Archives de l’auteur : Alexandra Diaconu

avatar

À propos de Alexandra Diaconu

Née en 1982 en Roumanie dans une famille de musiciens, Alexandra Diaconu débute le violon avec son père avant de travailler avec Mihaëla Martin en France et en Allemagne et d’obtenir un Prix de Perfectionnement au Conservatoire National de Lille en 2000, dans la classe de Fernand Iaciu. Autant passionnée par l’histoire de la création artistique que par la musique, elle obtient une maîtrise d’Histoire de l’Art à l’Université Lille III en 2005, qu’elle consacre à l’image de la musique dans la peinture baroque. Parallèlement à ses études universitaires, elle intègre en 2004 une maison d’Edition parisienne où elle prend aujourd’hui plaisir à faire connaître les auteurs et leurs œuvres.
Christoph Eschenbach (c) DR

Verdi, Brahms : chacun son Requiem

En un mois de temps, le public parisien a pu apprécier deux oeuvres singulières distillant chacune les charmes des deux cultures célébrées cette année à travers le bicentennaire de Verdi et Wagner: l'italienne et l'allemande. Le Requiem de Verdi, d'abord, grandiose célébration de la vie par l'Orchestre National de Lille sous la direction de Jean-Claude Casadesus. Une interprétation majestueuse qui a rendu compte avec beaucoup de naturel de la splendeur et ...
Julian Rachlin © Julia Wesely

Julian Rachlin, un styliste dans Mendelssohn

Invité de l'Orchestre National de France, le violoniste Julian Rachlin a conquis le public parisien dans un programme où l'on ne l'attendait pas. Créateur du double concerto de Penderecki avec Janine Jansen, agent double troquant volontiers son violon pour l'alto, il a présenté, avec le Concerto pour violon de Mendelssohn, une autre facette de son talent. Aussi redoutable qu'incontournable, Mendelssohn a trouvé en Julian Rachlin un styliste hors pair. Une technique ...
casadesus_jean_claude (c) DR

L’Orchestre National de Lille à La Rochelle

Comme il l'a fait en Nord-Pas-de-Calais avec grand succès, l'Orchestre National de Lille a apporté la bonne parole de la musique classique dans une région un peu délaissée par les grands ensembles symphoniques: ses deux concerts à La Rochelle ont été donnés à guichets fermés. C'est avec deux pièces maîtresses que l'ensemble lillois, dirigé par son chef, Jean-Claude Casadesus, a conquis le public rochelais. Avec le Concerto pour violon et ...
RB

Rudolf Buchbinder, Beethoven à la lettre

Pour sa rentrée, l'Orchestre de Paris accueille, après Lang Lang, le pianiste viennois Rudolf Buchbinder. Un artiste érudit et exigeant qui a grandit sur les bancs du Conservatoire de Vienne entre ses ainés Martha Argerich et Nelson Freire. Les Variations Symphoniques de Dvořák charment par la souplesse des transitions et la rondeur de la sonorité orchestrale. Avec Rudof Buchbinder, spécialiste de Beethoven, dans le Concerto pour piano n°3, l'orchestre montre ensuite ...
livres et musiques2012

Livres et Musiques à Deauville

Depuis bientôt dix ans, en marge du Festival de Pâques, le salon « Livres et Musiques » de Deauville innove. Ce jeune salon, intime et imaginatif, ouvre gratuitement ses portes au public mélomane. En mai, qu'il vente ou qu'il pleuve, il célèbre pendant trois jours la correspondance des arts autour d'une même passion: la musique. Ouverte à toutes les formes d'expression artistique, la programmation écléctique de ce salon- festival est faite ...
IvanFischer_2012

Schubert aux rayons X par l’Orchestre du Festival de Budapest et Iván Fischer

Parmi les guest stars fidèles de la Salle Pleyel, on compte l'Orchestre du Festival de Budapest et son chef Iván Fischer. Avec un extrait de leur programme donné au Carnegie Hall cet automne, “Dans les pas de Bartók” – ne manquait que le pianiste András Schiff remplacé au pied levé par Dezsö Ránki –, c'est un vent de fraîcheur qui a soufflé lundi soir sur leurs interprétations de Schubert et ...
Westbroek2_pleyel0212_vign

Eva-Maria Westbroek, une Hollandaise en majesté

Eva-Maria Westbroek est une grande voix. Cette majestueuse soprano hollandaise était de la Walkyrie tant attendue du Met l'année dernière comme de l'inattendue Anna Nicole de Covent Garden. Curieusement, elle ne pouvait mieux tomber qu'entre les mains de l'Orchestre National de Lille, ce samedi à la salle Pleyel, dirigé par l'éminent Evelino Pidò. Son aura fellinienne ne pouvait s'épanouir que dans un répertoire italien d'envergure: des portraits tragiques et sensuels qu'elle ...
Dame de pique 1 (c)Op�ra national de Paris - Elisa Haberer

