Mot-clef : Olga Peretyatko

Anna Bolena à Liège, belle prise de rôle pour Olga Peretyatko

Anna Bolena à Liège, belle prise de rôle pour Olga Peretyatko

Plateau de luxe, magie des costumes et des décors. Tradition et modernité peuvent parfois faire bon ménage. À l’époque du « eurotrash » et des relectures en tout genre, il est presque culotté de proposer une mise en scène qui respecte à la lettre les indications figurant sur le livret et sur la partition. C’est pourtant le choix qui a été fait, pour cette nouvelle production liégeoise d’Anna Bolena, par le ...
Mozart-Plus

Mozart plus, Peretyatko moins

Dans un programme à la fois classique et original, Olga Peretyatko déçoit par un chant fruste et brouillon. Le XVIIIe siècle semble peu convenir à la soprano habituée au bel canto du premier romantisme italien. L’originalité du programme, intitulé Mozart Plus, séduira plus d’un auditeur. En plus, donc, d’un certain nombre d’airs de Mozart hyper connus – "Dove sono", "Or sai chi l’onore", les airs du deuxième acte de L’Enlèvement…, l'album ...
01_Lucia_Di_Lammermoor_116576_PERETYATKO

Nouvelle Lucia avec Flórez au Wiener Staatsoper

La nouvelle mise en scène de Laurent Pelly pour Lucia di Lammermoor au Wiener Staatsoper ne marquera pas autant les esprits que la magistrale prestation du ténor Juan Diego Flórez, bien épaulé par George Petean et Jongmin Park face à la Lucia quelque peu perdue d’Olga Peretyatko. L’un de nos articles à l’Opéra de Lausanne avait fait polémique l’an passé alors que notre confrère avait relevé la non préparation d’Olga ...
61slRbSqT0L._SS500

Fauré orchestrateur par Ivor Bolton et le Sinfonieorchester Basel

Consacré à trois suites orchestrales de Fauré, ce CD révèle un aspect du compositeur moins connu du grand public. Les pièces vocales sont hélas desservies par des prestations décevantes. À tous ceux qui ne connaissent Fauré que pour ses mélodies, ses œuvres pour piano ou sa musique de chambre, cet album rappellera à quel point le compositeur français était également un grand orchestrateur. On trouvera ainsi dans ce judicieux assemblage trois ...
La Sonnambula.02

À Lausanne, La Sonnambula portable d’Olga Peretyatko

Une salle comble pour recevoir Olga Peretyatko, l’une des artistes parmi les plus emblématiques de l’Opéra de Lausanne qui, après La Traviata de Verdi en février 2015, Otello de Rossini en 2010, L’Elisir d’Amore de Donizetti en 2012 privilégie cette maison pour créer les rôles qu’elle chantera sur de plus vastes scènes. C’est ainsi qu’aujourd’hui, la soprano russe s’offre à sa création d’Amina, personnage central de La Sonnambula de Vincenzo Bellini. ...
CH3

Les Contes d’Hoffmann à Monaco : Juan Diego Flórez passe aux choses sérieuses

Événement : Juan Diego Flórez, avec un Hoffmann d’exception, voit s’ouvrir devant lui le boulevard d’un répertoire plus dramatique. À l’instar peut-être de Jacques Offenbach lui-même qui, juste avant sa mort en 1880, souhaitait passer « aux choses sérieuses » en écrivant enfin, avec Les Contes d’Hoffmann, un véritable opéra, le célèbre ténor péruvien délaisse l’insouciance rossinienne et les démonstrations à effets, d’opus souvent dépourvus de conséquences dramatiques. Ce virage dans une carrière exceptionnelle ...

À l’opéra, la transcendance à l’épreuve des diktats de l’apparence

Regardons rapidement les nouveaux visages apparus ces dernières années sur les pochettes de disques, pour ne parler que de ceux qui sont restés : la gracieuse Olga Peretyatko, l’impériale Elīna Garanča, la sensuelle Sonya Yoncheva, le sourire de Pretty Yende … Du côté des hommes : le ténébreux Jonas Kaufmann, le solaire Juan Diego Flórez, le musculeux Erwin Schrott, le sexy Vittorio Grigolo ... Tous d’excellents chanteurs me direz-vous ! Maintenant, regardons ceux qui ...
Rigoletto_richard_termine

