Mot-clef : Franz Schubert

wanderer_Marco Borggreve

L’ONDIF un orchestre sans domicile fixe

Ils sont des concerts auxquels on assiste soit par hasard, soit parce qu’on est fan d’un soliste et qui par enchantement deviennent un véritable évènement.  Il faut dire que la programmation est mobilisatrice. Le « triple de Beethoven » par le Trio Wanderer avec l’Orchestre national d’Île de France. Ce fameux trio fait plus de 180 représentations par an, 90 % des destinations à travers la planète, pour une fois qu’ils sont ...
mark_padmore1211

Le surprenant Winterreise de Padmore

Après une Belle Meunière particulièrement réussie il y a un an dans le même lieu, c’est un singulier Voyage d’hiver que Mark Padmore a accompli salle Gaveau, escorté au piano par Till Fellner. Si sa version du cycle ne manque pas de qualités et touche parfois au sublime, elle dérange aussi par certains aspects. Les choses s’engagent mal avec un « Gute Nacht » maniéré et roucoulant, qui passe complètement à ...
audite_schubert_harada

Une lecture tempérée mais harmonieuse de Schubert

Tant de fois jouées en concert et tant de fois enregistrées, ces deux chefs-d’œuvre de Franz Schubert méritent d’être visités et revisités tant ils regorgent de richesses intrinsèques et interprétatives. Les nouveaux venus auront à se confronter aux réussites du passé. On pense en particulier à la lecture d’un Alfred Brendel dans la Sonate en si bémol majeur D 960 (Philips, novembre 1971) parvenant à des sommets inoubliables. Même situation ...
cd_hanssler_schmidt_schubert_schumann

David Theodor Schmidt : «Wohin?»

A même pas trente ans le jeune pianiste allemand David Theodor Schmidt originaire d'Erlangen a forgé sa réputation et le début de son succès sur les concours qu'il a brillamment remportés mais aussi au gréé des récitals qu'il donne un peu partout en Europe (Berlin, Leipzig, Londres et Moscou notamment). « Wohin? » est sa cinquième réalisation au disque dans un programme qui se veut au plus proche du romantisme ...
andreas_staier_1111

Staier et Lubimov sur instruments d’époque

Deux concerts en une journée sur trois pianos à queue d’époque et de fac-similé, de surcroît par d’excellents interprètes, voilà de quoi régaler les oreilles d’amateurs. A 15 heures, Andreas Staier propose un programme Schubert sur le fac-similé d’un piano à queue Conrad Graf (Vienne, 1826) réalisé par Christopher Clarke. L’instrument à mécanique viennois, à timbre perlé et d’une puissance surprenante pour l’époque, est doté de cinq pédales : basson, una ...
A.Prohaska (1)

Anna Prohaska, dans une discrétion bienvenue

Paru d’abord en Allemagne, puis en Suisse, en catimini du grand tapage publicitaire international, ce premier enregistrement solo d’Anna Prohaska révèle quelques-unes des multiples facettes du talent de la soprano allemande. Album insolite qui, à l’opposé de la plupart des premiers pas discographiques des jeunes cantatrices actuelles, ne s’aventure pas dans les sempiternels airs d’opéras de Mozart ou les mélodies les plus populaires de Schubert. Autour du conte de La Petite ...
Renaud Capuçon et Frank Braley © François Darmigny

Les Capuçon fêtent Korngold et Schubert

Pari réussi pour les frères Capuçon et leurs amis, qui mettait Schubert et Korngold à l’honneur dans le cadre d’une édition des « Grands Solistes », Salle Pleyel. Onze partenaires, six instruments et trois concerts pour une leçon de musique de chambre. Abordé sous l’angle d’un parallèle entre les deux compositeurs autrichiens, le genre chambriste sort rehaussé et enrichi de cette confrontation, qui fait dialoguer des œuvres composées à un siècle de ...
JCCasadesus_2011

Ouverture de la saison de l’Orchestre national de Lille

Pour l’Orchestre national de Lille, la saison 2011-2012 est une « saison particulière », comme l’annonce sa brochure. En effet, pendant les grands travaux de rénovation de sa salle d’attache, le Nouveau Siècle (réouverture prévue en octobre 2012), il se promène un peu partout dans la région. Pour l’ouverture de la saison, les musiciens jouent sept fois le même programme en des lieux différents, dont trois au théâtre du Casino Barrière, avec ...
bis_rysanov_schubert-362x241_vign

