Bannière-Web-ResMusica-728x90

La Scène

Pura siccome un’Angelina

Jérôme Savary / Carlo Rizzi Le célèbre conte de Perrault a inspiré – pour l’opéra – deux Musiciens d’esthétique radicalement antagoniste, Gioachino Rossini et Jules Massenet. Si ce dernier a insisté sur la dimension féérique, voire fantastique, en écrivant une parabole tendre et nostalgique sur le thème de l’Enfance ; le Pésarais, quant à lui, a jonglé savamment (comme Savary) avec les éléments serio et buffo. Encore une perle rossinienne à l’Opéra ...

Rien que pour nos yeux !

N. Rimski-Korsakov, Le Coq d’or Voilà dix-huit ans, le Théâtre du Châtelet, qui portait alors le nom de Théâtre Musical de Paris, programmait une Saison Russe sur le modèle de celle que la même salle avait connu en 1909 sous les auspices de Serge de Diaghilev. Les deux rendez-vous phares avaient été La Khovanstchina de Moussorgski mise en scène par Pier Luigi Pizzi et Le Coq d’or de Rimski-Korsakov mis en ...

Hoffmann à Hollywood

Jan Latham-Koenig / Adriano Sinivia Certains opéras se prêtent particulièrement bien à la transposition temporelle et supportent aisément d’être extraits de leur contexte historique. L’Opéra de Jacques Offenbach Les Contes d’Hoffmann est de ceux-là. La production de l’Opéra du Rhin intègre parfaitement cette donnée. Jean Pierre Furlan était doublé le soir de cette chronique, et son remplacement par un ténor italien qui lui prêta simplement la voix lui permit néanmoins de promener ...

Une « Femme sans Ombre » à voir yeux fermés et oreilles grandes ouvertes.

R. Strauss, Die Frau ohne Schatten Ecrit avant les événements qui entraînèrent la dilution de l’empire austro-hongrois, resté dans les cartons du compositeur durant le premier conflit mondial jusqu’à sa création à l’Opéra de Vienne en 1919, Die Frau ohne Schatten (« La Femme sans Ombre ») n’est pas le plus joué et le plus directement accessible des opéras de Richard Strauss. Il s’agit pourtant de l’œuvre centrale du compositeur bavarois, celle vers ...

Michael Tilson Thomas et la Symphonie n° 9 de Mahler

Michael Tilson Thomas et le London Symphony orchestra ont donné au Festspielhaus de Baden-Baden une Neuvième de Mahler proche de la perfection absolue sur le plan instrumental, à laquelle il ne manquait qu’un supplément d’âme pour entrer dans les annales. Soyons justes : dans le dernier mouvement, le chef américain atteignait au sublime, prenant la juste mesure d’une œuvre dont les prémonitions morbides sont bien connues du public et voulues par Mahler. ...

François Chat & Fred Frith : « Setaccio »

Il s’agit d’un spectacle rare, hors normes, étrange, précieux, particulier, subtil, raffiné, surprenant, profondément poétique, difficile à placer dans une catégorie, en un mot « inclassable ». Est-ce de la danse, du théâtre, du cirque, du mime ? On ne sait... C’est un peu tout cela et bien d’autres choses encore... Ce qui est sûr, c’est que la musique y est omniprésente et forte : parfois les bruits de la ville, quelques chants siciliens, des ...

« Ravel en fusion » (ou « Hélène et le glaçon »)

Hélène Grimaud / Yan-Pascal Tortelier On connaît le tempérament artistique très entier d’Hélène Grimaud, son jeu passionné et parfois extraverti, qui, s’il lui vaut des succès dans le répertoire romantique, n’était peut-être pas un sûr garant de sa réussite dans une musique aussi pudique et sobre que Ravel. Ravel, généralement peu loquace sur ses propres œuvres, a pourtant laissé quelques phrases fort intéressantes sur ce Concerto, dont il plaçait la composition sous ...

