ADN Baroque2 Klarthe

Opéra

Henry Purcell : Le Roi Arthur

Le Roi Arthur par Hervé Niquet

A une époque où la production discographique d’opéras baroques italiens oubliés bat son plein, il est réjouissant de voir réapparaître, de surcroît sous un jour nouveau, un ouvrage aussi connu que le Roi Arthur de Purcell. Servi par Le Concert Spirituel et une belle brochette de chanteurs, cet enregistrement a de quoi réjouir autant le mélomane que le lyricomane. Hervé Niquet explore la partition du maître anglais en parant l’orchestre de ...
Komische Oper

Zemlinsky et Alban Berg Komische Oper

Avec ses trois scènes lyriques officielles héritées du temps de la division de la ville et fonctionnant comme de véritables maisons d’opéra avec leur troupe propre, leur orchestre, leur ballet et leur administration propre, la ville réunifiée de Berlin est plutôt gâtée. Théoriquement, car cette richesse est plutôt vécue par les autorités culturelles comme une dispersion et le touriste de passage peut constater que pour des soirées de répertoire les ...
Pour la charmante Suzanne...

Pour la charmante Suzanne…

Les Noces de Figaro S’il est désormais acquis que l’on puisse jouer indifféremment sur instruments anciens ou modernes les opéras de jeunesse du Maître de Salzbourg comme Mitridate, Zaïde, La Finta Giardiniera, ainsi que les singspiel : L’enlèvement au Sérail, La Flûte Enchantée, sans oublier des opera seria comme Idoménée et La Clémence de Titus, le débat demeure toujours ouvert en ce qui concerne la fameuse « trilogie da Ponte », chef d’œuvre significatif ...
Hary, un ami qui vous veut du bien

Hary, un ami qui vous veut du bien

Eloge d’un peuple rêvant de disposer de lui-même, la genèse d’Hary Janos de Zoltán Kodály commence dès 1900, la Hongrie n’étant alors qu’une composante de l’Empire Austro-Hongrois. Révoltés contre l’establishment germanophone de Budapest le compositeur et son comparse Béla Bartok ne cessèrent de chanter les louanges de leur folklore magyar tout au long de leurs vies, et ce longtemps après l’indépendance de leur nation (1918). Car Hary Janos est un ...
Prise de rôle souveraine pour Ludovic Tézier

Prise de rôle souveraine pour Ludovic Tézier

Manon de Jules Massenet Genève présente en guise de clôture à la saison 2003-2004 Manon de Jules Massenet. Le célèbre ouvrage de l’abbé Prévost, qui a également inspiré des opéras à Puccini et Auber y est présenté avec des récitatifs chantés remplaçant les dialogues parlés. Signalons que cette option, rarement retenue, n’est nullement arbitraire puisqu’il s’agit en l’occurrence d’une version qu’a signée Massenet lui-même. Rattaché au genre de l’opéra-comique qui vit ...
Antonio piu furioso !!

Antonio piu furioso !!

La Musique — merveilleuse machine à remonter le temps — nous emmène ici en 1714, dans l’une des 130 loges du théâtre San Angelo, afin de découvrir le premier des opéras de la production prolifique — mais méconnue — d'Antonio Vivaldi. De part sa virtuosité violoniste, le compositeur est encore associé à son opus 8 et aux nombreux concertos pour instruments que pour ses écritures lyriques. C’est grâce à la ...
Amor e gelosia

Amor e gelosia par Patrizia Ciofi et Joyce DiDonato

Quelle idée fabuleuse de réunir sur un CD une bonne douzaine des plus beaux duos de Händel, de Poro à Teseo en passant par Rinaldo, Sosarme, Atalanta, Muzio Scevola et Serse ou encore Admeto et Flavio. De petits joyaux, injustement boudés par les contemporains du compositeur qui préféraient l’exhibitionnisme vocal des airs da capo à la magie sublime de deux voix qui, tour à tour, s’enlacent, se superposent, s’imbriquent, se ...
Don Carlo, antihéros

