Mot-clef : Jean-Louis Martinoty

_1310205

Un intrigant Macbeth à l’Opéra de Limoges

Après des redécouvertes à succès comme la Ville Morte de Korngold en janvier dernier, l’Opéra de Limoges revient au grand répertoire en reprenant la production du Macbeth de Verdi montée par Jean-Louis Martinoty à l’Opéra de Bordeaux en 2012. Mais c’est davantage l’intrigante distribution qui excite le mélomane en mal de sensations fortes.  La mise en scène de Jean-Louis Martinoty avait divisé dès ses premières représentations à l’Opéra de Bordeaux en 2012 ...
DSC_0171

Mimi et Rodolphe les pieds sur Terre à Avignon

Récemment envoyés dans l’espace à Bastille par un Claus Guth pour une fois désireux d’échapper aux confinements lambrissés de Christian Schmidt, les héros de Puccini retrouvent leur mansarde et le célèbre opéra son livret. On a marché sur la Lune ? Objectif Terre ! Terre à terre ? Bien que la sagesse de la lecture de Frédéric Roels et Claire Servais ait ses adeptes, on se passionnera surtout pour la très belle partie ...

Décès du metteur en scène d’opéra Jean-Louis Martinoty

Jean-Louis Martinoty, metteur en scène et ancien administrateur de l’Opéra national de Paris de 1986 à 1989, est décédé hier à l'âge de 70 ans, des suites d'une intervention cardiaque. Il fait ses débuts à la mise en scène à Strasbourg en 1975 avec Le Songe d’une nuit d’été de Britten et La Périchole d’Offenbach. Il est l'auteur de nombreuses mises en scène d'opéra, célèbres, soignées, efficaces, parfois jugées trop chargées ...
faust paris bastille

Un Faust en demi-teintes à Paris

Ce Faust à la Bastille est sauvé de la banalité par le chef d'orchestre Michel Plasson, brillant à la baguette.  Il ne s'agit pas de réduire ce Faust à l'idée banale qu'on ait voulu faire du neuf avec du vieux. On retrouve l'immense bibliothèque imaginée par Johan Engels en 2011 pour la production de Jean-Louis Martinoty. Cette production est expurgée de la débauche d'attirails assez inutile qui peuplait ce décor dans ...
Rene-Jacobs-Photo-Marco-Borggreve

Version semi-scénique des Noces de Figaro par Jacobs à Pleyel

Dans le prolongement d’un concert donné avec la même œuvre, la même distribution lors de l’édition 2013 du Festival d’Ambronay (et précédant d’autres dates ailleurs en Europe), c’est à la Salle Pleyel que René Jacobs présentait le premier épisode de la trilogie Mozart/Da Ponte. Le chef gantois n’a pas son pareil pour bousculer les convenances, les certitudes par ses lectures du répertoire baroque et classique, au risque de surprendre voire ...
NANCY : Pre-generale Macbeth

Avec Macbeth, Nancy honore le génie de Verdi

Année du bicentenaire de sa naissance oblige, Verdi est à l’affiche de l’Opéra national de Lorraine avec Macbeth, coproduction avec l’Opéra national de Bordeaux déjà présentée en Aquitaine début 2012. Contrairement à notre confrère, qui en déplorait le kitsch et le grand guignol, la mise en scène de Jean-Louis Martinoty nous semble plutôt devoir être mise au compte de ses réussites. Certes, la qualité de la distribution réunie à Nancy est ...
macbeth1_bordeaux

Le Grand guignol de Macbeth

Jean-Louis Martinoty continue dans ses pire travers avec ce Macbeth. Vision certes très classique des choses, avec quelques idées heureuses telle ces sorcières en habit "double face" mais le kitsch se dispute au vulgaire. Les Ecossais sont comme il se doit en kilt - fort semblable à la jupe pour hommes de Jean-Paul Gaultier, les sorcières s'amusent autour d'un arbre renversé, les morts jonchent le sol (à l'instar d'Andrea Chénier ...
faust1_onp_11

A l’Opéra Bastille : un Faust en devenir ?

