Mot-clef : Christoph Eschenbach

Un Mathis à ne pas rater

Un Mathis der Maler événement Bastille

Incontestable soirée événement à Bastille avec cette double première constituée à la fois par l’inscription du chef-d’œuvre lyrique de Paul Hindemith au répertoire de l’Opéra de Paris, et par les débuts du chef Christoph Eschenbach dans la fosse. Œuvre rare, car complexe dans ses nombreuses thématiques et coûteuse à monter avec ses douze rôles et ses sept tableaux, exigeant autant de changements de plateaux et de nouveaux décors, cet opéra ...
Fischer-Dieskau, the Birthday edition

Dietrich Fischer-Dieskau, the Birthday edition

Remarqué pour ses nouvelles parutions comme pour ses rééditions d’archives, le label Audite célèbre les 85 ans de Dietrich Fischer-Dieskau avec quatre albums inédits. Ces enregistrements radiophoniques, retranscrits à partir des bandes originales, redisent l’art humble et glorieux de l’infatigable liedersänger. Le programme de ce récital Mahler, capté à Berlin en 1971, sera gravé sept ans plus tard pour EMI. Ce document n’en est pas moins exceptionnel, offrant une voix ...
Pour la défense du dernier Schumann

Christoph Eschenbach et Tzimon Barto pour la défense du dernier Schumann

On conseillera de prolonger encore un peu la jubilation de notre écoute de l’œuvre de Robert Schumann, écoute réactivée par le souvenir du deux centième anniversaire de sa naissance à Zwickau un 8 juin 1810. Le pouvoir d’ensorcellement de la musique du grand romantique allemand se manifeste également avec des partitions moins fréquentées (relativement) de sa dernière manière que nous proposent des interprètes inspirés et encouragés par leur ferveur et leur ...
christoph_eschenbach_10

La paisible fin de règne de Christoph Eschenbach

Ces deux concerts des 16 et 17 juin 2010 n’étaient pas tout à fait comme les autres puisqu’ils étaient les derniers de Christoph Eschenbach comme directeur musical de l’Orchestre de Paris, poste qu’il occupait depuis septembre 2000. Il sera remplacé dès la saison prochaine par le chef estonien Paavo Järvi, ouvrant ainsi une nouvelle ère pour cet orchestre fondé en 1967 qui vit se succéder à sa tête rien moins ...
Quatuor avec secret

Quatuor avec secret

Musée d'Orsay Le soixante-dixième anniversaire de Christoph Eschenbach est un événement spécial pour les membres du Quatuor Thymos, tous titulaires à l'Orchestre de Paris, que le chef dirige pour la dixième et dernière année. Lors de ce concert, ils lui ont donc ménagé la surprise d'une pièce composée pour l'occasion par le père de l'altiste, Marc Carles. L'attention est d'autant plus délicate que cette Esquisse est construite sur le nom d'Eschenbach ...
En terrain connu

Waltraud Meier chante La Mort de Cléopâtre

Sans même remonter à son ancêtre, l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, l’Orchestre de Paris entretient une longue histoire d’amour avec Berlioz : depuis Charles Munch (la Symphonie Fantastique figurait d’ailleurs au concert inaugural de l’orchestre le 14 novembre 1967), il n’a cessé d’être programmé, notamment lors d’un cycle entrepris entre 2000 et 2003. À l’occasion du soixante-dixième anniversaire de Christoph Eschenbach, c’est donc un programme uniquement consacré au ...
Dalbavie, la flamme !

Dalbavie, la flamme !

Pour cette « fête anniversaire » célébrant la riche collaboration de Marc-André Dalbavie avec l’orchestre de Paris qui l’a reçu en résidence durant quatre saisons (2000-2003), le compositeur avait carte blanche pour composer une soirée où sa propre musique côtoyait celle de ses pairs et de ses proches dans une mise en perspective tout à fait passionnante même si ce concert fleuve mettait au défi la tension de l’écoute. En ouverture ...
Classique et pour toujours …