Maxim Rysanov : petits arrangements entre amis

Nombreux sont les compositeurs à s’être essayés avec plus ou moins de réussite à divers arrangements d’œuvres de Franz Schubert. A la demande de Maxim Rysanov, Dobrinka Tabakova, née en Bulgarie en 1980, a adapté la célèbre sonate Arpeggione pour alto et orchestre à cordes. Si à l’heure du « musicologiquement correct » l’entreprise a de quoi éveiller une certaine méfiance, force est de constater que le résultat est plutôt convaincant. Non ...
Gerhaher, Schiff_ 2

Christian Gerhaher à Salzbourg

Le cycle que consacre cette année le festival de Salzbourg à Mahler est un chef-d’œuvre de programmation, tant pour la variété des œuvres programmées que pour les interprètes choisis. Le concert de ce soir était sans doute l’un des plus intrigants de cette série, avec cette version du Chant de la Terre accompagnée au piano : créée en 1989 seulement, la partition est issue de la version réalisée par Mahler avant ...
fugalibera_triodali_schubert_vign

L’irrésistible Schubert du Trio Dali

Leur premier album consacré à Maurice Ravel avait propulsé les musiciens du Trio Dali sur le devant de la scène et remporté nombre de récompenses prestigieuses. Sans complexe et avec gourmandise, c’est à Schubert qu’ils s’attaquent aujourd’hui, mordant à pleines dents dans des partitions bien connues. Si, sur un marché du disque saturé, l’ascension de tels sommets exige d’avoir quelque chose de neuf à y faire entendre, c’est bel et ...
Press shots for Gabriel Prokofiev.

Un vent frais sur la baie de Somme

Festival de Saint-Riquier, 15, 16, 17-VII-2011. Après avoir organisé les journées Chopin l’année dernière, deux jeunes musiciens, la pianiste Sandra Moubarak et le violoncelliste Anthony Leroy apportent un vent frais et nouveau, en tant que directeurs artistiques pour l’ensemble du festival de Saint-Riquier. Placée sous le signe du « temps », cette 27e édition est répartie sur trois axes : la musique, la littérature et la philosophie des sciences. Ainsi, des musiciens et ...
michaelvolle2

Munich, Michael Volle en récital

Le Lied sourit aux barytons. Thomas Quasthoff, Christian Gerhaher, Mathias Goerne, Simon Keenlyside ne sont que quelques-uns des artistes qui incarnent la bonne santé de ce genre discret : Michael Volle en fait aussi certainement partie, surtout quand il est accompagné par un spécialiste aussi incontestable que Helmut Deutsch. Ce dernier, après plus de quatre décennies de carrière, est ici un atout de taille : il ne s’agit pas seulement d’une longue ...
francois_dumont

Jeunes talents à l’Hôtel de Soubise

Julien Szulman est lauréat du concours de Genève et Long –Thibaud à 20 ans, offrant de superbes moments, le concert n’en fut pas moins une épreuve pour les artistes : la belle salle de l’Hôtel de Soubise était transformée, pour une exposition, en bonbonnière, tapissée entièrement d’un feutre bleu doublé de coton ne laissant qu’une chance, fort réduite, au son ; un piano quelconque devait faire l’affaire et le violoniste était présent mais ...
CD_Cascavelle_Krips_National_vol_1

Trois concerts de Josef Krips avec l’Orchestre de la RTF

Sauf erreur, Cascavelle nous offre bien là des inédits avec ces trois concerts artificiellement « reconstitués » puisqu’en réalité provenant de cinq dates différentes, deux pour l’album Beethoven, deux autres pour le Weber Schubert, alors que le volume 3 consacré à  Mozart semble bien provenir d’un seul concert, tous publiés dans la série « Josef Krips Edition » où le chef autrichien dirige l’Orchestre de la Radio Télévision Française (RTF puis ORTF). En tout ...
RCA_Munch_Romantic

Charles Munch dirige la musique romantique allemande

Charles Munch est bien connu pour avoir été un des interprètes les plus inspirés de la musique symphonique française, en particulier dans Berlioz et Ravel sans oublier une Mer de légende, mais sa palette était bien plus large, comme le montre avec éclat ce recueil consacrés aux enregistrements de musique « romantique » faits à Boston dans les années 50, où on trouvera tous les Brahms, Mendelssohn, Schubert et Schumann enregistrés pendant ...
Maurizio Pollini

Pas une ride pour Pollini à Vienne !