Paris aime Faust, et Paris aime Roberto Alagna. Pour Nicolas Joël, c’était donc à la fois créer l’événement et s’exposer à de dangereuses comparaisons avec la production chérie de Jorge Lavelli - qui, reconnaissons le, commençait fortement à sentir le kitsch des seventies - que d’en proposer une nouvelle mise en scène, ce dont joue admirablement l’excellent programme de salle. Effectivement, les places se sont très vite arrachées, et probablement vendues ...
Une autre comtesse

Une autre comtesse

Le nozze di Figaro Enfin un metteur en scène d’opéra qui ose faire du théâtre ! Introduire des pauses, des silences interloqués, mais aussi de la vie, des rires, le bruissement d’une conversation. La production de Jean-Louis Martinoty est bien connue, le Théâtre des Champs-Elysées en donnant cet hiver la quatrième série de représentations depuis la création en 2001. Cette nouvelle reprise se justifie pleinement tant Martinoty propose une vraie direction d’acteurs ...
Andrea Chénier : tutta forza vers l’échafaud !

Andrea Chénier : tutta forza vers l’échafaud !

Andrea Chenier Etrange ouvrage que cet Andrea Chénier assez mal aimé et peu représenté en France ! Le sujet de la Terreur y est certainement pour quelque chose, dans l’horreur qu’elle impose. Mais le drame d’Illica a aussi ses faiblesses, mêlant peu harmonieusement un contexte historique complexe et des drames intimes. Le public met beaucoup de temps à s’attacher aux personnages et ce n’est que dans les deux derniers tableaux que l’émotion ...
Féerie nocturne

Féerie nocturne

Le Songe d’une nuit d’été Après l’Opéra National de Lorraine, le Théâtre de Caen, coproducteur du spectacle, accueille cette jubilatoire vision du Songe d’une nuit d’été. Le faible temps alloué aux maîtres d’œuvre de ce spectacle, après le forfait tardif d’Omar Porras, augmente d’autant leurs mérites. Il n’y a en effet pas le moindre temps mort dans ce travail qui assure une grande lisibilité à l’intrigue, tout en introduisant une grande ...
Fin de saison féerique

Fin de saison féerique à Nancy avec le songe d’une nuit d’été

Quelle œuvre extraordinaire et atypique que ce Songe d’une Nuit d’Eté de Benjamin Britten ! Un univers onirique, où fées, nobles athéniens et manants se côtoient, une intrigue foisonnante, où l’on se perd avec délices (et pourtant notablement réduite par rapport à la pièce de Shakespeare) avec notamment la représentation pirandellienne au 3ème acte d’une pochade comique sur l’histoire de Pyrame et Thisbé, une partition d’une rare complexité et néanmoins immédiatement ...
« Au pied de l’échafaud, j’essaye encore ma lyre » (Chénier)

« Au pied de l’échafaud, j’essaye encore ma lyre » (Chénier)

Andrea Chénier Qui pourrait aujourd’hui citer des vers du poète André Chénier, guillotiné en 1794, à seulement trente et un ans, pour s’être élevé contre les excès du régime de la Terreur, et adoubé comme leur précurseur par les Romantiques ? Qui se souvient encore, en dehors du cercle restreint des musicologues, du compositeur italien Umberto Giordano, représentant notable du style vériste à la fin du XIXe siècle ? De la fin tragique du premier, ...
Sans émotion

Thésée, sans émotion

Il est des charmes qui demande à maîtriser les justes proportions des filtres pour agir, mais ce soir pour la première de Thésée au Théâtre des Champs-Elysées, reconnaissons que les apprentis sorciers ne les ont pas toujours trouvées. Et s’il y eu quelques beaux moments, la mise en scène était sinistre, et parfois malgré elle comique (surtout dans les moments les plus solennels et/ou les plus tragiques), ni la distribution pour ...
On a brisé la glace avec des fers rougis

Pelléas et Mélisande au TCE : on a brisé la glace avec des fers rougis

Après une version de concert mémorable et gravée pour l’éternité chez Naïve en 2000, l’Orchestre National de France a décidé de réinviter Bernard Haitink dans le chef-d’œuvre de Claude Debussy cette fois mis en scène pour cinq représentations au théâtre des Champs-Élysées, une production qui sera exportée, à la fin de ce mois de juin, à Amsterdam. Bernard Haitink sculpte la partition de Pelléas avec minutie, et propose aux chanteurs un ...
Bianca e Falliero

Bianca e Falliero, rareté rossinienne à ne pas manquer!

