Mot-clef : Orchestre de l’Opéra national de Paris

Nicolas Le Riche triomphe dans Boléro

Nicolas Le Riche triomphe dans Boléro

Lifar / Petit / Béjart L’école de danse française, de Serge Lifar à Maurice Béjart, met dans ce programme de rentrée superbement en valeur les étoiles et solistes du Ballet de l’Opéra national de Paris. L’école française, dans toute sa puissance et sa maîtrise réserve un morceau de choix aux solistes de la compagnie. Créativité et inventivité chorégraphique, alliées à une grande rigueur et pureté de style sont au programme de Suite ...
Mise à nu

Mise à nu de Lady Macbeth de Mzensk

Connue par le DVD, cette production de Lady Macbeth de Mzensk de Dimitri Chostakovitch du Nederlandse Opera d’Amsterdam créée en 2006 fait escale à Paris, et restera comme un moment fort de la saison 2008/09. Le spectateur a intérêt à mettre sa ceinture de sécurité : Martin Kušej n’y va pas de main morte. Le livret est pris au pied de la lettre, sans approfondissement psychologique. Les personnages sont livrés crus, directs, ...
semyon_bychkov

Pour Leningrad seulement

Orchestre de l’Opéra National de Paris Est-ce le changement de programme dû au forfait de Ben Heppner, avec la substitution d’extraits wagnériens par les Métamorphoses de Strauss, mais la vaste salle de l’Opéra Bastille n’était pas comble pour ce concert où la pièce principale était la Symphonie «Leningrad» de Chostakovitch. Ainsi l’Orchestre de l’Opéra National de Paris est-il sorti plus complètement que prévu de son répertoire de fosse habituel, avec une ...
La lumière sans la flamme

Fidelio à Garnier, la lumière sans la flamme

Voilà un opéra auquel on ne donnera pas son âge ! Qui croirait que Fidelio remonte à une époque déjà vieille de deux siècles, lors même que ni son argument ni sa musique n’ont perdu la moindre étincelle de leur brûlante actualité ? À ce défi dramatique d’une si rare qualité, le public était en droit d’attendre une réponse scénique mariant l’exigence à la finesse, la pertinence à l’originalité. Du plateau du premier acte, ...
Béjart célébré

Maurice Béjart célébré par l’Opéra de Paris

Un an après la mort du chorégraphe, l’Opéra national de Paris lui rend hommage dans ce programme en trois ballets, emblématiques de la symbolique béjartienne. Serait-ce la mort ? créé en 1970 par le Ballet du XXe siècle, mais entré au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris neuf années plus tard, n’est pas une œuvre majeure de Maurice Béjart, mais elle permet de mettre en valeur cinq très beaux interprètes. A ...
De l’enchantement au cauchemar

La Flûte à Bastille, de l’enchantement au cauchemar

Ennuyante, monotone et incompréhensible a été la représentation de La flûte enchantée de Mozart, à l’affiche jusqu’à fin décembre à l’Opéra Bastille. Pas d’enchantement, ni de musique, ni de chant, ni de mise en scène, mais plutôt un cauchemar. L’œuvre presque méconnaissable a été complètement (ré)interprétée selon une lecture psychologique du livret. L’espace scénique est une reproduction idéale d’un cerveau à entendre comme foyer de la connaissance, créé à l’aide de ...
La beauté de la tradition

L’Elisir d’amore mis en scène par Laurent Pelly, la beauté de la tradition

Défini comme un opéra buffa romantique, L’Elisir d’amour de Gaetano Donizetti, met en musique une des situations amoureuses la plus en vogue au XIXe : le coup de foudre «déterminé» par une présumée potion magique voire un filtre d’amour. Ce philtre développera une intrigue amusante autour du classique triangle amoureux autour duquel se noue l’idylle : Adina, la villageoise éduquée à la lecture d’histoires d’amour, Nemorino, le pauvre amoureux et Belcore, le ...
Reprise de routine