Classique et pour toujours …

L’altiste américain David Aaron Carpenter est, comme tous les jeunes virtuoses, bardé de prix internationaux et de compliments superlatifs de stars du milieu musical. Il se voit offrir chez Ondine, un bel album «carte de visite» autour d’un des grands chefs d’œuvres de l’instrument. Un an après la lecture d’Antoine Tamestit chez Ambroisie, on ne peut que se réjouir de retrouver, au disque, le concerto pour alto d’Alfred Schnittke. La lecture ...
Prise de risque limitée … et succès au rendez-vous

Prise de risque limitée… et succès au rendez-vous

2009/2010 marque la dernière saison de Christoph Eschenbach en tant que directeur musical de l’Orchestre de Paris. Pour son ultime concert de l’année 2009 à la tête de la formation parisienne, le chef proposait au public, venu nombreux Salle Pleyel, du grand répertoire germanique avec deux compositeurs que l’orchestre a beaucoup abordé ces dernières années : Mozart et Brahms. La première partie du concert, que Eschenbach dirige de tête, débute par la ...
Avalanche de musique française !

Avalanche de musique française !

Sous le titre générique Un siècle en France, Sony nous propose une série de coffrets «monographiques», dédiée à quelques uns des grands compositeurs français de la fin du XIXe et du XXe siècles (Camille Saint-Saëns, Maurice Ravel, Olivier Messiaen ou Henri Dutilleux) ainsi qu’un coffret «patchwork» intitulé Escales symphoniques. Ces compilations (en majorité des rééditions RCA) nous donnent à entendre des orchestres de prestige ainsi que des chefs et des ...
Schubert sur le rocher de Monaco

Schubert sur le rocher de Monaco

Printemps des Arts de Monaco Pour sa cinquième édition à la direction du Printemps des Arts de Monaco, qui célèbre son quart de siècle, le compositeur Marc Monnet entend démontrer combien il est naturel pour les musiciens de jouer les œuvres contemporaines comme des classiques au milieu d’un programme ambitieux. Depuis 2003, le Printemps des Arts de Monte-Carlo est un festival hors normes dans une principauté que l’on croyait à jamais pétrifiée ...
Mors et afflictio…

Mors et afflictio…

Orchestre de Paris Le programme Mahler / Bruckner, proposé par l’Orchestre de Paris et Christoph Eschenbach, est d’une réelle cohérence, tant sur le plan musical que sur le plan intellectuel ou affectif. Les Kindertotenlieder de Gustav Mahler et la Symphonie n°9 d’Anton Bruckner nous parlent de douleur, de deuil, d’affliction, mais aussi de cette extase - quasi mystique - que provoque parfois le douloureux frôlement de la Mort. On ne peut ...
Cycle Mahler : une « cinquième » magistrale

Cycle Mahler d’Eschenbach : une « Cinquième » magistrale

Orchestre de Paris On le savait depuis quelques jours ; Thomas Hampson qui était à l’affiche du programme Mahler donné par l’Orchestre de Paris les 4 et 5 mars était remplacé par Dietrich Henschel dans les Chants d’un compagnon errant. Ce cycle de quatre lieder pour orchestre écrit par Mahler – paroles et musique - à 25 ans sous le coup d’un chagrin d’amour, est révisé en 1896 pour sa création à ...
Un Brahms sobre et intense

Xavier Phillips et Erik Schumann, un Brahms sobre et intense

Après s’être illustré il y a deux semaines dans un programme consacré à Tchaïkovski, Xavier Phillips est réapparu jeudi soir avec l’orchestre de Paris, cette fois accompagné du jeune et brillant violoniste Erik Schumann. Dès les premières pages du Concerto de Brahms, les deux solistes ont été mis en valeur par une cadence avec solos et duos concertants. Le ton fut donné d’emblée : une complicité purement musicale, sans gestes démonstratifs ...
Xavier Phillips au service de Tchaïkovski

Xavier Phillips au service de Tchaïkovski

Orchestre de Paris Xavier Phillips a donné ce mercredi soir une interprétation sobre et virtuose des Variations sur un thème rococo de Tchaïkovski. Cette pièce illustre le rôle prestigieux des solistes à la fin du XIXe siècle : le violoncelle solo domine un orchestre sans percussions. Xavier Phillips a fait honneur à cette tradition, dans les variations comme dans la cadence conclusive. Il a été à son aise dans le rôle de ...
Saariaho, l’esthétique du lointain

