Mot-clef : Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg

Boris Godunov_Putilin. Photo N.Razina (3)

Boris Godounov actualisé à Baden-Baden

Quand s’élève aux bassons la mélopée nostalgique qui ouvre Boris Godounov, c’est toute l’âme du peuple russe et l’infini de ses steppes qui, tout à coup, envahissent la salle du Festspielhaus de Baden-Baden. Car, pour le Festival d’été et suivant une habitude bien établie, Valery Gergiev et toutes les forces du Théâtre Mariinski sont venus de Saint-Pétersbourg pour donner cette fois l’opéra emblématique de la Russie éternelle. C’est, au moins ...
dresde2012_thielemann

Dresde 2012, au coeur de l’Europe

Comme chaque printemps, le festival de Dresde fait résonner les notes à travers différents lieux de la Venise de l’Elbe. L’édition 2012, après un grand voyage vers l‘Asie en 2011, a pour thème « le cœur de l’Europe » avec un gros plan sur les pays frontaliers de l’Allemagne, en particulier ceux qui rivent le Danube, terre de prédilection d’un soft-power allemand qui se tourne de plus en plus vers ces contrées. ...
ANNA KARENINA.2012

A Genève, Anna Karénine entre en danse

Quelle leçon ! Rarement il a été donné à votre serviteur d’assister à un spectacle aussi abouti. Une leçon. Une leçon de danse, de musique, de chorégraphie, de dramaturgie, de mise en scène, de décors, de costumes, d’énergie, d’inventivité, de technique, d’humilité. En un mot comme en mille : un leçon d’art. Annoncé du bout des lèvres en début de saison par le Grand Théâtre de Genève, la venue du ballet ...
Julian Rachlin(by Julia Wesely)

Varsovie : Festival Beethoven 2012

Valery Gergiev propose, dans la grande salle de la Philharmonie nationale, un concert intégralement russe à la tête de son Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. En introduction, l’Ouverture 1812 de Tchaïkovski  sonne avec l’efficacité requise, même si le chef refuse de trop faire sonner une orchestration qui ne ménage pas ses effets.  Lauréat du concours Géza Anda de Zurich, Alexei Volodin affronte le redoutable Concerto n°3 de Rachmaninov.  Malheureusement, ...
Don Quichotte

Don Quichotte et le Mariinsky, un coup pour rien

L’idée de marquer le centenaire de la mort de Massenet par un nouvel enregistrement de son Don Quichotte était une idée pour le moins réjouissante, les grands enregistrements récents de cet opéra remontant à 1993 pour la version dirigée par Michel Plasson (avec Van Dam, Fondary, Berganza), à 1977 pour celle, non moins somptueuse, de Kazimierz Kord et son luxueux plateau (Ghiaurov, Bacquier Crespin). Et si les affinités de Valery ...
valery_gergiev (1)

Gergiev l’élégance, Depardieu la suffisance

Quelle affiche ! Après Paris, Turin, Dortmund, Lyon, Toulouse, Valery Gergiev se pose, le temps d’un concert, (parce que lendemain, il dirige Eugen Onegine à Saint-Petersbourg !) à Genève emmenant dans ses valises pas moins que le Chœur, l’Orchestre et quelques solistes du Mariinski. Petits plats dans les grands, pour ce concert exceptionnel, le Tout Genève s’est donné rendez-vous. Mais le Tout Genève ne remplit pas (plus ?) le Grand Théâtre. A près ...
valery_gergiev0312_vign

Gergiev en plein Stravinsky

On le savait par le disque : Noces de Stravinsky par Gergiev, ça déménage ! Le concert le confirme : tempos délirants, lecture acérée, rythmes mis à nus, c’est parti pour vingt minutes d’avalanches de décibels. L’effet est grisant, et malgré cet engagement presque barbare, rien ne manque, la mise en place est exemplaire, les plans sonores sont équilibrés. Pianos, percussions, chanteurs, aucun de domine l’autre. Ce n’est malheureusement pas le cas d’Œdipus-Rex, qui ...
mariinski_matsuev_gergiev

Pyrotechnie pianistique avec Mastuev et Gergiev

Ce disque propose le choc des titans russes actuels : les compères Mastuev et Gergiev. Les moyens pianistiques hors du commun du premier et le charisme du second se complètent et s’additionnent au fil de leur inspiration. Ce programme de concertos russes est taillé sur mesure pour ces deux pyrotechniciens. Dans les deux Concertos de Dimitri Chostakovitch, la puissance technique du pianiste fait un sort à ces musiques ironiques, enjouées et ...
Jewels_mariinski

