Lieu : Paris

Laurence Equilbey, à chœur et à cri

Laurence Equilbey, à chœur et à cri

Concert d’ouverture de la Biennale d’art vocal / Cité de la musique Avant de donner le coup d’envoi à cette semaine consacrée aux ensembles vocaux, Laurent Bayle, directeur de la Cité de la musique, a rappelé, avec beaucoup d’émotion, la disparition, mardi dernier, de l’une des grandes figures de la musique d’aujourd’hui, Luciano Berio. Pour ce grand humaniste, la voix aura été un merveilleux générateur de sons et d’inspiration. A la ...
katia_fado

Katia Guerreiro : Fado le chant de l’âme déchirée

Face au grand large atlantique, le Portugal chante le fado, musique de son destin - fado, du latin fatum, le destin. Chant de la nostalgie, de la tristesse, de l’amour et de la douleur, il est devenu grâce à Amalia Rodrigues, pour qui « c’était un état d’esprit » et qui en fut la plus grande interprète, l’emblème et l’âme musicale de ce pays. Elle a fait découvrir au monde entier le ...

Tornades (dé)concertantes

Klaus Weise / Michel Béroff Programme a priori alléchant, mais qui aura finalement rebuté plus d’un spectateur considérant le peu de remplissage du Théâtre Mogador en première partie et le nombre de départs à l’entracte. Pourtant, on ne peut plus dire que ces œuvres de Serge Prokofiev et Béla Bartók n’appartiennent pas au « grand répertoire », et depuis longtemps. Le Concerto en ré pour cordes d’Igor Stravinsky qui ouvrait le concert ...

Musica ricercata

Cycle Ligeti/Mahler à la Cité de la musique Une fois encore, ce samedi 24 mai, la Cité de la musique confirmait l’excellence de sa programmation et la constante qualité de ses concerts. Si le voisinage Ligeti/Mahler était, ce soir-là, plus qu’improbable, rien n’empêchait l’auditeur d’apprécier pour elles-mêmes les quatre œuvres inscrites au programme. Saluons tout d’abord l’éminente direction de Jonathan Nott, dont la présence rayonnante, la souplesse féline et l’élégance du geste ...

Perspectives célestes

Cité de la musique Cycle Ligeti/Mahler Poursuivant « sa tentative de voisinage improbable » (sic) entre Gustav Mahler et György Ligeti, la Cité de la musique a proposé le 21 mai deux œuvres opérant un « tournant » dans le cheminement créateur des deux compositeurs. Composé en deux temps (1985-86 et 1988), le Concerto pour piano de Ligeti fait figure de manifeste esthétique chez ce musicien toujours soucieux de ne pas tomber dans « l’académisme de ...
« Le  bel été » au Printemps de la mélodie

Matthieu Lécroart & Emmanuel Olivier : « Le bel été » au Printemps de la mélodie

C’est toujours un réel plaisir que d’embarquer à bord de la Péniche Opéra, tant l’atmosphère y est particulière. Si, sur l’Adélaïde, son «sister-ship», l’on est souvent pris par les parfums du mazout qui invitent plus ou moins au voyage, il n’en est pas de même à bord du navire amiral. Certes, lorsqu’un bâtiment marchand passe au large, se fait entendre l’écho des cliquetis de l’eau du bassin de La Villette ...
duchable-300x198

Myung-Whun Chung & François-René Duchâble : Salut l’artiste!

Etonnant destin que celui de François-René Duchâble, artiste contraint d’embrasser une carrière d’interprète qu’il n’a pas choisie et qui lui aura tout donné, sauf l’essentiel : le bonheur. Au sommet de son art, à cinquante et un ans, il faisait ses adieux parisiens* au Théâtre des Champs-Elysées, avant « une retraite absolue, celle qui lui fera retrouver le calme, la distance, la solitude… ». Son ultime concert est fixé au 31 août dans ...
Rendez-vous manqué avec le Cantor de Leipzig

Angelika Kirchschlager, rendez-vous manqué avec le Cantor de Leipzig

Bach a toujours été la terreur de bon nombre de musiciens, toutes disciplines confondues, mais plus particulièrement des chanteurs. En effet, la musique écrite par le cantor de Leipzig est quasi mathématique, abstraite, et demande une précision extrême, du souffle au kilomètre, une égalité vocale sur toute la largeur de la tessiture et, surtout, un total abandon allié à une très grande rigueur, ce qui peut sembler contradictoire. L’ abandon ...