Don Carlo, antihéros

Don Carlo Ces représentations de Don Carlo de Verdi par l’Opéra néerlandais au Muziektheater d’Amsterdam marquent la fin de la collaboration du chef italien Riccardo Chailly avec l’Orchestre Royal du Concertgebouw dont il était le chef depuis 1988. Dans une mise en scène assez austère de Willy Decker, c’était les débuts dans le rôle-titre du ténor mexicain Rolando Villazón. Quatrième opéra de Giuseppe Verdi d’après Schiller, Don Carlo est le type même ...
Nicolaï Ghiaurov [1929-2004]

Nicolaï Ghiaurov [1929-2004]

Il était né un 13 septembre 1929 à Velingrad, dans le sud de la Bulgarie. C’est en enfant de chœur dans l’église où son père, sacristain, officie, qu’il découvre la musique et le chant. Il commence ses études de chant à l’Académie de musique de Sofia, puis au Conservatoire de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Très vite, il s’y révèle doté d’une voix de basse alliant puissance, rondeur, stabilité, légèreté et ...

La Croix et la Manière

Giuseppe Verdi « Don Carlo » Ce Don Carlo est une reprise de la production nantaise de 2002 (Théâtre Graslin), à cette différence près qu’on n’a reconduit qu’une partie de la distribution initiale (Philippe II, Eboli, l’Inquisiteur, le moine/voix de Charles Quint) et que Philippe Godefroid semble avoir repensé certains problèmes de mise en scène. Version italienne en quatre actes (1884), Don Carlo, sans le « s » de la version originale de ...
Bravissima Don Pasquale

Bravissima Don Pasquale

« Don Pasquale » à l'Opéra de Lausanne Donizetti composait des opéras à la chaîne, sommes-nous tentés de dire. Il ne lui fallait en effet souvent que quelques semaines pour élaborer un ouvrage entier et y apposer la double barre conclusive. Des quelque soixante-dix ouvrages qu’il a laissés, seule une poignée, constituée par les meilleurs, ont les honneurs réguliers de la scène. Don Pasquale, que l’on ne présente plus, fait partie ...

Alcina, cinq ans après …

Georg Friedrich Haendel L’Alcina de Haendel a fait son entrée à l’Opéra de Paris, au Palais Garnier, en juin 1999, avec un quatuor de stars et dans une mise en scène très « mode » de Robert Carsen. Elle y revient cinq ans après avec une distribution complètement renouvelée ainsi que la réalisation orchestrale et dans une version simplifiée, légèrement plus courte. On est revenu à la version originale en supprimant le secondaire ...
Rimsky-Korsakov, un aristophane moderne

Rimsky-Korsakov, un aristophane moderne

Le Coq d’Or, quinzième et dernier opéra de Nikolaï Rimski-Korsakov, fut composé entre octobre 1906 et août 1907. La Russie commençait lentement à se remettre de deux événements tragiques : la répression sanglante de 1905 et l’humiliante défaite militaire face au Japon en 1906. La création de l’œuvre, comportant de nombreuses coupures exigées par la censure auxquelles Rimski-Korsakov s’était opposé avec force, eut lieu en 1909, soit après la mort du ...
rolandovilazon_virginclassics

Rolando Villazón, Italian Opera Arias

Un timbre tout de velours d’une rare beauté, une technique plus que solide, un souci continuel de nuancer, de colorer la voix, une correction stylistique et un contrôle du souffle admirables, une diction et un phrasé exemplaires. Avec ce premier CD, enregistré en juillet dernier à Munich sous la baguette experte de Marcello Viotti, Rolando Villazón se profile définitivement comme un des ténors les plus prometteurs du moment. Toujours au ...

Les Paladins au Châtelet, Rameau barock’n’roll

Rameau refleurit en ce printemps mais contrairement aux « Boréades » qui se donnent simultanément à l’Opéra de Lyon ces « Paladins » que présente le Châtelet dans une réalisation confiée à William Christie et aux chorégraphes José Montalvo et Dominique Hervieu, pêchent par un excès de couleurs, d’intention, de gestes. Mais ne boudons pas notre plaisir car c’est une façon de sauver de l’ennui une œuvre dans laquelle la partie chorégraphie prédomine et ...
Vents, debout ! Vents, arrière !

Vents, debout ! Vents, arrière !

