Mot-clef : Orchestre philharmonique de Vienne

Pluie de tsars : Riccardo Muti le Terrible

Pluie de tsars : Riccardo Muti le Terrible

Festival de Salzbourg À Salzbourg, Riccardo Muti n’est pas l’homme des programmes convenus : il a certes joué, ces dernières années, la Cinquième Symphonie de Beethoven ou le Requiem allemand de Brahms, mais également la Faust-Symphonie de Liszt, Lélio de Berlioz ou des œuvres de Petrassi, Varèse ou Cherubini. Il est vrai que Jürgen Flimm, l’intendant du festival, a fait de Muti une sorte de souverain absolu qui peut choisir non seulement ...
Elektra avec René Pape, Waltraud Meier et Daniele Gatti

Elektra avec René Pape, Waltraud Meier et Daniele Gatti

Festival de Salzbourg Cette dernière nouvelle production des quatre années de direction de Jürgen Flimm prend place dans une édition 2010 dépourvue de scandales, mais aussi particulièrement terne dans le domaine lyrique. Richard Strauss a beau être un des confondateurs du Festival de Salzbourg, cette nouvelle production de son Elektra n’est pas vraiment un succès de billetterie, si prestigieuse qu’en soit sa distribution. Sans doute la brièveté de l’œuvre joue-t-elle à ...
Don Giovanni s’est perdu dans les bois

Don Giovanni s’est perdu dans les bois à Salzbourg

Festival de Salzbourg En 2006, Claus Guth avait signé pour l’ouverture de la nouvelle «Salle Mozart» du Festival des Noces de Figaro remarquables, mélancoliques et incroyablement légères ; ce succès incontestable a donné l’idée à Jürgen Flimm de construire avec le même metteur en scène un cycle Mozart/Da Ponte, terminé en 2009 par un Così fan tutte dont le metteur en scène a reconnu lui-même l’échec – une reprise complète du cycle ...
Riccardo Chailly d’hier à aujourd’hui

Riccardo Chailly d’hier à aujourd’hui

Orchestre Philharmonique de Vienne Qu’y faire ? On peine, ces dernières années, à parler de concerts du Festival de Salzbourg sans faire l’éloge de leur programmateur Markus Hinterhäuser. Les concerts du Philharmonique de Vienne ne sont certes pas le domaine où ses choix sont les plus déterminants, mais un programme comme celui-ci montre la force de conviction dont il sait faire preuve : pour la deuxième année consécutive, il a su convaincre les Viennois ...
Patricia Petibon s’impose en Lulu

Patricia Petibon s’impose en Lulu

C’est la scénographie qui devait créer l’événement. Pour cette nouvelle production de Lulu, la direction du Festival avait donné carte blanche au peintre Daniel Richter, qui s’était déjà essayé au Château de Barbe-Bleue il y a deux ans. Le musée d’art moderne, en face du Festspielhaus, consacre même une très belle exposition à cet artiste aux toiles peuplées de silhouettes fantomatiques néo-expressionnistes. Seulement voilà : au lieu d’inventer une vraie scénographie ...
Sir John Barbirolli, le latin dans un jardin anglais

Sir John Barbirolli, le latin dans un jardin anglais

Hommage Le 29 juillet 1970, le chef d’orchestre Sir John Barbirolli disparaissait ! À l’occasion des quarante ans de sa mort, il est important de se souvenir d’une des grandes baguettes britanniques du XXe siècle. Né en 1899 à Londres, Giovanni Barbirolli était d’origine française par sa mère et italienne par son père. La musique était au cœur de la famille : le père et le grand-père de Sir John avaient été membres ...
L’enjeu spirituel de Beethoven

Wilhelm Furtwängler et l’enjeu spirituel de Beethoven

Comme l’écrit Elisabeth Furtwängler, il est absolument impossible d’imaginer Wilhelm Furtwängler sans Beethoven et d’ailleurs aujourd’hui on ne peut pas penser à Beethoven sans faire référence aux interprétations du chef allemand. Ces dernières sont exemplaires d’une certaine idée de direction d’orchestre qui privilégie l’unité de l’œuvre et révèle la simplicité profonde du langage beethovénien. Pour Furtwängler, jouer Beethoven, c’était avant tout retrouver ses idées et leur ordre ; dévoiler les différences des ...
Plaisirs viennois 2010