Joyaux de Balanchine au Mariinsky: une certaine modernité

Le Théâtre du Mariinsky édite en DVD Joyaux (Jewels) de Balanchine. La particularité de cet enregistrement réside en une prise de vue assez originale mais pas forcément heureuse, pour du ballet. Utilisant fréquemment des travellings avant, l’impression est souvent donnée d’être carrément sur la scène : le spectateur devient voyeur, non pas tant de l’effort physique que de la connexion entre les danseurs. Or, la danse doit bénéficier d’un espace ...
mariinsky_donizetti_lucia

Pour la Lucia de Dessay

Après Parsifal, Le Nez de Chostakovitch, Oedipus Rex et Les Noces de Stravinksy, sans oublier le plus rare Vagabond enchanté de Rodion Chtchredrin, Lucia di Lammermoor est le cinquième coffret lyrique proposé par le label Mariinsky. Le choix de cet ouvrage pourra paraître quelque peu surprenant, le répertoire belcantiste italien n’étant pas a priori celui que l’on associe le plus spontanément avec les caractéristiques nationales de l’école de chant russe. ...
mariinsky_gergiev

Le Gergiev quotidien : Chostakovitch

Sans marquer de signes de fatigue, Valery Gergiev continue son intégrale des Symphonies de Chostakovitch au rythme d’un volume annuel. En terme éditorial, le principal intérêt de l’entreprise est d’associer des partitions mal aimées à des tubes. Ainsi, après un couplage des Symphonies « révolutionnaires » n°2 et n°11, il additionne les symphonies n°3 et n°10. Mais à forcer de cumuler les disques, le pourtant énergique Gergiev risque de s’enliser et c’est ce ...
Une petite demie heure de génie

Valery Gergiev, une petite demie heure de génie pour Rodion Chtchedrine

Le Grand Théâtre de Genève était archi bondé pour assister à l’événement musical de ce début d’année : Valery Gergiev et l’Orchestre du Théâtre Mariinski ! Annoncé, il y a à peine une quinzaine de jours, les billets de ce concert se sont arrachés à la vitesse de ceux d’un concert de Johnny Hallyday ou de Prince ! Pour l’occasion, on avait repoussé les décors de l’opéra I Puritani donné en ce moment sur ...
Pas forcément à son avantage

Pas forcément à son avantage

Gala de Danse Le gala qui clôture la traditionnelle semaine de danse du Mariinsky en fin d’année dans la très russophile Baden-Baden est d’un bilan mitigé. Le programme, censé représenter une certaine excellence de l’École Vaganova laisse surtout visible une grande carence quant à la coordination globale de l’ensemble ; cela est constatable devant des Études qui devraient être sortis d’un livre d’exercices, et malheureusement le corps de ballet est peu à ...
Voir Lopatkina

Voir Lopatkina dans le le Lac des Cygnes

Un énième rapport du Lac ? Comment témoigner du plus juste intérêt que celui de voir le même ballet avec la même distribution qui s’exerce depuis de si nombreuses années ? On mesure la pieuse rareté de chacune des représentations d’Ulyana Lopatkina comme autant de nécessité de se reconstituer suffisamment de vigueur et de force intérieure pour la suivante. Dans une temporalité autre, dans la ville magnifiée et méconnaissable de Baden-Baden, on ne peut ...
Un conte comme un autre

Casse-Noisette, un conte comme un autre

Il faut inévitablement un Casse-Noisette pour Noël... Mais quelle version retenir? Quand il subsiste des embryons de chorégraphie de Petipa, comme pour le Lac, ou la Bayadère, il y a un consensus autour des ballets. En revanche, pour ce ballet que l’on a trop vite fait de mettre dans la hotte du Père Noël, le conservatisme s’oppose au néo-réalisme. Le Mariinsky reprend donc pour la ville balnéaire de Baden-Baden la version ...
Simplicité impériale

