Mot-clef : Jacques Offenbach

contes_hoffman_marseille

Nouvelle version des Contes d’Hoffmann

L’unique opéra « fantastique » de Jacques Offenbach a défrayé la chronique cet été, après qu’une copie manuscrite de la partition d’orchestre originale réputée perdue des « Contes d’Hoffmann », a été découverte, oubliée dans un carton à la Bibliothèque-Copie de l’Opéra de Paris. Jean-Michel Keck, spécialiste de la partition, venait de réaliser la dernière partition critique en date des « Contes d’Hoffmann », parue chez Boosey and Hawkes. C’est cette « nouvelle » version créée par Marc ...
Offenbach ou les « Comptes » d’Hoffmann

Offenbach ou les « Comptes » d’Hoffmann

Avec ce coffret DVD, l’Opéra de Paris propose une de ses productions les plus réussies, reprises plusieurs fois avec des distributions toutes plus alléchantes les unes que les autres, dans la splendide mise en scène de Robert Carsen. Celui-ci, comme souvent, prend appui sur une idée forte, un angle de vue généralement inhabituel, et le décline à l’infini, dans toute sa cohérence. Cette fois, il situe l’action dans le théâtre ...

« La Belle-Hélène» aux Estivales de Brou, les Dieux sont tombés sur la tête

Les Soirées Estivales de Brou ont retrouvé après quelques années d’interruption le chemin des théâtres pour proposer quelques rendez-vous autour de l’Opéra. Ainsi, le public bressan a-t-il eu l’opportunité de découvrir à Bourg-en-Bresse une production très enlevée de la Belle-Hélène d’Offenbach. Serge Lipzyc, à qui l’on doit la mise en scène de cet ouvrage désopilant par essence, n’avait pas à disposition des moyens illimités. Le décorum, assez réduit, a toutefois ...
Une saison à l’Opéra

Une saison à l’Opéra

Offenbach / Verdi / Mozart A la veille des festivals d’été, tant attendus cette année, les directeurs d’opéra dévoilent leur prochaine saison tout en préparant leurs activités estivales. C’est à la fois, pour tous les artistes, les derniers contrats de la saison qui s’achèvent, et la confirmation ou la signature de nouveaux engagements pour les années 2004-2005. Restent à l’affiche de l’opéra de Tours une production lyrique en version de concert, ...
Une Grande Duchesse pleine d’entrain

Une Grande Duchesse pleine d’entrain

À l’Opéra du Rhin, un Offenbach restitué par J.-C. Keck Pour les fêtes de fin d’année, l’Opéra National du Rhin a choisi de faire un cadeau royal aux mélomanes alsaciens, en leur offrant un opéra-bouffe en trois actes et deux tableaux de Jacques Offenbach, la Grande Duchesse de Gérolstein. Et pour être gâté, le public l’a été : trois heures d’un spectacle présenté dans sa version originale, restituée grâce au travail remarquable de ...
Le rire transcendé !

Le rire transcendé !

Jacques Offenbach (1819-1880) : La Périchole Le Théâtre de Nancy a ceci de particulier qu’il peut afficher indifféremment Fidelio de Beethoven, Il Prigioniero de Dallapiccola ou La Mascotte d’Audran à ses programmes, sans que l’impeccable logique de sa programmation puisse être mise en cause. L’éclectisme et l’ouverture sont ici de rigueur, le seul critère retenu pour des spectacles si différents étant celui de l’excellence. Le public qui a ovationné, ces dernières ...
Offenbach ou les bienfaits du Rhin

Offenbach ou les bienfaits du Rhin

Cosima Wagner tenait un savoureux journal de bord pour son usage personnel. La lecture de certains extraits est édifiante. Ses jugements arbitraires tenaient davantage du règlement de compte que du simple commentaire objectif. Dans son collimateur, Delibes : « des mélodies vulgaires », Saint-Saëns : « le chaos dans la musique instrumentale actuelle »... Quel fiel aurait-elle répandu sur Jacques Offenbach ? « Un saltimbanque innommable composant pour le cirque » ?! Sûrement, hélas. L’auteur de Fantasio est encore ravalé au ...
Offenbach à L’Opéra de Lyon, La Fureur de Rire

Offenbach à L’Opéra de Lyon, La Fureur de Rire

Alexander Livenson / Caio Gaiarsa Quel est le point commun entre Jacques Offenbach, Dimitri Chostakovitch, Georges Bizet et Arthur Honegger ? Par-delà des esthétiques diamétralement opposées, ces quelques exemples pris arbitrairement démontrent à l’envi que ces prolifiques musiciens n’ont pas hésité à taquiner la muse légère. Ils n’ont pas cru déchoir en écrivant, d’une plume alerte, des partitions guillerettes, originales, quoique relativement occultées. Ainsi l’auteur de la ténébreuse Lady Macbeth de Mzensk a-t-il ...

Geneviève De Brabant ou Wagner et Weber du côté des Monty Python…

Benjamin Lévy / Stéphan Druet On ne peut que saluer l’heureuse initiative du Théâtre de l’Athénée d’avoir programmé en cette période dite « des fêtes », finalement assez morose, ce petit bijou méconnu qu’est Geneviève de Brabant. Créée en 1859, un an après Orphée aux Enfers, cette œuvre a, pendant seize ans, été remaniée plusieurs fois par son auteur : version définitive en 1867, puis troisième version en 1875, au demeurant moins réussie. Cette fois, abandonnant ...

Hoffmann à Hollywood

Jan Latham-Koenig / Adriano Sinivia Certains opéras se prêtent particulièrement bien à la transposition temporelle et supportent aisément d’être extraits de leur contexte historique. L’Opéra de Jacques Offenbach Les Contes d’Hoffmann est de ceux-là. La production de l’Opéra du Rhin intègre parfaitement cette donnée. Jean Pierre Furlan était doublé le soir de cette chronique, et son remplacement par un ténor italien qui lui prêta simplement la voix lui permit néanmoins de promener ...

Les contes du diable

Offenbach « Les Contes d’Hoffmann » Pour l’ouverture de la saison de la salle de la Bastille, l’Opéra de Paris a repris la production des Contes d’Hoffmann d’Offenbach proposée par Robert Carsen en mars 2000. Après trente mois, la vision du metteur en scène canadien apparaît plus intelligente encore qu’à l’origine, même si on y relève toujours quelque trivialité, principalement dans la scène d’Olympia. Présent sur le plateau avant même que ...

Jacques Offenbach « Die Rheinnixen » : sous l’effet du Rhin

Ne pas chercher plus loin l’événement - et la justification - du Festival de Montpellier 2002. C’est bien sous l’égide magique de ces Fées rhénanes qu’il se sera situé, d’autant qu’on aura lu par ailleurs l’impression générale mitigée qui ressort des sessions de l’Opéra Berlioz - et de la « punition » haendélienne de l’Opéra Comédie. Plus, bien plus encore : ce n’est pas seulement une sublime redécouverte - telle la ...