Mot-clef : Franz Schubert

RCA_Munch_Romantic

Charles Munch dirige la musique romantique allemande

Charles Munch est bien connu pour avoir été un des interprètes les plus inspirés de la musique symphonique française, en particulier dans Berlioz et Ravel sans oublier une Mer de légende, mais sa palette était bien plus large, comme le montre avec éclat ce recueil consacrés aux enregistrements de musique « romantique » faits à Boston dans les années 50, où on trouvera tous les Brahms, Mendelssohn, Schubert et Schumann enregistrés pendant ...
Maurizio Pollini

Pas une ride pour Pollini à Vienne !

Il est des pianistes dont l’aura artistique produit toujours un effet particulier lors des concerts en public. Ainsi de Maurizio Pollini qui, à soixante-neuf ans, en impose encore par son flegme souriant, son élégance un peu raide et surtout par ce jeu génial qui, en 1960, faisait de lui le vainqueur du Concours Chopin. Dans un programme Schubert/Chopin intensément romantique, le géant italien s’illustre d’abord par son détachement. La Sonate en ...
Intégrale des symphonies de Schubert par Jonathan Nott

Intégrale des symphonies de Schubert par Jonathan Nott

Il n’est pas nécessaire d’être un mélomane aguerri ou un véritable discophage schubertien, pour apprécier dans cette réalisation du label Tudor ce qui en fait l’événement. Les intégrales des symphonies de Schubert ne sont pas légion, les bonnes encore moins. Il faut dire que les «célestes longueurs» vantées par Schumann ont un temps fait du tord et que l’écriture académique des premières symphonies n’ont pas vraiment permis de propulser le ...
City-trip réussi dans la capitale impériale

City-trip réussi dans la capitale impériale

Après un disque intitulé «Paris» (Avi), le Quatuor Szymanowski nous emmène à Vienne ; escapade musicale qui débute par une interprétation très soignée de l’opus 18/2 de Beethoven. Avec une irréprochable précision d’intonation, une excellente cohérence interne et une parfaite justesse d’expression (Scherzo), l’ensemble se montre très convaincant. Le tout est d’un classicisme aux finitions très propres (Adagio cantabile presque vocal, robuste Allegro molto final) et procure un plaisir musical que ...
Un Schubert peut en cacher un autre

Un Schubert peut en cacher un autre

Volupté sonore et mélancolie douce, voilà qui résume la Sonate Arpeggione telle qu’interprétée par Marc Coppey. Avec un sens naturel du phrasé et un lyrisme extraordinaire (Adagio), le violoncelliste nous emmène dans un univers aux magnifiques couleurs automnales. L’entente avec Peter Laul est parfaite et c’est presque à une scène d’opéra de chambre que nous assistons dans l’Allegretto final. Les personnages semblent prendre vie (et dialoguer !) sous l’archet de Coppey ...
Un beau divertissement à quatre mains

Un beau divertissement à quatre mains

Le label polonais Dux nous fait revisiter quelques pièces classiques écrites ou transcrites pour quatre mains, en réunissant le couple belgo-polonais Marzena Kasprzak-Godeaux et Bernard Godeaux pour un enregistrement Schubert/Brahms/Ravel. Le Divertissement à la Hongroise de Schubert est une belle évocation de la mélancolie des plaines d’Europe centrale. Le premier mouvement est le plus réussi au point de vue de l’expressivité : il s’ouvre par une plainte lugubre, puis se transforme en ...
EMI met Furtwängler en boite

EMI met Furtwängler en boite

Bayreuth, 29 juillet 1951, concert de réouverture. Quelques pas résonnent sur un parquet, soudain un crépitement d’applaudissements, secs comme une décharge électrique, saluent le chef. Le silence rapidement. Wilhelm Furtwängler, fidèle à sa manière, fait émerger des nimbes la musique de la Neuvième Symphonie de Beethoven pour, en quelques mesures, lui faire déclencher des éclairs jupitériens. Moment historique, enregistré par EMI par l’incontournable producteur anglais Walter Legge, celui-là même qui ...
Le raffinement à l’américaine

Thomas Hampson, le raffinement à l’américaine

A Paris, on ne l’avait plus entendu depuis un moment Thomas Hampson, « le plus grand baryton américain » du moment fait un retour solo fracassant avec un récital comble au Théâtre des Champs Elysées. Fracassant, oui, mais distingué. Tout dans son attitude, sa musicalité et son répertoire confirment un artiste de grande classe dont les choix avisés commencent par le pianiste. Wolfram Rieger, déjà présent à ses côtés au Châtelet ...
Zubin Metha