Georges Prêtre pour le concert du Nouvel An 2010

Qui ne connaît une ou plusieurs de ces œuvres bien souvent entendues avec plus ou moins d’attention ? Le systématique et traditionnel concert du Nouvel An, assuré avec sérieux et légèreté à la foi par le Philharmonique de Vienne, nous donne l’occasion d’une écoute plus précise et soutenue. Le principe de cette manifestation suivie par le public de la prestigieuse salle dorée du Musikverein et diffusée dans de nombreux pays, consiste à ...
Alfred Brendel dans son jardin

Les concerts d’adieux d’Alfred Brendel

En novembre 2007, à l’âge de soixante-seize ans, et en pleine possession de ses moyens, Alfred Brendel annonçait dans le Chicago Tribune son retrait de la scène internationale à la fin de l’année 2008. Lors de sa tournée d’adieux, après une carrière de près de soixante ans, le pianiste se produisit notamment à Vienne en concerto et à Hanovre en récital dans son répertoire de prédilection : Mozart, Beethoven et Schubert. ...
Des Philharmoniker comme à leurs plus beaux jours

Des Philharmoniker comme à leurs plus beaux jours

Ce concert parisien du Philharmonique de Vienne est le deuxième d’une série de huit au programme strictement identique, commencée le 13 novembre au Konzerthaus de Vienne, passant par Cologne le 18, et Amsterdam le 19, avant de retrouver Vienne pour quatre concerts au Musikverein entre les 21 et 27 novembre. Les concerts au Musikverein seront publiés en CD et DVD dans le cadre d’une intégrale des symphonies de Beethoven dont ...
D’une éblouissante qualité musicale

Festival de Salzbourg 2009, d’une éblouissante qualité musicale

Le festival, construit comme une œuvre d’art, non seulement enchante mais fait penser et apprend à écouter. Salzbourg 2009, c’est le triomphe de l’intelligence au service de la beauté dans le plus grand respect du public. Pourquoi ? Parce que la manifestation la plus prisée d’Europe refuse de se considérer comme un phénomène de consommation parmi d’autres, ainsi que le précise d’entrée de jeu Helfi Schweiger. Il ne s’agit pas d’attirer le ...
La mécanique Harding à l’œuvre

La mécanique Harding à l’œuvre

Le dernier concert de la saison parisienne du Philharmonique de Vienne était placé sous le triple signe du renouvellement : inévitable de génération, encore surprenant de culture et fortuitement de chef. Car s’il se présenta sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées dans une formation bien rajeunie, remplacement de certains de ses membres atteint par l’âge de la retraite oblige, la révolution culturelle commencée voilà dix lors de l’arrivée de la ...
Mi fougue, mi raison

Mi fougue, mi raison

En moins de dix jours, le public parisien aura pu apprécier l’immense palette du chef «choc» Valery Gergiev ! Après ses deux concerts à la Salle Pleyel, à la tête du London Symphony Orchestra (puis deux ou trois dates ailleurs en Europe... ), il dirigeait le mythique Wiener Philharmoniker, dans un programme sans extravagance pour la formation viennoise : Sibelius et Stravinsky. Ecouter les musiciens du «Philar’de Vienne» est toujours un privilège et ...
L’archet du roi

Nikolaj Znaider, l’archet du roi

Nikolaj Znaider poursuit son exploration des grandes pièces du répertoire avec des équipes de luxe. Après un superbe disque Beethoven/Mendelssohn avec les Wiener Philharmoniker et Zubin Metha, il retrouve ce même orchestre et ce même chef pour les concertos de Brahms et Korngold. On avait déjà remarqué les affinités de l’artiste avec l’univers Brahmsien à l’occasion d’un disque regroupant les sonates pour violon. C’est d’ailleurs le violoniste qui attire l’attention ...
Une énième version des concertos de Chopin par… Lang Lang !

Une énième version des concertos de Chopin par… Lang Lang !