Il est des pianistes dont l’aura artistique produit toujours un effet particulier lors des concerts en public. Ainsi de Maurizio Pollini qui, à soixante-neuf ans, en impose encore par son flegme souriant, son élégance un peu raide et surtout par ce jeu génial qui, en 1960, faisait de lui le vainqueur du Concours Chopin. Dans un programme Schubert/Chopin intensément romantique, le géant italien s’illustre d’abord par son détachement. La Sonate en ...
Intégrale des symphonies de Schubert par Jonathan Nott

Intégrale des symphonies de Schubert par Jonathan Nott

Il n’est pas nécessaire d’être un mélomane aguerri ou un véritable discophage schubertien, pour apprécier dans cette réalisation du label Tudor ce qui en fait l’événement. Les intégrales des symphonies de Schubert ne sont pas légion, les bonnes encore moins. Il faut dire que les «célestes longueurs» vantées par Schumann ont un temps fait du tord et que l’écriture académique des premières symphonies n’ont pas vraiment permis de propulser le ...
City-trip réussi dans la capitale impériale

City-trip réussi dans la capitale impériale

Après un disque intitulé «Paris» (Avi), le Quatuor Szymanowski nous emmène à Vienne ; escapade musicale qui débute par une interprétation très soignée de l’opus 18/2 de Beethoven. Avec une irréprochable précision d’intonation, une excellente cohérence interne et une parfaite justesse d’expression (Scherzo), l’ensemble se montre très convaincant. Le tout est d’un classicisme aux finitions très propres (Adagio cantabile presque vocal, robuste Allegro molto final) et procure un plaisir musical que ...
Un Schubert peut en cacher un autre

Un Schubert peut en cacher un autre

Volupté sonore et mélancolie douce, voilà qui résume la Sonate Arpeggione telle qu’interprétée par Marc Coppey. Avec un sens naturel du phrasé et un lyrisme extraordinaire (Adagio), le violoncelliste nous emmène dans un univers aux magnifiques couleurs automnales. L’entente avec Peter Laul est parfaite et c’est presque à une scène d’opéra de chambre que nous assistons dans l’Allegretto final. Les personnages semblent prendre vie (et dialoguer !) sous l’archet de Coppey ...
Un beau divertissement à quatre mains

Un beau divertissement à quatre mains

Le label polonais Dux nous fait revisiter quelques pièces classiques écrites ou transcrites pour quatre mains, en réunissant le couple belgo-polonais Marzena Kasprzak-Godeaux et Bernard Godeaux pour un enregistrement Schubert/Brahms/Ravel. Le Divertissement à la Hongroise de Schubert est une belle évocation de la mélancolie des plaines d’Europe centrale. Le premier mouvement est le plus réussi au point de vue de l’expressivité : il s’ouvre par une plainte lugubre, puis se transforme en ...
EMI met Furtwängler en boite

EMI met Furtwängler en boite

Bayreuth, 29 juillet 1951, concert de réouverture. Quelques pas résonnent sur un parquet, soudain un crépitement d’applaudissements, secs comme une décharge électrique, saluent le chef. Le silence rapidement. Wilhelm Furtwängler, fidèle à sa manière, fait émerger des nimbes la musique de la Neuvième Symphonie de Beethoven pour, en quelques mesures, lui faire déclencher des éclairs jupitériens. Moment historique, enregistré par EMI par l’incontournable producteur anglais Walter Legge, celui-là même qui ...
Le raffinement à l’américaine

Thomas Hampson, le raffinement à l’américaine

A Paris, on ne l’avait plus entendu depuis un moment Thomas Hampson, « le plus grand baryton américain » du moment fait un retour solo fracassant avec un récital comble au Théâtre des Champs Elysées. Fracassant, oui, mais distingué. Tout dans son attitude, sa musicalité et son répertoire confirment un artiste de grande classe dont les choix avisés commencent par le pianiste. Wolfram Rieger, déjà présent à ses côtés au Châtelet ...
Zubin Metha