Zubin Mehta par le nouveau label Helicon

C’est au tour de l’Orchestre philharmonique d’Israël de se lancer dans l’aventure d’un label pour servir de support à son rayonnement international. Souvent enregistré à l’époque des vaches grasses du disque classique, la phalange est devenue, depuis le milieu des années 1990, des plus timides sur le front des parutions. C’est toujours dommage sur la forme que sur le fond, car son directeur musical, l’infatigable chef indien Zubin Mehta, reste ...
Des brumes de Dalbavie au soleil de Schubert

Des brumes de Dalbavie au soleil de Schubert

Paris de la musique Le festival «Paris de la musique» s’attache depuis sept ans à associer des œuvres du grand répertoire avec des œuvres contemporaines afin de les faire sortir de leur ghetto culturel. Une pratique tellement salutaire qu’il est révélateur que les institutions parisiennes aient besoin d’un festival pour la faire entrer dans nos mœurs musicales. Marc-André Dalbavie est l’invité de l’Orchestre de Paris, choix naturel pour celui qui y a ...
La Truite rebutée, il trouva du Verdi !

La Truite rebutée, il trouva du Verdi !

De la musique de chambre entre Autrichiens ! C’est l’assurance d’un concert réussi, quitte à ne pas sortir d’un académisme strict. L’affiche est elle-même à moitié autrichienne, mais c’est l’autre moitié qui va faire le charme du concert. L’Ensemble Wien, composé de Rainer Honeck, Raimund Lissy (violon), Peter Götzel (alto) et Joseph Niederhammer (contrebasse), ose du Verdi revu par Toscanini en première partie. Un Quatuor à cordes signé par un auteur d’opéras ...
Mark PadmorePhoto: Marco Borggreve

Mark Padmore et Till Fellner, une toute aussi Schöne Mullerin

Que ceux qui n’avaient réussi à trouver de places au récital de Jonas Kaufmann en cette rentrée se rassurent. La salle Gaveau avait prévu un rattrapage. Si ce n’est avec le même soliste, avec un même programme. Une toute autre ambiance, moins survoltée, plus intime et mieux adaptée préside à cette autre Belle meunière de Schubert. Autre, elle l’est. Non seulement parce que les voix n’ont rien à voir mais parce ...
Hans Knappertsbusch, le temps d’un titan

Hans Knappertsbusch, le temps d’un titan

Wagnérien illustre, Hans Knappertsbusch était un chef typique de la première moitié du vingtième siècle. Connu pour ses tempi retenus à l’extrême et sa phobie des répétitions, il reste pourtant un artiste majeur de l’histoire musicale. La parution d’un coffret d’archives est l’occasion de se replonger sur sa vie et son art. Hans Knappertsbusch voit le jour, en 1888, à Elberfeld (désormais un district de Wuppertal). Il étudie la philosophie ...
Vanessa, beaucoup de Wagner pour si peu de Schubert

Vanessa, beaucoup de Wagner pour si peu de Schubert

Il fallait bien un long texte d’explication personnel, présent dans le livret, pour commencer à comprendre pourquoi Vanessa Wagner, que l’on n’a jamais eu l’habitude d’entendre dans ce répertoire, se décide à enregistrer quelques classiques schubertiens. La pianiste, forte de ses dix ans de succès international, fait une pause, se replie sur elle-même, repense au Schubert de son enfance, s’imprègne de la personnalité du compositeur, des interprétations de Brendel qu’elle ...
Schubert en a rêvé, Kaufmann l’a fait

Schubert en a rêvé, Jonas Kaufmann l’a fait

Avec un récital de lieder au Théâtre des Champs Elysées donné à guichets fermés en ce début d’année, Jonas Kaufmann n’a plus rien à prouver à Paris. Peut-être en doute-t-il mais le ténor allemand n’a besoin de rien d’autre qu’être lui-même pour gagner le cœur de la capitale. Venu présenter «La belle meunière» dans le cadre des «Grandes Voix», Jonas Kaufmann fait l’unanimité parmi les spécialistes, les fans d’opéras et même ...
Elne piano Fortissimo s’enracine dans la terre catalane