C’est indéniable, Lang Lang « assure » grâce à une technique affirmée, un toucher très velouté, perlé même, dans les nuances piano, ce qui correspond bien à l’atmosphère recueillie des mouvements lents des deux concertos de Chopin présentés ici. Le jeune pianiste chinois n’exagère aucune nuance, aucun accent, enchaîne les traits virtuoses et les mélodies cantabile avec une aisance tout aussi déconcertante. De plus, il maîtrise la pédale sans en ...
Du Dohnányi « grande époque »

Du Dohnányi « grande époque »

Contrairement à l’habitude actuelle consistant à filmer un «vrai» concert, les trois œuvres contenues dans ce DVD proviennent d’enregistrements réalisés sans public dans la grande salle du Musikverein, ainsi étrangement vide. Le processus d’enregistrement relève donc du classique produit de studio, tel qu’on pouvait le faire à la fin des années 70, à ceci près que l’image s’est jointe au son. Une image qui, bien que viennoise, rappellera étrangement certaines ...
Neujahrskonzert 2009

Neujahrskonzert 2009 avec Daniel Barenboim

Pour son premier Neujahrskonzert Daniel Barenboim apporte incontestablement son style et sa personnalité à cette traditionnelle fête de la musique viennoise. Moins pétillant ou fulgurant que certains, moins carré, sombre et pesant que d’autres, il s’inscrit dans la lignée des symphonistes qui traitent ces musiques, particulièrement les grandes valses, comme des petits poèmes symphoniques avec leurs différents épisodes s’enchainant entre une introduction et un final. Cela donne un aspect plus ...
Heureusement vint Bruckner

Heureusement vint Bruckner

Orchestre Philharmonique de Vienne Pour sa désormais traditionnelle visite parisienne l’Orchestre Philharmonique de Vienne, que l’on retrouvera dans cette même salle en mai avec Gergiev et en juin avec Ozawa, a choisi un programme typiquement viennois dirigé par leur Dienstälteste Dirigent (le doyen de leurs chefs). Car Zubin Mehta, né en 1936, fêtera dans à peine deux ans ses cinquante ans de collaboration commencée en 1961 avec les Philharmoniker viennois, marquée ...
Bernstein et Beethoven humanistes

Bernstein et Beethoven humanistes

Ces enregistrements publics des symphonies de Beethoven par Bernstein et les Wiener Philharmoniker nous sont familiers : réalisés fin des années 70 à la fois en captation audio et en film, ils nous étaient déjà connus dès leur apparition en microsillon, support vinylite qui allait bientôt céder la place au disque compact. Bien sûr, l’interprétation de Leonard Bernstein du corpus symphonique beethovénien nous était déjà familière dans sa version antérieure et en ...
De l’archéologie du concert du nouvel an

Zubin Mehta 1990, de l’archéologie du Concert du nouvel an

Dans le cadre de l’exploitation rigoureuse de ses plantureux fonds, DGG nous ressort le concert du nouvel an à Vienne en 1990. A cette occasion, Zubin Mehta faisait ses débuts au pupitre de cet événement mondial à la suite de Maazel, Kleiber, Karajan et Abbado ; méthode marketing garantie à l’époque des vaches grasses du disque classique. Musicalement, le chef indien est assez alerte et n’est pas encore gagné par les excès ...
Le temple du soleil

Karajan Salzbourg 1957 : le temple du soleil

L’année 1957, voit Herbert von Karajan accéder à la direction musicale du Festival de Salzbourg. Mais le chef impose ses vues et exige de pouvoir se produire avec l’orchestre dont il est, depuis 1955, le directeur musical : la Philharmonie de Berlin. Dès lors au cours de cet été artistiquement miraculeux, le maestro va se programmer à quatre reprises avec ses Berlinois mais aussi à la tête de l’orchestre «titulaire» de ...
Harding et Mahler : exceptionnel

Harding et Mahler : exceptionnel

La Symphonie n°10 de Gustav Mahler a profondément marqué les esprits. D’une part parce que le chiffre 10 est sacré dans l’histoire de la symphonie, de nombreux compositeurs de génie n’ayant pas réussi à aller au-delà de neuf compositions, qu’il s’agisse de Beethoven, Schubert, Bruckner ou encore Dvořák. D’autre part parce que, de cette symphonie comportant cinq mouvements, le seul intégralement achevé par Mahler est le célèbre Adagio, à la ...
Wilhelm Furtwängler : une sommité brucknérienne