Le Rigoletto du Met, pas bling-bling pour un sou

La mise en scène de Michael Mayer qui transpose Rigoletto dans le Las Vegas des années 60 avait fait grand bruit lors des premières représentations au Metropolitan Opera en 2013. Cela s’avère être une transposition assez superficielle de l’œuvre de Verdi et plutôt conventionnelle en réalité. Avec une distribution vocale principalement composée de ceux d’il y a 4 ans, Željko Lučić dans le rôle-titre en tête, mais agrémentée d’une Olga ...
Le regard interrogateur de Jean-Stéphane Bron sur l’Opéra de Paris

Le regard interrogateur de Jean-Stéphane Bron sur l’Opéra de Paris

Un documentaire diffusé au cinéma sur l’Opéra de Paris, ce n’est pas si fréquent que cela. Un documentaire qui ne se contente pas de suivre des répétitions mais qui essaye de poser un regard neuf sur cet univers finalement assez confidentiel, c’est encore plus rare. Connu pour ses documentaires politiques incisifs (Cleveland contre Wall Street, L’expérience Blocher, etc), le réalisateur et scénariste Suisse Jean-Stéphane Bron, nous a accordé un entretien ...
lopera le film

L’opéra, un film qui fait entendre un magnifique projet commun

Cette semaine sort dans les salles de cinéma le documentaire que le réalisateur Jean-Stéphane Bron a consacré à l’Opéra de Paris. Il faut aller le voir et plus encore. Il faut donner à ceux qui, comme le réalisateur, ne sont jamais allés à l’opéra, l’envie d’aller le voir. Car ce film est bien plus qu'un documentaire de coulisses qui ne s’adresserait qu’aux aficionados du genre. À travers le portrait d'un ...
Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Cette année au Rossini Opera Festival de Pesaro, retour de la grande Ewa Podleś dans une reprise réussie de Ciro di Babylonia, et deux nouvelles mises en scène : Le Turc par Davide Livermore et La Donna par Damiano Michieletto. Un Ciro d’époque Versatile, irisée, sombre, luisante, monstrueusement divine et émouvante, la voix monte des tripes et semble venue de l’océan du temps, jade, miel et chocolat. Une voix de trois octaves qui va ...
Rigoletto fait ses cartons à Bastille

Rigoletto fait ses cartons à Bastille

C'est peu dire que ce Rigoletto signé Claus Guth attisait sur le papier toutes les convoitises. Le résultat mitigé doit principalement aux options d'une mise en scène à la lisibilité paresseuse. Loin d'en renouveler l'approche, le travail de Claus Guth se contente d'appliquer à l'œuvre une touche stylistique qui se contente d'une simple signature visuelle. On sait le metteur en scène allemand attaché à dégager d'un livret la part d'ombre ...
Fiancée-du-tsar

Fascinante Fiancée du Tsar à Berlin par Dmitri Tcherniakov

Quasiment inconnue en dehors de la Russie, La Fiancée du Tsar fit son entrée fracassante au répertoire du Staatsoper de Berlin en octobre 2013. Le DVD prolonge le succès d’une production fêtée unanimement par le public berlinois. Nous sommes Russie en l’an 1571. Le tsar Ivan, dit « le terrible », cherche une femme, sa troisième. Pour avoir le choix il demande à se sujets de lui présenter leurs filles, sous ...
Inganno-Savayas-sicilia-Lepore

Ninetta, Lucia et Lisetta, trois héroïnes tragi-comiques à Pesaro

Trois "petits" opéras de Rossini présentés par le Festival de Pesaro. Porté par la poésie de cette première mise en scène du jeune Graham Vick pour le Rossini Opera Festival en 1994, l’ Inganno felice, (décor et costumes de Richard Hudson, lumières de Matthew Richardson) transcende les limites d’une histoire invraisemblable. Cette farce en un acte, opéra comique, drame joyeux, l’un des trois écrit par Rossini en 1812 et son ...
La_Traviata_Baden-Baden_2015_c_Andrea_Kremper (27)

Baden-Baden : La boîte à souvenirs de Violetta

Olga Peretyatko s’affirme comme une magnifique Traviata dans la mise en scène d’un ancien interprète d’Alfredo, le ténor Rolando Villazón. Atalla Ayan et Simone Piazzola complètent une distribution sans fausse note. Bien avant que les violons n’entonnent leur chant éthéré qui ouvre le prélude, Violetta est à l’avant-scène, secouée de quintes de toux, au seuil de la mort, sur une horloge symbolique de la fuite du temps. Seul vestige de sa ...
Ipuritani.02

