Mot-clef : Marc Barrard

florez

Manon au TCE : dans quel pays sommes-nous ?

Prise de rôle de Juan Diego Flórez dans le rôle du Chevalier Des Grieux de Manon de Massenet, cette version de concert devait être une soirée à graver dans les annales, signant par cette occasion même l'entrée au répertoire de cette œuvre au Théâtre des Champs-Élysées. Poursuivant son exploration des rôles lyriques, le ténor péruvien inscrit dans son agenda un nouveau personnage de Massenet, après sa prise de rôle dans Werther. ...
IMG_4931 photo Christian DRESSE 2019

Tristes Noces à l’Opéra de Marseille

De belles voix mais des Noces de Figaro bien mornes à l'Opéra de Marseille. Le rideau s'ouvre comme il se doit sur la future chambre nuptiale de Susanna et Figaro, peuplée de choristes masqués et vêtus comme pour le carnaval de Venise. Soudain, ils revêtent des gants de vaisselle et pendant toute l'ouverture, accrochent çà et là des objets représentatifs de l'opéra : maquettes, costumes, accessoires, etc. On remarque aussi, derrière ...
Vannina Santoni prend le rôle de La Traviata au Théâtre des Champs-Élysées

Vannina Santoni prend le rôle de La Traviata au Théâtre des Champs-Élysées

Premier opéra mis en scène au Théâtre des Champs-Élysées cette saison, La Traviata dans un décor hospitalier offre une prise de rôle d’importance à la jeune française Vannina Santoni, en plus de bénéficier du bel Alfredo de Saimir Pirgu et de l’excellent Chœur de Radio France. L’image de lits d’hôpital est souvent vue dans les mises en scène moderne et dessine une scénographie quelque peu monotone. Cette proposition de Deborah Warner ...
Sensibilité et émotions intenses pour Werther à Nancy

Sensibilité et émotions intenses pour Werther à Nancy

Respectueuse et fidèle tant au romantisme de Goethe qu’à l’élégance de Massenet, la mise en scène de Werther par Bruno Ravella offre un cadre parfait aux deux incarnations majeures de Stéphanie d’Oustrac et Edgaras Montvidas. A l’opposé du caractère par trop hétéroclite de Manon, Werther est pour beaucoup l’opéra le plus abouti et le plus réussi de son auteur. Compositeur adulé de son vivant, connaissant un énorme succès tant dans les ...
Ermonela Jaho, une Butterfly qui entre dans l’histoire

Ermonela Jaho, enthousiasmante Butterfly au Théâtre des Champs-Élysées

Donnée en juillet 2016, aux Chorégies d’Orange dans une mise en scène de Nadine Duffaut, cette Madame Butterfly de Giacomo Puccini avait déjà enthousiasmé les foules, public et critique, par la seule présence d’Ermonela Jaho dans le rôle-titre. La voilà de retour à Paris, pour une version de concert au Théâtre des Champs-Élysées, le temps d’une soirée unique qui suffit à fournir une étincelante et émouvante confirmation : Ermonela Jaho, ...
À Bordeaux, jouissive Vie parisienne d’Offenbach

À Bordeaux, jouissive Vie parisienne d’Offenbach

La saison à Bordeaux démarre à grande vitesse avec cette formidable Vie parisienne d’Offenbach. La baguette de Marc Minkowski est pleine de fougue, la mise en scène de Vincent Huguet excelle par son panache tandis que la distribution mêle la jeune génération du chant lyrique francophone et les artistes habitués de l’opéra-bouffe. Jouissif. Astucieux début de saison pour l’Opéra de Bordeaux qui présente une programmation intitulée « Gare à l’Opéra » à l’occasion ...
carmélites saint-etienne2