Wilhelm Furtwängler : une sommité brucknérienne

Le label américain Music & Arts vient de réaliser ce qu’aucun autre éditeur, à notre connaissance, n’avait osé entreprendre : publier en un seul coffret une interprétation – parfois la seule – de chacune des Symphonies de Bruckner que Wilhelm Furtwängler nous a léguées. Précisons d’emblée que l’illustre chef allemand n’a jamais dirigé les trois premières Symphonies du maître de Linz (ni bien évidemment les deux Symphonies « de jeunesse »), ...
Maurizio Pollini sublime Mozart

Maurizio Pollini sublime Mozart

Alors que certains récents concerts semblaient témoigner d’une baisse de forme du virtuose italien, on est heureux de retrouver Maurizio Pollini au meilleur de son inspiration dans ces concertos pour piano de Mozart. Tout comme les sonates de Beethoven, les concertos pour piano et orchestre de Mozart sont au cœur de la démarche discographique actuelle du pianiste. Cet album est ainsi le second que l’artiste consacre aux pièces concertantes de ...
Tonitruant !

Le Philharmonique de Vienne et Gergiev : tonitruant !

Cela fait maintenant plus d’une décennie que Valery Gergiev dirige l’Orchestre Philharmonique de Vienne, c’était donc un presque « vieux couple » que le Théâtre des Champs-Élysées accueillait ce soir, dans un programme promettant du spectaculaire avec une ouverture de Verdi, le plus célèbre poème symphonique de Liszt et une symphonie de Tchaïkovski. L’entente entre les réputés très raffinés Wiener Philharmoniker et l’impulsif et sanguin chef russe, pour surprenante qu’elle ...
Délicieux fourre-tout

Délicieux fourre-tout

Oui Herbert von Karajan (1908-1989) était un grand chef. Un des plus grands même. Un chef qui a fortement œuvré pour le rayonnement de la musique classique et a laissé nombre de fabuleux enregistrements qui restent encore, des années après, des références incontournables. La majorité de ses enregistrements ont été (ré)édités en CD et sont encore, pour beaucoup, disponibles, même si la prédominance du chef salzbourgeois sur le marché a ...
Un Français chez les Viennois

Georges Prêtre, premier Français pour le concert du nouvel an

Pour la première fois de son histoire, l'Orchestre philharmonique de Vienne a invité un chef français pour son concert du nouvel an. On dit parfois que le Philharmoniker est en pilotage automatique pour ce genre de répertoire et qu’il mènerait la barque plus que le chef. Force est de constater que le maestro de 83 printemps –qui dirige par cœur- tient encore fermement les rênes et ne monte pas dans ...
Excellentissime Karajan

Excellentissime Karajan

Dès les premières images on retrouve le geste concentré qui a contribué à la gloire du maître autrichien et qui, pour une part non négligeable, a permis aux grandes partitions de la musique dite sérieuse de pénétrer au sein d’une multitude de foyers jusque-là hermétiques ou ignorants des chefs-d’œuvre de la création musicale. Presque recroquevillé sur lui-même, il s’ouvre brusquement pour accompagner les explosions d’intensité de ses deux orchestres fétiches : ...
Dvořák Cap sur l’Amérique !

La Symphonie du Nouveau Monde d’Antonín Dvořák : cap sur l’Amérique

Créée en décembre 1893 au Carnergie Hall de New York, la Symphonie n°9 en mi mineur dite du "Nouveau monde" d'Antonín Dvořák est comme la Rhapsody in Blue de Gershwin, le tube d’un compositeur. Jouée par tous les orchestres, des phalanges de prestige aux formations d’étudiants, elle est également sur toutes les lèvres des amateurs de musique. 1. Présentation de l’œuvre Composée entre janvier et mai 1893, la partition remporte d’emblée un ...
Best of Neujahrskonzert

Best of Neujahrskonzert

Le célèbre concert donné chaque 1er janvier à 11h par l'Orchestre philharmonique de Vienne retransmis en mondovision dans tout l’univers, donne lieu, chaque année, à la publication de sa bande son en CD, et depuis quelques années le DVD s’est joint à la fête. Ainsi tout possesseur d’un téléviseur a du, au moins une fois dans sa vie, voir tout ou partie d’un de ces concerts, dont DG nous propose ...