A Turin, l’esprit du bel canto redécouvert

Dans cette nouvelle production du Teatro Regio de Turin, la direction inspirée d’un orchestre magnifique transmet à la scène l’esprit du bel canto. Comment chanter le bel canto ? Aujourd’hui, ces intrigues d’un autre temps déclamées avec un langage suranné ne collent plus à l’expression actuelle des sentiments humains. De plus, la toute puissance des metteurs en scène les pousse fréquemment à des transpositions souvent hasardeuses pour démontrer l’actualité du drame. ...
©M. Vanappelghem

A Lausanne, naissance d’une grande Traviata avec Olga Peretyatko

L’émouvante production de La Traviata de Giuseppe Verdi à l’Opéra de Lausanne révèle la naissance d’une des plus grandes interprètes du rôle de ces prochaines années. Avec La Traviata, le théâtre et la musique sont si intimement soudés qu’il est rare de réunir la synthèse des deux arts. Dans cette intrigue se déroulant sur une période de plusieurs mois, on passe des soirées festives organisées par Violetta Valéry, l’étoile parisienne de ...
© Salzburger Festspiele / Silvia Lelli

Philippe Jordan à Salzbourg, un Bruckner solide et très sage

Parmi les symphonies d'Anton Bruckner que l’Orchestre philharmonique de Vienne avait créées et qu’il a placé au programme de ses concerts salzbourgeois pour cet été, la Deuxième n’est ni la plus populaire, ni la plus souvent interprétée de nos jours ; il n’est pas surprenant qu’elle ait été confiée à un chef de notoriété relativement secondaire, à qui l’orchestre peut confier un concert salzbourgeois mais pas (encore) un concert d’abonnement à ...
PURI_1158a-M

I Puritani, vous en avez rêvé, le Met l’a fait

Si vous avez un jour rêvé de voir un des vos opéras romantiques fétiches dans une mise en scène conforme à la production originale, telle qu’on peut s’en faire une idée à partir des maquettes de décors qui sont restées jusqu’à nous, courez vite voir cette production des Puritains telle que le Met continue à l’afficher depuis 1976. Vous n’en croirez pas vos yeux ! Les décors sont constitués sur ...
6526_PRESSE-IPURITANI-026 (2)

Les Puritains investissent la Bastille

Cette première de I Puritani a été très applaudie par le public de l’Opéra Bastille. Etait-ce par le retour en grâce d’une œuvre qui n’avait jamais été donnée à l’Opéra National, sauf en sa succursale de l’Opéra Comique en 1987 ? En raison de l’attrait d’une distribution plus que satisfaisante ? Du côté consensuel d’une mise en scène ni inventive, ni choquante ? Probablement par un mélange des trois, de ...
Matilde

Matilde di Shabran avec un Juan Diego Flórez surhumain

Matilde di Shabran n’est certes pas l’ouvrage le plus palpitant de Rossini. Composé à la va-vite pour le théâtre Apollo de Rome, nettement moins prestigieux que le San Carlo de Naples, où le compositeur était alors en résidence, il souffre d’une musique bien moins inventive que celle que le compositeur réservait pour Naples, et d’un livret d’une indigence abyssale. En effet, cet opéra semiseria, c’est à dire alternant moments comiques et ...
salzbourg

Mozartwoche de Salzbourg, l’authenticité au service de l’excellence

Des orchestres et des artistes prestigieux sont présents et côtoient  ensembles et  jeunes talents de tous horizons. Trente concerts. Citons notamment : trois prestations de l’Orchestre Philharmonique de Vienne (Dudamel / Pires ;  Currentzis / Aimard ; Prêtre / Kulman), Le Mozarteum Orchester Salzburg pour la version de concert du Lucio Silla  de J.C. Bach (dir. : Ivor Bolton), le Mahler Chamber Orchestra (dir. : Orozco-Estrada), l’Ensemble Intercontemporain (dir. : George Benjamin), la Camerata Salzburg ...
OlgaPeretyatko_Pressefoto_4_c_Uwe_Arens2