Reprise de routine du Rigoletto par Jérôme Savary à la Bastille

Peut-être autant critiquées que les relectures, les mises en scène traditionnelles (et celle-ci en particulier) tombent fréquemment sous le coup de la critique. Si l’on peut comprendre la lassitude de voir donner encore une fois à l’Opéra-Bastille cette même production de Jérôme Savary, rendons-lui justice en évoquant les sompteux costumes historiques, un grand dispositif scénique rotatif qui permet d’évoquer une ville et un palais en ruine – en symbole, peut-être, ...
La comédie mais en sourdine

La comédie mais en sourdine

La fiancée vendue, depuis longtemps déjà au répertoire des grandes maisons telles que le Met (Mahler la dirigeait en 1909), Milan (1905) ou encore Londres (1907), entre cette saison à l’Opéra de Paris. Mais en version originale, s’il vous plaît. Opéra comique ou, plus justement, drama giocoso, le plus populaire des neufs opéras de Smetana (1866) s’intéresse au très sérieux problème du mariage forcé à la campagne. Aussi rigide dans ses ...
Rusons sur la production

Rusons sur la production

La petite renarde rusée Un champ de tournesols sortis d’un magasin d’ameublement, une voie de chemin de fer qui traverse la scène, des enfants en tenue stylisée d’insectes… Nous avions déjà vu ça quelque part : au Théâtre des Champs-Elysées il y a exactement six ans. André Engel a repris sa mise en scène produite par Lyon et le TCE pour la servir à Bastille, moyennant quelques aménagements et surtout la mention ...
onp_dame_camelias_072008-300x450

La Dame aux Camélias : Un drame, sublime, sous nos yeux

La Dame aux Camélias est le thème romantique par excellence ; tous les arts vivants se sont emparés du sujet, le déclinant au théâtre, à l’opéra, au ballet. La difficulté d’adaptation d’un sujet aussi galvaudé est grande, et ce n’est pas sans appréhension que nous craignions alors de l’entrée au répertoire d’un ballet en trois actes, de facture classique, sur un roman aussi emblématique de la littérature française. Malgré quelques longueurs ...
« Paris, Paris, splendeur de mes désirs »

« Paris, Paris, splendeur de mes désirs »

Louise Aujourd’hui disparue de notre paysage culturel, Louise fut un des piliers du répertoire d’opéra-comique dans la première moitié du XXe siècle où elle atteignit le millier de représentations. L’ouvrage, par-delà certains aspects datés, est particulièrement intéressant en ce qu’il illustre le naturalisme en musique. « C’est Zola en musique », résumait Paul Morand. L’argument était particulièrement audacieux pour l’époque (la jeune Louise et le poète Julien s’aiment sans la légitimation ...
Un Don Carlo en demi-teintes

Un Don Carlo en demi-teintes

Don Carlo Difficile de résumer la complexe intrigue de don Carlo… religion, consanguinité, trahison et pouvoir restant les grandes lignes directrices du drame. De son avatar français, destiné par Verdi à l’Opéra de Paris, l’acte de Fontainebleau a disparu, dans la présente production aux mérites pour le moins inégaux. Si la mise en scène de Graham Vick soignée, dépouillée, se signale surtout par son statisme, on ne pourra adresser le même ...
En rouge et noir, Giulietta et Romeo

En rouge et noir, Giulietta et Romeo

I Capuleti e i Montecchi Toujours là où on ne l’attend pas, Gerard Mortier a surpris son monde en programmant un spectacle aux antipodes de ce qu’il présente habituellement à son public durant ses mandats. Pour Les Capulets et les Montaigus, la première scène lyrique française réunit une affiche digne du Metropolitan Opera de New-York ou du Staatsoper de Vienne, c’est-à-dire des chanteurs médiatisés et place au glamour ! L’événement était de ...
Rossini exotique mais autrement troublant

Rossini exotique mais autrement troublant

Le Barbier de Séville Créée en 2002, la mise en scène du Barbier de Séville par Coline Serreau passe pour sympathique et agréable, exactement comme si son exotisme n’avait d’autre ressort que sa rutilance. Dans ses Notes de mise en scène, la dramaturge justifie son choix de décor : « Séville, occupée quatre cents ans par les musulmans qui y ont laissé une forte empreinte […] Pour que cette histoire nous parle ...
… la liberté … ?