La Belle au Bois Dormant par le Mariinsky, simplicité impériale

Alors que Baden-Baden se couvre d’un manteau neigeux, le Festspielhaus, bien chanceux d’avoir le Mariinsky pour les fêtes de fin d’année, se donne des airs du prestigieux Théâtre de Saint Pétersbourg. Pour un Noël en règle, la Belle en Bois Dormant dans la version de Sergeyev de 1952. La scénographie est simple, lisible, sans encombres ni fioritures narratives. Les costumes sont d’une simplicité désarmante, voire même assez rustiques : les couleurs ...
En plein cœur du  marathon Mahler de Valery Gergiev

En plein cœur du marathon Mahler de Valery Gergiev

Orchestre du Théâtre Mariinsky C’est à un véritable marathon Gustav Mahler que nous conviaient entre le 11 et 13 décembre Valery Gergiev et ses troupes du Mariinsky, avec cinq symphonies données en trois concerts consécutifs. C’était ainsi le deuxième épisode du cycle Mahler Gergiev commencé le 8 septembre avec la Symphonie n°8, qui se clôturera fin mars 2011, avec une dernière salve de trois concerts pour les trois symphonies restantes (les ...
Gergiev réussit son Parsifal !

Gergiev réussit son Parsifal !

Wagner avec Gergiev ! Sur le papier l’addition des deux noms ne va pas franchement de soi ! Et l’on imagine, de prime abord, une profonde divergence entre le tempérament bouillant du chef et le creusement émotionnel et musical de Wagner et surtout de Parsifal ! Pourtant il faut passer sur les apparences car le chef livre ici l’une des interprétations les plus abouties de la partition et l’un de ses meilleurs disques. Gergiev ...
mariinsky_chostakovitch_gergiev

Gergiev et les révolutions

Valery Gergiev poursuit son intégrale des symphonies de Chostakovitch (les symphonies n°1, n°4 à n°9 et n°15 sont déjà parues chez Philips ou Mariinsky) avec une confrontation révolutionnaire éditorialement juste mais musicalement foncièrement opposée. Composée à l’occasion des 10 ans de la Révolution d’octobre 1917, la symphonie n°2 est un témoin d’une époque radicale où les expérimentations instrumentales, même les plus brutales, étaient encore tolérées par le régime rouge ! En ...
Ou l’art de jouer sur les allégories

Le Petit Cheval Bossu ou l’art de jouer sur les allégories

Le Petit Cheval Bossuest un ballet tiré d’un conte populaire russe en vers. Le chorégraphe Alexei Ratmansky nous offre du neuf et de l’original. Il est actuellement considéré comme le seul chorégraphe russe à s’exprimer dans le langage de la danse classique contemporaine et semble fortement inspiré par le style pluriforme de Diaghilev. L’ensemble est imprégné d’un ton, d’un humour et d’un folklore spécifiques à la culture populaire russe. A ...
Splendide réussite !

Le vagabond ensorcelé de Chtchedrine : splendide réussite!

Après le ballet Le petit cheval bossu représenté la veille sur cette même scène du Chatelet par la troupe du Théâtre Mariinsky, une autre œuvre du compositeur russe Rodion Chtchedrine était à l’honneur ce soir, l’»opéra pour salle de concert» intitulé, selon les traductions, Le vagabond ensorcelé ou Le voyageur ensorcelé. Cette œuvre conçue pour se passer de mise en scène nous était proposée ce soir en version «opéra» avec ...
Les hautes sphères mahlériennes

Gergiev en hautes sphères mahlériennes

«Réaliser ce qui semblait irréalisable», tel était le défi que se lançait Gustav Mahler en écrivant sa Symphonie n°8 dont les sept précédentes n’auraient été que des préludes. Avec l’extravagance de son effectif orchestral (les vents par cinq et la présence de cinq claviers dont l’orgue et l’harmonium) ajouté de trois chœurs, avec la singularité de la forme (deux parties sans référence au modèle traditionnel) et l’hétérogénéité des sources (un ...
De la « russitude » au carré un peu prévisible mais talentueuse

Chtchedrine et Gergiev, de la « russitude » au carré un peu prévisible mais talentueuse

Le Voyageur ensorcelé est un «opéra pour salle de concert» comme le dit le compositeur lui-même, c’est à dire une œuvre dramatique et vocale pouvant se passer de mise en scène. Il a été créé à New York le 17 décembre 2002 par le New York Philharmonic sous la direction de Lorin Maazel qui en était également le commanditaire. Et, accessoirement, le prescripteur du cahier des charges précisant une œuvre ...
L’effroi et le néant