De puissants Dialogues des Carmélites à Saint-Étienne

On avait gardé un excellent souvenir de ces Dialogues des Carmélites donnés en 2005 à l'Opéra de Saint-Étienne qui ont obtenu par la suite le grand prix de la critique pour le meilleur spectacle de l'année au Chili. On retrouve avec bonheur la mise en scène puissante de Jean-Louis Pichon, sa sobriété et sa grande humanité. Légèrement retouchées pour tirer parti de technologies plus moderne, les projections vidéos montrent en fond ...
ERMONELA JAHO TRANSCENDE SA BUTTERFLY AU THÉÂTRE ANTIQUE D’ORANGE

Ermonela Jaho transcende sa Butterfly au théâtre antique d’Orange

Une heure avant la représentation, la pluie qui s'abat sur le théâtre antique d'Orange fait craindre pour le bon déroulement de la soirée mais en définitive la représentation de Madama Butterfly aura bien lieu, avec quelques degrés de moins. On a d'emblée une pensée compatissante pour le très inutile ballet de geishas qui précède l'entrée à jardin de Cio-Cio-San. Le décor sépare en trois espaces flottants sur l'eau la large scène, ...
L'Aiglon.cd

Kent Nagano et L’Aiglon d’Ibert et Honegger

Oublié depuis la production d’un double disque capté en public en janvier 1956, avec l’Orchestre national de France sous la direction de Pierre Dervaux et la soprano Geori Boué dans le rôle-titre, c’est avec bonheur qu’on accueille ce nouvel enregistrement d’une très belle œuvre, qui se partage deux compositeurs pour un seul librettiste. Nos colonnes ont relaté les reprises de Lausanne en avril 2013, de Tours en mai de la même ...
LSlatkin

L’Heure espagnole par Slatkin, une grande réussite

L'Orchestre National de Lyon poursuit son intégrale Ravel pour le disque, avec une Heure espagnole exquise. Difficile de trouver le ton juste dans une œuvre aussi déroutante et facétieuse que L'Heure espagnole. On n'a jamais fini de se demander à quel degré il faut prendre cette « comédie musicale » enrobée d'espagnolades, cette intrigue qui semble n'être jamais qu'un prétexte, ces vers faciles « au rythme qui se casse, à la rime cocasse » (de ...
L’Aiglon trouve enfin sa place

L’Aiglon trouve enfin sa place

L'opéra à quatre mains d'Honegger et d'Ibert aura connu, depuis sa création en 1937, le même destin que son héros, condamné à la réévaluation puis au quasi-oubli à chacune des reprises. Et si la donne venait de changer enfin à Marseille ? L'Aiglon est le surnom donné au Duc de Reichstadt, au Roi de Rome, au fils de Napoléon premier, qu'on imagina un instant en Napoléon II, avant qu'il ne mourût de ...
départ pour Crète ©Théâtre du Châtelet - Marie-Noëlle Robert

Hélène et sa compagnie au jeu de l’art vidéo

15 ans après la version inoubliable de Marc Minkowski-Laurent Pelly avec Félicity Lott (2001), le théâtre du Châtelet présente La Belle Hélène dans une mise en scène jubilatoire avec vidéo. Le vidéaste Pierrick Sorin, réputé pour l’originalité de son œuvre, et le metteur en scène Giorgio Barberio Corsetti, pour qui la vidéo constitue un atout majeur, renouvellent leur aventure au Châtelet après La pietra del paragone de Rossini en 2007 (reprise ...
aARIANE ET BB_photoAlainKaiser_6856

Fascinante phallocratie : Ariane et Barbe-Bleue selon Olivier Py

Quand l’univers d’Olivier Py rencontre le théâtre des âmes de Maurice Maeterlinck, cela donne un spectacle total d’une richesse et d’une profondeur prodigieuses. «Maeterlinck est un pur génie». Par ce cri du cœur dans le programme de salle, Olivier Py affirme son admiration pour la langue et les thématiques du poète et dramaturge belge. Qu’il soit convié à mettre en scène Ariane et Barbe-Bleue de Dukas après avoir abordé Pelléas ...
IMG_1751 photo Christian DRESSE 2013

Exceptionnels Troyens à Marseille !