Les fresques sonores d’Ashkenazy

Orchestre de la Philharmonie Tchèque La venue du mythique orchestre de la Philharmonie Tchèque est l’un des temps fort de cette année culturelle franco-tchèque. Cette phalange prestigieuse, qui a vu défiler Vaclav Talich, Rafael Kubelik ou encore Charles Mackerras, actuellement dirigée par Vladimir Ashkenazy, est venue donner une série de concerts à la Cité de la Musique. Au programme de cette deuxième prestation : une œuvre du plus francophile des compositeurs tchèques, ...

Mahler brille de mille feux.

Michael Gielen Pour fêter les cinquante ans du Land de Bade-Wurtemberg, les forces vives de ce land allemand se sont réunies pour donner une Symphonie des mille de Mahler qui fera date dans l’histoire de cette œuvre. Ils n’étaient pas mille, mais près de cinq cents, tant il est vrai que le chiffre colossal et symbolique n’est jamais atteint pour cette œuvre. Après avoir écrémé les meilleurs éléments orchestraux et vocaux de ...

Bohuslav Martinů « Juliette ou la clé des songes »

Marc Albrecht / Richard Jones Ecrit sur un livret en langue française adapté par le compositeur lui-même d’une comédie de Georges Neveux, écrivain français proche du mouvement surréaliste, traduit en tchèque, toujours par le compositeur, en vue de la création à l’Opéra National de Prague en 1938, Juliette ou la Clé des songes de Bohuslav Martinů vient de faire son entrée à l’Opéra de Paris dans une version française adaptée du ...

Kissin, nouvelle icône du piano ?

John Nelson / Evgueni Kissin La venue en France d’Evgueni Kissin, nouvelle star internationale du piano, a déclenché dans les médias de tout poil un vent de panégyriques sans guère de précédent. Il ne s’agit nullement ici de faire le procès d’une presse parfois bien complaisante à l’égard de certains génies autoproclamés, ni de nier qu’Evgueni Kissin soit un pianiste considérable, technicien sans grand rival et artiste sincère. Mais force est ...

Onéguine et les tourments de l’âme.

Dejan Savic / Marc Arturo Marelli Une nouvelle production d’Eugène Onéguine triomphe à Strasbourg, esthétique et fouillée, elle rend compte d’un grand sens de la nature des hommes et de leurs rendez-vous manqués. Admettons que l’intrigue resserrée autour de quelques personnages seulement soit de nature à permettre à un metteur en scène de trouver l’espace adéquat pour soigner les détails et de fouiller les recoins de l’âme. Admettons aussi que le livret ...

Felicity Lott & Ann Murray, sœurs sourires

Innovant, vestige d’un passé quasi victorien, beaux restes, le récital des deux cantatrices anglaises à Strasbourg est de ceux qui accrochent le public sans se préoccuper d’autres considérations. Dans un programme qui allait de Monteverdi à la comédie musicale, les deux chanteuses ont su manier toutes les ficelles de « l’entertainment » sans pousser très loin l’art sublime de l’autodérision. Les connaisseurs ont d’abord grincé des dents en entendant du Monteverdi d’un autre âge ! ...

Les affinités électives de la Suède et de l’Europe centrale…

Alan Gilbert / Nicolaj Znaider Il en est des grands orchestres comme du reste : les meilleurs ne sont pas forcément ceux dont on parle le plus.. L’orchestre Royal Philharmonique de Stockholm, placé sous la baguette d’Alan Gilbert, chef principal et directeur artistique de l’orchestre depuis le 1er janvier 2000, l’a démontré de manière éclatante, ce soir-là, à Pleyel... Depuis sa fondation en 1902 - l’orchestre célèbre son centenaire cette année - cette phalange ...

Moussorgski, « Boris de Marbre »

James Conlon / Francesca Zambello C’est non pas la version originale de 1869 de Boris Godounov ni les révisions de Rimski-Korsakov ou de Chostakovitch qu’a retenues l’Opéra Bastille, mais celle que Moussorgski réalisa lui-même en 1872, dans laquelle sont en outre réintégrés des éléments de la version 1869, avec la scène de Saint-Basile. Ainsi, l’œuvre atteint une dimension épique et humaine particulièrement bouleversante, soulignée par l’orchestration volontairement mal dégrossie, que d’aucuns ...