Les Puritains à Paris, enthousiasme mitigé

L’attente était grande, à Paris, tant Les Puritains, ce chef-d’œuvre de Bellini, est si peu donné sur scène ! Qu’en a-t-il été de nos espoirs ? Tout d’abord, un immense bonheur, grâce à la sublime Olga Peretyatko. Aussi belle à regarder qu’à écouter, vêtue de robes magnifiques, la soprano a délivré une leçon de beau chant définitive : pureté du timbre, facilité des vocalises, séduction de l’interprétation, ont fait chavirer bon ...
OlgaPeretyatko_Pressefoto_6_c_Uwe_Arens

Magnifique I Puritani à Lyon

Lorsque Vincenzo Bellini écrivit I Puritani, il ne pouvait se douter que ce serait son ultime opéra et que, huit mois après la première représentation (le 24 janvier 1835), une épidémie, parisienne, l’emporterait. Avec cet ouvrage, le compositeur, escomptait triompher à Paris, alors la grande capitale européenne ; à cette fin et comme, avant lui, Rossini et Donizetti, il s’était résolu à quitter son pays natal. Il est étrange que, pour ...
Elixir--1146une

A Lausanne, le génie révélé de L’Elisir d’Amore

Jusqu’ici, l’Opéra de Lausanne, limité dans ses possibilités techniques à cause des dimensions réduites de sa scène et de ses accès ne pouvait guère importer des productions d’autres théâtres sans en fractionner les décors ou en construire de nouveaux. Une nouvelle machinerie de scène s’imposait. Après cinq ans de tergiversations, de recours du voisinage contre l’élévation du bâtiment, de travaux, et de déménagements des productions dans d’autres salles pour assurer ...
insieme_DSC3551

Cyrus et Mathilde enchantent Pesaro

33ème Festival Rossini de Pesaro Ewa Podles, fascinante Ciro Poétique et fascinante, toujours juste,  la mise en scène de Davide Livermore  pour cette nouvelle création du festival de Pesaro, a porté ce petit opéra de jeunesse à des sommets de beauté, offrant aux immenses chanteurs un cadre à leur hauteur. Joué pour la première fois à Ferrare en 1812 alors que Gioachino Rossini avait 20 ans, Ciro  est l’un de ses opéras sur ...
alcina3_lausanne

Alcina chez Ikea à Lausanne

 Deux étages de bois montés sur pilotis, sorte de squelette d’un appartement façon Ikea, voilà l’univers poétique et paradisiaque imaginé par le metteur en scène et chorégraphe Marco Santi et sa décoratrice Katrin Hieronimus pour l’île dont Alcina est la reine. A l’arrière de ce maigre tréteau, un écran vidéo géant projette des images d’écoulements de peintures bleues, vertes ou rouges parasitant ce qui éventuellement pourrait se passer sur la ...
serailgeneve2

A Genève James Bond s’invite chez Mozart

Alors que retentissent les premiers accords de l’ouverture, un parachutiste descend lentement des cintres. Atterrissant sur le mur d’enceinte du palais du pacha Selim, après s’être débarrassé de son parachute, l’homme sort un filin de son sac à dos. Accroché à cette corde, il descend le long de ce mur, fixe une bombe près de la porte du harem, en enclenche la minuterie, avant de remonter sur le faîte du ...
peretyatko_rossini_sony

Olga Peretyatko, le charme envahissant de la Russie

Alors que le Festival d’Avenches découvrait la fraîcheur et l’innocence de sa voix dans une Gilda touchante, Olga Peretyatko sortait son premier album d’airs d’opéra. Les premières notes de sa Fiorilla d’Il Turco in Italia de Rossini révèle une artiste en pleine confiance vocale. La voix est claire, les aigus cinglants, chargés d’harmoniques, l’agilité sans accrocs, la soprano russe s’avère en possession d’un métier parfaitement dominé. Le moindre doute quant à sa ...
rigoletto_Avenches.02w

Avenches, des zombies chez Rigoletto

Lorsque, avant son spectacle, le metteur en scène explique sa mise en scène, cela révèle souvent son doute sur l’évidence de sa démarche. Ainsi, l’italien Adriano Sinivia nous prévient que son « Rigoletto se déroule après le drame qui lui a fait perdre la raison ». Sorte d’analyse post mortem de l’intrigue. Une démarche qui le conduit vers une série de parasitages inutiles. Au centre de la scène se dresse une construction noirâtre ...