Il Prigioniero… la liberté … ?

Après Parsifal, après Wozzeck, Gerard Mortier a décidé de plonger un peu plus le public parisien dans les abîmes de l’expressionnisme dépressif avec ce Prigioniero de Dallapiccola. Le compositeur, quand il écrivit son opéra entre 1944 et 1948, se remettait à peine de la gifle qu’il reçut du fascisme. Contrairement à d’autres dictatures européennes, le fascisme mussolinien a encouragé les arts. De grands noms ont soutenu ce régime (on a ...
Dans un monde insondable et prosaïque

Wozzeck, dans un monde insondable et prosaïque

83 ans après la première exécution (à Vienne en 1925) le langage de Wozzeck demeure aussi surprenant qu’actuel. Inspiré par le drame de Georg Büchner, l’opéra de Berg s’ouvre sur une nouvelle articulation du monde sonore tout en répondant bien à la définition d’opéra : un chant posé sur un drame. Opéra charnière, entre le chromatisme wagnérien et la « composition sur douze sons » schönbergien, l’édifice musical réalisé par Berg ...
De barbare à sauveur

Parsifal à Bastille, de barbare à sauveur

Amour, foi, espérance : c’est sous le signe de la spiritualité que débute Parsifal, deuxième opéra de Wagner à l’affiche de l’Opéra Bastille en cette saison. Un opéra considéré aujourd’hui comme un monument absolu de la musique même avec toutes ses questions irrésolues. Ecrit par Wagner en 1882 (une année avant sa mort), Parsifal est la projection des ses fantasmes personnels, à la fois sexuels, religieux et sociaux. Le livret s’inspire du ...
Tom Rakewell II, le retour

Tom Rakewell II, le retour

The rake’s progress Après Glyndbourne, Bruxelles, le Théâtre des Champs-Elysées et avant Angers-Nantes-Opéras, l’Opéra National de Paris se devait d’avoir son propre Rake’s progress. Annoncé en octobre dernier, la mise en scène confiée à l’origine à Luc Bondy est passée à Olivier Py, directeur du Théâtre National de l’Odéon et habitué du Grand-Théâtre de Genève. Avant que le rideau ne se lève, on pouvait deviner ce qui allait être sur scène, ...
On ne peut pas tout avoir c’est défendu

On ne peut pas tout avoir c’est défendu

Orchestre de l’Opéra National de Paris On se sent bien, au Palais Garnier, ce dimanche de février. Comme toujours. Hélène Pierrakos, qui présente le concert, rappelle que nous sommes sans doute dans la plus belle salle du monde. Et aussitôt de nous dire comment Igor Stravinsky qui s’était réfugié en Suisse où il vivait avec les siens dans le plus grand dénuement, a écrit avec son ami l’écrivain vaudois Charles Ferdinand ...
Une bonne distribution ?

Luisa Miller à Bastille, une bonne distribution ?

Après la si remarquable Traviata proposée voici quelques mois à Garnier, l’Opéra de Paris programme à Bastille Luisa Miller, un opéra qui, contrairement à ce que pourrait laisser croire la discrétion de sa réputation, a marqué, une fois la maturité venue, l’engagement de Giuseppe Verdi sur une nouvelle voie, ce qu’il nous avait déjà été donné de relever, dans ces mêmes colonnes, à l’occasion de la production vénitienne de 2006. À ...
Des trois oranges à croquer !

Des trois oranges à croquer !

En décembre 2005, Gerard Mortier avait offert au public parisien un Amour des trois oranges très grand public réglé avec efficacité par son vieux compère Gilbert Deflo. Le metteur en scène gantois use, avec un peu de facilité, d’une transposition dans le monde de la Comedia dell’Arte avec des effets secondaires du Paris Art déco mondain, luxueux et polisson. Cependant son travail s’avère poétique et spectaculaire car les décors et ...
Un assassin à l’opéra ?

Un assassin à l’opéra ?