Zaïde attend toujours sa feuille de route

Ton Koopman Il est des soirées qui constituent un total malentendu, et pour tout le monde : l’orchestre, le chef, les chanteurs, l’œuvre et le compositeur. Excusez du peu ! Cette production de concert de Zaïde en est l’exemple. N’auriez-vous pas connu l’œuvre auparavant, vous seriez ressorti de cette exécution avec l’idée qu’il s’agit d’un petit opéra de Mozart, mal ficelé et inachevé. Sans dialogues ou récitatifs, et avec une Sérénade et une ...
La maturité de « K… »

La maturité de « K… »

« K… » de Philippe Manoury Outre l’honneur rare fait par l’Opéra de Paris à un compositeur de voir une de ses œuvres créées sur l’une de ses scènes, ce théâtre offre à ses heureux élus une reprise sur cette même scène. Du moins est-ce le cas depuis que la direction de l’Opéra de Paris est assumée par Hugues Gall, puisque, dès sa nomination , les deux ouvrages initiaux donnés en ...

Dmitri Hvorostovsky, le Soleil noir de la mélancolie …

Le récital Dmitri Hvorostovsky, qui s’inscrivait dans la Saison Russe du Théâtre du Châtelet, était l’occasion de réentendre, peu après Iolanta en version de concert en ce même théâtre, le baryton russe Dmitri Hvorostovsky, que l’on souhaiterait avoir le bonheur d’applaudir plus souvent à Paris. Ce même Théâtre du Châtelet lui avait offert en 1991 l’un des meilleurs Eugène Onéguine que l’on ait entendus, intense, puissant, insolent, presque possédé, l’un de ...
Etranges juxtapositions

Etranges juxtapositions

Moussorgski, Tchaïkovski et Poulenc L’Orchestre de Paris, dirigé par Jean-Claude Casadesus, a offert un programme hétéroclite aux mélomanes de la salle Pleyel. Moussorgski, Tchaïkovski et Poulenc, qui se distingue nettement de ses confrères, étaient les trois compositeurs-clef de ce concert. L’originalité de ce choix a fait entendre une grande palette sonore ainsi qu’une multitude de couleurs, grâce à la diversité de style des trois hommes, originalité pour laquelle le public a ...
Chœurs et cordes en mosaïques

Chœurs et cordes en mosaïques

Heinz Holliger à la Cité de la Musique (2) mais accusé au début de XIXe siècle de « nocivité », et le célèbre Quatuor pour hautbois et cordes. L’exécution de l’ensemble est gracieuse et emplie de légèreté, rendant ainsi les subtils jeux de couleurs dans la première œuvre et démontrant les qualités de hautboïste virtuose de Heinz Holliger dans la seconde. Oschter-Ei de Holliger est un « triple/quadruple canon » dans la lignée des « canons à ...

Rendez-vous avec la Mort

Riccardo Muti dirige l’Orchestre National de France Maudit soit le prix de Rome ! Le politiquement incorrect Debussy, via son caustique M. Croche, fustigeait avec raison ledit concours, exercice scolastique sésame du séjour obligé Villa Medicis à Rome. « Parmi les institutions dont la France s’honore, en connaissez-vous une qui soit plus ridicule que l’institution du Prix de Rome ? On l’a déjà, je le sais, beaucoup dit, encore plus écrit ; cela sans effet bien ...