Saariaho, l’esthétique du lointain

Le label Ondine nous propose un programme monographique 100% Saariaho enregistré lors du concert d’ouverture du festival 100% Finlande de mars dernier. En ouverture, l’orchestre de Paris et son directeur musical sont rejoints par le grand violoncelliste Anssi Karttunen pour enregistrer, en première mondiale, l’imposant Notes on light. En cinq parties et d’une durée presque égale à la demie heure, cette vaste fresque imaginaire explore la luminosité des teintes instrumentales. ...
Les résonances du cor dans l’Allemagne romantique

Matthias Goerne, les résonances du cor dans l’Allemagne romantique

En associant Mahler et Schumann, Christoph Eschenbach a fait revivre le temps d’une soirée la poésie populaire du romantisme allemand. Des Knaben Wunderhorn (Le Cor merveilleux de l’Enfant) a lancé la rétrospective des grands cycles de lieder de Gustav Mahler par l’Orchestre de Paris. La Fiancée de Messine, rarement donnée, ouvrait le concert avec une musique tragique. Christoph Eschenbach n’en a pas accentué l’atmosphère funèbre, illustrant plutôt les propos de Schumann ...
Roussel sans flamme

Roussel sans flamme

Suite et fin des symphonies d'Albert Roussel par Christoph Eschenbach et l’Orchestre de Paris. A l’instar des premier et deuxième volumes, la prise de son au Théâtre Mogador de la Symphonie n°3 n’avantage pas l’orchestre et met tout au premier plan. Christoph Eschenbach privilégie aussi une lecture ample et massive qui fait briller l’orchestre mais on peine à trouver dans cette œuvre les spécificités de clarté et de netteté d’articulation ...
Au cœur de la tourmente

Au cœur de la tourmente

En écho au très controversé choix d’Israël comme pays invité au Salon du Livre de Paris cette année, l’Orchestre de Paris a mis au programme ce soir la première symphonie de Leonard Bernstein. Une lettre ouverte aux contemporains indécis ou incrédules de la Seconde Guerre Mondiale. Brève, composée de trois mouvements aux noms invoquant le sacré (Prophecy, Profanation, Lamentation) la Symphonie dite Jérémie avec mezzo-soprano est créée en 1944. Elle témoigne ...
Réussi !

Symphonie des mille à Bercy : réussi !

Tous les risques étaient réunis : chœur composite, de nombreux renforts dans l’orchestre, lieu inadapté à la musique, sonorisation, jusqu’à l’inévitable remplacement au pied levé d’une soliste. Et pourtant tout a été réussi. Ne sont à déplorer que de légers décalages, inévitables dans un tel endroit. Saluons donc Christoph Eschenbach d’avoir mené à bon port pendant près d’une heure et quart les quelques centaines d’exécutants de la Symphonie n°8 de Mahler. Le ...
Féeries nocturnes

Féeries nocturnes

Orchestre de Paris Ce mercredi soir à la salle Pleyel, il semblait que tous les éléments d’une riche et belle soirée musicale étaient réunis de façon presque miraculeuse. En premier lieu par la programmation d’œuvres majeures de deux très grands compositeurs français présentant la particularité d’être bien plus populaires au-delà de nos frontières qu’en leur ingrate patrie, Hector Berlioz et Maurice Ravel. Ensuite par la certitude d’une prestation orchestrale de très ...
Histoire de l’alto

Tabea Zimmermann et l’Orchestre de Paris en formation de chambre

Au plus l’Orchestre de Paris s’amenuise, au plus ses musiciens sont exposés, au mieux ceux-ci se révèlent. La preuve dans ce concert, où on passe d’un orchestre de chambre (Pulcinella) à un septuor (L’histoire du soldat) en passant par un effectif chambriste « élargi » (Der Schwanendreher). Le Stravinsky néoclassique sied bien à Christoph Eschenbach. Dans Pulcinella il opte pour une interprétation quasiment « baroque », sans vibrato, avec un jeu ...
L’orchestre en couleurs