Requiem de Verdi par Valery Gergiev, l’effroi et le néant

Au lendemain d’un Viaggio a Reims décevant, le plat de résistance du Festival d’été 2010 de Baden-Baden pouvait bien être le Requiem de Giuseppe Verdi réunissant, sous la baguette de Valery Gergiev, les forces chorales et orchestrales du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Et, de fait, elles furent fidèles à leur réputation. L’orchestre, chantant à l’unisson cette partition qui lui convient bien mieux que celle de Rossini, fit valoir le velouté de ...
Rossini en petit calibre

Il Viaggio a Reims à Baden-Baden, Rossini en petit calibre

Grand habitué du Festspielhaus de Baden-Baden, Valéry Gergiev y est accueilli cette année en résidence avec son orchestre et sa troupe du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg et assure la majeure partie du Festival d’été. Après Il Viaggio a Reims, qui ouvrait les festivités, sont programmés le Requiem de Verdi, un concert avec la violoniste Anne-Sophie Mutter et une soirée d’extraits d’opéra de Moussorgski et Wagner, un peu pompeusement intitulée «Stars ...
Bon Bizet de Russie

Bon Bizet de Russie

Festival Etoiles des nuits blanches Avec Tugan Sokhiev pour diriger Carmen, Valery Gergiev et le XVIIIème festival «Etoiles des nuits blanches» ont trouvé l’homme de la situation, aussi à l’aise avec le répertoire russe que français puisqu’il dirige l’Orchestre du Capitole de Toulouse depuis 2005. L’ouverture est prise avec un panache berliozien, ce qui est de circonstance à Saint-Pétersbourg où le compositeur avait été reçu et fêté comme il ne l’aura ...
Attila le gentil

Attila le gentil à Saint-Pétersbourg

Festival Etoiles des nuits blanches Le XVIIIème festival «Etoiles des nuits blanches» au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg proposait trois nouvelles productions de Spartacus, du Château de Barbe Bleue et d’Attila le 13 juillet. L’opéra de Verdi était le seul à bénéficier de la baguette de Valery Gergiev, directeur musical du festival depuis sa création en 1993. Le nom du festival fait directement référence aux légendaires nuits blanches de Saint-Pétersbourg. Avec un ...
Noël à Saint-Pétersbourg pour Gautier Capuçon

Noël à Saint-Pétersbourg pour Gautier Capuçon

Enregistré live à Noël 2008 dans la nouvelle salle de concert du Mariinsky, ces deux œuvres pour violoncelles et orchestre nous permettent d’entendre le violoncelliste français Gautier Capuçon entouré des locataires habituels des lieux, l’orchestre du Mariinsky et son chef Valery Gergiev. Au programme, les ludiques Variations sur un thème rococo de Tchaïkovski et la plus rare Symphonie concertante de Prokofiev. Souvent enregistrées, les Variations ne manquent pas de versions de ...
Gergiev passe Noces de Stravinsky au rouleau-compresseur

Gergiev passe Noces de Stravinsky au rouleau-compresseur

Attention choc ! Oreilles sensibles, éloignez-vous de ces Noces de Stravinsky dirigées sabre au clair par Valery Gergiev. Tempos délirants, dynamiques extrêmes, percussions surexposées, pianos déchaînés, l’œuvre, qui ferme radicalement la «période russe» de Stravinsky, agit en véritable rouleau compresseur. Tableau vivant d’un mariage (duquel est exclu la cérémonie) populaire russe commandé par Diaghilev (à qui la partition est dédiée) et chorégraphié par Bronislava Nijinska, Noces est basée sur des mélodies ...
Dérapage incontrôlé

Dérapage incontrôlé pour Gergiev dans Rachmaninov

On connaît le goût de Valery Gergiev pour les interprétations survoltées, les tempos à toute vitesse, les sons d’orchestre à la limite du criard. Si cela peut convenir à Moussorgski, Chostakovitch ou Mahler, ce parti-pris montre ces limites avec Sergueï Rachmaninov. Rachmaninov, comme bien de ses contemporains encore empêtrés dans le romantisme, lorgne toujours vers l’opéra, donc une ligne mélodique soutenue qui prend le temps de s’épanouir. Dans ce présent enregistrement, ...