L’opéra de Marseille, capitale européenne de la culture 2013, a frappé très fort en donnant ces Troyens comme point final de sa saison, qui plus est, dans une distribution presque entièrement hexagonale, et qui donne fort à espérer du renouveau de l’école du chant français ! Que de voix admirables, de diction châtiée étaient réunies ce soir du 12 juillet, pour rendre hommage à Hector Berlioz ! Entendons-nous bien. La perfection ...
L'Aiglon -Carine Séchaye (Duc de Reichstadt) ©  François Berthon

Tours : l’Aiglon royal

En 2004, Renée Auphan, alors directrice de l’Opéra de Marseille, avait remis à l’affiche L’Aiglon de Honegger et Ibert dans une remarquable mise en scène de Patrice Caurier et Moshe Leiser, qui n’avait malheureusement pas connu de reprises jusqu’à cette année. Les Opéras de Lausanne et de Tours ont eu l’excellente idée de s’associer pour donner une nouvelle vie à ce spectacle, Renée Auphan en assurant désormais la régie. On ne ...
Aiglon 012w

Lausanne : Sublime envol de L’Aiglon avec Carine Séchaye

En 1831, Napoléon est mort depuis dix ans. Son fils, le Duc de Reichstadt, roi de Rome, avait trois ans quand, suite à l’abdication de Napoléon 1er, il part pour Vienne avec sa mère, l’Archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Au château de Schönbrunn, il reçoit l’éducation réservée à son rang. Le chancelier Metternich déteste l’enfant. A l’adolescence, le jeune homme entretient la légende du glorieux passé de son père grâce à l’environnement ...
huguenots-photo-alain-kaiser-2

Après Bruxelles, les Huguenots triomphent à Strasbourg

Bien que ses opéras connaissent un relatif regain d’intérêt après des années de purgatoire, Giacomo Meyerbeer n’a pas encore bénéficié de la « Renaissance » qu’a connue dans les années 1980 son contemporain Gioacchino Rossini. Aussi le retour à Bruxelles sur la scène du Théâtre de la Monnaie des Huguenots, son plus mémorable succès dès sa création en 1836 et ouvrage emblématique du grand opéra historique à la française, fit-il l’événement en ...
lawrence_foster_2011

Halévy en ouverture du festival de Montpellier

On ne connait aujourd'hui Fromental Halévy qu'à travers La Juive, son premier ouvrage lyrique reçu avec un succès retentissant dès sa création en 1835 mais qui semble bien avoir occulté le reste de sa production: voilà un terreau fertile pour ce prospecteur obstiné qu'est René Koering ouvrant la 27ème édition du Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon avec un inédit, la dernière partition achevée du compositeur, La Magicienne: l'opéra ...
manonlescaut1_montpellier

Noir c’est noir, Manon sans espoir

L’Opéra de Montpellier a fait le choix de terminer sa saison avec le premier grand succès de Puccini. Cette Manon Lescaut aux sept librettistes, dont il ne reste de l’original de l’Abbé Prévost que les moments forts, était dans la lecture de Jean-Paul Scarpitta foncièrement noire et assez peu théâtrale. Si ce parti-pris habituel du nouveau directeur des lieux est efficace dans des œuvres proches de l’oratorio, tels Le Château ...
La révélation d’un Roméo

Teodor Ilincăi, révélation d’un Roméo

Qu’on nous permette d’en faire le pari, dans deux ou trois saisons, ce sont les salles du monde entier qui ne jureront que par lui. A 27 ans seulement, Teodor Ilincăi a offert, avec la force de l’évidence, au public lausannois le plus beau Roméo entendu depuis Roberto Alagna. Tout prédestinait le jeune roumain à incarner le romantique Montaigu : une voix indubitablement belle, puissante derrière son apparente légèreté, un style ...
Interrogatif Pelléas

Interrogatif Pelléas à l’Opéra Comique

A la sortie de cette production de Pelléas et Mélisande qui ferme la saison de l’Opéra-Comique, on ne peut rester qu’interrogatif, tant les certitudes que l’on peut avoir à propos de ce chef d’œuvre sont bousculées. Pelléas est aimé ou détesté. Cet opéra unique en son genre a depuis sa création ses détracteurs et ses thuriféraires. Les lectures en sont multiples, aussi bien pour la musique que pour le texte. Après ...
Orphée et Eurydice, d’après C.W. Gluck

