Mot-clef : Piotr Ilitch Tchaïkovski

Mikhail Pletnev joue Tchaïkovski

Mikhail Pletnev joue Tchaïkovski

Mikhail Pletnev s’impose au fil de ses disques comme l’un des pianistes les plus importants de sa génération. Si sa carrière de chef d’orchestre peine à décoller, ses enregistrements pianistiques marquent l’auditeur par la profondeur de l’approche et les choix du répertoire ; ainsi son album CPE Bach et son disque Ravel-Prokofiev avec Martha Argerich ne doivent pas quitter la platine du mélomane avisé. L’œuvre pour piano de Tchaïkovski s’avère particulièrement rare ...
Triste plaisir et douloureuse joie

Triste plaisir et douloureuse joie

Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon Pour la vingtième édition du Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, Président de la Communauté de Communes de Montpellier et de la Région Languedoc-Roussillon-Septimanie mène plus avant sa politique de décentralisation du Festival qui programme cette année six concerts organisés au Palais des Rois de Majorque de Perpignan et au Pont du Gard. Si Perpignan n’a pas encore l’auditorium souhaité pour accueillir un orchestre ...
Sir Roger Norrington : Un Wagner démaquillé pour un Tchaïkovsky purifié

Sir Roger Norrington : Un Wagner démaquillé pour un Tchaïkovsky purifié

Un géant méconnu en France (son horizon cardinal comprend Londres, Berlin, Vienne, Stuttgart : Paris est absent, à quelques très rares exceptions près*). Une figure de la musique vivante telle qu’il n’en existe plus, ou de moins en moins : c’est que malgré son grand âge, à 70 ans passés, « Sir Roger » perpétue avec humilité mais opiniâtreté, une quête qui sait poser les questions fondamentales de l’interprétation et de la pratique instrumentale. ...
Le Lac enchanté

Le Lac des Cygnes par Pietragalla et Dupond : magistral !

Nous l’appelions de nos vœux, et le voici, tout frais paru chez Bel Air Classiques, éditeur dont nous vous avions déjà recommandé la Fille du Pharaon. Dire que cette réédition enterre la concurrence platounette des versions traditionnelles du Lac de cygnes n’est rien. Il faut en effet saluer la perfection d’ensemble d’un spectacle absolument magistral, très bien capté par Alexandre Tarta, et que le DVD nous permet aujourd’hui de redécouvrir ...
Tchaïkovski, Sans Eugène ? point de plaisir .. !

Tchaïkovski, Sans Eugène ? point de plaisir .. !

Eugène Onéguine est un de ces chefs-d’œuvre qui s’accommodent de quasiment toutes les mises en scène, qu’il s’agisse d’une production ultra-conservatrice, voire poussiéreuse, comme celle que le théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg en exporte régulièrement à Paris, ou d’une production branchée, dépouillée et haute couture comme celle qu’a proposé Irina Brook à Aix-en-Provence en 2002, tout simplement parce qu’il nous parle de nos passions et de nos désillusions. Comme le disent ...
Pouchkine au pays des Soviets

Pouchkine au pays des Soviets

Théâtre Royal de la Monnaie La Dame de Pique, dont le livret est tiré d’une courte nouvelle de Pouchkine, est généralement considérée à égalité avec Eugène Onéguine comme le chef-d’œuvre lyrique de Tchaïkovski, c’est donc avec impatience qu’on attendait la reprise au Théâtre Royal de la Monnaie d’une production fameuse de cette œuvre. Celle-ci, créée au Welsh National Opera de Cardiff, récompensée en 2001 par une Barclays/TMA Award est donc arrivée ...
Souvenir, souvenir quand tu nous tiens…

Souvenir, souvenir quand tu nous tiens…

Il était rare de voir de nos jours un « vrai » sextuor et non un regroupement de musiciens qui décident de jouer ensemble pour l’occasion. Mais aujourd’hui ce n’est plus vraiment le cas. Les musiciens de cet ensemble, crée en 1979, se sont séparés et il ne nous reste que leurs enregistrements en guise de lot de consolation. Souvenir donc puisque le présent disque est l’un des derniers du sextuor. Du Souvenir ...
Possession

« La Dame de Pique » à l’Opéra National de Montpellier

« Ou je me trompe terriblement, et sans aucune excuse, ou la Dame de Pique est réellement mon chef d’œuvre » affirme à juste titre Tchaïkovsky. Il faut en louer la science consommée de l’instrumentation, l’intrigue philosophico-fantastique, l’onirisme sulfureux mû par une dramaturgie prenante. Un univers suffocant proche parfois du Tour d’Écrou de Britten. La partition, la plus élaborée du musicien, n’a rien à partager avec le statisme d’Eugène Onéguine — musique ...
Une merveille au côté d’Emmanuel Krivine et de l’Orchestre National de France

Ingolf Wunder, une merveille au côté d’Emmanuel Krivine

Il est des soirées musicales dont on pressent dès les premières notes qu’elles s’inscriront sous le signe de l’exceptionnel. Jeudi 16 octobre, dans le cadre du théâtre des Champs-Élysées il nous a été donné d’en vivre une dont la mémoire restera longtemps illuminée. Tout avait commencé avec Berlioz (au passage, avez-vous noté qu’après quinze ans de commémorations, toutes plus sinistres les unes que les autres, celle-ci ne cesse de nous ...
Sirène dans la tempête

Sirène dans la tempête

Thomas Dausgaard dirige l’Orchestre national du Capitole Les nécessités des programmations traditionnelles, ouverture-concerto-symphonie, expliquent d’étranges associations, comme cette irruption, sans logique apparente, des très rabâchées Variations Rococo de Tchaïkovski entre deux compositeurs classés par les nazis « Entartete Musik » (musique dégénérée). Il faut dire que le jeu brutal et outrageusement musclé de la jeune violoncelliste Han-Na Chang n’a guère aidé à faire passer la pilule : un son écrasé et agressif se ...
Le spectre de Tatiana

Le spectre de Tatiana

Peter Feranec / Nicolas Joel Opéra réputé peu dramatique, ce dont Tchaïkovski convenait d’ailleurs, Eugène Onéguine doit certainement poser quelques problèmes aux metteurs en scène du fait d’une action mince, plus poétique et psychologique que véritablement théâtrale. Nicolas Joël, dans ce spectacle de 1993, a joué la carte de la simplicité en inscrivant sa mise en scène, classique mais réussie sur le plan esthétique, dans un espace épuré et joliment stylisé, éclairé ...

Onéguine et les tourments de l’âme.

Dejan Savic / Marc Arturo Marelli Une nouvelle production d’Eugène Onéguine triomphe à Strasbourg, esthétique et fouillée, elle rend compte d’un grand sens de la nature des hommes et de leurs rendez-vous manqués. Admettons que l’intrigue resserrée autour de quelques personnages seulement soit de nature à permettre à un metteur en scène de trouver l’espace adéquat pour soigner les détails et de fouiller les recoins de l’âme. Admettons aussi que le livret ...
Suren Shahi-Djanyan donne trop peu de Lavoix

Suren Shahi-Djanyan donne trop peu de Lavoix

Très belle présentation, notice narcissique ; pas de traduction française, ni même de texte original des mélodies. Ah !!! « Une soirée chez les Jacquin »… Rappelez-vous, en 1999, le lancement de Zig Zag Territoires n’avait pas manqué, à juste titre, de stimuler les amateurs de labels francs-tireurs et indépendants. Le parcours de la marque française depuis parle d’ailleurs en sa faveur. Le récent Janacek (Quatuors, par les Belcea, encore un bon cru ...