L’orchestre en couleurs

Les Films d'Ici Alors qu’on s’interroge de plus en plus sur l’avenir de l’orchestre symphonique, menacé par la diminution de subventions, par une relative désaffection du public ou par l’émulation technologique, voilà que sort Couleur d’Orchestre, un hommage émouvant à une formation musicale qui a fait les grandes heures de la musique classique, à cet ensemble majestueux capable d’exprimer une infinité de sensations, de surprendre ou d’attendrir. Ce documentaire de deux heures, ...
Le retour de Barenboïm à l’Orchestre de Paris

Le retour de Barenboim au piano à l’Orchestre de Paris

Orchestre de Paris Affluence des grands soirs et avalanche de mondanité pour ce concert évènement du mois de janvier. En ouverture : la Symphonie n° 8 de Dvořák. Tout est « beau », grandiose, incroyablement sonore et captivant dans cette symphonie qui avec sa tonalité lumineuse de sol majeur ne peut qu’inspirer une joie simple et constante jusqu’à la dernière note. Tissé de nombreux chants slaves, cette pièce surprend par ses multiples ...
Itinéraire boulézien en trois « éclats »

Itinéraire boulézien en trois « éclats »

« Du Spirituel dans l’art », cycle Boulez Dans le cadre de la thématique « du spirituel dans l’art, autour de Pierre Boulez » qui se poursuit jusqu’au dimanche 16 décembre, l’Orchestre de Paris s’était déplacé – la chose est assez rare - dans la salle des concerts de la Cité de la Musique, cet espace modulable offrant, mieux que la salle Pleyel, sa souple conformité à toutes les expériences sonores, ...
Conversation en musique

Conversation en musique

Orchestre de Paris Capriccio pose, encore au XXe siècle, une nouvelle fois l’éternelle question de la primauté du texte ou de la musique, avec les deux personnages d’Olivier et de Flamand, le poète et le musicien, qui se disputent le cœur de la Comtesse. Si pour les partisans de la musique le débat est bien vite conclu en « Prima la musica e poi le parole » (Salieri), – et en témoigne le ...
Yo-Yo Ma fait son Dvořák

Yo-Yo Ma fait son Dvořák

Après son passage au TCE il y a quelques mois où il interprétait, avec l’Orchestre National de France et Kurt Masur, l’électrisant Concerto n°1 de Chostakovitch, Yo-Yo Ma se produisait ce mercredi 17 Octobre à la Salle Pleyel dans le mythique Concerto d'Antonín Dvořák, cheval de bataille de tous les violoncellistes. Et c’est bien le soliste, hier au soir, qui « tenait les rennes » de l’Orchestre de Paris, modelant à son ...
De bon aloi …

Tchaïkovski par Eschenbach : De bon aloi …

Poursuivant à un rythme soutenu son partenariat discographique avec l’Orchestre de Philadelphie et son chef d’orchestre, Ondine nous offre une nouvelle étape dans son parcours hybride qui couple une symphonie à des bribes du cycle Les saisons de Tchaïkovski (lire la chronique du volume précedent). Venant à la suite de disques assez banals, ce présent album présente une indéniable amélioration qualitative, à une période difficile pour le maestro qui vient ...
Où s’arrêtera-t-il ?

Lang Lang : Où s’arrêtera-t-il ?

Venant quelques semaines après le premier volume de l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven par Pletnev chez DGG également, ces deux concertos joués par Lang Lang sont heureusement plus enthousiasmants. Dès les premières notes du Concerto pour piano n°1, l’oreille est happée par le ton juvénile et le toucher enlevé du jeune chinois. Sa vélocité et sa variété des couleurs font merveille dans cette partition lumineuse. Particulièrement inspiré à ...
Spectaculaire, mais encore ?

Spectaculaire, mais encore ?

Le nouveau disque de Christoph Eschenbach et de son Orchestre de Philadelphie est le reflet du concert donné pour l’inauguration du grand orgue Fred. J. Cooper du Verizon Hall, la nouvelle salle de résidence de cet ensemble. Il s’agit du plus grand orgue de concert construit sur le sol américain. Le présent disque s’ouvre par la Toccata Festiva de Samuel Barber. Fortement lié à Philadelphie où il étudia et enseigna ...