Orphée et Eurydice, d’après C.W. Gluck

À une époque où l’on prise l’authenticité dans la restitution des ouvrages du XVIIIe siècle, ce DVD pourrait presque passer pour une provocation. Passons sur la vision personnelle du metteur en scène, le mythe d’Orphée en a vu d’autres, et le concept évoqué dans cette production ne manque ni d’intérêt, ni de cohérence. David Alagna s’en explique dans le livret, de même que dans l’interview proposée en bonus. Le mythe ...
Le grand style français

Werther dirigé par Michel Plasson, le grand style français

Antidote salutaire au récent Werther de l’Opéra de Paris, à sa distribution internationale générique et à son pathos exacerbé, la nouvelle production de l’Opéra du Rhin retrouve la mesure et les demi-teintes propres à cette interprétation tellement française du romantisme allemand, dont Les Souffrances du jeune Werther, écrit par Gœthe dès 1774, ne sont d’ailleurs que les prémisses. Le maître d’œuvre en est sans équivoque le chef Michel Plasson qui, à ...
Du bon et du moins bon…

Du bon et du moins bon…

Lakmé Après les Pêcheurs de perles à Toulon, la Côte d’Azur poursuit son voyage romantique aux Indes avec la seconde œuvre majeure du genre, Lakmé. L’Opéra de Nice accueillait pour l’occasion une grande distribution qui pourtant se révéla très inégale. On attendait beaucoup Léonardo Capalbo, d’ordinaire si brillant, mais il n’arriva réellement qu’au troisième acte, visiblement très handicapé par la prononciation française. Couvert souvent par l’orchestre, le public niçois ne put se ...
L’extase hors du temps

Saint François d’Assise, l’extase hors du temps

Messiaen 2008 Enfin le voila, ce sommet tant attendu d'Olivier Messiaen. Hélas pas dans toute sa splendeur : l’unique production scénique a eu lieu en juin dernier à Amsterdam. En version de concert, seulement à Paris ce 31 octobre et à Montréal en décembre, avec Marc Barrard en Saint François, l’Orchestre Symphonique de Montréal et Kent Nagano. Dommage que l’Opéra National de Paris, unique scène de l’Hexagone apte à produire cette œuvre, ...
Tiède Tom Jones

Tiède Tom Jones

Tom Jones de François-André Danican Philidor Le programme de la soirée précise que cette comédie lyrique avait joui d’un engouement total au moment de sa création en 1756. Un spectacle qui s’est vu joué dans toute l’Europe jusqu’en 1780. Qu’en reste-t-il aujourd’hui? Une comédie vaudevillesque qui a pris de l’âge tant au point de vue théâtral que musical. Au vu de la relative importance donnée à la musique chantée par rapport aux dialogues ...

Un vaudeville alla Rossini …

Antonino Fogliani / Jérôme Savary C’est toujours un plaisir sans mélange que de retrouver l’écrin de la Salle Favart, de plus pour un petit bijou comme Le Comte Ory, du grand Rossini, si rarement donné, alors que la scène parisienne n’est pas avare d’œuvres plus connues du maître de Pesaro comme Le Barbier de Séville, L’Italienne à Alger et Cenerentola - cette dernière n’est-elle pas programmée deux fois cette année ? Depuis 1828, ...

La Scuola di Don Alfonso

Cosi fan tutte Alors même que le Grand Théâtre de Bordeaux est un somptueux écrin pour la création de Mozart, rarement Cosi fan tutte aura sonné aussi sèchement, aussi compact, aussi peu nuancé. Chef symphonique inspiré, Yutaka Sado ne maîtrise pas l’espace propre au théâtre lyrique, sa course frénétique suscitant même de sérieux décalages. Côté orchestre, les vents, particulièrement les cuivres, sont trop proéminents et la registration du clavecin étrangement indigente. ...