix d’adolescentes ni assez « pures » ni assez lyriques ne convient pas pour ce répertoire. Deux voix de jeunes enfants ou à l’inverse deux voix travaillées d’adulte auraient été plus judicieuses pour ...
Liturgie made in Broadway

Mass de Leonard Bernstein, liturgie made in Broadway

Chef d’orchestre consacré dès 1944, compositeur reconnu suite au succès de West Side Story (1957) Leonard Bernstein ne fut pas toujours en odeur de sainteté auprès de la Maison Blanche. Aspiré par le tourment du Maccarthysme dans les années 50 en raison de sa collaboration avec la dramaturge progressiste Lilian Hellman pour Candide – a comic operetta (1956), il se fit par la suite militant pacifiste lors de la guerre ...

La Petite renarde rusée aux Champs-Elysées

Habitué à un répertoire plus conventionnel en matière d’art lyrique, le public du Théâtre des Champs-Elysées s’est fait plutôt discret pour l’ouverture de la saison avec cette Petite renarde rusée, chef d’œuvre de Leoš Janáček trop rarement représenté. La salle aux trois quarts pleine n’a guère franchement applaudi un spectacle qui, de la direction musicale à la direction scénique, était de grande qualité. André Engel réussi à mêler animaux et ...