Les Boréades Lorsqu’en 1982, John Eliot Gardiner — loué soit-il — exhume la partition des Boréades (mémorable création au festival d’Aix), le public, stupéfait et ravi, découvre enfin à la scène l’un des chefs-d’œuvre (le dernier) de Jean-Philippe Rameau. Et rappelons, pour mémoire, que c’est l’Opéra de Lyon, déjà, en coproduction, qui présentait à son tour la pièce, l’année suivante, avec la même distribution qu’à Aix et les mêmes artisans-directeurs : Gardiner ...
Idoménée, roi du désert

Idoménée, roi du désert

« Idoménée » au Grand Théâtre de Genève C’est dans un décor stylisé à l’extrême que se déroule l’Idoménée imaginé par le couple de metteurs en scène Ursel et Karl-Ernst Hermann. Les Allemands signent l’entier de la scénographie, les décors et les costumes. Une piste éclairée au sol circonscrit la fosse d’orchestre et devient le siège des déambulations, aussi répétées que lassantes, des protagonistes. Hormis quelques tableaux faisant intervenir le peuple ...
Une saison à l’Opéra

Une saison à l’Opéra

Offenbach / Verdi / Mozart A la veille des festivals d’été, tant attendus cette année, les directeurs d’opéra dévoilent leur prochaine saison tout en préparant leurs activités estivales. C’est à la fois, pour tous les artistes, les derniers contrats de la saison qui s’achèvent, et la confirmation ou la signature de nouveaux engagements pour les années 2004-2005. Restent à l’affiche de l’opéra de Tours une production lyrique en version de concert, ...
Une Walkyrie Néerlandaise

Une Walkyrie Néerlandaise

Die Walküre Le Nederlandse Opera, serait-on tenté de dire, est une maison sans histoires. Assez largement spécialisé dans le répertoire lyrique du XXe siècle, il fait cependant une large part aux œuvres plus classiques. Son public est «bon public» au bon sens du terme. On ne se souvient pas, en trente ans de fréquentation, d’y avoir entendu un seul sifflet aux saluts et pourtant les metteurs en scène iconoclastes, d’obédience germanique ...
Gruberova en forme olympique…

Gruberova en forme olympique…

Norma Elle a pris l’habitude de venir se produire régulièrement à Baden Baden lors de représentations en version de concert qui défrayent la chronique. Cette fois-ci, LA Gruberova prenait ses marques dans Norma qu’elle avait toujours fui comme la peste. L’attente a été récompensée. Lotte Lehmann affirmait préférer aborder trois fois de suite les trois Brünnhilde de la Tétralogie plutôt que Norma : voilà qui situe la difficulté du rôle. Edita Gruberova n’est ...
La générosité avant tout !

La générosité avant tout !

Richard Wagner, Tristan und Isolde « Ce Tristan devient quelque chose d’effroyable […] Quelle impitoyable impression j’ai de ma musique, je ne puis assez le dire ; de tout mon cœur j’ai le sentiment de n’être rien qu’un bousilleur. […] Quelle intime conviction de ma médiocrité de musicien ! Je crois que je n’ai pas grand-chose dans le ventre », telle était, aussi surprenant que cela puisse paraître, la pensée du maître de Bayreuth durant ...
Ultime Werther

Ultime Werther

Jules Massenet Non, non, rassurez-vous, Thomas Hampson n’a pas décidé de se reconvertir en ténor, il s’agit bien d’une adaptation pour baryton de Werther, écrite à l’intention de Mattia Battistini (1856-1928), « La Gloria d’Italia, Il Re dei Baritoni. » Thomas Hampson avait d’ailleurs enregistré cette version à la suite des représentations au Met en 1999, toujours avec la Charlotte de Susan Graham. Devant la difficulté à trouver un ténor acceptable pour ...