Cardillac Pour quelques jours, l’opéra Bastille reprend sa création de Cardillac, opéra de Paul Hindemith entré au répertoire en 2005. En trois actes et quatre tableaux, c’est au développement et au déroulement d’une étonnante intrigue qu’est convié le public. Nous sommes à Paris, le Paris du XVIIe siècle, mais qui peut sans inconvénient devenir celui aujourd’hui, au besoin dans le cadre d’un palace des années vingt. Un meurtrier en série sévit (aucune ...
Richard Strauss à l’orientale

Richard Strauss à l’orientale

La femme sans ombre Reprise triomphale à l’Opéra-Bastille de la production de la Femme sans ombre de Richard Strauss, que Robert Wilson avait monté lors de la saison 2002/03. On y retrouve la même esthétique japonisante devenue marque de fabrication du metteur en scène - quel que soit le spectacle, avec ses codes de couleurs, ses gestes symboliques et ses lignes épurées. Pour La femme sans ombre, opéra qui possède plusieurs ...
christoph_von_dohnanyi

Héroïsme symphonique

Orchestre de l’Opéra National de Paris Ce deuxième concert « hors les murs » de la Grande Maison eut droit à un triomphe et son chef à de longues ovations tant du public que des instrumentistes, à juste titre. Le programme du 19 janvier permettait la mise en valeur de chaque pupitre et ce fut un enchantement constant. L’orchestration de Schœnberg du Quatuor avec piano n°1 de Brahms, tout en respectant la ...
Une «Flûte enchantée» enchanteresse

Une «Flûte enchantée» enchanteresse à Garnier

Ce DVD est le reflet de la mise en scène de la Flûte enchantée réalisée en 2001 au Palais Garnier par le regretté Benno Besson. C’est ainsi avec un immense plaisir que l’on retrouve ce spectacle enchanteur et ses images envoûtantes tirées tout droit du conte de fée, auxquelles les superbes éclairages d’André Diot confèrent un aspect littéralement magique. Si certains costumes peuvent paraître un rien douteux, comme par exemple ...
La Dame de Pique sur le carreau

La Dame de Pique par Gennady Rozhdestvensky : sur le carreau

Quand Gennady Rozhdestvensky suit Lev Dodin qui prend la main pour La Dame de Pique, le spectateur est en droit d’espérer un spectacle de qualité, original et enlevé. D’autant que le plateau de chanteurs ne peut que retenir l’attention et inciter à la curiosité. Pourtant, dès les premières minutes, musiciens et chanteurs-acteurs vont globalement décevoir les attentes et espérances. D’abord, la mise en scène. Originale, certes. Qui part d’un concept intéressant : ...
Lourde et indigeste Italienne

Lourde et indigeste Italienne

A priori, l’acquéreur confiant de ce DVD se prépare à passer une réjouissante soirée en tête-à-tête avec son téléviseur. D’abord pour l’œuvre, premier chef-d’œuvre dans le domaine buffa d’un tout jeune compositeur de 21 ans, qui vient de connaître, trois mois plus tôt, la consécration dans le domaine seria avec Tancredi. Ensuite pour l’affiche, qui aligne quelques noms reconnus en matière de chant rossinien. Enfin, pour l’étiquette « Opéra National de ...
Fantômas, Arsène Lupin, Cardillac ?

Fantômas, Arsène Lupin, Cardillac ?

Le label Bel Air Classiques nous propose de manière fort opportune l’édition en DVD du spectacle d’ouverture de la saison 2005-2006 de l’Opéra national de Paris. Les opéras de Hindemith sont, en dehors du monde germanique, très rares à la scène. C’est donc avec grand intérêt que l’on se satisfaisait à l’idée de pouvoir redécouvrir sur ce support cette pièce et cette production. Impatient de composer un premier « vrai » opéra après ...
Debussy à la française

Debussy à la française

Le label UT3 Records nous propose la musique de chambre de Claude Debussy par les musiciens de l’orchestre de l’Opéra National de Paris. Cette idée est bienvenue à plusieurs titres. Tout d’abord, les programmes qui regroupent l’intégralité de ce corpus ne sont pas légion ; les musiciens et ensembles de chambre préférant isoler l’une où l’autre de ces partitions dans des programmes dédiés à leurs instruments ou aux quatuors à cordes. ...