Bianca e Fallieron’est certes pas l’opéra le plus excitant de Rossini. Ce n’est pas non plus le plus mauvais. Composé pour Milan en 1819, coincé entre les très novateurs Ermione, Donna del lago et Maometto II pour le San Carlo de Naples, théâtre pionnier pour lequel Rossini, compositeur attitré, pouvait oser toutes les audaces, il s’agissait de produire une œuvre susceptible de plaire à un public plus conventionnel. Nous voici donc ...
Truculentes Noces

Truculentes Noces

Succulent ! Truculent ! Bondissant ! Ces Noces de Figaro nous font la démonstration d’une formidable prouesse d’acteurs. Sans doute serait-il loisible de trouver voix plus parfaites mais l’excellence de la mise en scène de Jean-Louis Martinoty, vive, aux incessants rebondissements, ainsi que les décors, sobres et baroques à la fois, relèguent les chanteurs quelque peu fatigués au second plan. Les Noces de Figaro, opéra buffa en quatre actes et quatre pôles majeurs ...
Tarare ... L’Asie des lumières

Tarare de Salieri… L’Asie des lumières

Tarare : le nom évoque quelque contrée orientale. C’est pourtant bien l’esprit des Lumières qui nourrit ici l’action. Une philosophie pénétrée par les valeurs de l’Encyclopédie, qui construit scène après scène une satire édifiante du despotisme. Salieri et son librettiste (Beaumarchais soi-même : l’opéra est chanté en français) inventent une Asie barbare soumise aux caprices d’un sultan corrompu et pervers (délectable Jean-Philippe Lafont), d’un pontife manipulateur (Nicolas Rivenq). Seul contre tous, Tarare ...
Pour la charmante Suzanne...

Pour la charmante Suzanne…

Les Noces de Figaro S’il est désormais acquis que l’on puisse jouer indifféremment sur instruments anciens ou modernes les opéras de jeunesse du Maître de Salzbourg comme Mitridate, Zaïde, La Finta Giardiniera, ainsi que les singspiel : L’enlèvement au Sérail, La Flûte Enchantée, sans oublier des opera seria comme Idoménée et La Clémence de Titus, le débat demeure toujours ouvert en ce qui concerne la fameuse « trilogie da Ponte », chef d’œuvre significatif ...
Les caprices de Borée

Les caprices de Borée

Les Boréades de Jean-Philippe Rameau entrent à l’Opéra de Paris Jamais données du vivant de son auteur, Les Boréades n’ont guère de chance depuis leur conception. Cette œuvre ultime de Jean-Philippe Rameau a non seulement été la première victime du décès du compositeur en septembre 1764 mais a aussi dû subir la vindicte de la censure en raison de son contenu, la partition étant à la fois porteuse d’avenir et l’une ...

Gassmann, Vivano le mamme !

René Jacobs / Jean-Louis Martinoty Cet Opera seria de Florian Leopold Gassmann (1729-1774) dirigé par René Jacobs et mis en scène par Jean-Louis Martinoty est le spectacle idéal pour remonter le moral, celui des esprits chagrins et autres dépressifs chroniques en cette époque de morosité ! Il est donc regrettable que cette comédie burlesque au dessein satirique ne connaisse que fort sporadiquement les faveurs de la scène. En effet, elle apporte un ...

Noces ensorceleuses

Le Nozze di Figaro Production splendide que ces Noces de Figaro, une production comme on aimerait en voir plus souvent et dont il faut féliciter le Théâtre des Champs-Elysées. Une mise en scène pétillante de charme, de sensualité, de malice, pleine de tact et de goût, une vraie fête pour les sens. On sort de ce spectacle heureux, et l’on a envie de faire la… noce, continuer dans le même élan ...