Vladimir Galouzine est le sel de la Dame de Pique à la Bastille

Après un lumineux Eugène Onéguine, l'opéra de Paris présente l'une de ses productions préférées: la  Dame de pique de Tchaïkovski, mise en scène par Lev Dodin. Une production, donnée quatre fois depuis 1999, qui, hormis sa distribution, n'a pourtant rien d'exceptionnel. Tchaïkovski a remanié la nouvelle de Pouchkine de façon a en redessiner des personnages, à recadrer des scènes et des émotions mais cette production a jugé judicieux de ranimer un ...
prades_tce0112

Prades aux Champs-Elysées

Si Paris ne peut venir à Prades, Prades ira à Paris. Et si le charme et l'intimitié de ce petit village des Pyrénée n'appartient qu'à lui, c'est un aperçu de l'émulation musicale qui s'y produit qu'on retrouvera au Théâtre des Champs-Elysées cet hiver. De grands noms, des formations uniques, des agrégats de sensibilités qui ne se rencontrent qu'ici, dans le grand répertoire ou l'insolite, avec cette audace qu'on n'ose qu'entre amis: ...
autograph_jonas_kaufmann_une

Jonas Kaufmann, ténor

ResMusica : Vous semblez être chez vous partout, dans le répertoire allemand, français, italien... Et ce soir, le public de la Scala vous a accueilli en italien! Jonas Kaufmann : C'est vrai, ici à Milan, je suis italien! Mon épouse m'appelle le caméléon ! (rires) RM : Avez-vous des exigences particulières envers vous-même dans une salle comme celle-ci? JK : Le but est évidemment d'être le meilleur possible. La Scala est un endroit exceptionnel, ...
leonidas_kavrakos_2010

Leonidas Kavakos, la consécration parisienne

C'est un violoniste grec, Leonidas Kavakos, qui a rempli la salle Pleyel ce soir. Directeur musical de la Camerata Salzburg,  ses fulgurances sont celles d'un Paganini et son intériorité, celle d'un ascète. Résultat? Un Concerto de Tchaïkovski magistral. Les confidentielles symphonies de Tubin et Rott n'ont toutefois pas été moins captivantes. Parce que, ce que le chef Paavo Järvi touche, semble gagner en noblesse. Dans la Symphonie n°11 de Tubin c'est ...
Rake'sLille2(c) Frederic Iovino

Le diable fait escale à Lille

Faust à Paris, The Rake's Progress à Nancy et à Lille: le diable a du pain sur la planche en cette rentrée. Avec une nouvelle production servie par un casting d'enfer, l'Opéra de Lille continue à nous surprendre en offrant le meilleur. C'est au tournant du siècle, dans le Londres des premières industries et des phénomènes de foires, que David Lescot, le metteur en scène, campe l'histoire de Tom Rakewell ou ...
garrick_ohlsson

Chung en technicolor

C'est une rentrée fracassante pour  l'Orchestre philharmonique de Radio-France et son chef principal, Myung -Whun Chung. L'orchestre s'illustre dans un programme virtuose, mi-hongrois, mi-américain avec, après Hilary Hahn, le pianiste américain Garrick Ohlsson. Cet ensemble a du panache, une technique brillante, une sonorité généreuse et des solistes hors-pair qui viennent à bout des challenges que sont les Danses de Galanta de Kodaly et le Concerto pour orchestre de Bartok et qui ...
galliano_stdenis0611

Richard Galliano, ré-inventions pour accordéon

Il faut bien une cathédrale pour apprécier le Bach de Richard Galliano et c'est à Saint-Denis qu'on peut le faire. Invité de la programmation « Métis » du festival, exotique et festive, ce grand monsieur de l'accordéon redonne à Bach son universalité et sa place dans la modernité. Ce n'est sans doute pas tant l'utilisation d'un instrument populaire dans le « grand répertoire » qui a rempli la cathédrale ce vendredi soir. Mais plutôt une réponse ...
Rire ou ne pas rire ...

Macbeth à Lille : Rire ou ne pas rire …

Les anglais l’avait trouvé «délirant», d’une «imagination rafraîchissante» et n’avaient pas ri comme ça depuis vingt ans. Ce n’est pas de l’excellent Élixir d’amour de Donizetti, donné à Lille en janvier, qu’il s’agit. Mais de Macbeth de Verdi mis en scène par Richard Jones qui clôt la saison lyrique de l’opéra de Lille. La vedette de ce revival lillois n’est pourtant pas la mise en scène mais la musique. Une direction ...