Heinz Holliger à la Cité de la Musique, éloge de la Folie

Heinz Holliger est un hautboïste extraordinaire au répertoire éclectique, comme en témoignent ses enregistrements (Sonates en trio de Zelenka - 5 disques Archiv Produktion -, Romances de Schumann avec Alfred Brendel - Philips Classics -, musique de chambre de Isang Yun – Camerata -, Luciano Berio - Aura Music - ou Elliot Carter - Accord). La «  carte blanche  » que lui a offerte à la Cité de la Musique ...
609px-Karol_Szymanowski

Karol Szymanowski, ou Le Chant du Berger

Jukka-Pekka Saraste L’art musical polonais ne se résume pas au seul Frédéric Chopin, si grand soit-il. Il serait opportun de tirer des oubliettes des artistes de l’envergure de Stanislas Moniuszko (Le Manoir hanté est une merveilleuse), Henryk Wieniawski, Ignacy Paderewski ou Mieczyslaw Karlowitz... Avant Jenufa, le mois prochain, le Châtelet explore de nouveaux chemins de traverse. Ce théâtre a en effet offert deux représentations dédiées à Karol Szymanowski (1882-1937) encore trop ...

Ondes romantiques à Mogador avec Emil Tabakov & Peter Wispelwey

Salle comble, chaleureuse et enthousiaste pour le concert de l’Orchestre national d’Ile-de-France qui présentait deux œuvres majeures du répertoire, le Concerto pour violoncelle de Schumann sous l’archet de Peter Wispelwey et la Quatrième Symphonie de Bruckner. Le Concerto pour violoncelle s’inscrit parmi les dernières partitions écrites par Schumann juste avant de sombrer dans l’état de démence qui ne le quittera plus jusqu’à sa mort. D’une facture très originale, l’œuvre est conçue ...

Figures doubles, double concert

Donald Palumbo Composé d’œuvres pour doubles chœurs et de duos instrumentaux, le concert du Chœur de Radio France, de membres du Quatuor Pražák et du Quatuor Kocian ouvrait le week-end de Radio France intitulé Figures Doubles. Si l’intérêt d’un concert tient à la qualité des musiques proposées, il est également le fruit de leur agencement et des oppositions qu’il parvient à susciter. Ici contraste de timbres entre voix et cordes, atmosphères entre profane ...
Variations pour un ange

Variations pour un ange

Philippe Jaroussky aux Concerts des Billettes Lorsqu’un ange révèle au monde un compositeur inconnu alors qu’il est exceptionnel, n’est-il pas dans son rôle de messager divin ? C’est précisément ce qui vient d’arriver en l’église luthérienne des Billettes, où le contre-ténor Philippe Jaroussky a présenté une dizaine de madrigaux du compositeur italien Benedetto Ferrari (1603/04-1681). Ce poète, compositeur émilien, virtuose du théorbe, a été l’hôte des principales villes d’Italie, de Venise à Gênes ...

La Belle et le Monstre

Kurt Masur / Elisabeth Leonskaja L’Orchestre National de France et Kurt Masur ont mis jeudi face à face la Belle et le Monstre. La Belle a été la rare symphonie chorale Psyché de Franck qui ne s’était dévoilée jusqu’ici que partiellement à nos oreilles avant d’apparaître enfin intégralement dans sa beauté nue ; le Monstre n’est autre que le Concerto n° 2 pour piano et orchestre de Prokofiev, épreuve de force et ...

Originalité et banalité virtuoses

L’Ensemble Court-Circuit à l’Ircam Court-Circuit s’est imposé ces dernières années comme l’un des ensembles instrumentaux les plus importants de la création musicale contemporaine. Le prestige de ses créateurs (le flûtiste/chef d’orchestre Pierre-André Valade et le compositeur Philippe Hurel) ainsi que l’excellence de ses instrumentistes en ont fait un vecteur de création et de diffusion, alternative à l’institution phare qu’est devenu l’Ensemble Intercontemporain. La soirée s’est ouverte sur la création mondiale des Propos ...

Magie et banalité

Orchestre de Paris et Tabea Zimmermann Le Hongrois Béla Bartok (1881-1945) et le Russe Serge Rachmaninov (1873-1943), deux contemporains que huit ans séparent, mais assurément à des années lumières l’un de l’autre. Le premier, qui appuie sa création sur les traditions les plus anciennes, les musiques ethniques, n’a eu de cesse, sa vie durant, d’élaborer un univers qui lui était propre mais qui fut en vérité particulièrement porteur d’avenir. Le second, ...
La revanche de Berlioz

La revanche de Berlioz

Année Berlioz à l’Orchestre de Paris L’on sait combien Benvenuto Cellini d’Hector Berlioz a été injustement boudé par le public dès sa création à l’Opéra de Paris le 10 septembre 1838. Cette création reste aujourd’hui encore l’un des «fours» les plus notoires de l’histoire du théâtre lyrique. Malgré le soutien de la presse, l’œuvre a été condamnée dès avant sa naissance sous la direction d’un chef célébré mais «maladroit», François Antoine ...