James MacMillan & Thierry Escaich : L’Orchestre de Bretagne à la Maison de Radio France.

Programme très séduisant de l’Orchestre de Bretagne à la Maison de Radio France : mélange deux jeunes compositeurs actuels, Escaich et MacMillan, à un « classique » du 20ème siècle, Britten, dans deux de ses œuvres de jeunesse les plus réjouissantes. C’est James MacMillan lui-même qui dirigeait l’orchestre venu se produire à Paris. Mais ce concert a surtout été l’opportunité d’entendre l’une des toutes dernières œuvres de Thierry Escaich : son concerto pour trompette ...

Nouveau départ pour l’OCNT.

Gérard Caussé Si l’on pouvait avoir quelques inquiétudes sur le devenir de l’Orchestre de chambre de Toulouse après le départ de son précédent directeur musical, Alain Moglia, au terme d’une saison critiquée, et à bien des égards critiquable, on est heureux de retrouver aujourd’hui les musiciens fidèles à leur poste pour fêter le cinquantième anniversaire de la formation. Il faut dire que les programmations à venir ont de quoi faire dresser l’oreille, ...

Jukka-Pekka Saraste / Julia Fischer

Orchestre National du Capitole Plutôt qu’avec un précédent concert bien peu représentatif du niveau des musiciens, où Michel Plasson s’était contenté de survoler Richard Strauss et Mahler, on peut considérer que c’est avec la venue à Toulouse de Jukka-Pekka Saraste qu’a véritablement commencé la saison de l’orchestre du Capitole. Il faut d’abord saluer les progrès constants de la formation toulousaine, dans des conditions souvent difficiles. En effet, la surcharge de travail notoire d’un ...
Idyll avec Siegfried, ou Wotan en emporte le vent.

Idyll avec Siegfried, ou Wotan en emporte le vent.

Nicolas Joel / Pinchas Steinberg Malheureux Siegfried ! Son héroïque papa est tué dans une rixe (voir l’épisode II), la douce Sieglinde trépasse en accouchant au fin fond d’une épaisse forêt ; et, comble de malheur, le gamin, futur Seigneur de l’Anneau est « élevé » par un forgeron minable incapable de ressouder l’épée ! Siegfried en somme a le profil exact du délinquant sauvageon, livré à lui-même ; d’ailleurs il est à deux doigts d’occire son ...

La Petite renarde rusée aux Champs-Elysées

Habitué à un répertoire plus conventionnel en matière d’art lyrique, le public du Théâtre des Champs-Elysées s’est fait plutôt discret pour l’ouverture de la saison avec cette Petite renarde rusée, chef d’œuvre de Leoš Janáček trop rarement représenté. La salle aux trois quarts pleine n’a guère franchement applaudi un spectacle qui, de la direction musicale à la direction scénique, était de grande qualité. André Engel réussi à mêler animaux et ...

La dernière ligne droite

Jan Latham-Koenig / Sophie Mautner Jan Latham-Koenig entame sa dernière saison à la tête de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg. En concert inaugural, il a proposé un programme classique bien en place et qui valorisait surtout la pianiste Sophie Mautner, merveille de souplesse et de musicalité. L’ouverture de La Consécration de la maison de Beethoven est toujours une bonne manière d’ouvrir un concert, tant son style est festif, puissant, valorisant pour l’orchestre et ...

Les contes du diable

Offenbach « Les Contes d’Hoffmann » Pour l’ouverture de la saison de la salle de la Bastille, l’Opéra de Paris a repris la production des Contes d’Hoffmann d’Offenbach proposée par Robert Carsen en mars 2000. Après trente mois, la vision du metteur en scène canadien apparaît plus intelligente encore qu’à l’origine, même si on y relève toujours quelque trivialité, principalement dans la scène d’Olympia. Présent sur le plateau avant même que ...