Zubin Mehta par le nouveau label Helicon

C’est au tour de l’Orchestre philharmonique d’Israël de se lancer dans l’aventure d’un label pour servir de support à son rayonnement international. Souvent enregistré à l’époque des vaches grasses du disque classique, la phalange est devenue, depuis le milieu des années 1990, des plus timides sur le front des parutions. C’est toujours dommage sur la forme que sur le fond, car son directeur musical, l’infatigable chef indien Zubin Mehta, reste ...
Des brumes de Dalbavie au soleil de Schubert

Des brumes de Dalbavie au soleil de Schubert

Paris de la musique Le festival «Paris de la musique» s’attache depuis sept ans à associer des œuvres du grand répertoire avec des œuvres contemporaines afin de les faire sortir de leur ghetto culturel. Une pratique tellement salutaire qu’il est révélateur que les institutions parisiennes aient besoin d’un festival pour la faire entrer dans nos mœurs musicales. Marc-André Dalbavie est l’invité de l’Orchestre de Paris, choix naturel pour celui qui y a ...
La Truite rebutée, il trouva du Verdi !

La Truite rebutée, il trouva du Verdi !

De la musique de chambre entre Autrichiens ! C’est l’assurance d’un concert réussi, quitte à ne pas sortir d’un académisme strict. L’affiche est elle-même à moitié autrichienne, mais c’est l’autre moitié qui va faire le charme du concert. L’Ensemble Wien, composé de Rainer Honeck, Raimund Lissy (violon), Peter Götzel (alto) et Joseph Niederhammer (contrebasse), ose du Verdi revu par Toscanini en première partie. Un Quatuor à cordes signé par un auteur d’opéras ...
Mark PadmorePhoto: Marco Borggreve

Mark Padmore et Till Fellner, une toute aussi Schöne Mullerin

Que ceux qui n’avaient réussi à trouver de places au récital de Jonas Kaufmann en cette rentrée se rassurent. La salle Gaveau avait prévu un rattrapage. Si ce n’est avec le même soliste, avec un même programme. Une toute autre ambiance, moins survoltée, plus intime et mieux adaptée préside à cette autre Belle meunière de Schubert. Autre, elle l’est. Non seulement parce que les voix n’ont rien à voir mais parce ...
Hans Knappertsbusch, le temps d’un titan

Hans Knappertsbusch, le temps d’un titan

Wagnérien illustre, Hans Knappertsbusch était un chef typique de la première moitié du vingtième siècle. Connu pour ses tempi retenus à l’extrême et sa phobie des répétitions, il reste pourtant un artiste majeur de l’histoire musicale. La parution d’un coffret d’archives est l’occasion de se replonger sur sa vie et son art. Hans Knappertsbusch voit le jour, en 1888, à Elberfeld (désormais un district de Wuppertal). Il étudie la philosophie ...
Vanessa, beaucoup de Wagner pour si peu de Schubert

Vanessa, beaucoup de Wagner pour si peu de Schubert

Il fallait bien un long texte d’explication personnel, présent dans le livret, pour commencer à comprendre pourquoi Vanessa Wagner, que l’on n’a jamais eu l’habitude d’entendre dans ce répertoire, se décide à enregistrer quelques classiques schubertiens. La pianiste, forte de ses dix ans de succès international, fait une pause, se replie sur elle-même, repense au Schubert de son enfance, s’imprègne de la personnalité du compositeur, des interprétations de Brendel qu’elle ...
Schubert en a rêvé, Kaufmann l’a fait

Schubert en a rêvé, Jonas Kaufmann l’a fait

Avec un récital de lieder au Théâtre des Champs Elysées donné à guichets fermés en ce début d’année, Jonas Kaufmann n’a plus rien à prouver à Paris. Peut-être en doute-t-il mais le ténor allemand n’a besoin de rien d’autre qu’être lui-même pour gagner le cœur de la capitale. Venu présenter «La belle meunière» dans le cadre des «Grandes Voix», Jonas Kaufmann fait l’unanimité parmi les spécialistes, les fans d’opéras et même ...