Pascal Gallois et ses amis

Concert de créations Salle Cortot Longtemps confiné à un rôle comique, grotesque et sautillant, alors que ses sonorités sont capables d’inspirer la plus vive et délicate émotion, selon la formule de la compositrice Suzanne Giraud dans la préface de son concerto Crier vers l’horizon, le basson attire de plus en plus de compositeurs, grâce notamment à des instrumentistes comme Pascal Gallois, qui vient de publier un disque remarquable consacré au basson ...

Décision et pulsation

Kaufmann / Giraud / Markku / Bernstein Salle comble pour ce concert gratuit de l’une des trois principales formations musicales du ministère de la Défense (avec l’orchestre de la Garde Républicaine et le chœur de l’Armée Française) précédé d’une « Batterie Napoléonienne » garantie d’époque, avec fausses moustaches et bonnets à poils. Le programme s’ouvrait sur un arrangement du finale de la Symphonie « Du nouveau monde » d’Antonin Dvorak rendu assourdissant ...
Les caprices de Borée

Les caprices de Borée

Les Boréades de Jean-Philippe Rameau entrent à l’Opéra de Paris Jamais données du vivant de son auteur, Les Boréades n’ont guère de chance depuis leur conception. Cette œuvre ultime de Jean-Philippe Rameau a non seulement été la première victime du décès du compositeur en septembre 1764 mais a aussi dû subir la vindicte de la censure en raison de son contenu, la partition étant à la fois porteuse d’avenir et l’une ...

Gassmann, Vivano le mamme !

René Jacobs / Jean-Louis Martinoty Cet Opera seria de Florian Leopold Gassmann (1729-1774) dirigé par René Jacobs et mis en scène par Jean-Louis Martinoty est le spectacle idéal pour remonter le moral, celui des esprits chagrins et autres dépressifs chroniques en cette époque de morosité ! Il est donc regrettable que cette comédie burlesque au dessein satirique ne connaisse que fort sporadiquement les faveurs de la scène. En effet, elle apporte un ...

Le Rêve d’Alfred Bruneau, mythe ou réalité ?

Claude Schnitzler Grand moment à la Maison de la Radio ce samedi 15 mars avec la reprise d’un opéra (en version de concert) oublié d’un compositeur plus présent dans les encyclopédies que sur les affiches. La précédente exécution de ce Rêve remonte à 1964 grâce à… l’ORTF. La dernière représentation scénique date de 1947 à l’Opéra de Paris. Curieux destin pour cette œuvre créée avec succès en 1891, année « maudite ...

Concert-rencontre autour d’Aulis Sallinen

Avec ses compatriotes Kaija Saariaho, Magnus Lindberg, Einojuhani Rautavaara et Esa-Pekka Salonen, le compositeur Aulis Sallinen (1935) compte parmi les personnalités les plus marquantes de la musique finlandaise contemporaine. Le concert de l’Institut Finlandais de Paris était l’occasion idéale de rencontrer le compositeur en personne et de parcourir sa musique de chambre. Telle initiative ne peut qu’inciter à prolonger par une sélection discographique l’écoute d’une œuvre qui compte jusqu’ici pas ...
Guillaume Tell victime d’un trait américain

Guillaume Tell victime d’un trait américain

Bruno Campanella / Francesca Zambello Voilà près de trois quarts de siècle que Guillaume Tell de Rossini avait disparu de l’affiche de l’Opéra de Paris pourtant commanditaire de l’ouvrage. Le compositeur italien, qui, avec cette partition, ouvrait la voie au grand opéra à la française, genre dans lequel allaient s’illustrer les Meyerbeer, Halévy, Auber, et jusqu’à Verdi avec Don Carlos, signait avec Guillaume Tell son dernier opéra. Jouée cinquante-six fois dans ...