Elne piano Fortissimo s’enracine dans la terre catalane

[Elne] Festival Elne Piano Fortissimo C’est à la haute tenue de la programmation et à l’engagement d’une mairie dans sa politique culturelle et d’une équipe fédérée par ses initiateurs Nicole et Michel Peus que l’on doit le succès de la cinquième édition du Festival Elne Piano Fortissimo investissant comme chaque année un des hauts lieux de l’art roman roussillonnais. Pour faire revivre l’âme romantique, en cette année anniversaire, des conférences sur ...
David Fray, grand chambriste

David Fray, grand chambriste

Festival de Saint-Denis Après son magnifique récital de l’an dernier en compagnie de son professeur Jacques Rouvier, David Fray revient au festival de Saint-Denis avec un programme germanique, Bach, Mozart et Schubert, tous trois ses compositeurs de prédilection. Deux de ses amis, Olivia Hughes, seconde violon du Quatuor Ardeo, et Emmanuel Christien, son condisciple au conservatoire, le rejoignent dans une complicité musicale pleine de délicatesse et de brio. La première partie est ...
Gautier Capuçon dans un Don Quichotte très expressif

Gautier Capuçon dans un Don Quichotte très expressif

Comme à son habitude, Emmanuel Krivine dirigea d’une main tout en souplesse et légèreté son orchestre dans l’ouverture de Rosamunde de Franz Schubert, l’amenant avec adresse au meilleur de lui-même. On est toujours en admiration devant la finesse de ses codes de communication, les petits signes de tête, le doigt sur la bouche, la précision du regard, exprimant le caractère sombre de l’Andantino initial puis le trouble et ...
Un volcan sans nuage

Ilian Garnetz et Alina Bercu, comme un coup de foudre

Certaines rencontres musicales sont comme des coups de foudre. Quelques notes suffisent pour que les musiciens comprennent qu’ils sont sur la même longueur d’onde. Ainsi Clara Haskil et Arthur Grumiaux se rencontrèrent au hasard du Festival de Prades et après quarante-cinq minutes de répétition, formèrent un des plus beaux duos de leur temps dans Beethoven et quelques Mozart. Ilian Garnetz et Alina Bercu (finaliste du concours… Clara Haskil !) semblent s’être ...
Schubert, inspiration pour expression corporelle

Sasha Waltz & Schubert, inspiration pour expression corporelle

Un décor épuré, avec un plan en bois oblique surplombant une scène claire légèrement inclinée, sert de support à un groupe de sept danseurs qui évoluent au son de la musique de Schubert, interprétée magnifiquement au piano dans ses trois impromptus (D. 935, n°1 ; D. 899 n° 1 et 4) par Cristina Marton dont on ne regrettera qu’un léger abus de pédale. Le chant est confié à Ruth Sandhoff, magnifique ...
Humilité face à la partition

Humilité de Severin von Eckardstein face à la partition

On se souvient de la saisissante apparition télévisée du jeune pianiste allemand, lorsqu’il remporta en 2003 le premier Prix du Concours International Reine Elisabeth, qui interprétait sans sourciller le redoutable Concerto pour piano & orchestre n°2 de Prokofiev. L’indiscutable maîtrise du propos, l’intelligence du phrasé, alliée à une chaleur d’expression, allaient devenir la signature de Severin von Eckardstein, depuis invité régulier de tous les festivals européens de prestige. Le pianiste collabora ...
Opération « portes ouvertes » chez Schubert

Opération « portes ouvertes » chez Schubert

Avec un rythme annuel, le chef Thomas Dausgaard poursuit ses explorations « portes ouvertes » à la tête de son orchestre de chambre de Suède. Le concept est de revisiter, avec tout l’attirail de l’explorateur enragé, les grands chefs d’œuvres de l’époque romantique avec un orchestre moderne. L’idée est de dépoussiérer, avec une certaine brutalité, les textes musicaux pour en faire sortir les fondations et les lignes de force. Cette approche nerveuse ...
Le romantisme volcanique de Jonas Kaufmann

Le romantisme volcanique de Jonas Kaufmann dans Schubert

L’amateur de lieder ne cache pas son excitation. C’est une puissante éruption qui est survenue dans le jardin intime de Franz Schubert, faisant du ruisseau de la Belle Meunière une rivière de lave. A 40 ans, le ténor dramatique Jonas Kaufmann est en pleine possession des moyens, et prouve de manière magistrale qu’il n’est pas seulement le nouveau champion de la scène lyrique, mais que le répertoire des lieder lui ...
Schubertiade d’élite