Une Manon sans ses Sources

Jules Massenet : Manon L’Opéra de Paris vient de reprendre sur sa scène bastillane la belle production de Manon de Massenet signée Gilbert Deflo sous la direction du chef israélien Gary Bertini. Créé en 1997, cette mise en scène fonctionne très bien et rapidement grâce à un système de plateau tournant. Les costumes du XVIIIe siècle de William Orlandi sont de tout premier ordre et c’est un enchantement de voir un ...
Divertimento alla Veneziana

La Vedova Scaltra d’Ermanno Wolf-Ferrari

Que connaît-on de la production lyrique italienne du tournant du siècle ? Entre les derniers Verdi, l’œuvre de Puccini, Leoncavallo ou Mascagni, les ultimes avatars post-véristes de Zandonai, Montemezzi ou Alfano et la renaissance symphonique de Respighi ou Casella la figure d’Ermanno Wolf-Ferrari paraît tel un météorite, une île isolée de sa lagune vénitienne natale. Le personnage, protéiforme, est à l’image de sa musique. Tiraillé entre ses origines germano-italiennes — il partagé ...
Tannhäuser (version de Paris, 1861)

Tannhäuser (version de Paris, 1861) au Châtelet

Richard Wagner C’est à un étrange remaniement de l’esprit de Tannhäuser de Richard Wagner que le Châtelet invitait les spectateurs dans cette nouvelle production signée Andreas Homoki pour la mise en scène. Le travail de cet allemand sur La Femme sans Ombre de Richard Strauss avait eu en 1992 à Genève puis au Châtelet la saison suivante, un certain retentissement. S’agissant d’une fable, un certain degré d’abstraction dans la présentation simplifiait ...
Scènes de la vie de Thrace

L’Orfeo de Monteverdi à l’Opéra National de Lyon

Le spectacle était bien évidemment à la hauteur des espérances et du travail investi, chapeauté par le nouvel enfant terrible du théâtre italien Antonio Latella. La Musique, bien que présente uniquement dans le prologue, est présentée comme la maîtresse du drame à venir pas ses apparitions constantes et silencieuses sur le plateau. Orphée, Eurydice, les nymphes et les bergers sont des jeunes gens de l’Ottocento s’égayant dans une partie de ...
cd_hm_nozze-300x2681

Les Noces de Figaro par René Jacobs : Engagé

Après un Così fan tutte très remarqué, René Jacobs propose son deuxième volet de la trilogie Da Ponte/Mozart. Le Nozze di Figaro qu’édite Harmonia Mundi rassemble quatre des neufs solistes — seulement — qui ont chanté en version concertante le chef d’œuvre lyrique de Mozart à Montreux le 7 septembre 2001. « Je suis d’avis qu’il faut que six à douze mois se passent entre une production telle que celle-ci et ...

Double Bill à l’Opéra de Paris

Maurice Ravel/Giacomo Puccini Le spectacle Ravel/Puccini que vient de présenter l’Opéra de Paris au Palais Garnier console de bien des ratages vus sur les deux scènes de ce théâtre national. Ces deux œuvres en un acte, datant du début du siècle dernier, ont en commun leur effet comique. L’une, sur un livret de Franc-Nohain, est située à Tolède au XVIIIe siècle dans une boutique d’horloger, à qui Ravel a donné le ...
Parsifal, ambassadeur du Nouvel Age !

Parsifal, ambassadeur du Nouvel Age !

« Parsifal » au Grand Théâtre de Genève Après le Ring achevé l’an passé, Genève présentait le testament artistique de Richard Wagner, son Parsifal. La Grande Messe a été dite sur la scène genevoise, qui convoquait pour l’occasion Armin Jordan à la tête de l’Orchestre de la Suisse Romande. Émule du Bühnenweihfestspiel (Festival scénique sacré) que Wagner désirait sur la colline de Bayreuth, la production mise en scène par Roland Aeschlimann ...
Jean-Baptiste Lully: « Roland »

Jean-Baptiste Lully: « Roland »

Au début janvier, les Talens lyriques donnaient une rareté à l’Opéra de Lausanne : Roland de Lully. Onzième des douze tragédies lyriques du compositeur, avant-dernière de ses collaborations avec Philippe Quinault, Roland (1685) était l’une des œuvres préférées du célèbre Français actif sous Louis XIV. Le label Ambroisie, pour lequel Christophe Rousset a récemment enregistré les Suites anglaises de Bach (sur un superbe Rückers magnifiquement capté), semble avoir noué des liens ...
 

Banniere-clefsResMu728-90