Jessye Norman de velours

C’est sur une véritable soirée de gala que s’est ouverte la saison 2002-2003 du Théâtre du Châtelet, qui accueillait pour la seconde fois consécutive en ce même cadre, la majestueuse Jessye Norman. Mais, contrairement au Voyage d’Hiver de Schubert mis en scène l’an dernier par Bob Wilson, la cantatrice américaine s’est cette fois montrée en pleine possession de ses moyens. Dans ces deux grands monologues que sont Erwartung (1909) de ...

Akhnaten : le « hanteur » de rêves

Festival Musica Dans le cadre du Festival Musica, l’opéra du Rhin propose l’opéra de Philip Glass Akhnaten (Akhenaton) dans une production héritée de Boston. La mise en scène évite l’écueil de la « leçon de psychanalyse » gratuite pour rendre au symbole sa dimension universelle. Chacun peut ainsi comprendre le spectacle à sa manière, ou tout simplement se laisser porter par son esthétique. Les données historiques sont minces : un pharaon atypique dont ...

Hommage à Dutilleux et Daniel-Lesur

Figures d’ouverture à Radio France Les 13, 14 et 15 septembre derniers étaient l’occasion du premier week-end de concerts gratuits de Radio France, week-end consacré aux « Figures d’ouverture ». Un petit rappel du principe de ces week-ends : une série de concerts gratuits donnés par les quatre formations de Radio France (le National, le Philharmonique, le Chœur et la Maîtrise) auxquelles se joignent des formations de jazz et de musiques traditionnelles. Au ...

Musica : autour du mysticisme et de la méditation

XXIe festival des musiques contemporaines Musica C’est autour du mysticisme et de la méditation qu’a été placé le premier week-end de la 21e édition du festival des musiques contemporaines Musica de Strasbourg. Jonathan Harvey (1939), l’un des compositeurs britanniques les plus significatifs de notre temps, ouvrait le concert inaugural, avec deux œuvres judicieusement mises en regard avec le déjà classique Olivier Messiaen. Le tout en présence d’un ministre de la Culture, ...

Olga, Jessye, Jimmy… et les autres.

Festspielhaus de Baden Baden James Levine a conduit deux concerts au Festspielhaus de Baden Baden. Olga Borodina et Jessye Norman étaient ses solistes de prestige pour une aventure musicale qui aura d’abord confirmé que le « Met » est devenu un des grands orchestres de notre temps. Jimmy Levine, pareil à lui même, a rallié les foules malgré quelques réserves de style. Le constat est désormais sans appel ; l’orchestre du Metropolitain ...

Jacques Offenbach « Die Rheinnixen » : sous l’effet du Rhin

Ne pas chercher plus loin l’événement - et la justification - du Festival de Montpellier 2002. C’est bien sous l’égide magique de ces Fées rhénanes qu’il se sera situé, d’autant qu’on aura lu par ailleurs l’impression générale mitigée qui ressort des sessions de l’Opéra Berlioz - et de la « punition » haendélienne de l’Opéra Comédie. Plus, bien plus encore : ce n’est pas seulement une sublime redécouverte - telle la ...

Rinaldo Maccione fait son cinéma aux Croisades

Georg Friedrich Haendel « Rinaldo » Les mauvaises idées (surtout les plus basses) font davantage d’émules que les bonnes. Elle se propagent même à la vitesse de la lumière ! Il suffit que, pour Salzbourg 2001, Monsieur Mortier ait requis la collaboration scabreuse d’un metteur en scène bêtement provocateur dans La Chauve-Souris, par exemple. On y admirait - en vrac - masturbation, fellation, sodomie, etc… Bon sang, mais c’est bien sûr ! Que ...

David Grimal & Vanessa Wagner, festival aux chandelles

Entendre un Stradivarius est toujours quelque chose de magique. Quand en plus le concert se déroule dans un cadre extraordinaire, comme l’église de Saint-Pierre-sur-l’Hâte, sur les hauteurs de Sainte-Marie-aux-Mines, la féerie ne peut être que complète. Pour le deuxième concert du cycle estival du festival aux chandelles, vendredi 9 août 2002, David Grimal a fait entendre aux mélomanes venus en nombre les sonorités magiques de son Stradivarius de 1710 « ex ...
 

Banniere-ClefsResmu-ok