Schubertiade d’élite

Prades aux Champs-Elysées Le troisième et dernier concert du Festival «Prades aux Champs-Elysées» de cette saison est intitulé «schubertiade», présentant deux des œuvres de musique de chambre les plus connues du compositeur. Les musiciens, tous excellents, nous offrent un exemple de franche camaraderie s’exprimant dans un pur plaisir de jouer ensemble. Dans la première partie, le Quintette pour cordes évolue avec entrain et bonne humeur entre les archets sûrs et le clavier ...
Quatuor avec secret

Quatuor avec secret

Musée d'Orsay Le soixante-dixième anniversaire de Christoph Eschenbach est un événement spécial pour les membres du Quatuor Thymos, tous titulaires à l'Orchestre de Paris, que le chef dirige pour la dixième et dernière année. Lors de ce concert, ils lui ont donc ménagé la surprise d'une pièce composée pour l'occasion par le père de l'altiste, Marc Carles. L'attention est d'autant plus délicate que cette Esquisse est construite sur le nom d'Eschenbach ...
zzt_impromptus_schubert_lubimov

Les Impromptus d’Alexei Lubimov

Alexei Lubimov, né à Moscou en 1944, est un pianiste complet dont le parcours musical atypique témoigne d’une ouverture exceptionnelle. Élève de Heinrich Neuhaus, il travaille le répertoire traditionnel et s’intéresse à l’avant-garde russe (Denisov, Schnittke, Volonsky). Il sera pour cela et quelques années plus tard « puni » par le régime soviétique et interdit de voyage à l’étranger. Il se tourne alors vers le clavecin, parcourant l’URSS avec le Moscow Baroque ...
Schubertiades à l’auditorium : de beaux moments musicaux…

Schubertiades à l’auditorium : de beaux moments musicaux…

Festival Schubert à Dijon Une richissime idée que celle des Schubertiades à Dijon ! En effet, le programme de cette année offrait «10 concerts, 10 rencontres». Des conférenciers venaient compléter ces quatre journées consacrées à Schubert (les 16, 22, 23 et 24 janvier) dont Brice Pauset, Jacques Drillon, auteur de Schubert et l’infini (Actes Sud) ou encore le musicologue strasbourgeois spécialiste de Schubert auteur de plusieurs ouvrages sur ce compositeur, Xavier Hascher. ...
Visages actuels de quatuors à cordes II

Biennale de quatuors à cordes : II. Visages actuels de quatuors à cordes

Indiscutablement, le Quatuor Mosaïques est un quatuor de la Mittle Europa et le fait qu’il joue sur instruments anciens n’y change rien. Cet ensemble mêle ce qu’il a reçu de Sandor Vegh et de Nikolaus Harnoncourt. Fortement polarisé entre son premier violon (Erich Höbarth, qui joua pendant trois ans dans le Quatuor Vegh) et son violoncelliste (Christophe Coin, qui ne peut dissimuler que, encore adolescent, il étudia avec André Navarra), ...
Biennale de quatuors à cordes

Biennale de quatuors à cordes 2010 : I. visages actuels du quatuor à cordes

Tous les deux ans, la Cité de la Musique suspend le cours de ses programmations thématiques et concentre son regard sur un état des lieux du quatuor à cordes. Au travers de ses quinze concerts, de ses éminents quatuors conviés (excusez du peu : Arditti, Borodine, Casals, Diotima, Emerson, Hagen, Julliard, Mosaïques, Prazák, Sine Nomine, Tokyo, Ysaÿe, Zemlinsky), d’un intégrale des quatuors de Schubert et de ses sept inventives premières auditions ...
Alfred Brendel dans son jardin

Les concerts d’adieux d’Alfred Brendel

En novembre 2007, à l’âge de soixante-seize ans, et en pleine possession de ses moyens, Alfred Brendel annonçait dans le Chicago Tribune son retrait de la scène internationale à la fin de l’année 2008. Lors de sa tournée d’adieux, après une carrière de près de soixante ans, le pianiste se produisit notamment à Vienne en concerto et à Hanovre en récital dans son répertoire de prédilection : Mozart, Beethoven et Schubert. ...